ActualitéCouvertureUne

La destination Casablanca-Settat mène la bataille de la «visibilité»

© D.R

6 millions de touristes attendus dans la région d’ici 2030 et plusieurs projets stratégiques dans le pipe

Tourisme. Casablanca-Settat aspire à accueillir pas moins de 6 millions de touristes à l’horizon 2030, dont 1 million de touristes d’affaires et congrès, 1 million de touristes loisir et city break, 500.000 croisiéristes et 3,5 millions de nationaux.. De même, 5.000 chambres devraient être construites à terme.

La feuille de route régionale de la destination Casablanca-Settat sera bientôt dévoilée. Les grandes lignes de cette vision seront présentées lors de la plénière de la troisième édition du forum interactif du tourisme qui sera organisé au mois de juillet par le Conseil régional du tourisme de Casablanca-Settat, en partenariat avec Casablanca Events & Animation. Le deuxième panel sera ainsi consacré à la stratégie marketing et la mobilité. Cet événement sera l’occasion de mettre le cap sur les nouvelles ambitions de la région qui peine à gagner en attractivité et ce malgré les efforts consentis.

Les chiffres en disent long. Malgré sa grandeur et la diversité de ses spots, Casablanca-Settat, avec ses deux préfectures et sept provinces, ne dispose que de 234 établissements touristiques classés contre 2.348 pour Marrakech-Safi, 467 pour Drâa-Tafilalet, 413 pour Fès-Meknès, 340 pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima et 291 pour Souss-Massa. En termes de capacité d’hébergement, Casablanca-Settat compte à fin 2023, 27.971 lits au moment où la capacité litière de Marrakech-Safi et Souss-Massa s’établit respectivement à 90.394 et 48.771 lits. Par ailleurs, la destination a affiché une performance mitigée au titre du premier trimestre de l’année en cours. Les statistiques disponibles au titre des trois premiers mois de l’année laissent apparaître une hausse de 1% des arrivées et un repli de 2% des nuitées. Rien qu’au mois de mars, les arrivées touristiques à destination de la région ont baissé de 10%.

Cette baisse s’est traduite par un retrait des nuitées estimé à -11 %. La contreperformance de l’activité touristique observée durant le mois de mars concerne en effet l’ensemble des destinations. Les arrivées et nuitées se sont contractées de 10 % au niveau de Casablanca. On relève par ailleurs des baisses respectives de 22 et 19% à El Jadida ainsi que des replis de 8 et 10% à Nouaceur, de 7 et 27% à Mohammedia, de 27 et 95% à Settat et de 36 à 41% à Benslimane.

6 millions de touristes attendus à l’horizon 2030
Face à ces chiffres alarmants, les professionnels de la région ne renoncent pas. Ils s’engagent à mener la bataille de « la visibilité » jusqu’au bout pour ériger la région de Casablanca-Settat en une destination « multiple » sur le plan touristique. Malgré les défis à relever, les ambitions sont grandes. Casablanca-Settat aspire à accueillir pas moins de 6 millions de touristes à l’horizon 2030, dont 1 million de touristes d’affaires et congrès, 1 million de touristes loisir et city break, 500.000 croisiéristes et 3,5 millions de nationaux.

De même, 5.000 chambres devraient être construites à terme. Ces objectifs sont-ils réalisables au vu de la lenteur d’exécution qu’accusent certains projets stratégiques au niveau de la région ? Cette question a été adressée par ALM à Othman Cherif Alami, président du Conseil régional du tourisme de la région Casablanca-Settat. « La vérité, on est en train de travailler pour atteindre ces objectifs. Nous n’avons pas encore tous les outils entre nos mains, mais on va y arriver», confie le responsable lors d’un point de presse organisé par le CRT et Casa Events jeudi 23 mai à Casablanca. Et de préciser que «si la gouvernance n’est pas au rendez-vous, tous les plans business ne seront pas exécutés. Cela sera au détriment des citoyens, du Maroc et de la région Casablanca-Settat ».

Gouvernance, le maître mot
Se référant aux professionnels du tourisme de Casablanca-Settat, la gouvernance est en effet le maître mot de ce nouveau cap, notamment que 2030 s’avère une étape décisive pour le secteur et stratégique pour le Royaume qui s’apprête à accueillir en cette date la Coupe du monde de football, conjointement avec l’Espagne et le Portugal. Un projet grandiose qui propulsera le Maroc au rang des destinations les plus attractives et ce sur tous les plans. En termes de gouvernance, les membres du CRT Casablanca-Settat plaident pour plus de synergie entre toutes les forces vives de ce territoire.

«La gouvernance est un sujet très délicat et avant de prendre des décisions il faut comprendre l’impact sur la région », explique M. Cherif Alami. Et de poursuivre : «Le tourisme doit être au cœur des priorités des régions. D’ailleurs, cela commence à se faire. Prenons l’exemple d’Agadir qui est désormais leader en la matière, notamment avec la création d’une société de développement régional dédiée au tourisme rural. Cela veut dire que nous allons vers la spécialisation ».

D’autres prérequis à prendre en considération
En parallèle à la gouvernance, d’autres prérequis ont été identifiés pour atteindre les objectifs de 2030. Citons en premier le renforcement du budget dédié au marketing et à la promotion régionale et qui ne dépasse pas à ce jour les 10 millions DH. Une enveloppe que les professionnels jugent en deçà du chantier ouvert au niveau de la région. «Ce n’est pas avec des moyens financiers faibles que les 6 millions de touristes vont être atteints», assure le président du CRT Casablanca-Settat.

Et d’ajouter : «Il y a aussi d’autres prérequis beaucoup plus importants et qui ne dépendent pas du Conseil mais nous veillerons à ce qu’ils soient dans l’agenda et réalisés au moment opportun ». Othman Cherif Alami énumère dans ce sens l’opérationnalisation du quai de croisière de Casablanca. Cette infrastructure devrait accueillir d’ici 2030 pas moins de 500.000 visiteurs au quotidien. «Le quai est prêt depuis 2022 mais il n’est toujours pas ouvert », souligne M. Cherif Alami. Et de préciser que « grâce aux synergies et à l’impulsion donnée par M. le wali, le quai de croisière a fait l’objet d’un appel à manifestation d’intérêt. La gestion est accordée à une grande entreprise anglaise et ce dans l’espoir qu’il soit opérationnel fin 2024 ».

Le responsable indique à ce propos que de grandes compagnies ont manifesté d’ores et déjà leur souhait d’installer définitivement leur départ « bateau » de la ville de Casablanca. « Cela veut dire que l’on pourrait vendre des croisières de Casablanca à destination de la Méditerranée, l’Amérique du Sud ou encore l’Europe de l’Ouest », peut-on retenir du président du CRT. Parmi les grands projets attendus et qui dynamiseraient la destination, on relève également l’ouverture du troisième terminal de l’aéroport Mohammed V. La mise en service de cette infrastructure contribuerait à agrandir ce hub aérien et de l’aligner sur les normes internationales.

La connectivité aérienne de Casablanca devrait par ailleurs être enrichie avec la création du « low coast connexion », permettant à la région de gagner davantage de parts sur ce marché. L’ouverture du Grand théâtre de Casablanca est également déterminante pour booster le cachet culturel de la ville et ce au même titre que le palais de la foire qui impulserait une nouvelle dynamique et offrirait de nouvelles opportunités « business » à la destination.

Ce projet de 90 millions de dirhams, dont la gestion est confiée à l’AMDIE, comprendrait un espace d’exposition de 12.000 mètres carrés ainsi qu’un amphithéâtre de 2.000 places. Il est également question de mettre en visibilité la côte balnéaire allant de Bouznika  à Oualidia et la doter d’infrastructures d’hébergement all inclusive en vue de lui garantir une attractivité pour au moins six mois de l’année. L’arrière-pays n’est pas en reste. Un grand intérêt devrait être accordé pour la réhabilitation touristique de certains spots au niveau de la région, à titre d’exemple la Forêt de Benslimane et la Kasbah de Boulaouane.

Evolution des arrivées et des nuitées par marché émetteur dans la région Casablanca-Settat au mois de mars 2024. (CRT Casa-Settat)

Articles similaires

ActualitéUne

En application des Hautes Instructions Royales, M. Akhannouch préside une réunion consacrée au recensement général de la population

Mobilisation générale pour la réussite du Recensement général. En application des Hautes...

ActualitéUne

Une réunion mercredi du Conseil de gouvernement

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du chef...