970x250

La forêt flambe à Tanger

Les incendies continuent de détruire le domaine forestier de la région de Tanger. Un violent feu s’est déclenché dans la forêt de Chtibat (caïdat de Tlat Taghramt relevant de la préfecture de Fahs Anjra) et ont dévasté 70 hectares. Les incendies ont également dévasté 10 hectares de la forêt Chjirat, située dans la même zone. Plus de 100 éléments, relevant des eaux et forêts, de la protection civile, de la gendarmerie royale et des forces auxiliaires, ont été mobilisés pour circonscrire l’incendie, qui s’attisait de temps à autre avec l’arrivée du Chergui. Bien qu’ils aient réussi à les maîtriser lundi, d’autres zones de forêts restent toujours menacées par d’autres incendies en raison de la vague de chaleur et des vents violents de Chergui qui soufflent sur cette région.
Pour le moment, il est difficile d’évaluer l’ampleur des dégâts, estiment les responsables des opérations. L’origine de ces incendies est pour l’instant inconnue. Une enquête a été ouverte pour déterminer les véritables causes de ce drame écologique. Cependant, les services de sécurité retiennent la préméditation pour cet acte vu la multiplication des incendies dans cette région. En effet, un incendie similaire s’était déclenché jeudi dernier dans la forêt de « Jbel Dalia » située dans la préfecture de Fahs Anjra (45 km de Tanger) et a ravagé 15 hectares. La région de Tanger a connu également, depuis le début de l’été, deux autres violents incendies ayant ravagé des centaines d’hectares de forêts. Le premier s’est produit le 19 juillet dans la forêt de Khemis Sahel (région de Larache) et a détruit environ 300 hectares de forêts de chêne liège. Le deuxième a eu lieu 24 heures après dans la forêt diplomatique, située à 20 km de Tanger.
Concernant l’incendie qui s’est déclaré dans la forêt de Médiouna, son auteur présumé a été déféré devant la Cour d’appel de Tanger. La ville de Tétouan n’a pas été également épargnée par les incendies. En effet, depuis janvier 2005, quelque 18 incendies se sont produits dans la wilaya de Tétouan. Le feu a détruit environ 70 hectares de forêts. Cet été, pas moins de cinq incendies se sont déclarés et sont pour la plupart d’origine humaine (cigarette, cuisson, chauffage, incinération de déchets agricoles et domestiques). Heureusement, ces feux de forêts n’ont pas fait de victimes.
En vue de prévenir les incendies et protéger le domaine forestier de la province, la Division aux eaux et forêts a déployé des gardiens travaillant en permanence dans des zones sensibles et mis en oeuvre deux programmes portant sur la protection des pins et sur l’aménagement de sentiers dans les forêts. En 2004, les incendies ont ravagé 171 hectares de forêts dans la province de Tétouan, pour la plupart en septembre, contre 111 une année auparavant. Au cours de la dernière décennie, 2005 a été l’année qui a enregistré le plus grand nombre d’incendies ayant détruit 1867 hectares de chêne et de genévrier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *