970x250

La nouvelle mission de l’IER

La nouvelle mission de l’IER

Rompre avec le passé et ses graves violations, c’est aussi réhabiliter, économiquement et socialement, les régions dont les populations ont souffert de la proximité d’un lieu de détention secret ou les localités qui ont été marginalisées pour avoir été le théâtre d’événements précis comme Dar Bouaâzza dans les environs de Khénifra.
C’est dans cette perspective que l’Instance Equité et Réconciliation (IER) prépare la tenue, fin septembre, d’un forum national sur la réhabilitation qu’abritera Rabat durant trois jours. Il s’agira pour l’IER de réunir durant ces journées de travail toutes les parties concernées par ce dossier : départements ministériels, ONGs de développement local, ONGs de défense des droits de l’Homme, mais aussi les bailleurs de fonds nationaux et internationaux susceptibles d’apporter leur contribution aux efforts de réhabilitation collective. Car c’est de cela qu’il sera question en définitive. Faire par exemple à ce que les populations aux environs du triste bagne d’Agdez soient bénéficiées d’une réhabilitation socio-économique, tout comme celles de Dar Bouaâzza ou du Rif.
Dans tout ce processus, l’IER, de par ses statuts et compétences, ne fera que jouer le rôle de facilitateur et d’intermédiaire vu que sa mission ne fait nullement d’elle une sorte d’agence de développement ou de financement. Il s’agira pour les amis de Driss Benzekri de la mise en réseau et d’intermédiation entre pouvoirs publics, bailleurs de fonds et ONGs de développement local. Lors de ce forum, il sera également question de l’approche genre dans le processus de réparation. Comme l’avaient reflété les divers témoignages lors des auditions publiques de l’IER, les femmes ont eu leur lot de souffrances auxquelles il faudra aussi remédier et notamment dans les régions ayant fait l’objet de punitions collectives.
Ce forum national, rendez-vous de mobilisation générale pour une réparation collective, sera aussi l’occasion de dévoiler les propositions et les recommandations de l’IER en la matière pour le rétablissement de la confiance et le renforcement de la solidarité sociale. L’aspect préservation de la mémoire ne sera pas absent lors des travaux de ce forum national. Il s’agira, pour les participants, de réfléchir à la meilleure manière de « reconvertir » par exemple les lieux de détention secrets. L’une des plus belles « revanches » envisageables comme le laissait entrevoir Driss Benzekri, lors d’un colloque organisé par le PPS à Agadir il y a quelques mois, serait de faire du bagne d’Agdez un lieu de mémoire. Convertir d’autres lieux de détention en Centres socio-éducatifs n’est pas exclu non plus.
La rencontre de Rabat interviendra quelques semaines avant la fin du mandat de l’IER fixée à la fin du mois de novembre prochain. Porteuse de valeurs, il s’agit pour Benzekri et son équipe de préparer l’après-IER qui ne sera d’autre qu’un vaste chantier digne de l’image du Maroc moderne. Réconcilié et pacifié.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *