Le Conseil de sécurité conforte le Maroc pour son Sahara

Le Conseil de sécurité conforte  le Maroc pour son Sahara

Le chef de la diplomatie salue une décision importante

La résolution 2602 du Conseil de sécurité de l’ONU vient conforter les acquis réalisés par le Royaume dans le dossier du Sahara, rendus possibles grâce à l’engagement personnel et au suivi permanent de SM le Roi Mohammed VI. C’est ce qu’a indiqué Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, lors d’un point de presse tenu suite à l’adoption de la résolution 2602 qui a prorogé pour une année le mandat de la Minurso, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain. «Le Maroc salue cette résolution importante au vu de son contexte, de son contenu et des positions exprimées lors de son adoption (…), et qui a conforté les acquis réalisés par le Royaume dans ce dossier», souligne le ministre à ce propos.

Et de préciser que «cette résolution, adoptée avec 13 voix pour, contre deux abstentions, est importante car intervenant dans un contexte où le Maroc a réalisé de nombreux acquis depuis la résolution d’octobre 2020».
Se référant à M. Bourita, la résolution 2602 apporte cinq «importantes» réponses aux manœuvres et agitations des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume.
«La première réponse a trait au format du processus», a-t-il expliqué, relevant que «le Conseil de sécurité a affirmé que les tables rondes, avec la participation de toutes les parties, en sont le seul mécanisme de gestion».

La 2ème se rapporte à la finalité du processus qui doit déboucher sur une solution réaliste, pratique et basée sur le compromis. Pour ce qui est de la 3ème réponse, a-t-il enchaîné, l’Algérie, citée 5 fois dans la résolution, au même titre que le Maroc, a une responsabilité à assumer dans ce dossier.
Le Conseil de sécurité a apporté une autre réponse, la 4ème, en lien avec la rupture du cessez-le-feu. «L’inquiétude du Conseil de sécurité envoie un message aux parties mettant en péril le cessez-le-feu pour qu’elles assument leurs responsabilités».

Quant à la 5ème réponse, elle est relative aux acquis engrangés par le Maroc au fil des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité ces dernières années. M. Bourita a, dans ce sens, fait état de tentatives d’écorner ces acquis qui sont tous aujourd’hui contenus dans la résolution 2602.
Parmi lesquels, a noté le ministre, figure le plan d’autonomie comme cadre réaliste, pratique et crédible et seule perspective du règlement du dossier du Sahara.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *