Le développement économique au Sahara comme leitmotiv

Le développement économique au Sahara comme leitmotiv

Une véritable stratégie inclusive en cours dans les provinces du Sud

La dynamique de développement tous azimuts en cours dans les provinces du Sud du Maroc est le fruit d’un effort «participatif et inclusif» impliquant toutes les composantes de la population locale.

Le Sahara à l’instar des autres régions du Royaume a toujours été prioritaire dans les politiques de développement. La présentation du programme gouvernemental a de nouveau permis de souligner cette vision stratégique. Dans ce sens, le chef de l’Exécutif, Aziz Akhannouch, a affirmé devant les parlementaires que le gouvernement continuera d’appuyer le processus de développement dans les provinces du sud du Royaume et d’honorer tous ses engagements y afférents.

Le numéro un du gouvernement a souligné que l’Exécutif œuvrera également à accélérer la mise en œuvre des différents plans et programmes de développement élaborés dans «le cadre de notre intégrité territoriale et confortés par nos choix de la régionalisation avancée».
Il a relevé à cet effet que le gouvernement veillera aussi à consolider la régionalisation avancée en tant que «choix constitutionnel et démocratique et alternative aux insuffisances des politiques publiques centralisées et concentrées relatives aux disparités territoriales», notamment en ce qui concerne les investissements et l’accès aux services publics de base et leur impact sur la distribution équitable de la richesse entre les régions.

De son côté, l’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’ONU, Omar Hilale, a affirmé que la dynamique de développement tous azimuts en cours dans les provinces du Sud du Maroc est le fruit d’un effort «participatif et inclusif» impliquant toutes les composantes de la population locale. «Le Maroc est en train de développer son Sahara avec la participation et l’inclusion de toutes les composantes de la population locale, y compris les tribus, les femmes, les jeunes et les acteurs politiques», a affirmé M. Hilale qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue suite à l’adoption par le Conseil de sécurité de la résolution 2602 prorogeant d’un an le mandat de la Minurso.

Le diplomate a rappelé, dans ce sens, le lancement par SM le Roi Mohammed VI en 2015 du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, précisant que des investissements de l’ordre de 8 milliards de dollars sont engagés dans des projets socio-économiques et structurels au niveau de la région, comme le port Atlantique Dakhla, le plus grand en eaux profondes en Afrique, outre l’université de médecine et de pharmacie de Laâyoune, l’une des plus grandes au Royaume. M. Hilale a, par ailleurs, expliqué que le Maroc fait le «distinguo» entre le processus politique et le développement du Sahara marocain, d’autant plus que le développement est un «droit inaliénable de l’Homme».

«Chaque citoyen a le droit d’accès à la santé, à l’éducation et à l’ensemble de ses droits», a enchaîné l’ambassadeur, estimant que ces droits «doivent être protégés».
Contrairement à l’Algérie où les fonds et l’assistance humanitaires sont «détournés», au Maroc, un budget colossal est investi pour construire un avenir meilleur, a rappelé le diplomate, ajoutant que l’Algérie et «son polisario» offrent un «avenir de désespoir» aux enfants dans les camps de Tindouf.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *