Le Maroc géant mondial de l’hydrogène ?

Le Maroc géant mondial de l’hydrogène ?

Il pourra produire à l’horizon 2030 jusqu’à 4% des besoins mondiaux

Les responsables allemands affirment que jusqu’en 2030 et selon l’estimation du ministère de la coopération allemande, le Royaume peut couvrir de 2 à 4% des besoins mondiaux en carburant produit à partir de l’hydrogène vert.

Vrai intérêt économique ou manœuvre allemande pour désamorcer la crise? L’ambassade d’Allemagne au centre d’un imbroglio diplomatique entre le Royaume et la République fédérale ne tarit pas d’éloge sur les potentialités énergétiques au Maroc. Et alors que le gouvernement allemand ne fournit toujours pas de réponse sur «les désaccords profonds» ayant conduit la diplomatie marocaine à changer de ton vis-à-vis de la partie allemande, le pays européen préfère continuer à orienter le débat vers des questions purement économiques. Dans ce sens, les responsables allemands affirment que jusqu’en 2030 et selon l’estimation du ministère de la coopération allemande, le Royaume peut couvrir de 2 à 4% des besoins mondiaux en carburant produit à partir de l’hydrogène vert (produits power-to-x).

Si l’usine expérimentale doit produire à partir de 2025 l’équivalent de 10.000 tonnes d’hydrogène vert, le ministère de la coopération allemande affirme, via l’ambassade, travailler sur les niches de production mais également et surtout les possibilités d’exportation de cette énergie vers Berlin. Si les responsables de ce pays insistent sur les potentialités marocaines en la matière, ils n’oublient pas par la même occasion de souligner la valeur ajoutée de l’Allemagne dans de tel projet.

Il faut préciser, cependant, que sur le continent européen, d’autres pays manifestent un intérêt croissant pour la coopération avec le Maroc dans le domaine de l’énergie issue de sources propres. C’est le cas notamment de la Grande-Bretagne avec le projet Xlinks. Selon les promoteurs du projet, «en localisant la production solaire et éolienne, le Sahara offre une solution à ce problème. Le Sahara bénéficie de niveaux élevés d’irradiance solaire tout au long de l’année, ce qui signifie que Xlinks peut générer de l’électricité de manière fiable chaque jour, y compris en hiver. Les emplacements choisis pour les parcs éoliens bénéficient d’un vent atlantique fiable qui fait partie d’un système météorologique différent de celui du Royaume-Uni». Le choix du désert marocain n’est pas fortuit puisque les promoteurs du projet pensent que «le faible coût de la production solaire et éolienne au Sahara signifie également que le projet peut inclure un stockage important pour permettre au projet de fournir de l’électricité au Royaume-Uni toute la nuit».

A noter enfin que le ministère des affaires étrangères avait annoncé la suspension des relations avec l’ambassade de ce pays européen. Dans une lettre signée par le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des MRE, les départements ministériels et les organismes sous leur tutelle sont priés de suspendre tout contact avec l’ambassade allemande et les organismes de coopération de ce pays. La diplomatie marocaine explique cette décision par des désaccords profonds au sujet de questions fondamentales pour le Royaume. Le chef de la diplomatie avait précisé que toute dérogation à cette décision ne pourra se faire qu’après un accord préalable des Affaires étrangères.

Hydrogène vert

En décembre 2020 et sous l’égide du ministère de l’énergie, des mines et de l’environnement, l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont organisé la première édition du «World Power-to-X Summit». Cette première édition virtuelle du WorldPtXSummit a constitué une plate-forme régionale d’échange, dédiée à l’hydrogène vert et à ses applications (filière «Power-To-X»).

Plusieurs ministres, secrétaires d’Etat, dirigeants d’entreprises, représentants d’organismes nationaux et internationaux (CESE, AIE, IRENA, Dii,..), chercheurs et experts ont pris part à cette manifestation. Plus de 2 000 personnes issues d’une soixantaine de pays des cinq continents ont pu suivre 90 conférenciers de différents horizons traitant des défis et opportunités de l’économie de l’hydrogène vert, sur l’ensemble de sa chaîne de valeur : de l’énergie verte jusqu’aux différentes applications chimiques et industrielles, ainsi que les aspects technologiques et les perspectives du marché.

Suspension

Le début de ce mois de mars 2021 a été marqué par la suspension des relations de la part du gouvernement avec l’ambassade d’Allemagne. Dans une lettre signée par le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des MRE, Nasser Bourita, il est demandé au gouvernement de suspendre «tout contact avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat». Le même document évoque des «malentendus profonds au sujet des questions fondamentales du Royaume du Maroc».

Ainsi, les différents «départements ministériels et l’ensemble des organismes qui relèvent de leurs tutelles sont invités à suspendre tout contact ou mesure de coopération, en aucun cas ou sous aucune forme, aussi bien avec l’ambassade d’Allemagne au Maroc qu’avec les organismes de coopération et les fondations allemandes qui lui sont liés».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *