970x250

Le Maroc se lance dans la maintenance des avions militaires

Le Maroc se lance dans la maintenance des avions militaires

Des projets annoncés pour cette année avec une composante civile également

Le Maroc compte déjà mettre à niveau un escadron de ses F16 mais pas que cela. Les F5 marocains seront également mis à jour. Des projets de rénovation des infrastructures militaires sont également en cours.

Repositionnement stratégique en vue pour l’aéronautique marocaine. Considéré comme étant l’un des leaders mondiaux de la construction des pièces d’avions, le Royaume veut ratisser large. La prochaine étape concerne l’élargissement de la palette des services proposés pour toucher la transformation, la mise à niveau et la maintenance des avions civils mais également les aéronefs militaires. Si la composante civile est bien connue depuis quelques mois, celle militaire vient tout juste d’être dévoilée. Selon une source bien informée, le Maroc s’attend au cours de cette année au lancement de plusieurs projets dans la maintenance des avions civils et militaires. Le Royaume deviendra ainsi l’un des pays à avoir une industrie militaire.

Reste à connaître les premiers clients pour la composante militaire des projets. Il faut préciser dans ce sens que le Maroc compte déjà mettre à niveau un escadron de ses F16 mais pas que cela. Les F5 marocains seront également mis à jour. Des projets de rénovation des infrastructures militaires sont également en cours. Ce sont donc de nouvelles perspectives qui s’offrent pour le secteur aéronautique national dans le monde post-Covid. Pour rappel, une première tentative avait été effectuée par les autorités compétentes en 2021 pour la conception, la construction, le financement et l’exploitation d’un centre de stockage, de recyclage des aéronefs. Pour attirer un plus grand nombre de prétendants, les autorités avaient pris des mesures incitatives.

Il s’agit notamment de faire bénéficier les entreprises intéressées du domaine public pour une durée de 10 ans renouvelable avec un terrain nu d’une superficie minimale de 10 hectares et la possibilité de monter jusqu’à 54 ha. Concrètement, la mise en œuvre de ce genre de projet doit se dérouler en plusieurs phases. Selon le premier cahier des charges dévoilé au cours de la première tentative, l’une des premières étapes d’une durée de 16 mois à compter de la date d’attribution du marché concernera l’aménagement du terrain abritant les activités précitées et la construction de voies et hangars pour garer les avions sans oublier les travaux de voirie et réseaux divers ainsi que l’aménagement des bureaux et autres dépendances nécessaires. Le projet devrait être construit à proximité d’un aéroport, ce qui n’est pas fortuit.
Les installations de démantèlement d’avions sont construites sur des sites aéroportuaires, ce qui permet aux avions d’arriver par leurs propres moyens.

Les moteurs de l’avion sont ainsi retirés pour être revendus pour réutilisation tout comme d’autres éléments comme l’avionique, les trains d’atterrissage, les câbles ou même les sièges. Même les débris de l’avion peuvent être recyclés pour extraire l’aluminium ainsi que d’autres métaux.

Performances

L’écosystème aéronautique au Maroc compte à date d’aujourd’hui 140 entreprises avec un chiffre d’affaires autour de 2 milliards de dollars à l’export, un nombre d’emplois directs atteignant 17.000 salariés dont 40% sont des femmes. Pour ce qui est du taux d’intégration, il est passé de 17% en 2014 à plus de 38% avant la crise sanitaire. Le secteur était à un taux de croissance entre 18 et 20% avant la crise. A l’instar de plusieurs pays, le secteur au Maroc a été impacté par la pandémie de Covid-19.

Le positionnement de l’aéronautique marocaine dans la chaîne de valeur internationale impose aux acteurs du secteur de s’aligner sur les nouvelles exigences du marché. Produire propre est aujourd’hui un impératif auquel devra répondre l’ensemble des industriels pour gagner en visibilité et surtout en compétitivité. Le Maroc a emprunté cette trajectoire en plaçant la décarbonation au cœur de sa feuille de route de relance industrielle. Pour atteindre cet objectif, le secteur de l’aéronautique annonce le passage à une nouvelle phase de développement. Une profonde transformation sera opérée renforçant ainsi l’ancrage de la base Maroc.

Activités

L’aéronautique fait partie des métiers mondiaux du Royaume. Des poids lourds de la construction des avions sont ainsi présents directement ou indirectement. Le développement rapide de ce secteur a été porté dans ce sens par des opérateurs de grande envergure, à l’instar de EADS, Boeing, Safran…

Il faut préciser que deux composantes industrielles constituent les fondamentaux du secteur aéronautique mondial. Il s’agit de la construction aéronautique qui comprend tous les établissements fabriquant à titre principal des cellules d’avions, des moteurs et des équipements spécifiques pour avions et de la sous-traitance prise en charge par les établissements réalisant pour le compte d’un ou de plusieurs industriels du secteur aéronautique, selon un cahier des charges préétabli, la fabrication de pièces, de produits d’éléments d’ensembles ou de sous-ensembles. A ces deux activités s’ajoute depuis quelques années le recyclage des avions en fin de vie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.