Le ministère de la culture vient de lancer un nouveau programme : Les Maisons des jeunes réanimées

Le ministère de la culture vient de lancer un nouveau programme : Les Maisons des jeunes réanimées

Les Maisons des jeunes ont toujours constitué une école réelle d’interaction sociale et d’amélioration de la performance cognitive et professionnelle ainsi qu’un espace de formation, de savoir et de pratique de diverses activités pour les jeunes.

Mais au fil des années, ces espaces ont perdu leur importance de manière progressive. Afin d’insuffler une nouvelle dynamique à ces institutions éducatives et culturelles, le ministère de la culture de la jeunesse et des sports (MCJS), en partenariat avec les Agences des Nations Unies au Maroc, vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt dont l’objectif est de «régénérer l’offre de service des Maisons de jeunes». Le ministère compte réaliser cette démarche autour de trois leviers. Le premier consiste à réformer les modalités de gestion des établissements. «Ceci à travers la mise en place d’un dispositif de gouvernance assurant une gestion performante des Maisons de jeunes et favorisant la qualité de service», lit-on dans le document. Le deuxième volet consiste à la conception d’une nouvelle offre adaptée aux besoins des jeunes. Enfin, le dernier comprend le renforcement du métier d’animateur socioculturel.

Un contenu innovant à chaque catégorie de Maison de jeunes

L’équipe de consultants chargés de l’accompagnement du ministère dans la régénération de l’offre de services des Maisons de jeunes devra développer un contenu innovant et spécifique pour chaque catégorie de Maisons de jeunes. «Cela à travers la conception de catalogues d’activités (par thématiques globales et autres sélectionnées directement par les jeunes). Et cela a pour objectif de répondre aux enjeux et besoins du jeune à travers la définition d’une offre adaptée et de qualité tout en favorisant son inclusion dans le choix et la conception du contenu à dispenser dans les Maisons de jeunes», indique la même source.
De plus, les consultants devront analyser le besoin des jeunes et définir les objectifs pédagogiques et socio-éducatifs. «Ils devront définir les valeurs constituant la base de la nouvelle offre, le contenu de l’offre, établir un plan d’action pour la mise en œuvre de projets pilotes dans un premier temps et le déploiement de l’offre à l’échelle nationale dans un deuxième temps».

Un nouveau dispositif de gestion des Maisons de jeunes

Dans le cadre de la mise en place du nouveau dispositif de gouvernance prévu par le ministère, la gestion des Maisons de jeunes sera assurée, selon la même source, par ou en collaboration avec des associations. «Les consultants sont amenés à proposer, sur la base d’un benchmark, des scénarios et des modes différents de gestion selon la catégorie des établissements. Il s’agit, aussi, de l’élaboration de deux chartes de structuration de la gestion à destination des gestionnaires pour chaque catégorie d’établissement».

Des animateurs socioculturels qualifiés

Les Maisons de jeunes seront dotées de personnel qualifié pour la mise en place des activités. «Cette consultation appuiera le processus de création d’un statut d’animateur socioculturel (identification des compétences pour le profil), la conception et contenu de la formation et le processus de certification et déploiement de la formation (avec un réseau d’acteurs formateurs de la société civile)», explique-t-on.
Et d’ajouter que «les animateurs certifiés seront engagés dans le cadre des établissements du MCJS, mais une analyse d’autres débouchés possibles sera intéressante en amont pour identifier les compétences requises et adapter le contenu de la formation aux besoins».

Des Maisons de jeunes digitalisées

Le digital constitue un indispensable levier pour promouvoir l’inclusion socio-économique des jeunes en leur permettant d’acquérir des compétences dans le numérique. Dans ce cadre, les consultants sont amenés, dans ce cadre, à favoriser les programmes et activités visant à faire bénéficier les jeunes de l’ère du digital, tout en créant des passerelles entre le virtuel et la vie réelle chez le jeune. De même, il devra accorder une attention particulière aux équipements numériques.

100 maisons sur 650 ont fermé leurs portes

Le Maroc compte 650 Maisons de jeunes. Un chiffre modeste qui ne reflète pas le rôle vital que ces établissements revêtent dans les domaines de l’éducation, de l’instruction et de l’animation. Parmi les 650 maisons, 100 ont fermé leurs portes en raison du déficit en matière des ressources humaines. Ainsi, une étude réalisée ces dernières années sur les Maisons de jeunes a révélé que ces institutions ne motivent pas les jeunes à participer à la prise de décision, ce qui a créé une réticence chez les jeunes à l’intégrer. Selon cette même étude basée sur un échantillon de plus de 300 jeunes, ces institutions connaissent un faible modèle de gouvernance ainsi qu’une absence de mécanismes de gestion, sachant que 80% des répondants ont exprimé leur insatisfaction vis-à-vis des services de ces Maisons des jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *