Accueil Actualité Les passagers ayant quitté la Chine 7 jours avant leur arrivée admis au Maroc
ActualitéUne

Les passagers ayant quitté la Chine 7 jours avant leur arrivée admis au Maroc

un comité d’experts sanitaires des 27 membres de l’UE (Comité de sécurité sanitaire) a plaidé mardi à Bruxelles pour l’imposition de tests aux voyageurs venant de Chine «à une écrasante majorité».

Samedi dernier, le Maroc avait annoncé interdire l’accès au territoire national à tous les passagers en provenance de la Chine indépendamment de leur nationalité, et ce à partir du mardi 3 janvier 2023. l’Office national des aéroports (ONDA) apporte des précisions concernant les voyageurs en provenance du territoire chinois en indiquant sur son compte Twitter que «seuls seront admis sur le territoire marocain les passagers ayant quitté la Chine 7 jours calendaires avant leur arrivée au Maroc». Cette décision a été prise vu l’évolution de la situation sanitaire et afin d’éviter une nouvelle vague de contaminations au Maroc. Alors que la situation sanitaire s’aggrave en Chine, de nombreux pays n’ont pas hésité à dégainer un arsenal de mesures de restriction. Le Maroc est actuellement le seul pays à avoir adopté la mesure la plus stricte. Plus d’une douzaine de pays ont décidé d’imposer des tests de dépistage de la Covid-19 aux passagers en provenance de Chine. Et la liste risque encore de s’allonger durant les prochains jours.

Des tests imposés dans une douzaine de pays
Les Etats-Unis requièrent à l’entrée du territoire un test Covid négatif réalisé obligatoirement 48 heures avant le départ de Chine ou bien un document prouvant que le passager a guéri du coronavirus dans les 90 jours précédents. En France, les passagers venant de Chine doivent présenter un test PCR ou antigénique négatif réalisé 48h avant leur vol. Pour leur part, l’Italie et l’Espagne requièrent également un dépistage de la Covid. L’Australie exige également un test PCR négatif avant l’arrivée sur son territoire. Il est ainsi exigé pour tous les voyageurs venant de Chine, y compris Hong Kong et Macao. Le Canada impose un test réalisé deux jours avant le départ de Chine. Le gouvernement britannique a annoncé vendredi que, à partir du 5 janvier, les voyageurs en provenance de Chine devront fournir avant leur départ un résultat de test négatif. De son côté, Israël a «décidé d’ordonner aux compagnies aériennes étrangères d’accepter des citoyens étrangers sur un vol de la Chine vers Israël uniquement si ces derniers ont été testés négatifs à la Covid», selon le ministère de la santé. Un centre de dépistage «volontaire» sera aussi mis en place pour les personnes revenant de Chine. Le Japon a annoncé que les personnes dont le test est négatif seront placées en quarantaine pendant sept jours dans des établissements désignés et Tokyo limitera également les vols en provenance de Chine. De son côté, la Corée du Sud a également pris des mesures pour contrôler les voyageurs en provenance de Chine, en leur demandant de fournir un test Covid négatif avant et après leur arrivée. Les voyageurs en provenance de Hong Kong et de Macao sont exemptés de ces règles. L’Inde exige un test négatif réalisé 48h avant le départ de Chine et d’autres pays d’Asie. Mardi, Pékin a jugé « inacceptable » l’imposition de tests Covid par ces pays. «Certains pays ont mis en place des restrictions à l’entrée visant uniquement les voyageurs en provenance de Chine. Cela est dénué de base scientifique et certaines pratiques sont inacceptables», a fustigé une porte-parole du ministère des affaires étrangères, Mao Ning. La Chine pourra «prendre des contre-mesures, selon le principe de réciprocité ». Dans des recommandations, un comité d’experts sanitaires des 27 membres de l’UE (Comité de sécurité sanitaire) a plaidé mardi à Bruxelles pour l’imposition de tests aux voyageurs venant de Chine «à une écrasante majorité», selon un porte-parole de la Commission européenne

Plus de 130 nouveaux sous-lignages du variant Omicron détectés en Chine
Plus de 130 nouveaux sous-lignages du variant Omicron ont été détectés en Chine au cours des trois derniers mois, Parmi eux, XXB et BQ.1 et leurs propres sous-lignages, qui se sont propagés aux États-Unis et dans certaines parties de l’Europe ces derniers mois. Cela dit, BA.5.2 et BF.7 restent les principales souches d’Omicron détectées en Chine, a déclaré Xu Wenbo, le chef de l’institut de contrôle des virus au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies. Il estime que les différents sous-lignages vont probablement co-circuler. Le variant BF.7 est le principal responsable de la vague de contaminations en Chine. Le BF.7 inquiète car il est virulent et très contagieux . En effet, il aurait un R0 (taux de reproduction d’un virus) de 10 à 18,6, contre seulement 5,08 pour Omicron. Cela signifie qu’une personne contaminée transmettra le virus, en moyenne, à entre 10 et 18,6 autres personnes.

Articles similaires

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

Agriculture durable : Les avancées du Maroc en matière de micro-irrigation présentées à Dakhla

Micro-irrigation  » Cette rencontre internationale, scientifique et technique constitue l’occasion pour de...

Adoption de lois, les parlementaires mettent le turbo

La session parlementaire d’automne sera bientôt clôturée Parlement.» C’est une course contre...

Démographie : Les derniers chiffres du HCP sur la population

Dans son annuaire statistique 2022, le HCP donne un aperçu des évolutions...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie