Les trois quarts des marocains s’attendent à une 2ème vague

Les trois quarts des marocains s’attendent à une 2ème vague

Une deuxième vague de la Covid-19 au Maroc conduirait à un nouveau confinement. C’est ce qu’anticipent 75% des participants à l’enquête réalisée par le cabinet LMS-CSA (Marketing et sondages) en partenariat avec Aujourd’hui le Maroc. L’éventualité d’un reconfinement est «probable» pour 55% de cette proportion de répondants et «certaine» pour les 19% restants. Ces résultats révèlent les appréhensions des marocains quant à la crise sanitaire due à la Covid-19 et donne un diagnostic précis sur leurs inquiétudes durant cette période. L’enquête s’est basée sur un échantillonnage élaboré suivant la méthode des quotas, puis redressé par région, sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et niveau de scolarité.

L’objectif étant de donner à chaque profil le poids correspondant dans la population urbaine de 18 ans et plus. Pour y parvenir 456 marocain(e)s résident(e)s au Maroc ont été sondés par entretien téléphonique (50% d’hommes et 50% de femmes). Ce travail a été effectué sur la période allant du 16 au 24 juillet 2020 couvrant 10 régions à savoir : Tanger-Tétouan-Al Hoceima, l’Oriental, Fès-Meknès, Rabat-Salé-Kenitra, Beni- Mellal-Khénifra, le Grand Casablanca- Settat, Marrakech-Safi, Draâ-Tafilalet, Souss-Massa, Guelmim-Laâyoune- Eddakhla. Les détails.

Le manque de discipline, 1er facteur à générer une 2ème vague

Le retour en puissance de la Covid-19 est fortement appréhendé. Pour 54% des personnes ayant répondu à cette enquête, le manque de discipline constituerait l’élément majeur pouvant générer une deuxième vague du nouveau Coronavirus au Maroc, suivi par le manque de précautions sanitaires (35%) et l’augmentation du nombre de cas (23%). Pour le reste : 8% des sondés croient que la 2ème vague se produirait avec l’arrivée de l’automne/l’hiver, à cause des grands rassemblement (8%), le manque de précautions sanitaires sur les lieux de travail (6%), la gestion de la crise par les autorités (6%), l’autorisation de circulation entre les villes et régions (1%) et les vacances d’été (1%).

La majorité des répondants prête pour le vaccin

A la question : « Si un vaccin contre le coronavirus est découvert, seriez-vous disposé à vous faire vacciner ?», ils sont 81% à répondre par l’affirmatif. «Une disposition davantage relevée auprès des plus faibles revenus », précisent les initiateurs de cette étude.Selon la même source, 14% des répondants à l’enquête ne désirent pas se faire vacciner et 5% sont dubitatifs (ne savent pas).

Le confinement vécu difficilement

Le confinement est l’élément central de cette période de crise sanitaire. A la question : «Comment avez-vous vécu le confinement dû à la Covid-19 ? », les marocains ayant participé à cette étude, estiment qu’il a été difficile. Une confirmation faite par plus de 70% des répondants.
Plus encore, 47% de ces derniers jugent que le confinement a été « très » difficile. Ils sont seulement 13% à le considérer comme «très facile». Plus alarmant, la crise de la Covid-19, d’après un sondé sur deux, a eu un impact négatif sur la scolarité des enfants et le pouvoir d’achat, l’épargne des foyers, ainsi que sur le moral personnel. Elle a impacté négativement: la qualité de la scolarité des enfants pour 77% des sondés, le revenus et le pouvoir d’achat du ménage (59%), la situation de l’épargne du ménage (53%), le moral (52%), la situation de l’endettement du ménage (49%), la qualité du sommeil (44%), la qualité de l’alimentation (36%), la santé physique (31%) et les relations entre les membres du foyer (14%).

Covid-19, un danger confirmé

Les marocains ont un avis tranché sur la dangerosité de la Covid-19. En effet, l’écrasante majorité des personnes ayant répondu à cette enquête (86%) estiment que ce virus est un danger, voire même, il est considéré très dangereux par près de 68% d’entre eux. Par ailleurs, seuls environ 4% des interrogés le considèrent comme «pas du tout dangereux». Au niveau de l’information sur les mesures de précautions contre le virus, les sondés sont là aussi catégoriques. Ainsi, plus de 90% de ces personnes se disent avoir été «très» ou «plutôt» bien informées sur lesdites mesures. Il ressort, également, que 86% estiment avoir été «très» ou «plutôt» bien informés sur la dangerosité et les risques liés au virus. On notera aussi que 76% des personnes interrogées jugent avoir été «très» ou «plutôt» bien informées sur la situation de crise.

Les visites familiales ont beaucoup manqué aux marocains

Cette analyse met, également, sous la loupe ce qui a le plus manqué aux marocains durant la période de confinement. Sans surprise, rendre visite à la famille serait la principale activité qui a manqué le plus aux répondants de l’enquête (24%). D’autres activités ont été citées : voyager (14%), travailler ou aller au cours (14%), sortir en général (12%), faire du sport (8%), visiter les amis (3%), aller à la mosquée (3%), aller à la plage (3%), aller au café (2%), et être libre (2%).
Pour ce qui est des mesures de précautions, un léger relâchement se fait sentir. Ainsi, à la question : « Concernant les règles et les précautions sanitaires, diriez-vous globalement que vous avez tendance à les respecter plus, moins ou autant qu’au début de la crise ?», 19% ont admis avoir baissé leur vigilance et moins respecter ces consignes, en comparaison avec le début de la crise.

Méthodologie de l’étude

«Wiqaytna» : Succès mitigé !

Les autorités ont mis en place, depuis plus d’un mois déjà, l’application «Wiqaytna» en vue de mieux contrôler la propagation du virus. Cette application suscite un avis partagé auprès des utilisateurs parmi les sondés. «Près de 3 personnes sur 4 ont déjà entendu parler de Wiqaytna, mais près de la moitié d’entre eux déclarent avoir été mal informés sur l’application et ses fonctionnalités», peut-on relever de l’enquête. Parallèlement, 86% des personnes interrogées ayant entendu parler de Wiqaytna l’ont téléchargé, mais 64% ont fini par la désinstaller. Parmi les raisons avancées par les personnes n’ayant pas téléchargé ou bien gardé l’application, 44% des répondants ont jugé qu’elle ne leur est pas utile. Par ailleurs, et en réponse à la question: «A propos de l’application Wiqaytna, jusqu’à quel point pensez-vous qu’elle peut être utile pour contrôler la propagation du virus ? », moins de 50% des sondés, connaissant l’application Wiqaytna, la jugent utile pour contrôler la propagation du virus. Les plus sceptiques sont les plus jeunes et les plus aisés, à en croire les résultats de ladite étude.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *