L’ONEE lève un milliard de dirhams

L’ONEE lève un milliard de dirhams

C’est parti pour la première opération de titrisation de créances commerciales sous la nouvelle réglementation. Et c’est l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) qui a décidé d’inaugurer le mouvement.

L’Office a décidé de lever pas moins d’un milliard de dirhams en cédant son équivalent en créances commerciales actuelles et même futures. Vendredi 14 juin, le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) a d’ailleurs donné son feu vert en accordant le visa conforme à la note d’information relative à l’opération.

Et c’est Maghreb Titrisation (MT), filiale de la CDG, qui a assuré le conseil et le montage de cette opération, qui aura pour mission de la piloter. Selon ladite note d’information, ce milliard de dirhams permettra à l’Office de financer son cycle d’exploitation et sa trésorerie à des conditions avantageuses tout en optimisant le besoin en fonds de roulement.

Sur le plan technico-financier, le montage consistera en la mise en place d’un Fonds de placements collectifs en titrisation (FPCT) dédié à l’ONEE et qui sera géré par Maghreb Titrisation moyennant des frais de gestion. La levée de fonds se fera à travers l’appel à souscription de 10.000 obligations émises par ledit fonds et qui seront adossées aux créances commerciales que lui cédera l’ONEE.

Selon la note d’information l’opération de souscription sera ouverte à compter du mercredi 19 juin pour être clôturée le vendredi 21 juin. Les obligations auront une maturité d’un an et seront donc remboursables in fine, c’est-à-dire le 23 juin 2014.

Autre détail important : l’opération sera entièrement et exclusivement réservée aux investisseurs institutionnels notamment les fonds de placements collectifs, les banques et sociétés financières, les compagnies d’assurances ainsi que d’autres institutions comme la CDG ou encore les organismes gérant les fonds de pensions et retraites tels que le RCAR, la CMR, la CIMR, la CNSS…

Pour rappel, la loi 33-06 sur la titrisation dans sa mouture initiale ouvrait ce mode de financement uniquement aux banques et pour les créances dites hypothécaires. Mais depuis son amendement en janvier 2013, d’autres institutions ont désormais le droit d’y recourir pour leurs créances commerciales. En plus de l’ONE, d’autres grandes entreprises sont annoncées depuis longtemps pour des opérations similaires notamment l’OCP ou encore l’association Al Amana pour le microcrédit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *