L’onomastique juive au Maroc passée au peigne fin

L’onomastique juive au Maroc passée au peigne fin

Lors d’un colloque qui se tient à Agadir

Le coup d’envoi du Colloque international sur l’onomastique juive au Maroc «Enjeux politiques, économiques et territoriaux» a été donné mardi à Agadir en présence de chercheurs marocains et étrangers. Ce colloque de trois jours initié par l’école doctorale de l’Université internationale d’Agadir vient pour identifier, à partir des cas concrets très contextualisés dans le temps et dans l’espace, les enjeux qui illustrent la question des rapports entre l’onomastique, le politique, les territoires et montrer que toutes les identifications et les orthographes ont été et demeurent en partie valables et peuvent être lues et interprétées avec une perspective politique, économique et territoriale. La problématique centrale de ce colloque s’articule autour des usages politiques et économiques de l’onomastique juive, ailleurs et au Maroc.

D’après les initiateurs de ce colloque, «dans le contexte mondial actuel marqué par la recomposition des alliances et de redistribution des cartes géopolitiques (normalisation des relations entre le Maroc et Israël), l’onomastique juive au Maroc resurgit enfin et des questions pointues de toponymie ou d’anthroponymie pouvaient être politisables. La dimension politique est évidente, mais aussi économique et spatiale par la nature des noms attribués : des pratiques de nomination qui étaient fondatrices du vouloir vivre ensemble. On pourrait donc aussi s’interroger sur la question des rapports entre toponymie, politique et territoire. D’où l’idée d’organiser cette rencontre scientifique qui propose d’analyser l’importance des enjeux identitaires, politiques et économiques des pratiques onomastiques». Et de poursuivre que «certes, l’onomastique apporte un nouvel angle de vue, elle peut mettre en évidence des communautés, créer un canal de communication ciblé sur une communauté particulière : expatriés d’affaires, touristes, investisseurs, migrants, etc.).

Les faiblesses des territoires pauvres sont susceptibles de devenir une force grâce à leur émigration. Ainsi, l’onomastique peut être mobilisée à des fins de projets de développement des territoires. Alors que le paysage linguistique peut offrir plus de visibilité aux espaces. L’onomastique joue un rôle important en géodémographie à travers l’analyse de la sociologie d’un territoire y compris les origines culturelles et ethniques de ses habitants à partir de sources publiques, des données de recensement, des archives, etc.».

Ainsi, la problématique centrale de ce colloque s’articule autour des usages politiques et économiques de l’onomastique juive, ailleurs et au Maroc, où un nombre important de toponymes et de noms fait référence aux juifs et à la culture judaïque. Deux tables rondes sont au menu dans le cadre du colloque qui réunit de grands chercheurs nationaux et internationaux de renommée internationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *