970x250

Polarisation des opinions publiques : Latifa Akharbach tire la sonnette d’alarme

Polarisation des opinions publiques : Latifa Akharbach tire la sonnette d’alarme

Les médias doivent éviter d’agir comme un facteur de polarisation des opinions publiques, notamment sur les questions d’intérêt géostratégique commun.

Cet appel a été lancé par Latifa Akharbach, présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), lors de sa participation au premier Forum hispano-arabe des médias organisé les 17 et 18 mai 2022 à Madrid par le groupe audiovisuel public espagnol RTVE.

La présidente de la HACA a également rappelé que «les vrais enjeux de la promotion de la qualité et de la diversité de la représentation médiatique des pays, des peuples et des sociétés dépassent le simple enjeu de renforcement du soft power et de l’influence de l’une ou l’autre des parties auprès de l’opinion publique ou des milieux d’affaires».

Le défi réel, a-telle estimé, est de réussir à construire la confiance, à promouvoir la connaissance mutuelle et à renforcer la prise de conscience de l’intérêt général partagé pour assurer l’adhésion des opinions publiques et des différents acteurs. «Cette adhésion tributaire de l’action des médias est nécessaire pour garantir l’engagement et le soutien des citoyens aux efforts et dynamiques de construction d’espaces communs, de prospérité partagée, d’action concertée, de mobilisation continue et d’évaluation participative», a-t-elle souligné.

Et d’ajouter que «le lien entre la confiance, la connaissance et l’engagement efficient peut être illustré à travers plusieurs exemples de défis communs à partager dont notamment la lutte contre le terrorisme, la gestion de la migration et la réponse au changement climatique et la garantie de la durabilité des ressources naturelles, etc.».

En conclusion, Mme Akharbach a rappelé les besoins renouvelés en matière de promotion de la connaissance mutuelle à travers l’initiation d’une nouvelle dynamique d’échanges entre les médias et d’un dialogue véritablement inclusif. L’urgence étant de faire face ensemble et d’une manière solidaire à ce problème de représentation de l’Autre «surtout quand cet Autre est le voisin d’en face, celui avec qui vous partagez la mémoire, l’espace géostratégique et la conscience d’une interdépendance des devenirs».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.