ActualitéUne

Régime d’aide sociale directe : Feu vert des députés

La Chambre des représentants a adopté, lundi, à l’unanimité le projet de loi n° 58.23

La Chambre des représentants a adopté, lundi, à l’unanimité le projet de loi n° 58.23 relatif au régime d’aide sociale directe ainsi que le projet de loi n° 59.23 portant création de l’Agence nationale d’aide sociale.

Présentant les deux projets de loi, le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, a souligné que ces textes «s’inscrivent dans le cadre d’un projet Royal ambitieux» et s’appuient sur un référentiel constitutionnel clair découlant de la Constitution de 2011, qui stipule que la construction d’une société solidaire où tous jouissent de l’égalité des chances, du respect de leur dignité et de la justice sociale est l’un des fondements du processus de consolidation des institutions d’un Etat moderne.

Il a expliqué que ces deux projets s’inscrivent aussi dans le cadre de la mise en œuvre du chantier Royal de la protection sociale et de la loi-cadre n° 09.21 relative à la protection sociale, notant que ce chantier constitue le fruit d’une série de réformes progressives au niveau des politiques, des initiatives et des structures depuis l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Trône de Ses Glorieux Ancêtres.
M. Baitas a qualifié l’approbation de ces deux projets de «tournant sur les plans politique et social, compte tenu de la nature de la question liée à l’aide sociale, des conditions et des modalités pour en bénéficier et de l’institution publique chargée de la gestion du processus pour bénéficier d’une aide directe».

Evoquant le chantier de l’aide sociale directe, le ministre a souligné qu’il fait partie des contrats majeurs qui établissent l’État-nation.
«Etant un projet Royal, il ne peut faire l’objet d’alternance des politiques, de polarité idéologique ou de joutes politiques entre les différentes sensibilités», a ajouté M. Baitas. Il a souligné que l’État ne considère pas les questions sociales comme un fardeau économique, mais plutôt comme un levier pour promouvoir le développement social et humain, ajoutant à cet égard que «le gouvernement estime que la mise en œuvre de l’aide sociale directe ne doit pas être affectée par les conditions économiques, les contraintes auxquelles peut faire face la gestion du budget ou les engagements urgents. Le ministre a ajouté que l’établissement de ce mécanisme de solidarité d’aide directe permettra d’améliorer les indicateurs de développement liés aux secteurs sociaux vitaux, en particulier l’éducation et la santé.
Il a également souligné que «le programme d’aide directe a été mis en œuvre dans le respect de l’agenda Royal et dans des conditions géopolitiques, sociales et économiques régionales et internationales délicates, ce qui représente un acquis et un challenge importants pour notre pays».

De leur côté, les députés ont mis en avant l’importance du projet relatif au régime d’aide sociale directe et du projet de loi portant création de l’Agence nationale d’aide sociale, soulignant que ces deux textes s’inscrivent dans le cadre des «chantiers Royaux sur lesquels reposent beaucoup d’espoirs».

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus