Régionalisation avancée : SM le Roi relance le projet

Régionalisation avancée : SM le Roi relance le projet

Les premières Assises nationales ont bouclé samedi leurs travaux à Agadir

Le Souverain a mis l’accent sur les étapes parcourues depuis le lancement du processus de la régionalisation avancée qui a franchi d’importantes étapes depuis l’installation de la Commission consultative chargée de la conduite de ce chantier.

Dans un message adressé aux participants aux premières Assises nationales de la régionalisation avancée qui se sont déroulées à Agadir les 20 et 21 décembre, SM le Roi Mohammed VI a souligné que cette rencontre constitue une plate-forme de débat et de dialogue autour de thèmes éminemment importants et qui portent particulièrement sur les compétences dévolues aux régions, la contractualisation et le développement régional intégré, l’administration régionale, la gouvernance financière, et la démocratie participative. Dans le message royal dont lecture a été donnée par le ministre de l’intérieur, Abdelouafi Laftit, le Souverain a mis l’accent sur les étapes parcourues depuis le lancement du processus de la régionalisation avancée qui a franchi d’importantes étapes depuis l’installation de la Commission consultative chargée de la conduite de ce chantier, et dont les conclusions ont servi de base à la conception démocratique, efficiente et participative d’un modèle marocain, axé sur le principe d’une contribution au développement intégré des collectivités territoriales en général et des régions en particulier.

Le discours royal s’est arrêté sur les dispositions de la Constitution de 2011 et qui a été le point culminant d’un processus au cours duquel se sont additionnés les acquis politiques et les réalisations économiques et sociales qui ont finalement donné naissance à une société démocratique moderne, gouvernée par les principes de l’Etat de droit. «En vertu de cette Constitution, les collectivités territoriales, en tête desquelles les Régions, sont décrétées comme faisant partie intégrante des institutions élues de l’Etat. Par ailleurs, la Loi fondamentale stipule que l’organisation territoriale du Royaume, décentralisée, est fondée sur une régionalisation avancée. Ont également été consacrés dans le texte constitutionnel d’autres principes de gestion décentralisée, tels qu’ils sont admis et appliqués dans les expériences internationales, pionnières en ce domaine», souligne le Souverain.

Et de poursuivre que «les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la régionalisation avancée, pour importants qu’ils sont, resteront en deçà du niveau requis s’ils ne sont pas étayés par des mesures d’accompagnement permettant aux régions d’exercer efficacement leurs différentes attributions». D’après le discours royal, «l’effort d’investissement public ne suffit pas. Il importe de le renforcer et de l’enrichir par une ouverture au secteur privé. En l’espèce, pour favoriser l’investissement privé, il convient de lui faciliter l’accès aux informations sur les opportunités régionales, notamment celles liées aux domaines jugés prioritaires pour la Région, en particulier le capital foncier, l’aménagement territorial, les créneaux de développement».

Pour SM le Roi, les Assises d’Agadir sont «une importante occasion de débattre autour de l’expérience accumulée durant les quatre dernières années pour assurer la mise en œuvre des lois organiques sur les collectivités territoriales et définir les moyens de relever les multiples défis auxquels les élites régionales ont dû faire face dans l’exercice des compétences assignées aux régions. Il s’agit en somme de marquer un temps d’arrêt pour mener de manière approfondie une évaluation de la situation présente, afin d’envisager une nouvelle phase d’action. Celle-ci, en même temps qu’elle s’inscrira dans la continuité, devra permettre d’affermir les règles de bonne gouvernance dans la gestion des affaires des Régions et d’aplanir les obstacles jusqu’ici rencontrés. Lors de la prochaine étape, il conviendra en effet de concrétiser cette mutation historique avec une célérité redoublée».

Initiée par le ministère de l’intérieur et l’Association des régions du Maroc, cette rencontre de deux jours s’est déroulée en présence de plus de 1.500 participants et a constitué un moment de réflexion et de partage qui a pour ambition de fédérer les acteurs territoriaux autour d’une vision fondatrice de la gestion territoriale. Ces Assises seront dorénavant organisées chaque deux ans. Clôturée par une série de recommandations élaborées suite aux six ateliers thématiques, cette manifestation a été marquée par la signature du Cadre d’orientation pour la mise en œuvre de l’exercice des compétences des Régions entre des membres du gouvernement et les 12 présidents des conseils régionaux du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *