Séminaire régional : L action parlementaire en question

Séminaire régional : L action parlementaire en question

«La construction d’une relation partenariale entre le parlementaire et le citoyen s’avère être le principal défi à relever en vue de préserver la crédibilité de l’action parlementaire et regagner la confiance des citoyens».
Les propos émanent du président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah. Intervenant à l’ouverture d’un séminaire régional sur «L’évolution de la relation entre citoyens et Parlement dans la région arabe», il a relevé que la nouvelle Constitution promeut une plus grande participation des citoyens au travail législatif, notamment en leur accordant le droit de légiférer.

La Loi fondamentale a également prévu des mécanismes de dialogue et de concertation au niveau des régions, l’objectif étant d’associer les citoyens et la société civile à l’élaboration et au suivi des programmes de développement, tout en leur donnant la possibilité de formuler des pétitions, a ajouté le président de la deuxième Chambre lors de cette rencontre organisée par le Parlement en collaboration avec l’Union interparlementaire (UIP) et le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Cette approche participative, a-t-il noté, a été consolidée par la mise en place de plusieurs institutions consultatives et de mécanismes de bonne gouvernance dans les domaines des droits de l’Homme, des médias, de lutte contre la corruption, de la jeunesse et des femmes.

De son côté, le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, a expliqué que les réformes structurelles, administratives et juridiques qui ont concerné le travail parlementaire, ont permis à l’institution législative de se mettre au diapason des changements politiques, culturels et sociaux intervenus à l’échelle nationale et d’être à la hauteur des réformes «audacieuses» qu’a apportées la Constitution de juillet 2011.

Consciente de la nécessité de développer ses mécanismes de travail afin de s’acquitter au mieux des missions qui lui ont été conférées par le Texte constitutionnel, la première Chambre s’attelle à l’élaboration d’un plan stratégique minutieux pour améliorer ses performances, a affirmé M. Ghellab. Et de préciser que ce plan comporte cinq axes de travail se rapportant aux attributions législatives, l’amélioration des outils de contrôle du travail gouvernemental, la promotion de la diplomatie parlementaire, le renforcement des capacités institutionnelles et l’amélioration de la communication en vue de favoriser l’ouverture de la première Chambre sur son environnement extérieur.

Concernant ce dernier volet, il a été décidé, selon M. Ghellab, de créer une chaîne de télévision du Parlement et de produire des émissions culturelles, éducatives et de sensibilisation sur la démocratie et la vie parlementaire, outre des mesures destinées à renforcer les relations avec les médias et à institutionnaliser celles entretenues avec les établissements d’enseignement et les organisations de la société civile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *