Actualité

Soros contre la réélection de Bush

George Soros, le mania de la Finance internationale et grand « gourou » de Wall street en a fait une question « de vie ou de mort ». Tout les supports médiatiques sont sollicité pour mener sa croisade affichée contre le Président américain George W. Bush. A la fois spéculateur, philanthrope et figure de gauche, il dénonce « l’aberration » que forme pour lui la politique Bush, qui « met en danger nos valeurs et notre sécurité ». Celui qui se veut d’abord « un promoteur de la démocratie » et y consacre 500 millions de dollars par an via ses fondations, notamment en Europe de l’Est, se tourne cette fois vers les Etats-Unis, le pays qui l’a accueilli en 1956. « Un abîme s’est créé entre l’Amérique et le reste du monde », écrit-il, en comparant cette quête de suprématie à une bulle financière, qui finit par éclater. Premier test pour la « bulle », l’Irak. « Difficile de penser à une opération récente qui soit allée aussi de travers », commente George Soros pour qui la situation « engendre un cercle vicieux de la violence ». L’élection est question « de vie ou de mort », répète-t-il, alors que sort son livre « La bulle de la suprématie américaine », publié « à toute allure parce qu’il y a urgence »: « J’ai fait de la défaite du président Bush aux prochaines élections mon objectif premier. Car nous avons été trompés ». Reprenant les critiques qu’il avait commencé à émettre en 2002 sur les « cow-boys » de la présidence, il dénonce la manière dont M. Bush, qu’il dit ne pas connaître personnellement, a « pris en otage » le 11 septembre pour imposer la suprématie américaine. « Il a déclaré la guerre au terrorisme, et sous ce prétexte a mis en oeuvre une politique étrangère radicale, dont les principes fondateurs précédaient la tragédie. Ces principes peuvent être résumés: les relations internationales sont des relations de pouvoirs, non de droit », explique-t-il, décrivant une « forme crue de darwinisme social ». Son engagement, le milliardaire de 73 ans l’explique par son passé, celui d’un juif qui grandit en Hongrie et connut l’occupation, allemande puis soviétique. « Quand j’entends le président Bush dire soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes, j’entends comme un signal d’alarme », dit-il, installé depuis des années à New York. 28e fortune d’Amérique, avec 7 Milliards de dollars selon le classement Forbes 2003, l’homme qui a fait exploser son patrimoine en spéculant contre des devises a aussi choisi de fournir le nerf de la guerre électorale. Après des contributions « relativement modestes », selon son porte-parole, aux démocrates lors des campagnes passées, il est passé cet été à la vitesse supérieure, offrant 15 millions à des organisations de gauche, dont dix à America Coming Together, qui milite pour l’inscription sur les listes électorales, et 2,5 à MoveOn.org, qui s’est fait un nom sur l’internet dans l’opposition à la guerre en Irak.

Articles similaires

ActualitéRégions

Plusieurs projets de développement approuvés à Beni Mellal

En présence du secrétaire général de la wilaya, Brahim Boutmilat, le président...

ActualitéUne

Compétition nationale Aurobat: L’équipe de robotique du club d’innovation de l’EST de Beni Mellal remporte le premier prix du jury

En partenariat avec l’Association ATDTec et le club Mécatronique, l’Université Al Akhawayne...

ActualitéUne

Conseil du gouvernement de ce jour : Les liens pour suivre en direct le point de presse du porte-parole à partir de 14H00

https://www.facebook.com/PPODGM?_rdc=1&_rdr https://www.youtube.com/@PPODGM/streams