Staffan de Mistura nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara marocain

Staffan de Mistura nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara marocain

Cette nomination intervient après l’aval du Conseil de sécurité

M. de Mistura, qui succède à ce poste à l’ancien président allemand, Horst Köhler, a pour mandat de faciliter le processus exclusivement onusien visant à parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend régional sur le Sahara marocain.

Le nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara marocain est désormais connu. En effet, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a nommé l’Italo-Suédois Staffan de Mistura en tant que son nouvel envoyé personnel pour le Sahara marocain. Cette nomination intervient après l’aval du Conseil de sécurité, qui a été officiellement saisi par Antonio Guterres. Pour sa part, le Maroc avait exprimé son soutien à cette nomination après sa consultation par le secrétaire général de l’ONU, il y a plusieurs semaines, ce que les autres parties ont également fait.

M. de Mistura, qui succède à ce poste à l’ancien président allemand, Horst Köhler, a pour mandat de faciliter le processus exclusivement onusien visant à parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend régional sur le Sahara marocain. Cette solution doit être conforme aux résolutions du Conseil de sécurité depuis 2018, comme l’a réaffirmé le secrétaire général de l’ONU dans son récent rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain. Dans la lettre de nomination adressée au Conseil de sécurité, le secrétaire général des Nations Unies a indiqué que M. de Mistura travaillera avec le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le «polisario» sur la base de la résolution 2548 du 30 octobre 2021 et d’autres résolutions du Conseil, ainsi qu’en tenant pleinement compte des progrès réalisés à ce jour, afin de parvenir à la solution politique de la question du Sahara marocain.

Ces résolutions du Conseil de sécurité, mentionnées dans le rapport du secrétaire général, en l’occurrence 2440, 2468, 2494 et 2548, ont réaffirmé que la solution politique, réaliste, pragmatique et de compromis est la seule issue à la question du Sahara marocain. Comme toutes celles qui les ont précédées, depuis plus de deux décennies, elles ont définitivement enterré le référendum et ne s’y réfèrent plus. Parallèlement, la prééminence de l’Initiative d’autonomie, dans le cadre de la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume, a été réaffirmée dans les 17 résolutions adoptées par le Conseil de sécurité depuis sa présentation en 2007.
En outre, ces résolutions ont établi les tables rondes, avec la participation du Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le «polisario», comme unique cadre pour mener le processus politique exclusivement onusien. Elles citent l’Algérie à cinq reprises, soit autant de fois que le Maroc, consacrant le rôle de celle-ci en tant que partie principale au différend régional sur le Sahara marocain, et l’interpellant à faire preuve de réalisme et de compromis afin de parvenir à la solution politique de ce différend. A cet égard, M. de Mistura devra commencer sa facilitation dans les prochaines semaines. Conformément à sa lettre de nomination et à la résolution 2548 du Conseil de sécurité, il entamera cette facilitation là où son prédécesseur s’est arrêté, à savoir le processus de tables rondes, avec ses quatre participants et selon les mêmes modalités.

Aval du Maroc

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait entamé, il y a quelques jours, des consultations auprès des membres du Conseil de sécurité pour la nomination de l’Italo-Suédois Staffan de Mistura en tant que son envoyé personnel pour le Sahara marocain. L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, avait alors confirmé à la MAP ces informations.

«Effectivement, ces consultations sont en cours. L’annonce de la nomination de M. Staffan de Mistura se fera dans les prochains jours, après l’aval des membres du Conseil de sécurité», avait-il affirmé ajoutant que «le Maroc a été consulté au préalable au sujet de cette nomination et a déjà notifié son accord à Antonio Guterres. L’accord du Maroc émane de sa confiance permanente et son soutien constant aux efforts du secrétaire général de l’ONU, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend régional sur le Sahara marocain.

Attentes du Maroc

S’agissant des attentes du Royaume, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, avait fait savoir que «le Maroc, par-delà la personnalité qui occupe le poste d’envoyé personnel, demeure, comme il l’a toujours été, résolument attaché au processus exclusivement onusien, afin de parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis au différend artificiel au sujet du Sahara marocain, et ce conformément aux résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, lesquelles considèrent l’Initiative d’autonomie comme la solution sérieuse et crédible à la question du Sahara marocain.

A cet égard, le Royaume du Maroc a solennellement réaffirmé durant les deux précédentes tables rondes de Genève, en présence des ministres algériens Lamssahel, puis Laamamra, que la solution au différend sur le Sahara marocain ne saura être que l’autonomie, rien que l’autonomie et uniquement l’autonomie, et ce dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale marocaines».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *