Actualité

Syrie : Moscou refuse d’évoquer le départ d’Al Assad

© D.R

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a refusé mercredi, au lendemain d’une visite à Damas, d’évoquer le départ du pouvoir du président syrien Bachar al-Assad et il a critiqué le rappel d’ambassadeurs arabes et occidentaux de Syrie, une mesure sans «logique». M. Lavrov n’a pas voulu répondre à un journaliste qui demandait s’il avait évoqué avec le président Assad l’éventualité de son départ du pouvoir pour résoudre le conflit dans son pays, estimant que toute solution à la crise syrienne devait être décidée par «les Syriens eux-mêmes». «Toute conclusion du dialogue national doit être le résultat d’un accord entre les Syriens eux-mêmes, acceptable par tous les Syriens», a-t-il ajouté. «Nous soutenons toute initiative visant à créer les conditions pour un dialogue entre les Syriens», a souligné M. Lavrov, «et c’est ce que doit faire la communauté internationale, que ce soit le monde arabe, l’Europe, les Etats-Unis et d’autres régions du monde». «Essayer de déterminer à l’avance le résultat du dialogue national n’est pas l’affaire de la communauté internationale», a souligné le ministre russe. M. Lavrov a estimé aussi que la communauté internationale devait convaincre les parties de se mettre à la table de négociations, affirmant que M. Assad lui avait «confirmé» être prêt à des pourparlers. «Nous comptons sur ceux qui ont une influence sur l’opposition pour l’encourager à commencer un tel dialogue», a encore jugé M. Lavrov. Il a ensuite critiqué la décision de plusieurs pays arabes et occidentaux de rappeler leurs ambassadeurs à Damas, estimant que cela ne favorisait pas la mise en œuvre de l’initiative de la Ligue arabe pour une solution au conflit syrien. «Nous ne comprenons pas cette logique de même que la décision précipitée de geler l’activité de la mission d’observateurs de la Ligue arabe en Syrie», a déclaré le ministre. «Je ne pense pas que le rappel d’ambassadeurs crée des conditions favorables pour la mise en œuvre de l’initiative de la Ligue arabe», a-t-il ajouté. Les Etats-Unis ont fermé lundi leur ambassade à Damas pour des raisons de sécurité. La Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas ont annoncé le rappel de leurs ambassadeurs pour «consultations». Les monarchies du Golfe ont expulsé les ambassadeurs de Syrie de leurs pays et décidé de rappeler les leurs de Damas, pour dénoncer un «massacre collectif». Sergueï Lavrov, qui s’est rendu en Syrie mardi pour y rencontrer Bachar al-Assad, avait déclaré avoir eu une rencontre «très utile» avec le président syrien, qui a promis de «faire cesser les violences d’où qu’elles viennent». Ce double veto sino-russe a soulevé l’indignation des Occidentaux et de plusieurs pays arabes et a été qualifié de «permis de tuer» par l’opposition.

Articles similaires

ActualitéUne

En application des Hautes Instructions Royales, M. Akhannouch préside une réunion consacrée au recensement général de la population

Mobilisation générale pour la réussite du Recensement général. En application des Hautes...

ActualitéUne

Une réunion mercredi du Conseil de gouvernement

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du chef...

Actualité

Aéroport Chérif Al Idrissi d’Al Hoceima: Légère baisse du trafic de passagers à fin mai

L’aéroport Chérif Al Idrissi d’Al Hoceima a enregistré une légère baisse du...