Tanger : Le projet de 3ème station de traitement des eaux usées à l’ordre du jour du Conseil de la ville

Tanger : Le projet de 3ème station de traitement  des eaux usées à l’ordre du jour du Conseil de la ville

En réponse à une pétition qui a été adressée à la mairie

Le plaidoyer des représentants de la société civile locale pour la création d’une troisième station de traitement des eaux usées à Tanger porte ses fruits. A cet effet et en réponse à une pétition lancée il y a près d’un mois, par un collectif associatif, la mairie de Tanger vient d’y répondre favorablement via courrier adressé à l’Observatoire pour la protection de l’environnement et des monuments historiques de Tanger (OPEMH), à l’origine de cette campagne de plaidoyer. L’équipe communale a fait part à travers ce courrier de sa décision d’inclure le projet de troisième station de traitement des eaux usées dans l’ordre du jour de la première séance de la session ordinaire du Conseil, prévue le 5 février.

Avant le dépôt de la pétition à la mairie, l’OPEMH avait procédé à «l’organisation d’une série de formations, en coordination avec la société civile de la ville de Tanger, chargée de rédiger une pétition et un mémorandum expliquant les raisons et les motifs de la nécessité d’inclure une troisième station pour le traitement des eaux usées à l’ordre du jour de la prochaine session du Conseil», selon l’Observatoire.
Selon l’OPEMH, ce projet est d’une grande importance, étant donné que Tanger connaît une dynamique urbaine et une grande croissance démographique avec plus d’un million d’habitants. Ce nouveau projet permet à la ville du détroit de rattraper son retard en matière de traitement et de réutilisation des eaux usées dans l’arrosage des espaces verts. D’autant plus que Tanger ne dispose actuellement que des deux stations d’épuration de Bouknadel et Boukhalef. La première structure permet le traitement de plus de 170.000 m3 par jour. Tandis que la seconde est d’une capacité de traitement de 5.000 m3 par jour. Ainsi les deux stations ne peuvent pas tous deux dépasser 20% de la quantité de déchets liquides de la ville.

Rappelons que cette campagne de plaidoyer en faveur de la création de cette troisième station fait partie du projet de troisième station fait partie du projet «Eaux vertes», qui a été lancé par l’OPEMH, il y a près de huit mois, dans le cadre du programme d’appui à la société civile «Moucharaka Mouwatina», dont le financement est assuré par l’Union européenne. Ce projet vise à contribuer à réduire les impacts négatifs des eaux usées sur la ville de Tanger et préserver cette ressource vitale en renforçant les capacités des acteurs locaux sur les impacts négatifs des eaux usées et créer un comité multi-acteurs pour surveiller et contrôler la pollution de l’eau. Dans ce contexte, «Eaux vertes» a été à l’origine d’une étude analytique de diagnostic de l’état des lieux de gestion de service de traitement et le lancement d’une capsule de sensibilisation à leurs effets négatifs et comment rationaliser l’utilisation de l’eau potable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *