970x250

Une nouvelle stratégie dans le pipe

Une nouvelle stratégie dans le pipe

Pour opérationnaliser la Kasbah d’Agadir Oufella

La société «Développement Touristique Souss Massa SDR» planche sur la réalisation d’une nouvelle stratégie d’exploitation, de gestion et de valorisation touristique du site historique la Kasbah d’Agadir Oufella. Pour accompagner l’opérationnalisation de la Kasbah d’Agadir Oufella, la SDR commanditera le 14 janvier prochain une étude qui permettra de définir les modalités de mise en tourisme culturel de la Kasbah d’Agadir Oufella, et ce à travers une feuille de route claire pour l’exploitation de la Kasbah d’Agadir Oufella à plein potentiel, ainsi qu’un plan d’action pour la délégation de gestion. En effet, la Kasbah d’Agadir Oufella est le site patrimonial le plus emblématique d’Agadir. Ce site de promontoire exceptionnel surplombant le port a été classé monument historique par deux Dahirs, celui du 30 juillet 1932 et celui du 23 mars 1944.

Sa structure urbaine et ses murailles ont été endommagées par des séismes au 18ème siècle et plus fortement par celui de 1960. Elle témoigne de la période faste de la dynastie saadienne, mais aussi de toutes les communautés qui l’ont habitée jusqu’à 1960. Elle est aujourd’hui un lieu de convergence de la mémoire locale. La réhabilitation de la Kasbah d’Agadir Oufella est une composante majeure des projets de mise en valeur du patrimoine culturel de la région Souss-Massa. Ce projet rentre également dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme de développement urbain (PDU) de la ville d’Agadir 2020-2024 dont la convention-cadre a été signée, le 4 février 2020, sous la Présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cette mise en valeur se fait dans le respect des protocoles internationaux des interventions patrimoniales post-catastrophes, afin d’ouvrir le site à la visite et au recueillement. Elle vise d’une part à restituer l’attractivité de ce site et à assurer un accès au plus grand nombre de visiteurs dans les meilleures conditions, et d’autre part à devenir un modèle de restitution patrimoniale postcatastrophe afin de redonner à Agadir un rayonnement patrimonial international.

Précédé d’une démarche participative réunissant spécialistes, institutionnels et société civile, un projet raisonné de mise en patrimoine a vu le jour pour la Kasbah d’Agadir Oufella. Il s’agit d’un projet qui s’appuie sur un protocole scientifique multidisciplinaire (archéologues, historiens, anthropologues, architectes et ingénieurs) selon les principes de la science ouverte et participative tout en mobilisant les dernières technologies de digitalisation au service de la conservation. Avant toute intervention, les logiques constructives des différentes époques ont été finement documentées, notamment celles qui se rapportent aux épisodes de batailles, aux tremblements de terre et aux différentes phases de reconstruction qui s’ensuivirent. Dans ce processus, les photographies d’archives ont permis de disposer d’un état antérieur au tremblement de terre, complétées par un relevé détaillé associant technique manuelle et digitalisation 3D par drone. Des archéologues et des historiens spécialistes des structures fortifiées historiques accompagnent le projet dans toutes ses étapes.

Parallèlement, un travail auprès des survivants du séisme de 1960 a permis de recueillir des informations matérielles complémentaires pour retrouver les matériaux, les spécificités architecturales et l’usage du lieu dans ses successions de périodes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.