970x250

Vagabondage-Été 2004 : Google, une belle success story

Vagabondage-Été 2004 : Google, une belle success story

L’histoire de Google a commencé avec une rencontre entre deux jeunes étudiants de l’université des Sciences mathématiques et de Sciences informatiques de Stanford aux Etats-Unis en 1995. Âgés à l’époque de 24 et 25 ans, respectivement, Larry Page et Sergey Brin ont révolutionné le monde informatique et notamment celui de l’Internet.
Le souci commun était de trouver une solution à ce problème : comment arriver à retrouver une information donnée dans une énorme masse de données et ce dans les plus brefs délais ? En 1998, le future Google commence à prendre forme. Les inventeurs du moteur de recherches le plus puisant sur la Toile amorcent une quête de fond. Andy Bechtolsheim, l’un des fondateurs de Sun Microsystems, se lance dans l’aventure et signe un chèque de 100 000 dollars libellé au nom de « Google Inc ».
Néologisme, Google est créé lui aussi à partir d’un autre néologisme «googol». L’histoire de ce googol commence même avant la création du réseau des réseaux. Elle remonte à 1938 avec le mathématicien américain Edward Kasner. Ce dernier demande à son neveu d’inventer un nom désignant le nombre composé du chiffre 1 suivi de 100 zéros. Et le petit garçon propose «googol» qui allait devenir, 60 ans après, le très grand Google. Larry Page et Sergey Brin ont opté pour ce néologisme pour symboliser sa mission: organiser l’immense volume d’informations disponibles sur le Web. «Google Inc» a vu le jour le 7 septembre 1998, dans un garage à Menlo Park en Californie. Craig Silverstein est le premier employé de la société de Larry Page et Sergey Brin. Assistant de près à cette succes stroy, il est devenu aujourd’hui le directeur de la technologie du moteur. Google commence à se tisser une réputation sur la Toile. Le moteur faisait couler de l’encre et traitait à l’époque près de 10 000 recherches par jour. Déménagement à Palo Alto dans des locaux plus grands, augmentation du nombre des salariés, Google est devenu le moteur de recherches et la société la plus convoitée sur le net.
RedHat a conclu un premier marché avec l’entreprise pour utiliser le système d’exploitation Linux sur ses serveurs. Larry Page et Sergey Brin ont levé de 25 millions de dollars de capitaux auprès de Sequoia Capital et Kleiner Perkins Caufields & Buyers.
Dans sa politique expansionniste, la compagnie a crée Googleplex. En 1999, Google a signé un accord avec American On Line (AOL) qui est, en fait, le plus grand Internet Service Provider du monde. Cette entreprise s’est assuré les “database” lui permettant de visualiser les AdWords de Google parmi les premiers résultats des recherches. Toujours plus performant, le moteur a classé, en juin 2000, plus qu’un milliard de pages, dont 560 millions entièrement et 500 millions uniquement en relation avec leurs adresses. Actuellement, l’index de Google porte sur près de deux milliards d’adresses URL. Plus qu’un moteur de recherches sur la Toile, il vient de faire son entrée au dictionnaire.
Désormais, aux Etats-Unis, «to google» signifie lancer une recherche. Le succès de la start-up californienne Google fait de plus en plus des jaloux. En mars 2004, le moteur de recherches se taillait la part du lion du marché américain avec 40,9 %. Yahoo ! arrive en seconde place avec 27,4 %, contre seulement 19,6 % pour MSN (Microsoft). Côté bénéfices, la société a dégagé 143 millions de dollars au premier semestre 2004 contre 105 millions sur l’ensemble de l’année précédente. Google avance à pas de géant. Et les autres moteurs de recherches ne ménagent aucun effort pour rattraper ce retard.
Doté du même arsenal technologique, Yahoo ! a lancé «Yahoo search engine». Ce moteur de recherches a presque les mêmes qualités que Google. Microsoft est également sur l’offensive. Il y a tout juste un mois, le grand éditeur de logiciels a mis en ligne une nouvelle version de son moteur installé sur son portail MSN.
Newsbot beta, qui intègre une technologie de recherche sur le Web en cours de développement au sein de MSN, est conçu pour proposer aux internautes une sélection d’informations sur la base des pages qu’ils ont consultées auparavant. Google a également investi le service des nouvelles. Intitulé Google News, sur news.google.com, le site classe par centre d’intérêt des informations glanées sur Internet auprès de milliers de sources. En avance, Google s’apprête à s’introduire en Bourse à la mi-août. Les observateurs de la scène informatique s’attendent à une entrée en pompe au Nasdaq. En mettant le prix d’action entre 108 et 135 dollars, ils tablent sur une valorisation frôlant les 36 milliards de dollars le jour de son introduction en Bourse. Ce montant avoisine en fait la capitalisation de Yahoo ! (38 milliards de dollars) et il est le double de la valeur d’Amazon. Dès l’annonce de l’arrivée de Google au Nasdaq, il a commencé a enregistré sur le site Web www.ipo.google.com des offres. Le géant est loin d’être invulnérable. À la fin du mois de juillet, le moteur a révélé avoir été la victime d’une attaque d’une nouvelle variante du virus informatique Mydoom. Cette invasion a paralysé les recherches sur son site depuis plusieurs pays, dont la France. L’attaque virale a coïncidé avec l’annonce de son introduction sur le marché boursier électronique du Nasdaq. Le timing est loin d’être innocent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.