Hamid Bouhioui – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Thu, 10 May 2012 23:00:00 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.9.4 https://aujourdhui.ma/wp-content/uploads/2016/02/favico.png Hamid Bouhioui – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma 32 32 Agnès Bricard : «L’auto-entrepreneuriat: La richesse d’un pays» https://aujourdhui.ma/economie/agnes-bricard-lauto-entrepreneuriat-la-richesse-dun-pays-82634 https://aujourdhui.ma/economie/agnes-bricard-lauto-entrepreneuriat-la-richesse-dun-pays-82634#respond Thu, 10 May 2012 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/agnes-bricard-lauto-entrepreneuriat-la-richesse-dun-pays-82634

ALM : Comment l’auto-entrepreneuriat contribue dans le marché de la TPE ?Agnès Bricard : il faut savoir que l’auto-entrepreneuriat doit être la première richesse d’un pays, car pour avoir plus de salariés il faut logiquement avoir plus de dirigeants. Pour ce faire, il faut faciliter la création. C’est ainsi que nous avons décidé de mettre ...]]>

ALM : Comment l’auto-entrepreneuriat contribue dans le marché de la TPE ?
Agnès Bricard : il faut savoir que l’auto-entrepreneuriat doit être la première richesse d’un pays, car pour avoir plus de salariés il faut logiquement avoir plus de dirigeants. Pour ce faire, il faut faciliter la création. C’est ainsi que nous avons décidé de mettre en place l’auto-entrepreneur qui peut se créer en une seule journée. Donc il faut simplifier la tâche aux étudiants, aux retraités, aux chômeurs et même aux salariés. Il faut savoir aussi qu’en France, qui a une économie souterraine, nous avons créé en 2009 la loi sur l’auto-entrepreneuriat. La première année, nous avons dénombré à peine 350.000 auto-entrepreneurs qui ont réalisé 950 millions d’euros puisqu’on leur prélève 20% forfaitaire de charge. Aujourd’hui, ils sont plus d’un million et ont réussi à atteindre un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros. C’est ça la force d’un pays, c’est de permettre cette souplesse de créer en une journée son entreprise et devenir facilement auto-entrepreneur. Autrement dit, il faut au départ débrider les énergies créatrices et ensuite les accompagner après les trois premières années au bout desquelles des experts -comptables font leurs constats et dressent un bilan susceptible d’aider davantage ces auto-entrepreneurs.

Est-ce que vous croyez que le salon HUB Africa ainsi que le Centre des jeunes dirigeants international (CJD)  peuvent contribuer dans ce sens ?
Absolument. D’ailleurs, il se trouve que le président du CJD, Zakaria Fahim, que je salue pour cette initiative est également un expert-comptable qui a pris cette idée à cœur et a pensé justement à  la mise en vigueur de cette loi. En plus le salon est un moyen de rencontre, d’échange et d’éclairage par excellence.

Quelle sera la contribution que vous comptez apporter pour accompagner l’auto-entrepreneuriat au Maroc?
Nous on pourrait apporter toute la partie logistique que nous avons mise en France depuis 2009 à leur disposition. Nous allons aussi apporter des moyens, notamment les statuts grâce à notre association des auto- entrepreneurs et on va leur donner ces moyens notamment les statuts, ce qui va les aider pour se faire connaître dans le tissu économique, et leur donner la possibilité d’avoir une caisse de résonance suscpetible de leur apporter l’élan nécessaire.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/agnes-bricard-lauto-entrepreneuriat-la-richesse-dun-pays-82634/feed 0
De toutes les couleurs : Quand l’art est-il apparu ? https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-quand-lart-est-il-apparu-78434 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-quand-lart-est-il-apparu-78434#respond Thu, 04 Aug 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-quand-lart-est-il-apparu-78434

Qui était le tout premier humain artiste? Était-il peintre ou musicien? Danseur ou sculpteur? Comment a-t-il pu transmettre son art? Où et à quelle époque a-t-il vécu?]]>

Une chose est sûre : presque toutes les manifestations artistiques connues ont moins de 40.000 ans. Est-ce que cela veut dire que l’art est apparu il y a environ 40.000 ans? Rien n’est moins sûr! Ici et là, des chercheurs ont découvert des productions artistiques beaucoup plus vieilles. Les traces de pas dans certaines cavernes paléolithiques (période commençant il y a environ trois millions d’années et allant jusqu’à 12.000 ans avant notre ère) laissent supposer que des humains pratiquaient déjà la danse. Une forme féminine sculptée sur un petit caillou et vieille de plus de 200.000 ans a été trouvée en Palestine. Et il paraît aussi que l’homo-habilis (entre 2.5 et 1.8 million d’années) aurait eu une préférence pour certaines couleurs de cailloux !
Pour savoir quand l’art est apparu, il faut d’abord que les chercheurs s’accordent sur ce qu’est l’art. En effet, les limites entre l’art comme moyen de communication et la notion d’esthétique ne font pas l’unanimité. Faut-il considérer les images préhistoriques comme de l’art ou plutôt de simples exemples du comportement symbolique de nos ancêtres? En fabriquant des outils, l’homme a inventé les formes. Est-ce de l’art ?
C’est peut-être à cause des divergences entre les conceptions de ce qu’est l’art que les avis sur la naissance de l’art varient. Certains chercheurs pensent que l’art est apparu subitement après une sorte d’explosion socioculturelle il y a 40.000 ans. Pour les adeptes de la théorie «Out of Africa», c’est une mutation génétique qui est à l’origine de l’intérêt des humains pour l’art et le symbolisme. Selon cette même théorie, l’ancêtre de l’homme moderne aurait quitté l’Afrique pour l’Europe et le Proche-Orient il y a environ 50.000 ans, date qui coïncide avec l’apparition des premières manifestations artistiques dans le monde. D’un autre côté, comme les arts ont été profondément liés à la religion et que beaucoup d’arts dans le monde sont religieux, l’on attribue également les origines de l’art aux religions. Pour d’autres chercheurs, le concept même de la «naissance» de l’art est inapproprié, car les humains seraient par nature des artistes, et l’histoire de l’art commencerait donc avec celle de l’humanité.
Personnellement, je ne suis pas convaincu qu’un phénomène aussi important ait pu apparaître soudainement. La créativité humaine s’est probablement développée très lentement, sur des milliers d’années. Il est clair que, dans ce domaine, on n’a fait qu’égratigner la surface. Il faut se rappeler que seuls les sites de quelques pays développés ont été bien étudiés. Même la fameuse grotte de Chauvet était inconnue avant 1994 ! Il existe dans le monde des centaines d’autres sites qui n’ont encore été ni étudiés ni même répertoriés.

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-quand-lart-est-il-apparu-78434/feed 0
De toutes les couleurs : Patrimoine architectural en danger https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-patrimoine-architectural-en-danger-78292 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-patrimoine-architectural-en-danger-78292#respond Thu, 21 Jul 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-patrimoine-architectural-en-danger-78292

L'immeuble Piot-Templier, de style néo-mauresque, construit dans les années 1920 par l'architecte Pierre Ancelle vient d'être détruit.]]>

L’immeuble Piot-Templier, de style néo-mauresque, construit dans les années 1920 par l’architecte Pierre Ancelle vient d’être détruit. Il a laissé un énorme vide face au marché central de Casablanca.
Les artistes qui ont manifesté leur mécontentement, mi-juillet 2011, devant les débris de l’immeuble, avaient l’air de bien peu de chose face aux bras en acier de la spéculation foncière, inculte et affamée. Que pouvaient faire les cris, les slogans et les danses improvisées devant les bulldozers de la culture?
L’envie de crier au crime contre la mémoire des Casablancais, et des Marocains aussi, est pressante. Les acteurs culturels casablancais sont en deuil –allez voir quelques-uns de leurs commentaires sur facebook ! Mais les choses ne sont pas simples. Pour être juste, il s’agit de souligner les multiples points de vue dans cette triste affaire. Du point de vue du propriétaire de l’immeuble, il s’agit là d’un bien dont il a le droit de jouir à sa guise. Il a le droit de le vendre ou de le détruire comme il l’entend. Les Casablancais, quant à eux, ont le droit de sauvegarder leur mémoire. Certes, l’édifice n’évoquait pas une période glorieuse de leur histoire, puisqu’ils étaient sous protectorat, mais ils ont le droit au souvenir. Les voisins de l’immeuble Piot-Templier, eux, sont contents de le voir disparaître car l’édifice, comme le décrit un des voisins, s’était transformé en «un danger permanent, un repère de malfrats et de criminels en tout genre qui avaient pourri la vie des voisins pendant des années!»Et puis, notons aussi que parmi les artistes qui ont manifesté leur colère, il y avait quelques Français vivant à Casablanca. Pour ceux-là, l’intérêt est différent. C’est un peu comme nous-autres Marocains vis-à-vis des monuments qu’ont laissés nos arrière-grands parents partout dans le sud de l’Europe –nous serions consternés de voir les Espagnols détruire l’Alhambra à Grenade par exemple ! Alors, je ne me demande même pas pourquoi les autorités casablancaises ne l’ont pas rénové. En effet, si sa rénovation pouvait faire beaucoup d’heureux, sa destruction, elle, risque de rapporter beaucoup d’argent à quelques-uns. Ce n’est donc pas le manque d’argent qui les a empêchés de restaurer l’édifice Piot-Templier. C’est le manque de volonté. Rappelez-vous des sommes astronomiques qu’on avait réussi à trouver pour construire la Mosquée Hassan II de Casablanca. Là, il y avait une vraie volonté de la construire et on y était arrivé par tous les moyens ! En 1523, Charles Quint donnait l’ordre de continuer les travaux controversés de transformation de la mosquée de Cordoue (la mezquita) en cathédrale. Mais en voyant le résultat plus tard, Charles Quint fut attristé: «Si j’avais su ce qu’il y avait ici, je n’aurais jamais osé toucher à l’ancien édifice. Vous avez détruit quelque chose d’unique au monde, et avez construit ce que l’on voit partout».

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-patrimoine-architectural-en-danger-78292/feed 0
De toutes les couleurs : Dress to impress «S’habiller pour impressionner» https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-dress-to-impress-shabiller-pour-impressionner-78184 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-dress-to-impress-shabiller-pour-impressionner-78184#respond Thu, 14 Jul 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-dress-to-impress-shabiller-pour-impressionner-78184

Il faisait près de quarante degrés à l'ombre et j'avais opté pour des sandales, shorts et T-shirt.]]>

A la fin de notre entretien, quand je me suis levé, la dame m’a regardé de nouveau de haut en bas puis de bas en haut, apparemment surprise par mon apparence inhabituelle dans ce genre de contexte – un bon lieu d’art et de culture. Heureusement que cette dame connaissait déjà mes travaux et qu’elle les trouvait plutôt intéressants.
L’être humain est, par définition, assez paresseux. Il a tendance à minimiser ses efforts (ce qui a d’ailleurs, probablement, contribué à développer son intelligence). Alors pour vous juger, les gens ne peuvent pas attendre de vous connaître. Ils n’en ont pas le temps et parfois même pas l’envie. Pas le temps de discuter avec vous pour vous juger et se faire une opinion plus exacte sur vous et vos talents. Alors ils vous jugent selon ce qu’ils peuvent facilement percevoir. Selon vos habits, votre apparence!
Le monde est aujourd’hui dirigé plus par les apparences que par la réalité. Les choses ne sont généralement pas respectées pour ce qu’elles sont, mais pour ce qu’elles ont l’air d’être. Au point que «sembler savoir» est aussi important que «effectivement savoir». Ne dit-on pas que l’apparence du succès aide à réussir ?
Cette histoire m’a fait penser au fameux dicton nord-américain qui dit : «Dress to impress» et qui signifie «s’habiller pour impressionner». Ce dicton qui nous conseille de bien nous habiller pour laisser de bonnes impressions chez les gens est d’autant plus étonnant que les Américains du nord se moquent généralement des habits et des apparences. D’habitude, chez-eux, seuls l’efficacité et le savoir-faire des gens comptent. Il faudrait qu’ils viennent au Maroc pour comprendre la vraie signification de ce dicton qui est peut-être d’origine marocaine, car chez-nous l’apparence compte plus que tout. J’ai envie de dire que chez-nous, l’habit fait le «fqih.»
En choisissant l’art, on choisit de vivre libre et indépendant de la volonté des autres, quels qu’ils soient. Mais, fatalement, on se retrouve en train de faire plaisir, ou du moins d’essayer de ne pas choquer les autres et risquer de perdre les quelques chances d’avancer. Et ce, parfois aux dépens de ses bons principes!
Il est donc souvent utile de s’habiller « correctement » pour rencontrer des gens que l’on ne connaît pas encore. Ne serait-ce que pour éviter les mauvais jugements, trop rapides, et peut-être compromettre les potentielles collaborations futures. On peut donc manger et boire pour se faire plaisir, mais il s’agit de s’habiller pour améliorer son image -pas nécessairement pour les gens, pour soi ou pour suivre la mode. Être correctement habillé peut aider l’artiste inconnu à ouvrir quelques portes utiles. Et l’inverse est aussi vrai. Certes, l’habit ne fait pas l’artiste, mais quand l’artiste est inconnu, l’habit améliore son apparence et donc ses chances de réussite.

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-dress-to-impress-shabiller-pour-impressionner-78184/feed 0
De toutes les couleurs : Le génie de la modération https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-le-genie-de-la-moderation-78083 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-le-genie-de-la-moderation-78083#respond Thu, 07 Jul 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-le-genie-de-la-moderation-78083

C'est le titre du livre qu'a écrit le journaliste Éric Laurent à partir d'un certain nombre d'entretiens avec feu Hassan II.]]>

Mais ici, j’aimerais utiliser ce titre pour parler du peuple marocain et de sa légendaire modération. En effet, ce peuple a quasiment toujours, quand cela a été possible, préféré les solutions pacifiques aux confrontations directes.
Regardez, par exemple, l’interprétation marocaine de ce que l’on appelle désormais le printemps arabe. Alors que des centaines de morts tombent chaque jour dans d’autres pays arabes, au Maroc, une négociation difficile certes, mais constructive, a lieu entre le peuple et ses dirigeants dans une paix quasi-totale.
Le Maroc est constitué, depuis plusieurs siècles, d’une population multicolore et multiculturelle qui, sans une solide tradition de modération dans tous ses comportements, n’aurait jamais réussi à cohabiter en paix comme cela a été le cas. «On peut être modéré avec des opinions extrêmes.», disait Louis de Bonald, homme politique, philosophe et essayiste politique français (1754-1840).
La modération est le résultat, d’après mon humble analyse, d’un peu de peur justifiée, d’un peu d’espoir bien légitime et de beaucoup de sagesse. La modération dont ont fait preuve, et le font encore les Marocains actuellement, me pousse à me demander si le proverbe suivant, que l’on attribue aux Turcs, n’est pas plutôt marocain «Les choses ne vont jamais assez bien pour ne pas s’inquiéter, et jamais assez mal pour ne plus avoir d’espoir !»
Mais ce qui m’attriste le plus en ce moment, et m’inquiète surtout, c’est ce conflit qui a éclaté dernièrement entre la maison de vente aux enchères Mémoarts et la Fondation Karim Bennani pour l’art et la culture –ou est-ce peut-être entre les personnes de M. Saïdi et M. Bennani? Dans cette histoire, Monsieur Bennani aurait certifié l’authenticité de plusieurs œuvres de Gharbaoui, soupçonnées d’être fausses par Mémoarts. Je ne sais pas qui a raison et qui a tort, mais ce qui se passe risque de nuire gravement à cet art, encore très jeune et donc fragile, qui se développe dans notre pays.
C’est à la fois accablant et dangereux d’en arriver aux tribunaux! Dans cette affaire, il n’y a pas de gagnant, juste des perdants en plus de tout l’art marocain et sa crédibilité. A mon avis, il faudrait que les deux parties résolvent ce problème à l’amiable car les gens gagnent plus par l’amitié et la modération que par la confrontation. «L’homme n’est riche que de la modération de ses désirs» Louis de Bonald.
D’un autre côté, je pense qu’il est donc temps de passer à la vitesse supérieure en termes d’expertise en œuvres d’art. On ne peut plus se fier aux seules capacités d’observation d’êtres humains, aussi compétents soient-ils! Il existe aujourd’hui, comme je l’ai précisé il y a quelque temps, des moyens techniques et scientifiques à la fois abordables et très efficaces pour assister nos experts dans leurs prises de décisions. Sauvons l’art marocain !

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-le-genie-de-la-moderation-78083/feed 0
De toutes les couleurs : Pourquoi achètent-ils ? https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-pourquoi-achetent-ils-77983 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-pourquoi-achetent-ils-77983#respond Thu, 30 Jun 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-pourquoi-achetent-ils-77983

Je me pose cette question de temps en temps: qu'est-ce qui pousse les gens à acheter des oeuvres d'art ? Pourquoi aiment-ils ou n'aiment-ils pas une oeuvre d'art ? Et quand ils en aiment, comment passent-ils à l'acte de l'acquisition ? Ne vous arrive-t-]]>

Comme vous le constaterez, je trouve plus de questions que de réponses. Alors, parmi les raisons qui viennent le plus rapidement à l’esprit il y a celles-ci :
• Les gens achètent des œuvres d’art pour l’amour de «bien dépenser» leur argent.
• Ils achètent parce que cela correspond à leur « classe sociale» ou encore à la classe sociale idéale à laquelle ils aspirent.
• Ils achètent pour investir.
• Pour satisfaire au besoin irrésistible de se faire plaisir.
• Pour accrocher sur leur mur le même artiste que des gens qu’ils considèrent comme «importants».
• Par «instinct de troupeau». Ils font comme tout le monde.
• Ou simplement parce qu’ils aiment le travail d’un artiste donné.
À force de fréquenter les galeries, les innombrables événements artistiques et les vernissages à l’étranger comme chez-nous au Maroc, j’ai rencontré des gens dont les raisons sont diverses et variées. Tenez, par exemple, une dame a payé une coquette somme d’argent pour une toile plutôt moyenne juste parce qu’elle adorait une petite tache en rouge vif de la taille d’un dirham. Ca fait cher la tache ! Une hôtesse de chez Air-Canada m’achetait une toile à chaque exposition parce que ça lui «rappelait sa jeunesse». A cette époque-là, je peignais essentiellement des nus féminins. Moi-même, j’ai adoré une toile que peu de gens aimaient. Je l’ai acquise à cause de la façon dont un des deux personnages représentés tenait sa tête. Un peu inclinée, comme par timidité.
Simone de Beauvoir disait que : «acheter est un profond plaisir». Andy Warhol disait que «le succès fait vendre». Quelqu’un d’autre m’a dit un jour que lorsqu’on connaît l’artiste, «on achète ses œuvres sans trop juger son art». Et un bon nombre d’artistes connus pensent que c’est «la qualité» qui fait vendre.
On se rend compte que la question n’est pas simple. On a souvent tendance à vouloir rationnaliser les choses, mais je pense que c’est beaucoup plus complexe que cela. Divers facteurs y interviennent. Beaucoup de gens sont incapables de vous expliquer exactement ce qui les motive. Ce sont souvent des expériences personnelles qui connectent les gens à un travail, une technique ou une œuvre particulière.
Le jeu de l’art est ainsi. Il comprend beaucoup de choses telles que les sentiments, les connexions, les joies, les amitiés, les souvenirs, les amours, le goût, l’honneur, l’acquisition, l’instinct de collecter, l’acceptation sociale, l’investissement, et j’en passe. C’est pour cela que l’interaction avec les œuvres d’art est une expérience tellement riche, variée et mystérieuse.

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-pourquoi-achetent-ils-77983/feed 0
De toutes les couleurs : Couleurs du Maroc https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-couleurs-du-maroc-77893 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-couleurs-du-maroc-77893#respond Thu, 23 Jun 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-couleurs-du-maroc-77893

Quand on visite le Maroc pour la première fois ou après une longue absence, et quand l'arrivée a lieu durant le jour, l'on est littéralement pris par une lumière riche, douce et presque enivrante que les habitants du Maroc ne remarquent probablement]]>

Une lumière très différente de celle d’ailleurs. On a parfois l’impression que les rayons vibrent !
Généralement, cet agréable sentiment disparaît dès que l’on rencontre la première moustache au volant d’un taxi aux tarifs de jet privé…  puis l’on oublie et l’on revoit les magnifiques couleurs du pays.
Matisse qui visita le Maroc entre 1913 et 1914 a été ébloui par la nouveauté que ce pays représentait pour lui. Il a beaucoup apprécié, et parlé de sa lumière, et c’est vrai qu’il n’en a pas fait grand-chose puisqu’il se dirigeait déjà vers le fauvisme. Mais les couleurs du Maroc lui ont donné l’occasion d’essayer de nouvelles choses dans un nouvel endroit. Avant lui, vers 1832, Delacroix dégustait déjà cette lumière particulière. C’était juste au début de ce qu’on allait appeler «orientalisme».
Il m’arrive souvent d’essayer d’imaginer l’enchantement de ces nombreux artistes qui ont choisi le Maroc comme source d’inspiration. J’essaie aussi d’imaginer l’enthousiasme et la magie qu’ils ont dû ressentir en découvrant cette lumière et ces couleurs si différentes de celles qu’ils connaissaient en Europe ou en Amérique!
Je me demande si Majorelle, apparemment venu vivre à Marrakech, vers 1919, à cause de quelques problèmes de santé, aurait osé peindre sa demeure de bleu et jaune s’il était resté en France ! Une maison essentiellement bleue, entourée de jardins verts, presque sans transition… Il fallait oser. Il l’a fait, et le résultat est surprenant! Chez les Anglophones, on pense que le vert et le bleu ne vont pas ensemble: «blue and green should not be seen without another colour in between». Ce qui pourrait se traduire par «le bleu et le vert devraient être séparés d’une autre couleur»
Bien sûr, les autres pays ont d’autres couleurs qui leur sont bien spécifiques. J’en arrive à associer une ou plusieurs couleurs à chaque endroit, bien que le soleil soit le même pour tout le monde.
La lumière du soleil est dite blanche, c’est-à-dire que son spectre contient toutes les couleurs possibles et imaginables (il y a quelques exceptions pour les physiciens). Ce qui change c’est le, ou les objets sur lesquels cette lumière tombe, ainsi que l’angle d’inclinaison de la lumière par rapport aux objets. Ce qui explique, en partie, ces différences de couleurs.
Il existe une grande différence entre la couleur de la lumière et celle de la matière sur laquelle celle-ci se réfléchit. La terre rouge, orange, ocre ou jaune du Maroc ne réfléchit pas les mêmes couleurs que celle, certes beaucoup plus fertile, mais «brun foncé» ou noire d’Europe ou d’ailleurs. Un sujet très excitant qui mériterait une sérieuse discussion.

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-couleurs-du-maroc-77893/feed 0
De toutes les couleurs : L’art et la culture https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lart-et-la-culture-77777 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lart-et-la-culture-77777#respond Thu, 16 Jun 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-lart-et-la-culture-77777

Il ne suffit pas de «peinturlurer» n'importe quoi et l'appeler «art abstrait». L'artiste possède une philosophie cohérente, une vision et des arguments.]]>

Pour le novice, Jilali Gharbaoui, par exemple, ne faisait que gribouiller, mais lorsqu’on a une idée plus précise sur sa vie et ses motivations, l’on respecte l’artiste. Pour une réussite globale et pour interagir avec les créations, le public doit être averti. Si Marcel Duchamp vivait dans un environnement inculte, il n’aurait jamais pu exposer sa fameuse «fontaine» et ainsi influencer définitivement l’art contemporain. Ailleurs, on l’aurait probablement lapidé. L’art est bien développé en Occident car les citoyens sont mieux préparés pour recevoir la créativité, même débordante… Ce n’est pas par hasard que les plus grands peintres sont français (Matisse, Gauguin, Monet…) ou ont vécu en France (Picasso, Van Gogh, Dali…) Ce n’est pas par hasard non plus que les plus grands philosophes (Nietzsche, Hegel, Heidegger …) et les plus grands musiciens sont allemands ou autrichiens (Mozart, Brahms, Beethoven…)
Au Maroc, le citoyen moyen n’a généralement pas d’acitivités culturelles et pas de bibliothèque chez lui ! Bien sûr il y a des exceptions et beaucoup de Marocains sont très cultivés. J’ai une amie, intellectuelle marocaine, qui écrit dans un arabe exquis, et possède des centaines de livres en arabe, en francais et en espagnol, qui tapissent tout son salon du sol au plafond. Aujourd’hui, la valeur des hommes, leur niveau économique, social et intellectuel se mesurent aux dimensions de leurs voitures. Je ne peux m’empêcher de penser aux arabes, entre le 9ème et le 13ème siècle, qui se mesuraient par la quantité de livres qu’ils détenaient. C’est sûr qu’il n’y avait pas de voitures à l’époque, mais il y avait les chevaux pur-sang et les harems. Et pourtant, c’est la valeur intellectuelle qui primait.
Ce n’est pas par la force mais grâce à leur culture avancée que les Arabes d’alors ont introduit près de 4000 mots dans la langue espagnole et des centaines dans d’autres langues! Qui aurait pensé que la phrase banale suivante est 100% arabe : «Une tasse de café sucré sur une table»? Les mots d’origine arabe étant respectivement: tasse (tassa), café (kahwa), sucre (soukkar), table (tawila). Ainsi, Nasir-Eddin at-Toussi avait réuni quatre cent mille volumes pour son observatoire d’astronomie. Le calife fatimide du Caire détenait une sorte de record avec pas moins d’un million six cent mille volumes. La liste est très longue et les chiffres impressionnants, surtout lorsque l’on se rappelle qu’il n’y avait pas d’imprimeries. Je ne suis pas de ceux qui rêvent de «retourner à cette belle époque» où nos ancêtres étaient rayonnants de culture et de savoir. Je souhaite simplement que l’on s’intéresse de nouveau à la culture chez nous. Les voyages dans le passé sont du domaine de la science-fiction. Et encore… ça se démode. Jusqu’à preuve du contraire, tous les êtres vivants vivent au présent et ne peuvent voyager que vers le futur. Quel futur ? C’est ça la question…

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lart-et-la-culture-77777/feed 0
De toutes les couleurs : L’intelligence créative https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lintelligence-creative-77659 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lintelligence-creative-77659#respond Thu, 09 Jun 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-lintelligence-creative-77659

Si vous êtes historien ou sociologue de haut niveau, on respecte votre intelligence et votre culture, mais généralement, sans plus.]]>

Et si vous êtes mathématicien ou physicien de haut niveau, on vous considère comme particulièrement intelligent. C’est Einstein, le théoricien de la physique qui est devenu le symbole de l’intelligence et non pas des génies comme Picasso, Gandhi, Mozart ou encore Ibn Khaldoun, le père de la sociologie. Et pourquoi pas Muhammad Ali Clay ? Oui, le boxeur dyslexique. Un personnage très intelligent. N’a-t-il pas battu des mastodontes, trois fois plus musclés grâce à son intelligence ? N’a-t-il pas révolutionné les rapports entre sport et média ?
J’ai l’impression que l’on confond souvent l’intelligence d’un individu avec sa capacité à jongler avec les abstractions.
Mon penchant naturel pour le nomadisme m’a permis de rencontrer des gens de toutes les couleurs, de toutes les races, et de toutes sortes d’intelligences. Des gens normaux mais aussi des génies et des légumes, des anges et des crapules, des gens doués en philosophie et d’autres en business, des gens doués dans l’art de la bienfaisance et d’autres dans celui de détourner l’argent public.
J’ai la ferme conviction qu’il n’y a pas une, mais des dizaines d’intelligences différentes.
Quand j’étais lycéen, j’ai fait une rencontre qui a changé ma perception de ce phénomène. J’ai rencontré un fellah (paysan) analphabète, capable de résoudre mentalement des équations du second degré. C’était toujours des problèmes de nombres de vaches et de poules mais il fallait que je fasse appel à tout l’arsenal mathématique dont je disposais à l’époque pour vérifier ses résultats. Un homme à la fois analphabète et doué d’une intelligence inouie.
Je pense que dans notre passion qui est l’art, il y a une autre sorte d’intelligence : celle de créer des formes, des couleurs, des mouvements ou des sons, à partir de rien. Cette capacité qui n’est pas donnée à tout le monde, pourrait être qualifiée d’intelligence créative.
Comme dans tous les domaines de la vie, il existe dans l’art aussi des degrés plus ou moins élevés d’intelligence. Alors que certains artistes doivent se creuser les méninges ou «attendre l’inspiration» pour créer, d’autres y arrivent avec une facilité qui met mal à l’aise.
J’espère que les neurobiologistes me pardonneront cette petite analyse, simple, subjective et peu précise du non-spécialiste que je suis. Je crois que, plus on travaille, plus on crée de connexions entre les cellules nerveuses et donc l’on devient de plus en plus intelligent dans son domaine de travail. C’est une histoire de neurones et de connextions entre-eux. L’intérêt et le travail inlassable stimulent, et renforcent l’intelligence. La créativité est donc probablement un autre type d’intelligence qui a été stimulé, nourri, et entretenu durant de nombreuses années pour donner naissance à cette apparente facilité. Il n’y a pas de mystère : il faut travailler !

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-lintelligence-creative-77659/feed 0
De toutes les couleurs : La musique classique https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-la-musique-classique-77531 https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-la-musique-classique-77531#respond Thu, 02 Jun 2011 23:00:00 +0000 https://aujourdhui.ma/non-classe/de-toutes-les-couleurs-la-musique-classique-77531

Les civilisations se suivent et se ressemblent. Elles naissent, grandissent, stagnent, faiblissent et meurent.]]>

Les civilisations se suivent et se ressemblent. Elles naissent, grandissent, stagnent, faiblissent et meurent. Chacune apporte de quoi améliorer la vie des humains, mais aussi de quoi la détruire. La toute dernière, la civilisation européenne, a inventé la machine, la technologie sans fil, et aussi la bombe nucléaire…
Les inventions européennes sont étonnantes mais sont susceptibles d’être dépassées par d’autres civilisations futures. On peut être impressionné par les avions et les navettes spatiales mais il est possible d’imaginer mieux : un avion tout en matériaux composites, donc ultraléger, avec un réacteur hybride qui fonctionne au solaire/hydrogène, ultrasilencieux, sans pilote, etc.
À mon sens, l’accomplissement européen le plus complet et le plus spectaculaire (constatation très subjective évidemment) est la musique classique. Le point auquel la culture européenne a poussé les limites des instruments musicaux m’impressionne toujours. Cette culture a donné sa chance à chaque instrument et permis à des artistes et des génies de pousser son effet à son paroxysme. Des concertos pour piano, pour violon, pour harpe, des symphonies, des opéras, etc.
Au niveau du piano il y a eu Liszt qui était un technicien sans égal. N’importe qui peut constater qu’il est très difficile de jouer du Liszt. Cependant, c’est un peu comme une peinture qui ressemble parfaitement à une photographie : impressionnant, mais pourrait manquer d’intérêt. Puis il y a les romantiques comme Chopin et Schumann par exemple, ou encore Mozart, la simplicité et la beauté. On a l’impression quelque fois que Mozart joue au piano avec un seul doigt. Mais mon dieu que c’est beau (essayez ses concertos pour piano numéros 20 et 23 par exemple. Des merveilles !).
Beethoven n’est pas seulement «lettre à élise» ou «hymne à la joie», c’est aussi les orchestres grandioses et les symphonies qui vous soulèvent de votre chaise. Chopin, c’est la relaxation. Brahms, pour l’adrénaline quelque fois –écoutez sa symphonie numéro 1, par exemple. Et Wagner pour l’harmonie chromatique qu’il a poussée à sa limite.
Il y en a beaucoup d’autres que j’aime écouter tels que Bach, Schubert, ou encore à un moindre degré, Tchaïkovski, Johann et Richard Strauss. Puis d’autres que je souhaiterais découvrir bientôt, comme Anton Bruckner…
Il n’est pas aisé de parler de musique classique et de tous ces artistes qui ont purifié la musique et sublimé l’instrument, quand on n’est pas musicien ou musicologue et que l’on ne possède pas le vocabulaire adéquat. Laissons donc ce choix personnel et très subjectif vous parler de musique classique à ma place : Mozart symphonie numéro 25, Mozart Opéra Don Giovanni, Brahms concerto pour piano numéro 2, Chopin concerto pour piano numéro 1, Beethoven concerto pour piano numéro 5. Toutes ces musiques sont gratuitement accessibles sur Internet, mais attention, il en existe diverses versions plus ou moins récentes et aussi plus ou moins intéressantes.

]]>
https://aujourdhui.ma/chroniques/de-toutes-les-couleurs-la-musique-classique-77531/feed 0