Après des ventes historiquement basses l’année dernière : Le marché de l’automobile va-t-il rebondir en 2021 ?

Après des ventes historiquement basses l’année dernière  : Le marché de l’automobile va-t-il rebondir en 2021 ?

Après l’effondrement du marché de l’automobile en 2020, les signes d’un retour de croissance sont bel et bien là. Bien loin des records de ventes enregistrés durant la décennie précédente, l’activité sort progressivement du gouffre.

Malgré la conjoncture difficile qu’a subie le secteur, les concessionnaires avaient exprimé leur optimisme pour 2021. Ils s’attendent à une croissance de 10% avec des ventes entre 145.000 et 150.000 unités à fin décembre 2021. Comment se porte le marché de l’automobile actuellement ? Quels ont été les impacts sur l’évolution des ventes en 2020 ? Faut-il s’attendre à une croissance des ventes durant les mois à venir ? Rétrospective des indicateurs clés de l’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (Aivam) sur le marché de l’automobile pendant et après la crise.

Hausse de plus de 11% des ventes à fin avril

Le marché des voitures neuves au Maroc grimpe de 11,35% à fin avril 2021 par rapport à la même période de l’année passée. Selon les statistiques à fin avril 2021 de l’Aivam, 58.956 ventes ont été enregistrées au cours des premiers mois de l’année 2021 contre 52.948 durant la même période en 2020. Dans le détail, les ventes des voitures particulières (VP) sont en progression de 9,7% à fin avril 2021 avec 52.185 unités écoulées durant les quatre premiers mois de 2021 contre 47.577 immatriculations enregistrées à fin avril 2020. Du côté des véhicules utilitaires légers (VUL), les ventes sont en augmentation de 26,1% avec 6.771 unités écoulées à fin avril 2021 contre 5.371 à la même période de l’année précédente. Par marque, Dacia occupe la première place des ventes (VP) avec 15.151 à fin avril 2020 enregistrant une progression de 5,1%. Sa part de marché est de 29,03%. Renault occupe la deuxième marche du podium avec 6.988 unités écoulées à fin avril 2021, en baisse de 2,7%. La marque au losange dispose d’une part de marché de 13,39%. Dans ce top 3, Hyundai est troisième avec des ventes atteignant 4.286 à fin avril 2021 contre 3.373 voitures particulières écoulées en 2020. La marque coréenne détient une part de marché de 8,21%. Pour ce qui est voitures premium, on notera que le trio de tête est dominé respectivement par les trois allemandes Audi, BMW et Mercedes. En première place, la marque Audi a vendu 1.220 VP à fin avril 2021 enregistrant une hausse de 104,7% par rapport à la même période en 2020 et une part de marché de 2,34%. Elle est suivie par BMW qui a écoulé 1.085 unités à fin avril 2021, en progression de 22,2% et une part de marché de 2,08%. En troisième place, on retrouve Mercedes qui a enregistré 950 ventes de VP durant les quatre premiers mois de 2021, en croissance de 14,7%. Sa part de marché est de 1,82%.

Les trois années glorieuses

Les années de gloire du marché automobile étaient successivement 2018, 2017 et 2016. 2018 avait explosé tous les records avec 177.359 unités écoulées dont 14.285 VUL et 163.189 pour les VP, suivie de l’année 2017 (168.593 ventes dont 13.380 VUL et 155.213 pour le VP). En 2016, 163.110 véhicules ont été écoulés (10.786 unités vendues en VUL contre 152.324 immatriculations VP enregistrées sur cette même période).

Les perdants et les gagnants de la crise

Le marché de l’automobile avait enregistré une chute exceptionnelle de 19,7% en 2020 par rapport à 2019. Sur toute l’année passée, 133.308 unités ont été vendues contre 165.918 immatriculations enregistrées en 2019. Par segment, les ventes des véhicules particuliers (VP) ont été plus impactées avec un recul de -21,1% alors que le segment des VUL avait baissé de -7,9%. Il faut dire que le marché des voitures neuves n’était pas au meilleur de sa forme. Il avait connu cette régression après une première baisse en 2019 avec -6,5%. Le segment VUL (véhicules utilitaires légers) a été moins affecté grâce au petit pick-up. Paradoxalement, la composante taxi a mieux traversé la crise après une année 2019 où elle s’est inscrite en baisse en raison de l’arrêt des subventions pour les grands taxis comme les petits taxis. Avec le retour de cette subvention, elle enregistre une hausse de 233% (7.130 unités en 2020 contre 2.140 en 2019). Le segment monospaces avait retrouvé la forme grâce à la mise en œuvre de la subvention taxis. Par marque, en dépit de la plus forte baisse du Top 10 (VP) à -34%, Renault parvient à garder sa place en pole position juste après Dacia qui reste en tête des ventes au Maroc avec 31,2% de parts de marché. Opel fait exception avec une progression (47%) dans un marché en net recul en 2020. Moins impacté par la crise, le segment VUL a connu en 2019 l’entrée de DFSK qui connaît une croissance rapide et se hisse à la première place des ventes dans ce segment avec une progression record de 66,5%. Durant la période de crise, le véhicule d’occasion n’a pas été épargné enregistrant une baisse de -30% de mutations et -60% d’importation VO dénotant une consommation en retrait. Les ventes premium ont pour leur part connu une baisse de -21%. En termes de classement par marque, le trio Mercedes-Benz, BMW et Audi se maintient dans sa position de 2019 et représente plus de 56% des ventes de voitures de luxe. Dans ce segment, Porsche fait exception. Elle connaît une hausse de ses ventes de 35,3%, poussée par une offre Plug-in hybride.

Apports, profil acheteur et prix

Avec la période de crise, les concessionnaires rivalisent d’offres. Crédit sans apport, livraison à domicile, vente à distance … tout est bon pour séduire un public de plus en plus attiré par la flexibilité du digital. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur leurs sites web, les marques ont déployé de nouveaux services digitalisés afin de générer le plus de ventes. Cette stratégie agressive vient après une année 2020 qui n’a pas connu de changements au niveau du profil client excepté l’apport qui a baissé légèrement du fait du recul du crédit gratuit et un rallongement de la durée du financement. En 2020, le prix moyen du véhicule acheté est de 244.000 dirhams contre 235.000 dirhams en 2019. De son côté, l’apport du financement serait de 34% pour une durée de financement de 52 mois contre un apport de 35% en 2019 pour un financement de 48 mois sur la même période. L’âge moyen de l’acheteur est de 44 ans. Les hommes sont majoritaires (65% en 2020 contre 63% en 2019).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *