Environnement : L’ONU cite en exemple la réglementation du Maroc sur l’importation de véhicules

Environnement : L’ONU cite en exemple la réglementation  du Maroc sur l’importation de véhicules

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a cité en exemple, lundi, la réglementation du Maroc en matière d’importation de véhicules, en soulignant que le Royaume autorise uniquement l’importation de véhicules de moins de cinq ans et de ceux qui répondent à la norme européenne d’émission «Euro4».

Le Maroc «ne reçoit d’Europe que des véhicules d’occasion relativement perfectionnés et propres», relève le PNUE dans un nouveau rapport intitulé «Les véhicules d’occasion et l’environnement – un aperçu global des véhicules utilitaires légers d’occasion : débit, échelle et réglementation».
Cette étude, la toute première du genre, fait valoir que lorsque les pays mettent en œuvre des mesures pour régir l’importation de véhicules d’occasion, notamment des normes d’ancienneté et d’émissions, celles-ci leur permettent d’accéder à des véhicules d’occasion de bonne qualité, y compris des voitures hybrides et électriques, à des prix abordables.
Le rapport montre qu’entre 2015 et 2018, quelque 14 millions de véhicules légers d’occasion ont été exportés dans le monde. Environ 80% de ces exportations ont été effectuées vers des pays à faible et moyen revenus, dont plus de la moitié vers l’Afrique.
Le PNUE constate ainsi que les pays africains ont importé le plus grand nombre de véhicules d’occasion (40%) au cours de la période étudiée, suivis par les pays d’Europe de l’Est (24%), d’Asie-Pacifique (15%), du Moyen-Orient (12%) et d’Amérique latine (9%).

Pour l’agence onusienne, ces millions de voitures, fourgonnettes et minibus d’occasion, souvent de piètre qualité, contribuent de manière significative à la pollution atmosphérique et entravent les efforts visant à atténuer les effets du changement climatique dans le monde.
«L’assainissement du parc automobile mondial est une prioritéw w pour atteindre les objectifs mondiaux et locaux en matière de qualité de l’air et de climat», a souligné Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE, dans un communiqué.
«Au fil des ans, les pays développés ont exporté de plus en plus de véhicules d’occasion vers les pays en développement. Comme cela se produit en grande partie sans réglementation, cette exportation est devenue celle de véhicules polluants», a-t-elle déploré.

Par conséquent, le rapport du PNUE exhorte à la prise de mesures afin de combler le vide politique actuel et demande l’adoption de normes de qualité minimales harmonisées qui garantiront que les véhicules d’occasion contribuent à des parcs de véhicules plus propres et plus sûrs dans les pays importateurs.
Et de préciser que le parc automobile mondial, dont la croissance est rapide, est l’un des principaux responsables de la pollution atmosphérique et du changement climatique. À l’échelle mondiale, le secteur des transports est responsable de près d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’énergie. Plus précisément, les émissions des véhicules sont une source importante de particules fines (PM2,5) et d’oxydes d’azote (NOx) et sont des causes majeures de la pollution atmosphérique urbaine.

«L’absence de normes et de réglementations efficaces facilite le dumping de véhicules anciens, polluants et dangereux», a estimé la directrice exécutive du PNUE.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *