«Journée sans voiture», une initiative symbolique pour protéger la planète

«Journée sans voiture», une initiative symbolique pour protéger la planète

Célébrée chaque année durant la période allant du 16 au 22 septembre

La «Journée sans voiture», célébrée chaque année durant la période allant du 16 au 22 septembre, constitue une initiative symbolique pour protéger la planète en contribuant à l’amélioration de la qualité de l’air respiré et la lutte contre la pollution atmosphérique dans les villes. Lors de cette journée, organisée par plusieurs villes à travers le monde, de nombreux axes sont fermés à la circulation des voitures dans l’objectif de lutter contre le bruit et d’encourager l’adoption des modes de vie écologiques par la population urbaine. «Journée sans voiture» est aussi une occasion pour encourager la prise de conscience collective en matière de l’environnement et des risques de la pollution atmosphérique sur la santé, notamment pour limiter l’usage des voitures et opter pour les bicyclettes comme moyen de transport privilégié.

Au Maroc, et à l’instar des autres capitales du monde, Rabat s’apprête à accueillir la «Journée sans voitures», le dimanche 3 octobre prochain, qui sera organisée par l’association des jeunes du 21 ème siècle, en collaboration avec les autorités locales. Il s’agit d’une occasion pour limiter les gaz d’échappement liés à l’usage intensif des voitures, protéger l’environnement et améliorer la qualité et le niveau de vie, a estimé l’association sur ses réseaux sociaux. Cette manifestation, qui souffle sa quatrième bougie cette année, a permis à la capitale marocaine de rejoindre les plus grandes villes au monde qui célèbrent cette journée mondiale, telles que Paris et Bruxelles, a-t-elle ajouté. Bien que les habitants de Rabat soient fiers d’inclure cette manifestation comme une tradition annuelle, cette initiative a déjà été célébrée dans les villes de Casablanca, Mohammedia et Nouasser en 2016.

La pollution de l’air est l’une des causes majeures de mortalité, puisqu’elle est à l’origine des maladies cardiaques, pulmonaires, le cancer du poumon et les accidents vasculaires cérébraux, et on estime que c’est la cause de mort prématurée de 1 sur 9 bébés, relève un rapport de l’Organisation des Nations Unies. Parmi les causes principales de la pollution de l’air, l’organisation onusienne énumère cinq types d’activités humaines, à savoir : les moyens de transport, l’agriculture, l’industrie, les déchets et les activités domestiques. Les moyens de transport, explique le rapport, sont considérés comme responsables de la mort précoce de centaines de milliers de personnes étant donné que les différents véhicules émettent des particules fines, de l’ozone, du noir de carbone et du dioxyde d’azote (NO2) dans l’atmosphère.

Le traitement des problèmes de santé qui en résultent coûtent annuellement environ 1 trillion de dollars au niveau mondial, selon les estimations. Les risques écologiques et sanitaires liés à la pollution de l’air sont graves, avertit l’ONU, notant qu’environ 90% de la population mondiale respirent quotidiennement de l’air nocif pour la santé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *