Le marché de l’automobile rattrape son retard

Le marché de l’automobile rattrape son retard

Les ventes grimpent de 16,4% par rapport au 1er semestre 2019

«Le confinement a créé de l’épargne et la volonté de se faire plaisir et puis tout simplement un retour à la normale progressive. Cette évolution a également été aidée par le crédit gratuit qui a revu le jour».

Un vent de fraîcheur souffle sur le marché de l’automobile avec un premier semestre 2021 en nette croissance. Depuis le début de cette année, encore marquée par la crise sanitaire, il s’est déjà vendu 94.025 voitures neuves au Maroc sur les 6 premiers mois de 2021, soit en hausse de 16,4% par rapport à la même période en 2019, dernier exercice pré-Covid et en progression de 105,1% comparativement à fin juin 2020.
«C’est un semestre assez particulier parce qu’il vient à la suite d’une année inédite qui nous a réservé beaucoup de surprises et ce n’est pas fini», affirme Adil Bennani, président de l’Aivam, lors de la présentation du bilan du premier semestre 2021 qui s’est déroulée à Casablanca le 8 juillet dernier. Plus encore, le volume des ventes dépasse de 3.299 unités celui du premier semestre 2018, à savoir l’année de l’Auto Expo.

Boosté par le crédit gratuit

Derrière le regain de confiance, le marché de l’automobile est sous l’effet «rattrapage». «Le confinement a créé de l’épargne et la volonté de se faire plaisir et puis tout simplement un retour à la normale progressive. Cette évolution a également été aidée par le crédit gratuit qui a revu le jour», explique M. Bennani ajoutant que tout cela a amené vers une dynamique de marché. Pour ce qui est des immatriculations communiquées par la Narsa, ce sont 113.332 unités qui ont été enregistrées au S1 de 2021 contre 122.429 sur la même période en 2019, soit en recul de 7,4%. Sur cette différenciation avec les statistiques de la Narsa, Adil Bennani souligne que, au niveau de l’Aivam: «Nous enregistrons les ventes de voitures quand elles sont livrées aux clients. Maintenant, il peut s’écouler deux mois et demi avant que l’immatriculation se termine globalement».
Au niveau des mutations, on observe un retour également à la normale avec une tendance annuelle de 550.000 mutations. 274.718 unités ont été comptabilisées au S1 2021 contre 294.138 au S1 2019, en régression de 6,6%. Pour les véhicules d’occasion importés, ils sont en baisse sur le plus de 5 ans compensée par ailleurs par le moins de 3 ans. Au premier semestre 2021, on compte à 8.078 le nombre de véhicules importés vendus contre 17.159 en 2019.

Pénurie des semi-conducteurs

La pénurie mondiale des semi-conducteurs oblige les usines automobiles à tourner au ralenti. Dans ce schéma, les importateurs des véhicules neufs au Maroc se retrouvent perturbés par des problèmes de stock. En effet, les fabricants de ses composants électroniques privilégient le marché asiatique, et particulièrement les producteurs de téléphones, de PC et de tablettes dont la demande reste solide. «L’année dernière en mai quand on a fait nos plans pour 2021, le secteur automobile se portait mal. Nous avons prévu des chiffres moins importants que cette année pendant que le secteur informatique était sur des prévisions importantes», relève Adil Bennani.

Marques : La tendance haussière se confirme

Pour les véhicules particuliers (VP), l’ensemble des marques est en croissance réalisant une hausse de 14,7% au premier semestre de 2021 par rapport à la même période de 2019. Dans le top 10, les marques Opel, Skoda et Hyundai sortent du lot avec des progressions respectivement de 3, 5 et 1 places dans le classement. Concernant les véhicules utilitaires légers (VUL), les ventes sont en hausse de 32,3% par rapport à 2019. DFSK reste en tête du podium avec une part de marché de 19,6%, suivie de Renault avec 12,8%.

L’hybride représenté par 11 marques en 2021

Par motorisation, la structure des volumes de ventes au premier semestre 2021 reste dominée par le diesel (90,8%). Néanmoins, les ventes des véhicules à motorisation essence sont en croissance.
L’essence représente une part de 9,2% des ventes par type de carburant. Par ailleurs, la dynamique des ventes des véhicules à motorisation alternative se confirme avec une progression remarquée de 65% au S1 de 2021 par rapport à la même période en 2019. A fin juin 2021, il s’est vendu 1.134 voitures propres dont 966 véhicules hybrides,156 véhicules hybrides rechargeables. L’électrique n’en constitue qu’une infime part (12 ventes). Cette dynamique s’explique par l’expansion de l’offre. En 2021, le marché de la motorisation alternative est détenu par 11 marques contre 7 en 2018 et une seulement en 2017. Ce type de motorisation ne constitue toutefois que 1,4% du marché.

Le SUV domine le segment des VP

Par segment, le SUV continue d’attirer les acheteurs de voitures neuves avec une part de marché de 30,3% au premier semestre 2021. Il gagne 4 points de part de marché par rapport au S1 de 2019. Les citadines sont en retrait de 3,3 points à fin juin 2021 mais demeurent deuxièmes en termes de volume des ventes. Du côté du segment des ludospaces, il regagne du terrain (+1,9 point vs 2019) avec une part de marché de 17,5% au premier semestre 2021. S’agissant des VUL, les minibus connaissent un recul de 6,3% au S1 de 2021 vs S1 de 2019 malgré la bonne tenue du «transport de personnel». Le secteur touristique reste impacté. Le segment des pick-up poursuit sa croissance avec une progression de 82,8% par rapport à 2019.

Casablanca en faible croissance

Comparée à d’autres villes du Royaume, Casablanca connaît la plus faible croissance positive (1,8% vs 2019). Agadir pour sa part devient depuis 2020 la troisième ville en termes de croissance des ventes devant Marrakech et creuse l’écart au S1 de 2021. La ville ocre a été fortement impactée par la crise sanitaire. Elle est en retrait de 1,9% à fin juin 2021 (vs S1 de 2019). On notera également que Tanger et Kenitra enregistrent de très forts taux de croissance, en raison de la dynamique des pôles industriels.

Retour en force du premium

Le segment du luxe revient en force avec 7.884 véhicules vendus au S1 de 2021 contre 6.259 pour la même période en 2019. Plus globalement, le premium représente 9,5% des ventes totales des VP. Il est en croissance de plus 26% par rapport au S1 de 2019. A noter que le premium croît plus vite que le reste du marché des véhicules particuliers. Dans le classement top 10, Audi est à la première marche des ventes avec un volume qui a quasiment doublé comparativement à fin juin 2019.

Du nouveau chez l’Aivam et des perspectives positives

Pour illustrer ce regain de croissance actuelle, l’Aivam a choisi de démarrer le deuxième semestre de l’année en cours avec du neuf. L’association qui regroupe 20 distributeurs officiels de 34 marques, arbore désormais une nouvelle identité visuelle designée en bleu et orange. Des couleurs qui font référence aux valeurs «confiance», «loyauté», «intelligence», «énergie» et «action». Son site internet lui aussi fait peau neuve avec un contenu enrichi sur l’actualité et les nouveautés du secteur. Les professionnels tablent sur le maintien du rythme de croissance observé au premier semestre. «Néanmoins, ce rythme de croissance est fragile parce qu’il est soumis à cette pression de l’offre par les constructeurs que nous ne maîtrisons pas. Mais si tout va bien on devrait boucler une année en croissance», dixit Adil Bennani. En termes de perspectives, les professionnels appréhendent par ailleurs les aléas du contexte sanitaire qui seraient susceptibles de contredire les prévisions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *