970x250

Les grandes annonces de Renault Group, Nissan Motor et Mitsubishi

Les grandes annonces de Renault Group, Nissan Motor et Mitsubishi

Un investissement de 23 Mds d’euros pour l’électrique dans les 5 prochaines années

L’Alliance a défini une feuille de route commune pour 2030 dédiée au véhicule électrique et à la mobilité intelligente et connectée, en partageant les investissements au profit de ses trois membres et de leurs clients.

Renault Group, Nissan Motor Co., Ltd. et Mitsubishi Motors Corporation démarrent l’année 2022 avec de grandes ambitions. Les trois constructeurs dévoilent en effet leurs actions et projets communs à horizon 2030 axés sur la nouvelle chaîne de valeur de la mobilité. «Parmi les leaders mondiaux de l’automobile, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est un modèle unique qui a fait ses preuves. Depuis vingt-deux ans, nous nous appuyons sur nos cultures et nos forces respectives pour notre réussite commune», a déclaré Jean-Dominique Senard, président de l’Alliance. Et d’ajouter: «Aujourd’hui, l’Alliance accélère le rythme pour engager une révolution de la mobilité et apporter plus de valeur à ses clients, ses collaborateurs, ses actionnaires et toutes ses parties prenantes. Les trois entreprises ont défini une feuille de route commune à horizon 2030, en partageant les investissements dans les futurs projets d’électrification et de connectivité. Des investissements massifs qu’aucune des trois entreprises ne pourrait réaliser seule. Ensemble, nous faisons la différence pour un nouvel avenir durable et global : l’Alliance deviendra neutre en carbone d’ici 2050». L’Alliance renforce également sa stratégie commune en matière de batteries pour atteindre une capacité de production mondiale de 220 GWh en 2030.

Une feuille de route commune axée sur l’électrique

L’Alliance a défini une feuille de route commune pour 2030 dédiée au véhicule électrique et à la mobilité intelligente et connectée, en partageant les investissements au profit de ses trois membres et de leurs clients. Une méthodologie a été mise en place. Celle-ci est basée sur la «smart différenciation» qui définit, pour chaque véhicule, le niveau de partage souhaité, en intégrant plusieurs paramètres de mise en commun possibles : plateformes, usines, groupes motopropulseurs. Cette démarche est complétée et renforcée par une approche plus précise en matière de différenciation du design et de la carrosserie. Ainsi, la plateforme commune pour les segments C et D par exemple sera utilisée pour 5 modèles de 3 marques de l’Alliance (Nissan Qashqai et X-Trail, Mitsubishi Outlander, Renault Austral et le prochain SUV 7 places). Dans le même sens, les membres de l’Alliance augmenteront l’utilisation de plateformes communes dans les années à venir, passant de 60% aujourd’hui à plus de 80% de leurs 90 modèles en 2026. «Cela permettra à chaque entreprise de se concentrer davantage sur les besoins de ses clients, ses modèles emblématiques et ses marchés clés, tout en étendant à moindre coût les innovations à l’ensemble de l’Alliance», indiquent les trois partenaires. On notera à ce titre que Mitsubishi Motors renforcera sa présence en Europe avec deux nouveaux modèles dont le Nouveau ASX basé sur des bestsellers de Renault.

35 nouveaux modèles électriques d’ici 2030

Plus de 10 milliards d’euros déjà investis dans le domaine de l’électrification par Renault, Nissan et Mitsubishi. Sur les principaux marchés (Europe, Japon, États-Unis, Chine), 15 usines de l’Alliance produisent déjà des pièces, des moteurs et des batteries destinés à 10 modèles de véhicules électriques déjà en circulation. Plus d’un million de voitures électriques ont été vendues à ce jour et 30 milliards de kilomètres parcourus. L’Alliance passe à la vitesse supérieure avec un investissement supplémentaire de 23 milliards d’euros sur l’électrification dans les cinq prochaines années pour atteindre 35 nouveaux modèles de véhicules électriques d’ici à 2030. Les trois partenaires annoncent que 90% de ces modèles seront basés sur cinq plateformes communes de véhicules électriques, couvrant la plupart des marchés des plus grandes régions. Cela concerne la plateforme CMF-AEV qui est utilisée pour la nouvelle Dacia Spring, la plateforme KEI-EV destinée aux véhicules électriques ultra-compacts, LCV-EV qui est dédiée aux clients professionnels et utilisée pour les Renault Kangoo et Nissan Town star, et la plateforme polyvalente CMF-EV qui sera sur les routes dans quelques semaines pour équiper Nissan Ariya et Renault Mégane E-Tech électrique.

A cela s’ajoute la plateforme CMF-EV. Il s’agit d’une plateforme destinée à la nouvelle génération de véhicules électriques pour les partenaires de l’Alliance. Elle a été créée pour intégrer et optimiser tous les éléments propres à une chaîne de traction 100% électrique accueillant un nouveau moteur haute performance et une batterie ultra-compacte. «D’ici 2030, plus de 15 modèles seront basés sur la plateforme CMF-EV, avec jusqu’à 1,5 million de voitures produites par an sur cette plateforme», indique la même source. L’Alliance disposera en 2024 de CMF- BEV qu’elle décrit comme la «plateforme électrique compacte la plus compétitive du marché». Cette solution offre jusqu’à 400 km d’autonomie permettant de réduire le coût de 33% et la consommation électrique de plus de 10% par rapport à la Renault ZOE actuelle. Elle équipera 250.000 véhicules par an sous les marques Renault, Alpine et Nissan. Parmi eux, la Renault R5 et le nouveau véhicule électrique compact qui remplacera la Nissan Micra. Conçu par Nissan et produit par Renault, le nouveau modèle sera fabriqué au sein de Renault ElectriCity, le pôle industriel électrique du Nord de la France.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *