New Alfa Romeo Giulietta : Sculpturale transalpine !

New Alfa Romeo Giulietta : Sculpturale  transalpine !

Quatre années seulement après son lancement, voilà que l’Alfa Romeo Giulietta passe déjà sur le billard du restylage et subit des coups de bistouri bien discrets et subtils. Et pour cause, on ne change pas radicalement un best-seller à la plastique déjà affriolante, mais on le bonifie. C’est chose faite, et la Giulietta nous revient plus racée, plus gracieuse et plus élégante que jamais. Les légères retouches des phares, de la calandre et des galbes n’ont rien gâché de la sensualité acquise déjà depuis 2010.

L’intérieur a du galbe…

La Giulietta c’est un peu le fer de lance de la gamme Alfa, puisque ses dessous ont servi de base au Chrysler 200, à la Fiat Viaggio, au Dodge Dart ou même à la dernière mouture du Jeep Cherokee. La belle garde donc le même châssis révolutionnaire. Les poignées de portes arrière sont dissimulées dans le prolongement des vitres, et donnent toujours autant, de prime abord, l’impression d’un coupé à deux portes.
Ce fut l’Alfa 156 qui, à la fin des années 90, avait «inauguré» cette particularité. A l’intérieur ergonomie et esthétique montent d’un cran. La Giulietta a droit à un grand écran tactile offrant du multimédia, ainsi qu’un GPS. La qualité perçue est rehaussée avec le volant redessiné, les garnitures et les sièges au dessin plus enveloppant.

Toujours aussi jolie, mais avec plus d’options…

On note l’apparition d’un radar de stationnement avant, du contrôle de pression des pneus en série, tandis que la connexion USB quitte la boîte à gants pour devenir nettement plus accessible au pied de la console centrale. Le système multimédia intègre désormais des commandes vocales tandis que la connexion Bluetooth donne à l’autoradio un accès à des flux streaming via un smartphone, et autorise aussi la lecture ou la dictée de SMS. Et puis il y a le système « DNA », qui permet, en enclenchant la position «dynamic», de modifier la cartographie du moteur en l’envoyant valser dans les tours.

Six motorisations différentes…

Côté mécanique, la Giulietta millésime 2014 arbore plusieurs motorisations qui plairont à tous les types d’usagers et à toutes les bourses. Ainsi, sont proposées (à partir de 245.000 dirhams) deux motorisations essence Turbo : le 1.4 T-Multi Air de 120 ch, ainsi que le révolutionnaire MultiAir de 170 ch disponible avec la boîte de vitesses Alfa TCT. La gamme comprend également le moteur d’exception 1.750 Turbo essence à injection directe de 240 ch avec la technologie Scavenging associée à la version Quadrifoglio Verde, synthèse ultime de la sportivité d’Alfa Romeo. Trois moteurs Diesel JTDM de seconde génération figurent aussi sur le catalogue avec des prix qui commencent à 265.000 dirhams : le 1.6 JTDM de 105 ch ainsi que le 2.0 JTDM de 150 ch. Ce dernier moteur est disponible aussi en 175 ch couplé à la boîte de vitesses Alfa TCT.

Alfa TCT ? késako ?

Il s’agit de la boîte de vitesses automatique Twin Clutch Transmission avec double embrayage à sec, composée de deux boîtes de vitesses en parallèle qui permettent l’insertion de la vitesse suivante pendant que la précédente est encore enclenchée. Alfa TCT offre ainsi des changements de rapports plus rapides et directs avec un minimum de perte de puissance et de motricité.

Cette transmission offre également la possibilité de sélectionner le mode automatique ou séquentiel, selon le type de conduite désiré. En mode séquentiel, les changements de rapports sont gérés manuellement par impulsion sur le levier de vitesses ou avec les palettes au volant.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *