Omar Sikkal : «500 millions DH injectés annuellement pour les grosses réparations»

Omar Sikkal : «500 millions DH injectés annuellement  pour les grosses réparations»

Entretien avec Omar Sikkal, directeur général de la filiale d’expertise technique d’ADM

ALM : Comment peut-on définir les grosses réparations (GR)? En quoi consistent-elles et est-ce pour entretenir une chaussée mal construite à la base ? :

Omar Sikkal : A l’instar des autres ouvrages de génie civil, la chaussée des autoroutes possède une durée de vie spécifique estimée dès la phase des études d’exécution entre 10 et 15 ans. Cette durée de vie étant relativement courte en comparaison aux autres ouvrages de l’autoroute (50 ans pour les ponts à titre d’exemple), la chaussée nécessite donc un entretien plus récurrent afin de conserver son bon fonctionnement. Les travaux de grosses réparations ont donc pour objectif de renouveler périodiquement la durée de vie de la chaussée qui se dégrade naturellement sous l’effet de plusieurs facteurs tels que le volume du trafic, l’agressivité des poids lourds, les conditions climatiques (notamment l’ensoleillement, les écarts thermiques et la pluviométrie), etc.

L’adage «Vaut mieux prévenir que guérir» s’applique parfaitement au cas de l’entretien des chaussées. En effet, le processus de dégradation de l’état opérationnel (confort et sécurité de l’usager) et de l’état structurel de la chaussée (capacité à porter le poids du trafic sans déformations ou fissurations excessives) s’amorce d’abord d’une manière lente durant les premières années de l’exploitation, puis s’accélère au fur et à mesure de son vieillissement.

Tout retard dans l’entretien d’une chaussée coûtera ainsi, pour ADM, plusieurs fois le coût d’un entretien préventif (à temps). L’effet sur les usagers de l’autoroute est aussi important puisque le coût d’exploitation des véhicules (CEV) risque d’évoluer à la hausse en raison des dégradations de la couche de surface des voies de circulation, tout comme les risques liés à la sécurité.

Si on comprend bien, les GR sont presque un savoir-faire spécifique, quelle est l’approche développée par ADM et qui sont les partenaires qui vous accompagnent pour assurer la pérennité du savoir-faire au Maroc dans le domaine des GR ?

Effectivement, ADM a développé un savoir-faire spécifique dans le domaine des grosses réparations en conformité avec les standards internationaux en vigueur. ADM dispose ainsi d’un programme intégré d’entretien de la chaussée de ses autoroutes. Il comprend deux programmes. Le premier concerne l’entretien courant, consistant en des réparations localisées (pontage des fissures, bouchage des nids-de-poule, etc.) dont le but est de maintenir provisoirement les propriétés opérationnelles de la chaussée en attendant l’entretien périodique. Le deuxième programme est relatif à l’entretien périodique. Ce dispositif porte sur des traitements généralisés (renforcement, réhabilitation, etc.).

Le but étant de remettre en état les propriétés opérationnelles et structurelles de la chaussée. C’est ce qu’on appelle communément les grosses réparations (GR). ADM dispose de son propre outil d’«Asset Management» constitué d’un système d’information (géocodage, algorithmes de priorisation, optimisation budgétaire, etc.) qui est alimenté périodiquement par les mesures issues de plusieurs types d’appareils d’auscultation dont la technologie de laser-3D mise récemment sur le marché international. Bien évidemment, ce savoir-faire développé par ADM est le fruit de l’expérience développée par ses équipes spécialisées en partenariat avec des organismes nationaux (LPEE, CNER, etc.) et internationaux (Cerema, Iffstar, etc.). ADM pérennise et partage également son savoir-faire dans la gestion des projets d’infrastructures à travers sa filiale “ADM Projet” que ce soit au niveau du Maroc ou auprès de nos partenaires africains.

Pouvez-vous nous donner une idée sur l’enveloppe budgétaire et le nombre de km concernés ?

L’enveloppe budgétaire et le nombre de km réalisés annuellement sont le résultat d’un processus de priorisation et d’optimisation technico-financière et sont donc adaptés chaque année. L’ordre de grandeur de l’enveloppe budgétaire annuelle actuellement est d’environ 500 millions de dirhams et le nombre de km réalisés chaque année est d’environ 180 km. Bien sûr cette cadence est très élevée actuellement parce qu’on est au bout du cycle de vie de plusieurs tronçons parmi les plus anciens.

Est-ce qu’il y a des tronçons plus sujets aux GR ou des régions ?

La périodicité des grosses réparations est homogène entre les différents tronçons. C’est la consistance des travaux qui peut varier d’un tronçon à un autre puisqu’elle est adaptée à la nature des dégradations, à la nature géotechnique du sol support, à l’agressivité du trafic projeté, aux conditions climatiques locales ainsi qu’à la nature des matériaux de construction disponibles dans la région.

Ces travaux varient donc d’un simple rechargement d’une couche d’enrobé à une purge de la chaussée existante, voire parfois à une remise à niveau de la plateforme supportant la chaussée afin de s’adapter à l’agressivité croissante du trafic, ou de s’affranchir des difficultés géotechniques rencontrées sur certains types de sols locaux. Cette variation dans la consistance des travaux impacte le délai de réalisation en fonction de la complexité de la solution retenue, ce qui peut générer cette impression que certains tronçons font objet de GR plus que d’autres.

Une question qui revient souvent : pourquoi ces GR en pleine période de vacances particulièrement estivales ?

La qualité des travaux de chaussée est très sensible aux conditions climatiques (pluies, températures basses, vent, etc.) et ne peuvent malheureusement se dérouler exclusivement en hiver. Ceci étant dit, ADM tient compte du confort de ses clients-usagers en adaptant ses plannings de façon à éviter les périodes de départs et de retours massifs liées aux vacances et aux fêtes nationales.

De plus, certaines solutions nécessitent des interventions qui s’étalent sur plusieurs mois, ce qui impacte inévitablement les conditions de circulation malgré les efforts déployés dans ce sens. Mais il faut toujours garder en tête que la finalité est d’assurer un très haut niveau de service pour nos clients-usagers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *