Peugeot 205 : Ancêtre emblématique de la 208

Peugeot 205 : Ancêtre emblématique de la 208

A l’instar de la DS ou de la 2 CV, la Peugeot 205 est une voiture clé de l’histoire automobile française, qui plus est de l’histoire automobile des années 1980. Le succès de la 205 s’explique d’abord par la large gamme qu’elle proposait et ses prouesses techniques en constante évolution. Etudiée et élaborée dès 1978 pour remplacer la Peugeot 104, la première 205 est sortie des ateliers de Peugeot Mulhouse en février 1983.

Très vite, ont été proposées au public différentes versions notamment en berlines 3 et 5 portes ou en fourgonnette. Un break était même prévu mais il est finalement resté au stade de prototype.

Cette diversité se retrouvait aussi dans les motorisations commercialisées, de 45 à 130 chevaux pour la 205 GTI. La gamme vendue était riche et dominée par la GTI, née en février 1984. D’autres modèles étaient plus modestes mais connaissaient un succès populaire tout aussi important.

C’est le cas de la 205 Junior perçue comme la première voiture du jeune conducteur par excellence. Il est vrai que ce modèle exerçait par son style un réel attrait sur une clientèle jeune, avec notamment ses sièges en jean. Et pourtant, lorsqu’elle est sortie en 1986, la Junior n’était prévue qu’en série limitée avec lunette arrière dégivrante en option et sans enjoliveurs pour un prix défiant toute concurrence.

Le mérite de Peugeot est qu’elle a su faire vivre ce modèle. La 205 a constamment évolué en 15 ans d’existence en fonction des progrès techniques automobiles mais aussi et surtout pour être en phase aux attentes des clients. Par exemple, dès 1988, Peugeot a modifié l’intérieur de la 205 et créé un tableau de bord plus ergonomique doté de rangements mieux agencés. En 1991, un changement de style s’est opéré sur toutes les 205 qui étaient affublées de clignotants blancs à l’avant et d’un nouveau bloc de feux fumés à l’arrière.

D’un point de vue mécanique, un modèle diesel a été rapidement disponible, dès 1985, soit deux ans après la sortie des usines de la première 205. Enfin, dès 1986, la 205 s’est déclinée en modèle automatique, ce qui était notable pour une voiture de cette gamme. Autre facteur du succès «205», la publicité réalisée autour de ce modèle et qui a contribué aux bonnes ventes et à sa réputation de voiture fiable.

Dès la sortie du prototype des ateliers Peugeot en 1981, la 205 innovait par son design extérieur résolument plus moderne et plus dynamique que celui de ses concurrentes. Elle se veut un véhicule urbain et extra-urbain. Ses prouesses mécaniques étaient mises en avant dans les publicités de l’époque qui, en plus, misaient sur l’aspect sécurité offert par la voiture au conducteur et ses passagers, une première ! Les publicités de l’époque l’intronisaient ainsi véhicule de l’agent 007 qu’il utilisait pour échapper aux truands lancés à ses trousses en pleine montagne, misant ainsi sur l’adaptabilité du véhicule à n’importe quel milieu et surtout sur la sécurité qu’il offrait à son conducteur.

A l’époque, la vitesse était encore un argument de vente pouvant être mis en avant dans les publicités. Ces dernières ont donc participé au succès de la 205 puisqu’elles ont laissé des souvenirs dans notre conscience en termes de slogan («205, quel sacré numéro !») ou d’image (la GTI rouge, conduite par un James Bond et dévalant les pentes enneigées d’une montagne).

Le public a été très réceptif à ces campagnes et les ventes n’ont connu qu’une très légère baisse en 1988 avant de se stabiliser jusqu’au milieu des années 1990. Outre une publicité efficace, la 205 jouissait d’un prestige lié à ses performances de rallye. C’est ainsi qu’en 1984, la 205 Turbo 16 a remporté le championnat du monde des rallyes et en 1987, Ari Vatanen remportait le Paris-Dakar au volant de la 205 T16 version rallye raid. On l’aura donc compris, la 205 était bien La voiture des années 1980 et méritait amplement son épithète de «sacré numéro».

Son design était moderne à sa sortie en 1984 et ne semblait pas être en proie à l’usure du temps puisqu’elle est encore très recherchée de nos jours notamment pour sa maniabilité, sa fiabilité (depuis 1988, elle est dotée d’un moteur Talbot que les spécialistes s’accordent à reconnaître comme résistant) et son faible coût d’entretien. Son succès (529.8000 véhicules produits de 1984 à 1998) est méritée tout comme la place affectueuse qu’elle occupe dans notre conscience collective.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *