Renault confirme la suspension de l’augmentation de capacités au Maroc

Renault confirme la suspension de l’augmentation de capacités au Maroc

C’est officiel. Le Groupe Renault vient d’annoncer, lors d’une conférence de presse, la suspension de ses projets d’augmentation de capacités prévus au Maroc.

Une confirmation faite lors de cette rencontre tenue vendredi à Paris, où le constructeur automobile a présenté son projet de plan de réduction des coûts fixes de plus de 2 milliards d’euros sur 3 ans. Un projet qui inclut l’optimisation de l’appareil industriel pour environ 650 millions d’euros. Une optimisation qui comprend le redimensionnement des capacités industrielles. D’où la suspension au Maroc voire en Roumanie, l’étude de l’adaptation des capacités de production du Groupe en Russie et l’étude de la rationalisation de la fabrication de boîtes de vitesse dans le monde.

Ce redimensionnement consiste également à revoir les capacités mondiales de production de 4 millions de véhicules en 2019 à 3,3 millions d’ici à 2024. Il comprend aussi l’ajustement des effectifs de production. Quant à l’optimisation, elle englobe l’accélération de la transformation des usines par la généralisation des outils de l’industrie 4.0 voire l’amélioration des process dans les nouveaux projets d’ingénierie soit l’accélération de la digitalisation et du «design to process». En France, quatre hypothèses de travail pour optimiser l’appareil industriel feront l’objet d’une concertation approfondie avec l’ensemble des parties prenantes et en particulier les partenaires sociaux et les collectivités locales.

Le projet inclut également l’amélioration de l’efficacité et la réduction des coûts de l’ingénierie, en bénéficiant des acquis renforcés de l’Alliance, avec Nissan et Mitsubishi Motors, pour environ 800 millions d’euros. Il englobe aussi l’efficience accrue des fonctions supports pour environ 700 millions d’euros, le recentrage des activités pour une meilleure allocation des ressources.

Dans l’ensemble, le coût estimé de la mise en œuvre de ce plan est de l’ordre de 1,2 milliards d’euros. «Dans un contexte fait d’incertitudes et de complexité, ce projet est vital pour garantir une performance solide et durable, avec comme priorité la satisfaction de nos clients. Nous voulons générer des économies d’échelle dans le but de rétablir notre rentabilité globale et d’assurer notre développement en France et à l’international. Ce projet doit permettre à terme d’envisager l’avenir avec confiance», indique Clotilde Delbos, directeur général de Renault par intérim.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *