Automobile

Renault Express : Une fourgonnette bien «Express(ive)» !

© D.R

Voici un classique né en plein milieu des années 80 et dont on se souvient presque tous ! Une voiture connue et reconnue pour ses nombreux services auprès des livreurs et des professionnels. Cet ancêtre du Kangoo a livré le pain dans bien des épiceries, distribué le courrier dans les campagnes, transporté des tonnes de marchandises et fait le bonheur de nombre de ses utilisateurs. Efficace, fiable, peu gourmand, minimaliste et parfois même simpliste, ses qualités sont légion. Et il n’est pas rare de le voir encore circuler dans nos villes et arpenter nos chaussées, toujours avec la même verve et la même ardeur au travail. Cette semaine, retour sur un véhicule laborieux qui ne rechigne jamais quand on le sollicite.

Un «supercinq» aux allures d’utilitaire…

Le Renault Express est apparu en novembre 1985. Il intervenait en plein milieu d’un plan d’élargissement de la gamme de la Supercinq pour accueillir une version utilitaire. Dès sa sortie, le véhicule aux allures de fourgonnette a tout de suite trouvé son public, aussi bien à l’Hexagone qu’au-delà. Il a porté différents noms selon les pays où il fut commercialisé. Ainsi, il reçut le nom de «Rapid» en Allemagne ou «Extra» au Royaume-Uni. Etroitement dérivé de la Renault Supercinq dont il reprend toute la plate-forme, les designers de l’Express décident de lui conférer plusieurs éléments spécifiques à l’image du train arrière à quatre barres, l’empattement, les portes-à-faux et la face avant. Grâce à son masque caractéristique de devant, ses ailes et son capot, le Renault Express possédait sa propre signature stylistique.

Plusieurs versions…

Pour allier rigidité et légèreté, les ingénieurs ont opté pour une caisse en acier à structure autoportante qui, selon les versions, était semi-vitrée pour une meilleure visibilité, entièrement vitrée, ou encore équipée de deux portes battantes ou à hayon selon le choix de chacun. A partir de 1986, les acheteurs pouvaient même opter pour une version tôlée.  Existant en 2 et 5 places, le Renault Express a accueilli une variante pick- up fournie par l’entreprise de carrossiers indépendante Durisotti, qui a été diffusée par le réseau de la marque au losange. A l’intérieur, la fourgonnette était équipée du tableau de bord de la Super 5. Elle avait subi quelques modifications pour recevoir les équipements relatifs à son mode de propulsion. Bien évidemment l’un de ses principaux concurrents n’est autre que le Citroën C15. Néanmoins, l’Express a pu surfer sur la vague du succès de la Renault 4 fourgonnette faisant d’elle son remplaçant le plus légitime.

Du diesel, mais aussi de l’essence sous le capot…

Pour ce qui est des motorisations essence, elles dérivaient étroitement du bloc Cléon en fonte et étaient disposées transversalement à l’avant.  Les moteurs étaient couplés à des boîtes à quatre ou cinq rapports. Les cylindrées variaient de 956 à 1397 cm3.
Sur les modèles les plus récents, un moteur beaucoup plus moderne et économique surtout a fait son apparition, à savoir le 1,4 litre Energy de 80. Alors que le 956 cm3 a rapidement été abandonné, à cause de ses performances limitées et de sa consommation très élevée. En diesel, Renault proposait le 1,6 litre dérivé du bloc F de 1721 cm3 essence, déjà vu sous le capot des Super 5, 9 et 11 et ensuite le 1,9 litre diesel, qui officiait sous le capot de la Renault 19.  Bien que cela puisse paraître insolite, le Renault Express avait également une variante électrique qui était extrêmement rare.

Fin de carrière en 2000…

C’est au début du second millénaire que l’Express disparaîtra dans les méandres de l’histoire automobile. Comme toute voiture, elle a fini par vieillir et après un restylage complet en 1994 et quelques séries limitées pour relancer le modèle, le Renault Express voit sa carrière s’approcher de la fin au moment de la commercialisation du Renault Kangoo en 1997, mais il reste encore quelques versions de l’Express qui furent commercialisées jusqu’en 2000.
C’est en juillet de la même année que le fameux utilitaire léger de la marque au losange tire définitivement sa révérence.
Aujourd’hui disparu du catalogue depuis une dizaine d’années, le Renault Express fut le meilleur prélude à la commercialisation du Kangoo qui allait connaître un immense succès. La suite, tout le monde la connaît !

Historique :

• Novembre 1985  : Commercialisation de la version utilitaire de la Supercinq : le Renault Express.
• Juillet 1986         : L’Express recoit le C1J (1397 cm3, 60 ch) en version break F402 et tolée F403.
• Mai 1987             : Nouvelle version break de l’Express qui reçoit un équipement soigné: GTC 1108 cm3 (BV5 en option) /GTL 1397 cm3 / GTD 1595 cm3 diesel.
• Octobre 1987     : Diffusion par le réseau Renault d’une verion pick-up de l’Express transformé par la société  Durisotti.
• Septembre 1994 : Restylage complet avec une nouvelle calandre, nouveaux phares avant et feux arrière, les rétroviseurs extérieurs sont agrandis. A l’intérieur, le tableau de bord s’arrondis, le volant change lui aussi.
• Juin 1997           : Fin de carrière pour l’Express qui sera remplacé par le Kangoo.

 

Articles similaires

AutomobileUne

Fiat souffle sa 125ème bougie en grande pompe

Fondée le 11 juillet 1899, Fiat est l’une des marques automobiles les...

Automobile

Vivo Energy Maroc lance sa campagne de sensibilisation à la sécurité routière

En préparation de la saison de pic de trafic routier, Vivo Energy...

Automobile

Thibault Paland, nouveau DG de Renault Commerce Maroc et des marques Dacia et Alpine

Renault Group Maroc et Dacia Maroc annonce la nomination de Thibault Paland...

Automobile

Le succès continue pour Dacia, n°1 des ventes automobiles au Maroc

Dacia renforce sa première place du marché automobile, avec des ventes en...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus