Renault, Veolia et Solvay s’allient pour recycler les métaux des batteries électriques

Renault, Veolia et Solvay s’allient pour recycler les métaux des batteries électriques

Pour préserver les ressources, réduire les émissions de carbone et créer de la valeur

Forts de l’expertise dans leurs domaines respectifs, Renault, Veolia et Solvay viennent d’annoncer leur partenariat pour la mise en place d’un écosystème circulaire des métaux issus des batteries électriques en Europe. «Ce consortium illustre un nouveau type de collaboration sur la chaîne de valeur de la batterie électrique dans le but de préserver les ressources, réduire les émissions de carbone et créer de la valeur», indiquent les partenaires dans un communiqué de presse conjoint.
Créé en septembre 2020 entre Veolia et Solvay, le consortium est ainsi renforcé par l’engagement pionnier et l’expérience du Groupe Renault en matière d’économie circulaire et de cycle de vie des batteries des véhicules électriques. «Le Groupe Renault a une approche globale du cycle de vie des batteries : depuis la réparation pour prolonger leur durée de vie automobile, en passant par le développement d’applications de seconde vie pour le stockage de l’énergie, jusqu’à la mise en place d’un système de collecte et de recyclage des batteries. Aujourd’hui, nous sommes fiers de renforcer notre engagement environnemental en nous associant à Veolia et Solvay», fait savoir Luca de Meo, CEO de Renault.


L’objectif du constructeur automobile dans un contexte de mobilité électrique croissante est, selon l’intervenant, de mettre en œuvre des solutions de recyclage innovantes et sobres en carbone afin d’ouvrir la voie à un approvisionnement durable en matériaux stratégiques pour les batteries. «Ensemble, nous allons tirer avantage de notre présence sur l’ensemble de l’écosystème électrique en Europe pour asseoir une position forte sur le marché stratégique des matériaux de batteries et générer de la valeur au-delà de l’automobile», souligne M. de Meo. Fort de l’expertise de Solvay dans l’extraction chimique des métaux de batteries et du savoir-faire acquis depuis dix ans par Veolia dans le démantèlement et le recyclage des batteries lithium-ion via des procédés hydrométallurgiques, le partenariat vise à faire de cette complémentarité un avantage stratégique et un levier de compétitivité.

Alors que le nombre de véhicules électriques en circulation devrait passer de 10 millions en 2020 à plus de 100 millions d’ici 2030 dans le monde, un accès stable et responsable aux métaux des batteries constitue un enjeu crucial. «Face à l’ampleur des enjeux environnementaux auxquels le monde est confronté, la transformation écologique est une urgence. Avec le Groupe Renault qui rejoint Veolia et Solvay, nous faisons collectivement un pas de plus vers des solutions en circuit fermé pour préserver les ressources naturelles. Cela montre comment des entreprises travaillant ensemble peuvent imaginer et mettre en œuvre de nouvelles solutions qui améliorent notre environnement et renouvellent nos économies», explique Antoine Frérot, PDG de Veolia.

De son côté, Ilham Kadri, CEO du Groupe Solvay, fait part que ce consortium est un bel exemple de partenariat dans la chaîne de valeur qui permet de créer une économie circulaire pour les métaux de batteries. «Nous sommes ravis que le Groupe Renault rejoigne le consortium, en tant que partenaire stratégique dans la boucle circulaire. Leur apport de matières premières pour le recyclage permet en effet de réinjecter les métaux purifiés dans le cycle de la batterie», a dit M. Kadri, faisant remarquer que « ce projet illustre d’ailleurs la manière dont Solvay joint le geste à la parole dans le cadre de son plan de développement durable Solvay One Planet, qui vise à au moins doubler nos revenus générés dans une économie circulaire d’ici 2030».

Rappelons que les trois partenaires sont déjà activement engagés dans une phase expérimentale impliquant la mise en place d’une usine pilote en France, à l’échelle préindustrielle, capable d’extraire et de purifier les métaux contenus dans les batteries en fin de vie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *