Une convention signée entre le ministère de l’industrie et la CDG : 94 hectares de plus pour le complexe PSA

Une convention signée entre le ministère de l’industrie et la CDG : 94 hectares de plus pour  le complexe PSA

L’engouement pour l’Atlantic Free Zone de Kenitra n’est plus à démontrer.

Après avoir atteint 94% de sa capacité, la zone dédiée aux fournisseurs du complexe PSA passe à une nouvelle étape de développement. Il a été procédé mardi 8 décembre à la signature d’un protocole d’accord visant à aménager 96 hectares supplémentaires (terrain domanial) pour permettre à cet écosystème de grandir et d’atteindre les objectifs préalablement fixés à l’horizon 2025. «Cette extension donnera un nouveau souffle à l’écosystème PSA qui démontre encore des capacités de développement», indique dans ce sens Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique.
Pour sa part, Abdellatif Zaghnoun, directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), estime que «cette nouvelle tranche offrira un espace d’accueil aux investisseurs dans de meilleurs standards internationaux leur permettant ainsi de réaliser leurs projets dans les conditions optimales de prix, de qualité et de compétitivité». L’Atlantic Free Zone de Kénitra est en effet le fruit d’un partenariat entre le département de l’industrie et MedZ, filiale du Groupe CDG. Les deux parties indiquent avoir mis en place un cadre de travail basé sur la confiance et l’intelligence collective. Lancée en 2012 sur une superficie de 345 hectares, cette zone a réussi à attirer jusque-là plus de 46 entreprises dont une quarantaine déjà installée totalisant ainsi un investissement de 20 milliards de dirhams.

En dépit des difficultés du démarrage, l’Atlantic Free Zone se positionne aujourd’hui parmi les plus importantes zones du Maroc et en Afrique employant plus de 36.000 personnes à ce jour. Il est à noter que l’écosystème PSA affiche, dans sa globalité, des taux de réalisation satisfaisants. Sur le 1 milliard d’euros du chiffre d’affaires sourcing déterminé à l’horizon 2025, l’écosystème PSA a réalisé en 2019 un chiffre de l’ordre de 850 millions d’euros. Les indicateurs démontrent également un dépassement d’objectif en termes d’emploi. L’objectif initial était de créer 5.000 postes dont 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs. A fin 2019, l’écosystème a créé 5.821 nouveaux postes composés de 3.500 profils hautement qualifiés. Le taux d’intégration se situe pour sa part autour de 60%. Il devra atteindre les 80% d’ici 2023.

Rappelons que la performance de l’écosystème PSA va de pair avec celle de l’industrie automobile nationale. La capacité de production projetée dans le Plan d’accélération industrielle à horizon 2020 est de 600.000 véhicules. Le secteur en a produit à fin 2019 un total de 700.000 unités, soit une hausse de 116% de l’objectif fixé. Le taux d’intégration déterminé à l’horizon 2023 est de 65%. Il s’est établi à fin 2019 à 60%. Le chiffre d’affaires à l’export ressort à 80 milliards de dirhams à fin 2019, soit 80% de l’objectif 2020 (100.000 milliards de dirhams). Pour ce qui est de l’emploi, la tutelle observe un dépassement des objectifs à hauteur de 166%. En effet, 149.818 postes ont été créés à fin 2019 (sur la base des déclarations CNSS) contre 90.000 initialement prévus.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *