Le nouveau DG de Renault «confiant» sur un redressement du groupe

Le nouveau DG de Renault «confiant» sur un redressement du groupe

Le nouveau directeur général de Renault Luca de Meo, qui prendra ses fonctions le 1er juillet, s’est dit «confiant» sur la capacité de redressement du constructeur automobile français en difficulté, lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires.

M. de Meo, recruté auprès du groupe Volkswagen, dont il a redressé la marque espagnole Seat, a commencé ces derniers jours à visiter des sites de l’entreprise en France. Il prenait la parole publiquement pour la première fois en tant que futur dirigeant de la société, lors de cette réunion à huis clos retransmise sur Internet.

Se disant «impressionné par la compétence des gens de Renault», il y a vu «une bonne nouvelle» pour l’avenir «parce que dans l’automobile, lorsque les choses sont bien faites (…), les situations peuvent se retourner très, très vite».

Il a souligné que «le sentiment d’urgence [était] partagé à tous les niveaux»: «Nous en avons besoin, car la mobilisation de tous en ce moment est absolument nécessaire». Plombé par des surcapacités de production, Renault, qui était en difficulté financière avant même la crise Covid-19, s’est engagé dans un plan d’économies de 2 milliards d’euros sur trois ans qui prévoit 15.000 suppressions d’emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *