Culture – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Fri, 03 Dec 2021 15:46:08 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.8.2 https://aujourdhui.ma/wp-content/uploads/2016/02/favico.png Culture – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma 32 32 Des enfants à besoins particuliers en atelier artistique interactif avec Amina Bedraoui Idrissi https://aujourdhui.ma/culture/des-enfants-a-besoins-particuliers-en-atelier-artistique-interactif-avec-amina-bedraoui-idrissi https://aujourdhui.ma/culture/des-enfants-a-besoins-particuliers-en-atelier-artistique-interactif-avec-amina-bedraoui-idrissi#respond Fri, 03 Dec 2021 16:00:38 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392902

A l’initiative de l’association «Anouar» pour le développement et la solidarité à Al Haouz En partenariat avec l’artiste-peintre marocaine, Amina Bedraoui Idrissi, l’association «Anouar» pour le développement et la solidarité organise, les 9 et 10 décembre, un atelier artistique interactif au profit d’enfants à besoins spécifiques à Ait Faska dans la province d’Al Haouz à ...]]>

A l’initiative de l’association «Anouar» pour le développement et la solidarité à Al Haouz

En partenariat avec l’artiste-peintre marocaine, Amina Bedraoui Idrissi, l’association «Anouar» pour le développement et la solidarité organise, les 9 et 10 décembre, un atelier artistique interactif au profit d’enfants à besoins spécifiques à Ait Faska dans la province d’Al Haouz à Marrakech. «L’atelier est un bon moyen pour intégrer les enfants à besoins particuliers dans les activités. L’objectif étant d’offrir une culture aux enfants à propos de l’art tout en leur apprenant à réaliser des fresques murales voire consolider leur confiance et leurs compétences en communication», détaille l’association. Mieux encore, cette structure organise, tel qu’elle l’indique, cet événement en s’appuyant sur les programmes des Nations Unies et les objectifs du développement durable. De plus, la participation d’individus de compétences différentes constitue, pour «Anouar», un élément important dans l’action à laquelle ils participent. «Il faut créer plus d’activités et de programmes pour accélérer l’intégration des personnes en situation de handicap.

En outre, des facteurs, comme l’âge et le sexe entre autres, peuvent impacter leurs croissances et expériences», ajoute l’association. Et ce n’est pas tout ! Les enfants participants à cet atelier seront intégrés dans les mêmes ateliers avec leurs pairs n’ayant pas de besoins particuliers. Une manière d’abonder dans le sens de l’approche «Twin-Track» (intégration de deux actions simultanées) des Nations Unies voire de consolider la conscience autour de la neurodiversité. «Les enfants peuvent apprendre les uns des autres en dépit de leurs différentes circonstances d’apprentissages et situations psychologiques et physiques. Notre société doit mettre fin aux tabous et à la discrimination pour appuyer la croissance de ces enfants et leur intégration. Notre association s’engage dans ce sens en leur offrant un sentiment d’inclusion. Nous ne pouvons pas fixer le seuil maximal des niveaux de développement individuel mais nous devons respecter leurs conditions et fonctions», estime le président de l’association, Mohamed Dekkak. De son côté, Mme Bedraoui Idrissi, que cette structure qualifie d’artiste «éminente», révèle : «C’est un honneur pour moi de faire partie de cet atelier. Je suis enthousiaste puisque je participerai et contribuerai à apprendre aux enfants à créer des oeuvres artistiques tout en leur inculquant l’importance de l’interaction». Pour elle, l’art est destiné à tous les âges. «Je pense que les enfants ont des créativités particulières et une imagination assez active.

Cette occasion est offerte à tout individu pour développer sa croissance selon ses capacités. Chose que la société délaisse», enchaîne l’artiste qui a déjà exposé ses oeuvres au festival Ibn Battuta à Tanger en 2017, dans la galerie «Le chevalier» à Casablanca en 2019 voire à l’étranger, notamment en France. Elle a même présenté ses oeuvres en Russie en 2020. Pour rappel, cet atelier est le deuxième du genre organisé par l’association. Selon cette structure, cet événement abonde dans le sens de la stratégie des Nations Unies pour l’intégration du handicap (UNDIS). Cela étant, «Anouar» ne manque pas d’attirer l’attention sur l’existence de différences entre individus en termes de capacités. «Il faut donner aux élèves ayant des défis intellectuels le droit à la mixité dans la société et d’acquérir les compétences sociales et cognitives via l’intégration en classe.

Actuellement, ils reçoivent toujours leur éducation en classes séparées dans les écoles publiques ou dans des instituts privés», martèle l’association qui estime que non seulement la peinture contribue à la thérapie des enfants à besoins particuliers mais aussi la chorégraphie, entre autres, peut jouer ce rôle.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/des-enfants-a-besoins-particuliers-en-atelier-artistique-interactif-avec-amina-bedraoui-idrissi/feed 0
Casablanca: Ouverture d’une exposition de l’artiste Omar Bouragba sous le signe « D’argile éthérée » https://aujourdhui.ma/actualite/casablanca-ouverture-dune-exposition-de-lartiste-omar-bouragba-sous-le-signe-dargile-etheree https://aujourdhui.ma/actualite/casablanca-ouverture-dune-exposition-de-lartiste-omar-bouragba-sous-le-signe-dargile-etheree#respond Fri, 03 Dec 2021 15:46:08 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392964

Une exposition de l’artiste Omar Bouragba a été ouverte, jeudi, à la galerie « So Art Gallery » à Casablanca sous le signe « D’argile éthérée ». L’artiste, connu pour son style distingué alliant photographie et abstraction, a indiqué que l’exposition présente des œuvres réalisées ces deux dernières années juste après l’apparition de l’épidémie du Coronavirus et reflétant certains ...]]>

Une exposition de l’artiste Omar Bouragba a été ouverte, jeudi, à la galerie « So Art Gallery » à Casablanca sous le signe « D’argile éthérée ».

L’artiste, connu pour son style distingué alliant photographie et abstraction, a indiqué que l’exposition présente des œuvres réalisées ces deux dernières années juste après l’apparition de l’épidémie du Coronavirus et reflétant certains aspects des souffrances liées aux impacts de ce virus mortel, ainsi que les contraintes imposées à la société.
Dans une déclaration à la MAP et à la chaîne M24, l’artiste qui a perdu son épouse des suites du Coronavirus, a souligné que les souffrances endurées par sa femme étaient à l’origine de l’utilisation de certaines couleurs dans ses œuvres afin de leur conférer un peu de lumière.
M. Bouragba a également rappelé qu’il a commencé à exercer les arts plastiques à l’âge de 13 ans, notant que la couleur noir qui domine ses tableaux ne reflète pas forcément un sentiment de pessimisme ou de tristesse mais plutôt la splendeur de l’homme.
Concernant le thème de l’exposition, il a indiqué que ses œuvres traduisent une tendance mystique, précisant que la notion « argile » renvoie aux choses réalisées à partir de ce produit naturel.
Dans une déclaration similaire, l’artiste Samia Fares a souligné, pour sa part, que l’art abstrait domine les œuvres de M. Bouragba.
Omar Bouragba est né en 1945 à Marrakech. Il est membre de l’Association nationale des beaux-arts, membre fondateur de l’Association des plasticiens marocains (APM) et de l’Association « Ambre Maroc » et vice-président de l’Association marocaine des arts plastiques (AMAP).
]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/casablanca-ouverture-dune-exposition-de-lartiste-omar-bouragba-sous-le-signe-dargile-etheree/feed 0
La Fondation Attijariwafa bank fête son programme «Académie des arts» et lance la 6ème promotion https://aujourdhui.ma/culture/la-fondation-attijariwafa-bank-fete-son-programme-academie-des-arts-et-lance-la-6eme-promotion https://aujourdhui.ma/culture/la-fondation-attijariwafa-bank-fete-son-programme-academie-des-arts-et-lance-la-6eme-promotion#respond Fri, 03 Dec 2021 14:00:43 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392903

Elle organise «L’art, source de perpétuelle réinvention» Pour sa rentrée culturelle, la Fondation Attijariwafa bank organise l’exposition des élèves de la promotion 2019-2021 et du lancement de la 6ème promotion de son programme l’Académie des arts. Initiée sous le thème «L’art, source de perpétuelle réinvention », cette exposition est organisée du 1er décembre 2021 au ...]]>

Elle organise «L’art, source de perpétuelle réinvention»

Pour sa rentrée culturelle, la Fondation Attijariwafa bank organise l’exposition des élèves de la promotion 2019-2021 et du lancement de la 6ème promotion de son programme l’Académie des arts. Initiée sous le thème «L’art, source de perpétuelle réinvention », cette exposition est organisée du 1er décembre 2021 au 30 janvier 2022, à l’espace d’art Actua situé au siège d’Attijariwafa bank à Casablanca. «Elle est entièrement réalisée par de jeunes élèves parrainés. Elle présente un signal fort de la Fondation pour aller à la rencontre du public et renouer le contact avec les acteurs de l’art au Maroc», indique à ce sujet la Fondation Attijariwafa bank. En effet, «l’art, source de perpétuelle réinvention» met en lumière les productions artistiques des élèves de la promotion 2019-2021. Une promotion, selon la même source, ayant coïncidé avec le début de la pandémie en 2020 et avec laquelle la Fondation Attijariwafa bank a anticipé l’arrêt des ateliers en présentiel en mutant le programme en digital.

«La Fondation a travaillé main dans la main avec les élèves afin de leur permettre de s’approprier l’art comme un moyen pour se réinventer et penser le monde d’aujourd’hui et de demain. La particularité de cette promotion vient aussi de la diversité des sujets traités et des outils pédagogiques préconisés, puisque la Fondation et le corps professoral en charge de l’Académie des arts ont favorisé l’expérimentation », explique-t-on. Et d’ajouter que «les élèves ont été amenés à faire de la recherche pour mieux cerner le sujet de la Covid- 19, à créer des oeuvres à la fois artistiques et éducatives guidées par la sensibilisation, la positivité, l’aspiration à un avenir meilleur».

La même source note que la promotion s’est aussi démarquée par sa capacité à relever le challenge artistique «Ibda3mendarek» (Crée de chez toi) imaginé par la Fondation en 2021, une première dans l’histoire de l’Académie des arts. «Ibda3mendarek a permis aux élèves de s’exprimer sur leur vécu face à la Covid-19 favorisant la compétitivité et l’esprit du dépassement de soi, donnant lieu à 200 productions artistiques entre peinture, écriture et multimédia. 12 gagnants ont été consacrés et verront leurs créations accrochées dans l’exposition», souligne-t-on

Nouvelles créations sous le thème «Le patrimoine artistique au Maroc»

Toujours dans le cadre de son programme l’Académie des arts lancé en 2009, la Fondation Attijariwafa bank donne le coup d’envoi de la 6ème promotion (2021-2023).

Une promotion sera amenée, selon la fondation, à travailler sur la thématique du patrimoine artistique au Maroc afin de marquer un retour aux sources tout en continuant de challenger la créativité des apprenants et aider à sortir davantage du cadre académique de la création artistique. «L’idée est d’aller vers des pratiques plus contemporaines (exemple le Streetart) remettant en question l’art, sa définition et son rôle dans une société en perpétuel changement», explique-t-on.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/la-fondation-attijariwafa-bank-fete-son-programme-academie-des-arts-et-lance-la-6eme-promotion/feed 0
Essaouira : Report du Festival des «Andalousies Atlantiques» 2021 au printemps 2022 https://aujourdhui.ma/culture/essaouira-report-du-festival-des-andalousies-atlantiques-2021-au-printemps-2022 https://aujourdhui.ma/culture/essaouira-report-du-festival-des-andalousies-atlantiques-2021-au-printemps-2022#respond Fri, 03 Dec 2021 09:30:01 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392899

Le Festival des «Andalousies Atlantiques» 2021, prévu fin décembre à Essaouira, a été reporté jusqu’au printemps 2022, a annoncé, mercredi, l’Association Essaouira-Mogador, organisatrice de l’événement. «La situation marquée par l’incertitude où l’ombre de la pandémie continue de planer, nous impose à opter pour le report du festival jusqu’à mars 2022, dans l’espoir que les choses ...]]>

Le Festival des «Andalousies Atlantiques» 2021, prévu fin décembre à Essaouira, a été reporté jusqu’au printemps 2022, a annoncé, mercredi, l’Association Essaouira-Mogador, organisatrice de l’événement.

«La situation marquée par l’incertitude où l’ombre de la pandémie continue de planer, nous impose à opter pour le report du festival jusqu’à mars 2022, dans l’espoir que les choses s’arrangent d’ici le printemps», lit-on dans un communiqué du comité d’organisation de ce rendezvous artistique annuel, dont le rayonnement et la notoriété ont transcendé largement les frontières nationales. Le festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira, le seul au monde à réserver ses scènes aux seuls musiciens et chanteurs juifs et Musulmans, s’est, en effet, imposé au fil des années comme une référence qui fait l’unanimité au Maroc et à l’étranger, rappelle la même source. «En attendant de communiquer les dates exactes, nous mettons tout notre coeur à l’ouvrage et nous continuons à préparer notre prochaine édition des Andalousies Atlantiques», souligne le comité d’organisation de cette manifestation culturelle d’envergure. «Une édition qui nous permettra, nous l’espérons tous, de faire des retrouvailles tant attendues entre le festival et son public», conclut la même source.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/essaouira-report-du-festival-des-andalousies-atlantiques-2021-au-printemps-2022/feed 0
Expo 2020 Dubaï : Le pavillon Maroc offre une programmation artistique et culturelle dense destinée aux élèves https://aujourdhui.ma/culture/expo-2020-dubai-le-pavillon-maroc-offre-une-programmation-artistique-et-culturelle-dense-destinee-aux-eleves https://aujourdhui.ma/culture/expo-2020-dubai-le-pavillon-maroc-offre-une-programmation-artistique-et-culturelle-dense-destinee-aux-eleves#respond Fri, 03 Dec 2021 09:28:11 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392893

Le pavillon Maroc à l’Expo 2020 Dubaï accueille quotidiennement, depuis l’ouverture de l’évènement universel le 1er octobre, des groupes d’élèves qui viennent découvrir la richesse artistique et culturelle marocaine à travers de nombreuses animations et ateliers pédagogiques. Ces activités, organisées par le pavillon marocain dans le cadre du School Program en partenariat avec Expo 2020 ...]]>

Le pavillon Maroc à l’Expo 2020 Dubaï accueille quotidiennement, depuis l’ouverture de l’évènement universel le 1er octobre, des groupes d’élèves qui viennent découvrir la richesse artistique et culturelle marocaine à travers de nombreuses animations et ateliers pédagogiques.

Ces activités, organisées par le pavillon marocain dans le cadre du School Program en partenariat avec Expo 2020 Dubaï, visent à transmettre aux jeunes étudiants les valeurs d’ouverture et de convivialité du Maroc de façon ludique et pédagogique, via une expérience interactive. Dans ce sens, la programmation artistique et culturelle destinée aux enfants offre un moment de culture et de divertissement en vue d’inspirer les jeunes générations venues des Emirats arabes unis et du monde entier. Cela va d’ateliers de lecture de conte, à la projection de films, en passant par la découverte du savoir-faire marocain transmis par des maîtres artisans dans les domaines de la boiserie, la babouche, la poterie, la broderie, la tapisserie, la dinanderie, le zellije et la bijouterie, entre autres. A l’issue de leur visite, les enfants repartent avec «un peu de Maroc» avec le concours de la Maison de l’artisan : des cahiers d’activités pour les 5-9 ans, un magazine sur l’artisanat pour les 10-13 ans et un jeu de cartes.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/expo-2020-dubai-le-pavillon-maroc-offre-une-programmation-artistique-et-culturelle-dense-destinee-aux-eleves/feed 0
Said El Yakouti vient de le lancer : Un nouvel album compilant deux singles à caractère social et national https://aujourdhui.ma/culture/said-el-yakouti-vient-de-le-lancer-un-nouvel-album-compilant-deux-singles-a-caractere-social-et-national https://aujourdhui.ma/culture/said-el-yakouti-vient-de-le-lancer-un-nouvel-album-compilant-deux-singles-a-caractere-social-et-national#respond Thu, 02 Dec 2021 15:00:29 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392768

Le chanteur et compositeur marocain Said El Yakouti vient de lancer un album compilant deux singles. «Le premier à caractère social est intitulé «Rafikat Darbi» (Ma compagne)», précise l’artiste dont les paroles du tube sont conçues par le poète Abdelhakim El Hilali pour un arrangement de Zakaria Zian et une composition du chanteur luimême. «Quant ...]]>

Le chanteur et compositeur marocain Said El Yakouti vient de lancer un album compilant deux singles.

«Le premier à caractère social est intitulé «Rafikat Darbi» (Ma compagne)», précise l’artiste dont les paroles du tube sont conçues par le poète Abdelhakim El Hilali pour un arrangement de Zakaria Zian et une composition du chanteur luimême. «Quant au deuxième morceau, appelé «Zahrat El Awtan» (L’élite des patries), il est à caractère national. Les paroles étant de Rachid El Yakouti pour une composition d’Azzedine Mountassir», détaille le chanteur qui a démarré sa carrière artistique à travers une formation dans les années 90 au Conservatoire national de la musique et l’art chorégraphique de Rabat. Ainsi, il a étudié les «mowachahates » (Balades) en classe de musique arabe pour y apprendre le chant de manière scientifique. Au conservatoire, il a reçu son éducation académique auprès d’une élite de professeurs. Après quoi, il a gagné en renommée de par sa voix s’apparentant à celle d’Abdelhalim Hafez. «Je recevais beaucoup d’invitations pour animer des soirées musicales pour satisfaire le goût d’un public en quête de musique de la belle époque», remontet- il le temps en révélant avoir une prédilection pour la chanson classique marocaine.

Dans ce sens, il indique avoir trouvé son compte chez les vétérans marocains comme Mohamed El Hayani, Abdelhadi Belkhyat, Abdelwahab Doukkali et Abdelmounaim Jamai connus pour «El Kamar El Ahmar» (La lune rouge) et «Rahila» (Elle est partie) entre autres. «Cependant, j’ai quitté la scène, contre toute attente, au début du deuxième millénaire, pour m’occuper de ma vie professionnelle», se souvient- il en rappelant avoir occupé le poste de directeur d’une institution bancaire tout en continuant à travailler dans ce domaine sans penser à intégrer l’art de façon professionnelle. Pendant une quinzaine d’années, il a suivi la scène, dans le cadre de salons culturels, tout en restant à l’affût d’oeuvres censées assouvir sa passion pour l’art classique. Mais, dès 2016, il a été nostalgique pour la chanson et le public.

Ainsi, il fait un grand retour sur la scène en lançant les morceaux «Oummi » (Ma mère) et «Allah Ala Bladi» (Oh mon pays). Des oeuvres qu’il a composées par ses propres soins. «Des oeuvres qui ont été appréciées par des vétérans», avance-t-il en citant entre autres Bachir Abdou, Abdelkader Ouahbi, Aziz Hosni, Abderrahim Mountassir et My Ahmed El Alaoui. Et ce n’est pas tout ! Said El Yakouti, qui fait des chansons à caractère social, national et religieux, envisage, comme il le révèle, de «mener de nouvelles expériences en composition et chanson». Le tout en traitant avec des poètes comme Rachid El Yakouti et Abdelhakim El Hilali. Sa visée étant de «hisser le niveau de la chanson marocaine moderne pour répondre aux attentes du public à la recherche d’un art meilleur».

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/said-el-yakouti-vient-de-le-lancer-un-nouvel-album-compilant-deux-singles-a-caractere-social-et-national/feed 0
Dans «La voix des images» : Nabil Bahya explore les états d’âme en milieu urbain https://aujourdhui.ma/culture/dans-la-voix-des-images-nabil-bahya-explore-les-etats-dame-en-milieu-urbain https://aujourdhui.ma/culture/dans-la-voix-des-images-nabil-bahya-explore-les-etats-dame-en-milieu-urbain#respond Wed, 01 Dec 2021 14:30:29 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392643

L’exposition individuelle «La voix des images» de l’artiste Nabil Bahya se poursuit jusqu’au 19 décembre à la galerie d’art contemporain Mohamed Drissi à Tanger. Il y présente ses nouvelles oeuvres qui, tel qu’il le révèle, reflètent «les états d’âme dans les villes, entre les ruelles, les artères et les places au-delà de toute démarche figurative». ...]]>

Pour le critique d’art, l’artiste tient à transformer ses images à travers une imagination «normative et hilarante» à la fois. «Ainsi, il garde l’esprit urbain en tant que massification humaine, telle qu’elle se manifeste, à la fois, comme réalité et imagination culturelle intégrale et imprégnée de plusieurs dimensions symboliques».

L’exposition individuelle «La voix des images» de l’artiste Nabil Bahya se poursuit jusqu’au 19 décembre à la galerie d’art contemporain Mohamed Drissi à Tanger. Il y présente ses nouvelles oeuvres qui, tel qu’il le révèle, reflètent «les états d’âme dans les villes, entre les ruelles, les artères et les places au-delà de toute démarche figurative». Ainsi, ces états d’âme se mêlent, comme il l’indique, à son tempérament, émotion et être pour adopter une démarche analytique du visible. Le tout en recourant, tel qu’il l’explicite, à l’art «abstrait avec un apport de touches propres pour transformer les scènes, les contextes et les situations». «C’est comme si l’artiste tient à reconstruire sa mémoire chargée d’images immortalisant ses déplacements rapides», estime, de son côté, le critique d’art Benyounes Amirouch.

Pour lui, l’artiste tient à transformer ses images à travers une imagination «normative et hilarante» à la fois. «Ainsi, il garde l’esprit urbain en tant que massification humaine, telle qu’elle se manifeste, à la fois, comme réalité et imagination culturelle intégrale et imprégnée de plusieurs dimensions symboliques. En même temps, cet esprit urbain interagit avec les aspects des traitements humains en tant qu’actualité, avenir et destin», ajoute le critique. Pour l’heure, Nabil Bahya complète son travail avec l’art graphique, qui lui offre autant d’occasions singulières de se réaliser, de tester sa créativité et de toujours se remettre en question. Oniriques et poétiques, ses réalisations sont, tel qu’il le réitère, conçues comme des «hommages à des scènes d’actualité». L’artiste fragmente ses compositions, les mettant en mouvement dans des tracés volontairement complexes, entre douceur des couleurs et force des sujets. En détail, cet artiste, natif de Marrakech, a une double vocation, plastique et graphique.

Tel qu’il le rappelle, il a toujours opté pour une démarche plastique mêlant soigneusement créativité, recherche, ingéniosité et profondeur conceptuelle. Défendant la notion de la vie des formes, il tient à ce que l’oeuvre d’art soit plus perçue comme un champ de découvertes qui suscite des débats et des réflexions, afin qu’il puisse partager son aventure artistique avec le public et apporter un meilleur éclairage sur les questions de l’art par rapport au corps et l’espace. Pour lui, l’art est une autre vie féconde de contemplation et de réflexion, voire de dialogue avec l’espace urbain, le monde et l’Autre. «A mon sens, la création se veut une aventure passionnante qui surpasse l’ordinaire et les sentiers battus. C’est un autre contact avec l’espace pictural où l’artiste est un chercheur soucieux d’explorer d’autres champs visuels», s’exprime-t-il à propos de son art.

Pour rappel, Nabil Bahya est un artiste- peintre marocain pluridisciplinaire. Il est né en 1979 et diplômé de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Casablanca. Il vit et travaille entre Kenitra et Casablanca. Dès son intégration à l’école des beaux-arts de Casablanca, à la fin des années 90, il s’oriente d’abord vers l’abstraction géométrique et la décomposition de l’espace pictural. Il emploie différents outils et matières (plume, pinceau, pastel, huile, poudre de marbre et autres) qui semble fusionner et converger pour étayer le côté esthétique et alchimique de l’oeuvre. De quoi offrir une belle contemplation.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/dans-la-voix-des-images-nabil-bahya-explore-les-etats-dame-en-milieu-urbain/feed 0
« Kora Ardia Zevaco » de Casablanca Le passage souterrain bientôt ouvert https://aujourdhui.ma/culture/kora-ardia-zevaco-de-casablanca-le-passage-souterrain-bientot-ouvert https://aujourdhui.ma/culture/kora-ardia-zevaco-de-casablanca-le-passage-souterrain-bientot-ouvert#respond Wed, 01 Dec 2021 08:55:23 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392634

Les travaux de réhabilitation de la coupole Zevaco, plus connue sous le nom de «Al-Kora Al-Ardia» et son passage souterrain sont achevés. C’est ce qu’a annoncé Nabila Rmili, maire de Casablanca, sur son compte officiel Facebook. «Heureuse de vous annoncer l’ouverture imminente de l’un des symboles les plus importants de Casablanca : Kora Ardia Zevaco. ...]]>

Les travaux de réhabilitation de la coupole Zevaco, plus connue sous le nom de «Al-Kora Al-Ardia» et son passage souterrain sont achevés. C’est ce qu’a annoncé Nabila Rmili, maire de Casablanca, sur son compte officiel Facebook.

«Heureuse de vous annoncer l’ouverture imminente de l’un des symboles les plus importants de Casablanca : Kora Ardia Zevaco. Un travail signé Casa Aménagement, qui embellira la place des Nations Unies», indique-t-elle. Et d’ajouter :
«Des espaces verts, commerces et magasins qui annoncent une nouvelle vie pour ce beau patrimoine». Notons que les travaux de rénovation de la coupole ont été lancés en 2018. Conçue en 1975 par l’architecte Jean-François Zevaco, la coupole est implantée en plein cœur de la Place des Nations Unies.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/kora-ardia-zevaco-de-casablanca-le-passage-souterrain-bientot-ouvert/feed 0
Issam Kamal : «Mon nouvel album solo, prévu en 2022, représente tout ce que je suis en tant qu’artiste» https://aujourdhui.ma/culture/issam-kamal-mon-nouvel-album-solo-prevu-en-2022-represente-tout-ce-que-je-suis-en-tant-quartiste https://aujourdhui.ma/culture/issam-kamal-mon-nouvel-album-solo-prevu-en-2022-represente-tout-ce-que-je-suis-en-tant-quartiste#respond Tue, 30 Nov 2021 16:00:35 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392556

Entretien avec Issam Kamal, musicien ALM : Treize années se sont écoulées depuis votre 1er clip avec le groupe Mazagan, et là vous annoncez une nouvelle collaboration. Un nouveau clip dont la présentation aura lieu le 3 décembre 2021. Comment expliquez- vous ce retour ? Issam Kamal : Mon retour au groupe Mazagan est une ...]]>

Entretien avec Issam Kamal, musicien

Chanteur et compositeur de talent, Issam Kamal a contribué à la modernisation de la chanson populaire marocaine en présentant des hits à succès. Cet initiateur du chaâbi groove revient sur le devant de la scène avec plein de nouveautés. D’abord, un nouvel album avec Mazagan, le groupe de rock qu’il a fondé en 1998 et un album solo produit en France.

ALM : Treize années se sont écoulées depuis votre 1er clip avec le groupe Mazagan, et là vous annoncez une nouvelle collaboration. Un nouveau clip dont la présentation aura lieu le 3 décembre 2021. Comment expliquez- vous ce retour ?

Issam Kamal : Mon retour au groupe Mazagan est une suite logique. Au-delà de la musique, nous sommes des amis. Je peux dire que même si j’ai commencé ma carrière solo il y a 7 ans, la relation n’a jamais été coupée avec le groupe. D’ailleurs, durant le confinement, on a senti qu’il fallait qu’on travaille et qu’on reprenne ensemble cette ambiance du groupe.

Parlez-nous de ce clip…

Il s’agit d’un single tourné en clip. Il s’inscrit toujours dans le style Mazagan et la chanson traditionnelle marocaine relookée d’une manière moderne. J’ai composé les mélodies et avec le groupe on a travaillé ensemble les arrangements. Le nouveau clip sera une image de ces retrouvailles. D’autres chansons qui arrivent après.

Vous êtes parmi les artistes ayant contribué à la modernisation de la chanson populaire marocaine. Que conseillez-vous aux jeunes artistes ?

Tout ce que je peux dire c’est qu’on a une culture incroyable. Un patrimoine musical énorme au Maroc qu’il faut exploiter d’une manière positive et plus modernisée. Il ne faut pas craindre de le moderniser. Je pense qu’il faut oser, retoucher, renouveler le patrimoine marocain. Et finalement, quand il s’agit d’un bon travail, le public considère l’effort de l’artiste qu’il soit confirmé ou débutant et il le récompensera.

Vous vous êtes installé ces derniers temps en France. Pourquoi ce choix?

Ce n’est pas une installation mais plutôt une résidence artistique. À cause de la Covid-19, j’étais bloqué durant des mois en France alors c’était forcé. Durant mon séjour, j’ai pu produire mon album. C’était un rêve d’enfance, faire un album en français pour un public français. C’est un travail d’équipe. De plus, j’aime beaucoup la France. D’ailleurs, depuis l’âge de 20 ans, j’ai fait des allersretours et j’ai plein d’amis là-bas.

Quels sont vos projets ?

Je suis en pleine préparation de mon nouvel album solo dont le lancement est prévu en 2022. Je suis en pleine négociation avec les labels pour produire les visuels. Il contient 11 titres dont quatre sont chantés en français. Ils parlent des sujets de sociétés, des choses intimes, de l’amour et de la paix. Ils présentent un mélange de styles et tout ce que j’avais fait avec le groupe Mazagan et tout ce que j’avais fait en solo. On ressent la touche marocaine maghrébine. C’est un album très urbain avec les sons modernes où il y a aussi beaucoup d’aspects acoustiques. Je pense qu’il représente tout ce que je suis en tant qu’artiste. J’ai également réalisé un autre album avec Mazagan. Et c’est un bonheur de travailler avec ce groupe pour ce projet. Ensemble, on ne calcule pas beaucoup les choses. On s’amuse et on s’éclate ensemble en faisant les belles choses. En effet, l’album contient un ensemble de compostions. Il y a le côté rock et le châabi groove avec des sons modernes et des instruments traditionnels. On compte sortir titre par titre, deux sont déjà tournés et prêts.

 

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/issam-kamal-mon-nouvel-album-solo-prevu-en-2022-represente-tout-ce-que-je-suis-en-tant-quartiste/feed 0
Taoufiq Izeddiou vient d’en faire l’annonce : De la chorégraphie non-stop en 24 heures en mars prochain ! https://aujourdhui.ma/culture/taoufiq-izeddiou-vient-den-faire-lannonce-de-la-choregraphie-non-stop-en-24-heures-en-mars-prochain https://aujourdhui.ma/culture/taoufiq-izeddiou-vient-den-faire-lannonce-de-la-choregraphie-non-stop-en-24-heures-en-mars-prochain#respond Tue, 30 Nov 2021 15:00:48 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=392518

Toute une journée dédiée à la chorégraphie en mars 2022. Cette belle annonce, en ces temps marqués par la pandémie qui impacte même les esprits ayant besoin d’une bouffée d’oxygène, est déjà faite par Taoufiq Izeddiou, fondateur du festival On Marche et directeur artistique de la Biennale de la danse en afrique, lors de ces ...]]>

Toute une journée dédiée à la chorégraphie en mars 2022.

Cette belle annonce, en ces temps marqués par la pandémie qui impacte même les esprits ayant besoin d’une bouffée d’oxygène, est déjà faite par Taoufiq Izeddiou, fondateur du festival On Marche et directeur artistique de la Biennale de la danse en afrique, lors de ces deux grandes manifestations tenues tout récemment à Marrakech en un seul événement. Lors de cette grande rencontre, le festival a tenu sa 15ème édition et accueilli la Biennale lancée depuis 1997. Au total, ce sont plus de 100 artistes appartenant à 34 compagnies du continent africain qui se sont produits lors de l’événement marrakchi qui a été pour la première fois réfléchi, rêvé et composé de par le concours d’un comité artistique de qualité, composé d’opérateurs et chorégraphes confirmés qui sont engagés dans le développement de la danse en Afrique. En outre, cette manifestation a présenté 20 jeunes premières créations chorégraphiques que le public a eu la primeur de découvrir à Marrakech. Retour en photos sur ces moments forts.

  • ©Ochieng photography - Mugisha Frank - Royalty
  • Al Kandaka - Nagham Salah - ©_
  • Capture d’écran 2021-11-28 à 11.54.08
  • Capture d’écran 2021-11-28 à 11.54.41
  • Taoufiq Izeddiou 1
  • Corps en mutation - Charlemangne Kevin Kaboré - ©_
]]>
https://aujourdhui.ma/culture/taoufiq-izeddiou-vient-den-faire-lannonce-de-la-choregraphie-non-stop-en-24-heures-en-mars-prochain/feed 0