Musique – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Sun, 22 Nov 2020 19:50:42 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.3 HIBA_Rec World Music : Trois jeunes artistes sélectionnés https://aujourdhui.ma/culture/musique/hiba_rec-world-music-trois-jeunes-artistes-selectionnes https://aujourdhui.ma/culture/musique/hiba_rec-world-music-trois-jeunes-artistes-selectionnes#respond Sun, 22 Nov 2020 19:50:42 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=361186

Souhaila Ahmad, Sarah Arich et Tasuta N’Imal, ce sont les trois jeunes artistes lauréats de la nouvelle session d’enregistrement HIBA_Rec World Music, un programme lancé par la Fondation Hiba pour promouvoir les jeunes musiciens. Les 3 artistes sélectionnés bénéficieront d’un enregistrement gratuit au Studio Hiba à Casablanca et ce du 23 novembre au 3 décembre ...]]>

Souhaila Ahmad, Sarah Arich et Tasuta N’Imal, ce sont les trois jeunes artistes lauréats de la nouvelle session d’enregistrement HIBA_Rec World Music, un programme lancé par la Fondation Hiba pour promouvoir les jeunes musiciens. Les 3 artistes sélectionnés bénéficieront d’un enregistrement gratuit au Studio Hiba à Casablanca et ce du 23 novembre au 3 décembre 2020.

Un accompagnement sur mesure des candidats sera assuré pendant toute cette période sous l’encadrement de l’artiste multi-instrumentiste international Aziz Sahmaoui.

Pour rappel, la Fondation Hiba est une association à but non lucratif qui œuvre pour soutenir la création, fédérer les initiatives privées, encourager les talents, participer au développement des arts émergents et privilégier les créations contemporaines.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/hiba_rec-world-music-trois-jeunes-artistes-selectionnes/feed 0
Spotify lance «Sawtik» pour célébrer les femmes artistes arabes dans la région MENA https://aujourdhui.ma/culture/musique/spotify-lance-sawtik-pour-celebrer-les-femmes-artistes-arabes-dans-la-region-mena https://aujourdhui.ma/culture/musique/spotify-lance-sawtik-pour-celebrer-les-femmes-artistes-arabes-dans-la-region-mena#respond Fri, 20 Nov 2020 10:50:05 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=361010

L’initiative débute avec 16 voix dont Khtek et Nada Azhari du Maroc La plus grande plateforme audio au monde «Spotify» lance «Sawtik», une initiative pour célébrer et amplifier les voix des artistes émergentes non signées dans la région MENA, suite à une recherche qui a révélé leur sous-représentation croissante dans la scène musicale de la ...]]>

L’initiative débute avec 16 voix dont Khtek et Nada Azhari du Maroc

La plus grande plateforme audio au monde «Spotify» lance «Sawtik», une initiative pour célébrer et amplifier les voix des artistes émergentes non signées dans la région MENA, suite à une recherche qui a révélé leur sous-représentation croissante dans la scène musicale de la région. «Les femmes artistes représentant moins de 13% des signatures des labels basés dans la région MENA au cours des cinq dernières années, «Sawtik», qui signifie «Votre voix», utilisera la portée de Spotify pour accroître leur visibilité, tout en leur offrant une éducation, des opportunités de réseautage et un soutien marketing», indique le communiqué de Spotify. Selon la même source, l’initiative débute avec une équipe de 16 voix émergentes issues du Maroc, la Tunisie, l’Algérie, la Palestine, la Syrie, le Liban, l’Arabie Saoudite, l’Égypte et les Émirats Arabes Unis.

Ainsi la superstar arabe Latifa contribue en tant que marraine de cette initiative. Commentant le lancement, Claudius Boller, directeur général du Moyen-Orient et l’Afrique (MEA) chez Spotify, a déclaré dans ce sens que «Sawtik est l’un des nombreux moyens que nous utilisons pour amplifier la voix des femmes artistes émergentes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et utiliser la portée mondiale de Spotify pour faire avancer leur carrière. Nous ne faisons que commencer ce voyage, et avec Latifa qui rejoint Sawtik en tant que première marraine de l’initiative, les artistes auront un mentor extraordinaire qui leur apportera du conseil et des connaissances».

Pour honorer son engagement envers les femmes dans la musique et l’arrivée de «Sawtik», Spotify lance également une campagne régionale mettant en avant les contributions musicales et culturelles des femmes artistes à travers une série d’activités et d’expériences. Sur la plateforme, les auditeurs peuvent voir des femmes artistes arabes mises en avant sur les covers de 18 des playlists phares de Spotify, y compris Arab X et Arab Hip-Hop, ainsi que des playlists throwback et bien d’autres pendant une semaine avec un appel à l’action pour consulter la playlist officielle de Sawtik. En outre, la première chanson de chacune de ces listes de lecture sera interprétée par des femmes artistes. «La playlist de «Sawtik» continuera à mettre en avant les femmes artistes émergentes incroyablement talentueuses de la région qui méritent d’être reconnues pour leur art. Les fans de musique pourront également découvrir les visages des premières artistes de Sawtik sur des panneaux d’affichage au Caire, à Riyad, à Amman et à Casablanca», explique la même source.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/spotify-lance-sawtik-pour-celebrer-les-femmes-artistes-arabes-dans-la-region-mena/feed 0
La chanteuse Fouzia se produira en ligne via Facebook Première ce mercredi https://aujourdhui.ma/culture/musique/la-chanteuse-fouzia-se-produira-en-ligne-via-facebook-premiere-ce-mercredi https://aujourdhui.ma/culture/musique/la-chanteuse-fouzia-se-produira-en-ligne-via-facebook-premiere-ce-mercredi#respond Wed, 11 Nov 2020 11:21:45 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=360128

La Fondation culturelle Abou Dhabi organise un concert en ligne avec la chanteuse maroco-canadienne Fouzia Ouihya et ce, mercredi 11 novembre via Facebook Première. Née à Casablanca mais ayant vécu au Canada, Faouzia Ouihya a entamé son rêve américain. La jeune fille de 20 ans a en effet remporté le premier prix de l’Unsigned Only, ...]]>

La Fondation culturelle Abou Dhabi organise un concert en ligne avec la chanteuse maroco-canadienne Fouzia Ouihya et ce, mercredi 11 novembre via Facebook Première.

Née à Casablanca mais ayant vécu au Canada, Faouzia Ouihya a entamé son rêve américain. La jeune fille de 20 ans a en effet remporté le premier prix de l’Unsigned Only, prestigieuse compétition de musique tenue chaque année à Nashville, dans le Tennessee (Etats-Unis).

Une prouesse d’autant plus impressionnante qu’elle est ainsi devenue la première adolescente à avoir jamais remporté cette compétition qui met aux prises plus de 6.000 candidats venus de plus de 100 pays. La chanteuse avait signé en 2017 un contrat avec la prestigieuse agence Paradigm Talent qui compte parmi ses artistes des stars de renommée mondiale comme Coldplay, Feist, Ed Sheeran et Sia.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/la-chanteuse-fouzia-se-produira-en-ligne-via-facebook-premiere-ce-mercredi/feed 0
Il lancera le 13 novembre son «Ensorcelé» : Enesse, la musique dans les veines https://aujourdhui.ma/culture/musique/il-lancera-le-13-novembre-son-ensorcele-enesse-la-musique-dans-les-veines https://aujourdhui.ma/culture/musique/il-lancera-le-13-novembre-son-ensorcele-enesse-la-musique-dans-les-veines#respond Mon, 09 Nov 2020 11:30:43 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359906

Avec sa voix suave et surprenante, à la fois rauque et sensuelle, Enesse, auteur-compositeur mais aussi interprète international, laisse deviner une empreinte musicale qui résonne avec les sons R&B ou pop qui définissent sans doute au mieux son style musical. Enesse rime bien avec Anès dont le regard semble, tout comme dans son nouveau clip, ...]]>

Avec sa voix suave et surprenante, à la fois rauque et sensuelle, Enesse, auteur-compositeur mais aussi interprète international, laisse deviner une empreinte musicale qui résonne avec les sons R&B ou pop qui définissent sans doute au mieux son style musical.

Enesse rime bien avec Anès dont le regard semble, tout comme dans son nouveau clip, «Ensorcelé». Un nouveau single que le chanteur maroco-belge, né à Bruxelles, lancera le 13 novembre. Une date qui sera éventuellement marquée par la sortie également du vidéoclip du même tube aux sonorités pop. Un titre dans lequel il dévoile aussi son cœur et ses attirances. Une œuvre qui ensorcellera les mélomanes par la douce voix de l’artiste et sa musique.

Avec sa voix suave et surprenante, à la fois rauque et sensuelle, Enesse, auteur-compositeur mais aussi interprète international, laisse deviner une empreinte musicale qui résonne avec les sons R&B ou pop qui définissent sans doute au mieux son style musical. Une identité musicale qui de «Chez Moi» à «Doucement», «Focused» ou «Just Like Me» peut aussi révéler une sensibilité portée par le mystère, la sérénité et un accomplissement affiché. «J’ai toujours considéré la musique comme une priorité dans ma vie et cela depuis mon enfance. La musique est un art majeur, un territoire d’expression illimité et aujourd’hui plus que jamais, un vecteur de paix, de solidarité et d’équilibre nécessaire dans notre monde si fragilisé», déclare l’artiste, de son vrai nom de famille Ansouri qui qualifie audacieusement son parcours. «Riche en émotion, dense et fait d’une multitude d’aventures». Tels sont ses mots pour décrire ses débuts aux Etats-Unis lorsqu’il décide en 2010 d’aller y vivre pour tenter sa chance. Ses débuts se feront dans l’univers du mannequinat mais c’est dans la musique que l’artiste se voit surtout évoluer.

En fait, le mannequinat n’aura été qu’une petite partie de l’aventure qui lui permettra de subvenir à ses besoins et de garder une forme d’autonomie financière. Bien que le jeune homme se révèle être un talentueux mannequin, ses rêves de gloire et de réussite s’incarnent réellement dans l’univers musical. La chance y tourne lorsqu’il rencontre J.U.S.T.I.C.E League, les Grammy Awards producers, avec lesquels il collabore sur des projets des plus prestigieux, notamment le single de Rick Ross feat Lil Wayne «Thug Cry» sur lequel Enesse signe le refrain. Ainsi, Enesse finit par conquérir un large public et construire une véritable carrière aux USA. Et ce n’est pas tout. Ce citoyen du monde, aux multiples tubes et des millions de streams sur des titres en anglais, revient à ses racines linguistiques pour chanter les mots de la langue française, si chère à son cœur. Dans une langue simple, Enesse plonge avec le single «Chez Moi» dans des mélodies douces et nostalgiques qui aborde la question identitaire et l’expatriation ou encore le désir d’accomplissement et le dépassement de soi avec «Maximum».

Après «Ensorcelé», un autre single est prévu pour janvier ou février prochains et un EP (extended play, mini album) pour le mois de février ou mars.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/il-lancera-le-13-novembre-son-ensorcele-enesse-la-musique-dans-les-veines/feed 0
Wafa Oudjit : «J’aimerais faire un duo avec Cheb Khaled» https://aujourdhui.ma/culture/musique/wafa-oudjit-jaimerais-faire-un-duo-avec-cheb-khaled https://aujourdhui.ma/culture/musique/wafa-oudjit-jaimerais-faire-un-duo-avec-cheb-khaled#comments Sat, 07 Nov 2020 12:12:30 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359778

Entretien avec Wafa Oudjit, chanteuse algérienne Dans cet entretien, la jeune chanteuse algérienne, Wafa Oudjit, qui vit et travaille à Tolède (Espagne) comme traductrice et professeur de langues, parle de son nouvel Ep (Extended Play) intitulé «Parfums du Maghreb» tourné à Asilah. ALM : Pourriez-vous nous expliquer votre choix pour le tournage de ce nouvel ...]]>

Entretien avec Wafa Oudjit, chanteuse algérienne

Dans cet entretien, la jeune chanteuse algérienne, Wafa Oudjit, qui vit et travaille à Tolède (Espagne) comme traductrice et professeur de langues, parle de son nouvel Ep (Extended Play) intitulé «Parfums du Maghreb» tourné à Asilah.

ALM : Pourriez-vous nous expliquer votre choix pour le tournage de ce nouvel Ep à Asilah ?

Wafa Oudjit : J’ai choisi de tourner mes trois chansons algérienne, marocaine et tunisienne au Maroc, parce que je le considère comme mon deuxième pays. Nous sommes deux pays frères et avons beaucoup de points communs entre nous deux. Dès mon arrivée à Asilah, je suis tombée amoureuse de cette ville, de son architecture typique, de ses beaux paysages, surtout de son coucher du soleil. J’étais très impressionnée par la beauté de la ville et la bonté de ses habitants. Je me sentais entourée de bonnes personnes et soutenue par une bonne équipe, dont les deux frères, Haitham et Mohammed El Fahssi, qui m’ont apporté tout leur soutien pour réaliser le tournage de mon Ep dans les meilleures conditions.

Comment avez-vous eu l’idée de chanter dans les trois dialectes maghrébins ?

C’est mon mari qui m’a encouragé à faire ce projet. Parce qu’il me voit tout le temps en contact avec ma famille en Algérie et avec mes amis au Maroc et en Tunisie et que je suis très attachée à ces trois pays. Ce qui me permet d’exprimer le grand amour pour l’Algérie, mon pays natal ainsi que pour la Tunisie et le Maroc que je considère comme ma famille. Pour moi, ils constituent tous les trois un seul peuple que je porte dans mon cœur.

Pourriez-vous nous parler des thèmes de ces trois chansons?

J’ai choisi le style Raï pour ma première chanson algérienne «Tachakourati» (mes remerciements). C’est un style très aimé et sacré par les Algériens et il est devenu très célèbre au niveau international. La chanson parle de l’histoire d’une femme qui a voulu remercier l’homme qui représentait tout pour elle. Mais elle allait découvrir que cet homme n’était pas à la hauteur de l’amour qu’elle lui portait. L’histoire de cette chanson fait partie des sujets que j’ai toujours aimés, de la femme de forte personnalité, de principe et qui ne peut jamais perdre sa dignité pour l’amour d’un homme ou quelles que soient les difficultés de la vie. Mon deuxième single «Jit Naoum» est un cover d’une ancienne chanson du patrimoine musical tunisien. C’est une chanson triste pleine d’émotion qui parle des jeunes pauvres qui n’arrivent pas à réaliser leurs ambitions à cause de la méchanceté des gens et la sévérité de la vie. Ma troisième chanson marocaine «Hada Habibi» parle d’une belle histoire d’amour entre un jeune couple. Elle décrit comment cet amour est né et s’est développé à travers le regard et les beaux sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Quel est le chanteur maghrébin avec qui aimeriez-vous faire un duo ?

J’aimerai faire un duo avec Cheb Khaled. Ce sera pour moi un duo de rêve avec cette grande star et le King du Raï que j’aime beaucoup. Je l’ai rencontré en 2007, alors que je participais comme candidate au programme de jeunes talents «Alhane wa Chabab». Je me rappelle que j’étais en train de pleurer parce que je venais de sortir de la compétition. Il s’est approché de moi et il a essayé de me soutenir et me donner des encouragements pour continuer à m’accrocher à mon rêve de jeune chanteuse. Il m’a confié qu’il avait, à son tour, participé dans le passé au même programme «Alhane wa Chabab» et il n’avait pas pu remporter la compétition. Mais il a pu, grâce à sa détermination et sa persévérance, réussir et arriver là où il est maintenant. J’aimerai également faire un duo avec d’autres jeunes chanteurs maghrébins, dont Hatim Ammor et Zouhair Bahaoui.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours d’artiste ?

J’ai commencé encore toute petite fille à aimer le chant et c’est ma maîtresse qui m’a découverte et m’a encouragée à chanter. J’ai voulu, avec le temps, développer ma passion en intégrant le conservatoire de ma petite ville Bouira, où j’ai appris à chanter l’Oriental et à jouer un peu au piano. J’ai commencé à chanter avec l’orchestre du Conservatoire des chansons D’Oum Koultoum, de Majda Roumi et Warda Aljazayria. J’ai pu, à cette époque avoir, mes propres chansons écrites par mes professeurs de chant et piano. J’ai participé, en 2007, à «Alhane Wa Chabab» et en 2011 au programme arabe «Arab idol», mais j’ai dû, par la suite, arrêter pour poursuivre mes études universitaires en Algérie, puis en Espagne. J’ai décidé en 2018 de renouer avec le chant grâce au clip «Al Forsa Al Akhira», produit par la boîte algérienne, Gosto. J’ai voulu, ensuite, m’autoproduire avec la réalisation de mes chansons «Ay Lindo», le cover de «Yekdeb Aliya» de Cheba Kheira et «Istihala».

Avez-vous un projet de clip ?

Je travaille avec le grand artiste et compositeur algérien, Tayeb Drifoul Choukas, sur un projet de Flamenco Oriental. Je suis en train de préparer, pour l’année 2021, des chansons écrites en égyptien, algérien, français,… J’ai voulu rester pour ce projet multilingue et multi-culturel dans le même style du Flamenco Oriental.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/wafa-oudjit-jaimerais-faire-un-duo-avec-cheb-khaled/feed 1
«Hawak», un mélange d’airs sahraouis et amazighs exaltés par Simo Babara https://aujourdhui.ma/culture/hawak-un-melange-dairs-sahraouis-et-amazighs-exaltes-par-simo-babara https://aujourdhui.ma/culture/hawak-un-melange-dairs-sahraouis-et-amazighs-exaltes-par-simo-babara#respond Mon, 26 Oct 2020 15:00:23 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=358922

Simo Babara. Voilà un artiste dont le nom résonne comme une parole du style gnaoua. Une musique que ce chanteur marocain met à l’honneur outre celle hassanie et malienne dans son tout nouveau et premier opus intitulé «Hawak» (Ta passion). Un single qui, selon cet interprète, se veut un «voyage au cœur du désert haut ...]]>

Simo Babara. Voilà un artiste dont le nom résonne comme une parole du style gnaoua. Une musique que ce chanteur marocain met à l’honneur outre celle hassanie et malienne dans son tout nouveau et premier opus intitulé «Hawak» (Ta passion). Un single qui, selon cet interprète, se veut un «voyage au cœur du désert haut en notes et en couleurs». «Un morceau aussi doux qu’entraînant mené par une voix à la fois puissante et délicate», exalte-t-il. Et ce n’est pas tout. «Cette chanson représente pour moi un retour à mes racines sahraouies et amazighes, une façon pour moi de célébrer la beauté de nos terres, de rendre hommage à ma culture ainsi qu’au patrimoine musical africain», confie le chanteur.

En détail, le titre «Hawak» raconte, selon l’artiste, l’histoire d’un jeune homme qui pose ses valises pour la première fois au sud du Maroc et qui sera conquis par le calme et la beauté des lieux. Durant son séjour, il fera la rencontre d’une très belle femme qui disparaîtra aussitôt. Fasciné par son charme, il part à sa recherche entre les dunes et les villages du désert et nous embarque avec lui dans un voyage des plus envoûtants.

Au-delà de ce lancement, le morceau, écrit et composé par Babara lui-même, est extrait du premier album de l’artiste intitulé «Tamghra-beat». Comme il le précise, il s’agit d’un savant jeu de mots qui fait référence à notre «tamghrabit» (marocanité) et la célèbre dans toute sa diversité. Produit par l’Uzine, l’album comporte huit chansons, fruit de nombreuses collaborations, de résidences artistiques, de voyages dans les quatre coins du globe et de rencontres riches en apprentissages. Déjà, Simo Babara, également musicien multi-instrumentiste, avait sillonné le monde et collaboré avec plusieurs artistes pendant plus de quatorze ans avant de se lancer en chant. Né à Casablanca, il puise ses influences dans son fief d’origine, Errachidia, dans le sud du Maroc. Des influences sahraouies et amazighes qu’il a puisées dans une grande famille de mélomanes. Son père ayant été guitariste et ses grands oncles, des percussionnistes. Dès ses débuts dans la musique, cet artiste, autodidacte à ses débuts et ayant acquis un style et une empreinte musicale, se met à jouer du balafon, du guembri et de la guitare.

Quant à la production L’Uzine de la Fondation Touria et Abdelaziz Tazi, en soutenant ce chanteur, elle met en avant, comme elle le précise, sa profonde conviction en une culture vecteur d’inclusion et de cohésion sociales à travers un projet musical basé sur la fusion des styles et des univers artistiques aussi bien marocains qu’internationaux.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/hawak-un-melange-dairs-sahraouis-et-amazighs-exaltes-par-simo-babara/feed 0
Meryem Zaimi se lance dans la musique et dévoile «Khtiti» https://aujourdhui.ma/culture/musique/meryem-zaimi-se-lance-dans-la-musique-et-devoile-khtiti https://aujourdhui.ma/culture/musique/meryem-zaimi-se-lance-dans-la-musique-et-devoile-khtiti#respond Fri, 16 Oct 2020 11:15:23 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=358138

Une nouvelle chanson qu’elle consacre à l’âme de sa sœur La jeune actrice Meryem Zaimi revient avec une nouvelle expérience artistique. Elle se lance dans la musique avec une nouvelle chanson baptisée «Khtiti». Un opus qu’elle dédie à sa sœur décédée tout récemment. «Cette chanson est un morceau de nos cœur. Je l’a consacrée à ...]]>

Une nouvelle chanson qu’elle consacre à l’âme de sa sœur

La jeune actrice Meryem Zaimi revient avec une nouvelle expérience artistique. Elle se lance dans la musique avec une nouvelle chanson baptisée «Khtiti». Un opus qu’elle dédie à sa sœur décédée tout récemment. «Cette chanson est un morceau de nos cœur. Je l’a consacrée à l’âme de ma sœur», exprime-t-elle sur sa page officielle. L’actrice n’a pas manqué de remercier l’ensemble des personne ayant cru à ce projet. «Je remercie toutes les belles âmes qui ont collaboré avec moi, notamment Ilham Loulidi qui m’a aidée à s’initier aux techniques de la voix», dit-elle. Ecrite par Tarick Ribh, composée par Mohamed Khalil Guenich et distribuée par Rachid Mohamed Ali, la chanson sera lancée hier jeudi dans le soir.

Artiste talentueuse, Meryem Zaimi a été choisie par le cinéaste Mohamed Abderahmane Tazi pour jouer le rôle principal dans son nouveau film qu’il prépare sur la vie de Fatema Mernissi. «Je trouve que c’est une excellente comédienne avec beaucoup de talent. De plus, il y a une certaine ressemblance sur le plan physique», avait indiqué le réalisateur à ALM. Professionnel de la scène et comédienne de théâtre hors pair, Meryem Zaimi est lauréate de l’Isadac (Institut supérieur d’arts dramatiques et d’animation culturelle).

Très attachée aussi bien au théâtre qu’au cinéma, elle s’est distinguée dans plusieurs films, notamment «Terminus des anges» de Narjiss El Najar, Mohamed Mouftakir et Hicham Laâsri, «Femmes en miroirs» de Saâd Chraïbi. Ses premières apparitions sur le petit écran étaient grâce au téléfilm de Hakim Nouri «Victimes», puis l’un des épisodes de la série «Yak hna jirane» de Driss Roukh. Elle s’est fait également remarquer dans «Kenza Fi Douar» de Hicham Laasri, «Bnat Lalla Menana» ou «Hadda», pièce écrite et mise en scène par Jaouad Essounani.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/meryem-zaimi-se-lance-dans-la-musique-et-devoile-khtiti/feed 0
Intitulé «Matemrag bali» : Le nouveau single de Hicham El Merouani pour exalter la nature et la vie sahraouies https://aujourdhui.ma/culture/musique/intitule-matemrag-bali-le-nouveau-single-de-hicham-el-merouani-pour-exalter-la-nature-et-la-vie-sahraouies https://aujourdhui.ma/culture/musique/intitule-matemrag-bali-le-nouveau-single-de-hicham-el-merouani-pour-exalter-la-nature-et-la-vie-sahraouies#respond Thu, 15 Oct 2020 14:00:49 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=357958

Outre «Matemrag bali», le chanteur a récemment lancé le single «Hayou Lmoumarridin» (Saluez les infirmiers). Une œuvre qu’il a «dédiée aux infirmiers pour leurs grands efforts en temps de coronavirus». La créativité foisonne chez le chanteur marocain Hicham El Merouani. Après avoir conçu des œuvres pendant le confinement, il vient de lancer son nouveau tube ...]]>

Outre «Matemrag bali», le chanteur a récemment lancé le single «Hayou Lmoumarridin» (Saluez les infirmiers). Une œuvre qu’il a «dédiée aux infirmiers pour leurs grands efforts en temps de coronavirus».

La créativité foisonne chez le chanteur marocain Hicham El Merouani. Après avoir conçu des œuvres pendant le confinement, il vient de lancer son nouveau tube intitulé «Matemrag bali». «C’est une expression en hassani qui veut dire «Je ne t’oublie pas», précise-t-il à propos de cet intitulé en s’exprimant sur la signification de certaines expressions dans son œuvre. «Dans les paroles de ce titre, il y a le mot «tiress» qui signifie un lot de terre. C’est une expression inspirée d’une localité entre les villes d’El Jadida et de Safi. Chez nous, dans le Sud, le «tiress» se situe entre Dakhla et Laâyoune. Quant au mot «El Haya» dans le même single, il veut dire les moutons, les vaches et les chameaux. En tout, je veux dire que j’ai le «tiress» à l’esprit à travers cette œuvre dédiée à la nature et la vie sahraouie», détaille l’artiste.

Outre «Matemrag bali», le chanteur a récemment lancé le single «Hayou Lmoumarridin» (Saluez les infirmiers). Une œuvre qu’il a «dédiée aux infirmiers pour leurs grands efforts en temps de coronavirus». C’est aussi une manière d’encourager le corps médical pour son effort dans notre pays et de par le monde voire de remercier, à sa façon, cette catégorie socioprofessionnelle. Pour lui, ce titre visait à mettre en avant le rôle des médecins et des infirmiers, femmes et hommes, qui se battent pour la santé des citoyens. «Je remercie vivement ces soldats qui œuvrent pour le bien de la patrie», enchaîne-t-il en rappelant avoir choisi l’art et cette chanson pour valoriser leur travail depuis le début du confinement.

«Je suis éventuellement l’un des premiers artistes à avoir chanté pour les infirmiers. J’ai même opté pour des airs occidentaux avec quelques mélodies hassanies et des paroles claires de manière à ce que tout infirmier les assimile», poursuit le chanteur qui est issu d’une famille d’artistes. C’est son père qui a conçu le single «Sahraoui Taht El Khaima» (Un Sahraoui sous la tente). «Cette œuvre a été interprétée par ma sœur», ajoute le chanteur qui n’est autre que le frère de la star Batoul El Merouani.

«Je travaille en étroite collaboration avec elle», exalte Hicham qui avait également lancé, pendant le confinement, le single «Gâad feddar» (Reste à la maison) dont les rythmes et paroles sont, selon le chanteur, issus de la ville de Laâyoune, «purement en hassani». Il a même partagé des lives à l’adresse de la population de Laâyoune pour l’inciter à rester à la maison en respect de cet isolement comme le rappelle cet artiste qui a sorti, avant ces singles, le tube «Nebghik» (Je t’aime).

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/intitule-matemrag-bali-le-nouveau-single-de-hicham-el-merouani-pour-exalter-la-nature-et-la-vie-sahraouies/feed 0
Visa For Music maintient son édition 2020 en ligne https://aujourdhui.ma/culture/musique/visa-for-music-maintient-son-edition-2020-en-ligne https://aujourdhui.ma/culture/musique/visa-for-music-maintient-son-edition-2020-en-ligne#respond Thu, 15 Oct 2020 08:45:03 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=357953

Elle sera dédiée principalement aux artistes et professionnels marocains Malgré la pandémie de Covid-19, Visa For Music maintient son engagement et revient le temps d’une édition «déconfinée» qui se tiendra du 18 au 21 novembre 2020. «Visa For Music souhaite ainsi continuer à participer à la structuration et la professionnalisation de la filière musicale, au ...]]>

Elle sera dédiée principalement aux artistes et professionnels marocains

Malgré la pandémie de Covid-19, Visa For Music maintient son engagement et revient le temps d’une édition «déconfinée» qui se tiendra du 18 au 21 novembre 2020. «Visa For Music souhaite ainsi continuer à participer à la structuration et la professionnalisation de la filière musicale, au développement des industries culturelles et créatives, et à la création de valeur pour les artistes, en organisant une édition adaptée au contexte actuel et maintenue dans la résilience, «l’édition déconfinée», dans le strict respect des mesures de prévention.

Elle sera donc dédiée principalement aux artistes et professionnels marocains ou résidents au Maroc», indiquent à ce sujet les organisateurs, en notant que «le festival sera l’occasion d’enregistrer des capsules vidéos pour une vingtaine de groupes marocains et résidents au Maroc. Des conférences, formations et ateliers seront organisés à Rabat, comme lors des précédentes éditions». Ainsi suite à l’appel à candidature lancé en février dernier, les artistes nationaux sélectionnés seront pris en charge à Rabat pour bénéficier d’un enregistrement de capsules vidéos réalisées par Visa For Music.

Tout en maintenant sa vocation de premier marché professionnel et festival des musiques du Maroc, d’Afrique et du Moyen-Orient, Visa For Music proposera, à cet effet, trois journées de conférences pour débattre du rôle et du poids économique et social des industries culturelles et créatives, en présentiel pour les intervenants nationaux et quelques internationaux, avec une transmission digitale afin de permettre aux intervenants internationaux de participer également.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/visa-for-music-maintient-son-edition-2020-en-ligne/feed 0
«Don’t care», le message de Made In Bled pour croquer la vie à pleines dents https://aujourdhui.ma/culture/musique/dont-care-le-message-de-made-in-bled-pour-croquer-la-vie-a-pleines-dents https://aujourdhui.ma/culture/musique/dont-care-le-message-de-made-in-bled-pour-croquer-la-vie-a-pleines-dents#respond Fri, 09 Oct 2020 10:30:39 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=357429

Le single sera lancé ce vendredi Et ce n’est pas tout. Le single, qui sera partagé le jour J sur différentes plates-formes, notamment, Spotify et iTunes est prévu d’être tourné en vidéoclip pour être, selon le chanteur, lancé «à la mi ou fin octobre». «Don’t care». Une expression communément utilisée par nos amis et proches ...]]>

Le single sera lancé ce vendredi

Et ce n’est pas tout. Le single, qui sera partagé le jour J sur différentes plates-formes, notamment, Spotify et iTunes est prévu d’être tourné en vidéoclip pour être, selon le chanteur, lancé «à la mi ou fin octobre».

«Don’t care». Une expression communément utilisée par nos amis et proches pour nous encourager à surmonter les aléas de la vie. Le groupe de musiciens marocains, Made In Bled, lui, en a fait le titre d’un nouveau single qu’il lancera le 9 octobre. En toute coolitude, Salim Salah Eddine, manager et chanteur de cette formation, composée de six artistes, s’exprime sur le choix de cet intitulé qui trouve bien un équivalent dans notre culture. «Don’t care, c’est la traduction de «Matswe9ch» en darija. C’est un créole et un emprunt de l’anglais», exalte-t-il. Quant à l’insinuation de cette expression dans le morceau, il indique que «Don’t care» n’est pas lié à un contexte d’actualité. «Cette œuvre est une lettre universelle. Hélas, on juge, médit et blâme beaucoup les gens. C’est pourquoi ce titre est une incitation à vivre sa vie positivement surtout», explicite l’interprète dont le groupe est composé d’autres artistes.

Outre Salim Salah Eddine, au guembri, cette formation allie le bassiste Karim Tali, ainsi que le claviériste et pianiste Abdessamad Assad. De son côté, Issam Lotfi est à la batterie. Pour sa part, Mohamed Bekkar est à la trompette au moment où Omar Chraïbi est à la guitare.

Et ce n’est pas tout. Le single, qui sera partagé le jour J sur différentes plates-formes, notamment, Spotify et iTunes est prévu d’être tourné en vidéoclip pour être, selon le chanteur, lancé «à la mi ou fin octobre». «Le clip sera sous forme d’un assemblement de vidéos, de stars et d’individus qui bougent aux rythmes de la musique», enchaîne-t-il.
Mieux encore, Made In Bled prépare pour 2021 un album appelé «Kifah» (Lutte). Une option que l’artiste explique en remontant le temps. «Après la naissance de notre groupe, nous avons lancé «66 Kshifa» pour exprimer la souffrance des musiciens marocains. Ce n’est pas facile pour un artiste de produire ses œuvres au Maroc», indique-t-il pour illustrer le credo du groupe qui ne jure que par le militantisme. «La lutte est démocratique», poursuit-il sans transition.

A propos des sonorités de leurs tubes, le manager déclare que cette formation s’inspire des sonorités marocaines et maghrébines à la fois. Pour lui, l’héritage culturel et musical est commun en partant de l’Egypte jusqu’au Maroc tout en passant par la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne.

Pour rappel, ce rassemblement d’artistes a été fondé en 2006. Il était composé d’amateurs. «Nous découvrions la scène. Nous avons grandi et fait des formations pour une professionnalisation. Nous avons également gagné des tremplins au Maroc. Quant à notre mode de production, nous faisons de la belle musique audible. Nous avons eu des expériences dans des studios célèbres. Bien que certains artistes aient quitté notre groupe, nous continuons sur nos pas», conclut-il.

]]>
https://aujourdhui.ma/culture/musique/dont-care-le-message-de-made-in-bled-pour-croquer-la-vie-a-pleines-dents/feed 0