Société – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Thu, 30 Jun 2022 15:17:34 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.9.3 https://aujourdhui.ma/wp-content/uploads/2016/02/favico.png Société – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma 32 32 Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 30 juin 2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-30-juin-2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-30-juin-2022#respond Thu, 30 Jun 2022 15:17:34 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=412085

4003 nouveaux cas soit un cumul de 1 216 909 cas à ce jour. 2021 guérisons soit un cumul de 1 175 362  à ce jour. 2  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.109  à ce jour. Nombre de personnes vaccinées au 30 juin 2022 1ère dose : 24 857 206 2ème dose :  23 ...]]>

4003 nouveaux cas soit un cumul de 1 216 909 cas à ce jour.
2021 guérisons soit un cumul de 1 175 362  à ce jour.
2  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.109  à ce jour.

Nombre de personnes vaccinées au 30 juin 2022

1ère dose : 24 857 206

2ème dose :  23 342 904

3ème dose :  6 556 187

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-30-juin-2022/feed 0
Souss-Massa veut se hisser en modèle au niveau national https://aujourdhui.ma/societe/souss-massa-veut-se-hisser-en-modele-au-niveau-national https://aujourdhui.ma/societe/souss-massa-veut-se-hisser-en-modele-au-niveau-national#respond Thu, 30 Jun 2022 13:20:48 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=412061

Migration et intégration des immigrés La ville d’Agadir a accueilli mardi et mercredi la Rencontre nationale sur la territorialisation des politiques migratoires au niveau de la Région Souss-Massa, et qui a constitué une occasion propice pour présenter les différents projets lancés par la région pour intégrer la migration dans le processus de développement local. Dans ...]]>

Migration et intégration des immigrés

La ville d’Agadir a accueilli mardi et mercredi la Rencontre nationale sur la territorialisation des politiques migratoires au niveau de la Région Souss-Massa, et qui a constitué une occasion propice pour présenter les différents projets lancés par la région pour intégrer la migration dans le processus de développement local. Dans son allocution par l’occasion, Karim Achengli, président du Conseil régional, a souligné que «les deux stratégies nationales de la migration, à savoir la Stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA) et la Stratégie nationale en faveur des Marocains du Monde (SNMRE) ont constitué un tournant dans la politique migratoire de notre pays conformément à ses engagements internationaux et conformément à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI pour une gouvernance humaine, responsable et solidaire des questions migratoires».

Et de poursuivre que «ces stratégies (sont) venues comme réponse à la nouvelle position du Maroc comme pays de transit et d’accueil et qui ont permis l’intégration d’un nombre important de migrants à travers les opérations de régularisation. Aujourd’hui la question migratoire n’est plus qu’une affaire nationale mais bel et bien une affaire des territoires». En effet, la région Souss- Massa a pris part à la dynamique enclenchée au niveau national pour le déploiement des deux stratégies nationales de la migration sur son territoire. Dans ce sens, un ensemble de mesures et de décisions ont été prises dont : l’intégration de la migration dans le PDR précédent en tant que l’un des 25 projets prioritaires de cette stratégie régionale. Le lancement d’une étude sur la vision stratégique dans le domaine de la migration dans le Souss-Massa, en partenariat avec l’Université Ibn Zohr, qui comporte également une conception pour la création d’un centre régional d’orientation et d’accompagnement des migrants.

A cela s’ajoute la signature d’une convention-cadre avec le ministère en charge de la migration et la wilaya de la région Souss-Massa pour la territorialisation des deux Stratégies nationales de l’immigration et de l’Asile et de la Stratégie nationale des MRE au niveau régional. Sur la base de cette convention, plusieurs projets de coopération internationale ont été lancés sous le pilotage et la coordination de la région, à savoir : le Projet déploiement des politiques migratoires au niveau régional (DEPOMI), financé par l’UE et mis en oeuvre par l’Agence belge de développement (Enabel) qui accompagne le conseil régional sur la question de la migration, sa gouvernance et son intégration dans la planification territoriale. Un réseau d’ambassadeurs économiques est également en cours de création avec le CRI pour la mobilisation des Marocains du Monde à contribuer au développement économique de la région SM.

Ainsi que le Programme régional des politiques et initiatives destinées aux Marocains résidant à l’étranger et aux migrants financé par l’AFD et mis en oeuvre par Expertise France pour une durée de 4 ans (2020-2024), et qui vise à accompagner le ministère dans le processus de mise en place de la régionalisation de la politique envers les Marocains résidant à l’étranger et les migrants au niveau de trois régions dont notre région Souss-Massa, et les régions de Beni Mellal-Khenifra et l’Oriental, notamment à travers l’appui et le financement des projets liés à la thématique migratoire. D’autres projets sont en cours d’exécution au niveau de la région Souss-Massa, notamment avec l’OIM à travers un plan d’action concret dans le cadre du projet «Mainstreaming » dans sa troisième phase de l’OIM-PNUD, et le projet Indimaj II.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/souss-massa-veut-se-hisser-en-modele-au-niveau-national/feed 0
Le ministère de la santé veut réviser le décret relatif à la fixation des prix des médicaments https://aujourdhui.ma/societe/le-ministere-de-la-sante-veut-reviser-le-decret-relatif-a-la-fixation-des-prix-des-medicaments https://aujourdhui.ma/societe/le-ministere-de-la-sante-veut-reviser-le-decret-relatif-a-la-fixation-des-prix-des-medicaments#respond Thu, 30 Jun 2022 11:18:20 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=412059

Couverture sanitaire universelle Dans le cadre de la mise en place d’une couverture sanitaire universelle au profit de tous les citoyens marocains, le ministère de la santé et de la protection sociale organise du 28 juin au 1er juillet à Rabat une série de rencontres et d’ateliers pour étudier les propositions des acteurs du secteur ...]]>

Couverture sanitaire universelle

Dans le cadre de la mise en place d’une couverture sanitaire universelle au profit de tous les citoyens marocains, le ministère de la santé et de la protection sociale organise du 28 juin au 1er juillet à Rabat une série de rencontres et d’ateliers pour étudier les propositions des acteurs du secteur pharmaceutique en vue d’aboutir à des propositions de modification du décret n°2-13-852 relatif aux conditions et aux modalités de fixation du prix public de vente des médicaments fabriqués localement ou importés.

Ces propositions contribueront à améliorer l’accès aux médicaments à des prix convenables, avec une meilleure gestion des fonds de protection sociale et à préserver le pouvoir d’achat des citoyens. A travers cette approche participative, les acteurs du secteur pharmaceutique dans son ensemble, y compris la fabrication, la distribution et la commercialisation des médicaments, contribuent à émettre des recommandations pratiques confirmant leur implication pleine et effective pour le succès de ce projet. Ces rencontres et ateliers, organisés en coordination avec le département du chef du gouvernement, le ministère délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget et l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM), interviennent conformément aux Hautes Instructions Royales relatives à la généralisation de la couverture sociale pour l’ensemble des citoyens.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/le-ministere-de-la-sante-veut-reviser-le-decret-relatif-a-la-fixation-des-prix-des-medicaments/feed 0
2m² pour chaque détenu : Les peines alternatives pour décongestionner les prisons https://aujourdhui.ma/societe/2m%c2%b2-pour-chaque-detenu-les-peines-alternatives-pour-decongestionner-les-prisons https://aujourdhui.ma/societe/2m%c2%b2-pour-chaque-detenu-les-peines-alternatives-pour-decongestionner-les-prisons#respond Thu, 30 Jun 2022 11:13:38 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=412056

Les peines alternatives ont été au centre d’un séminaire international organisé du 28 au 30 juin à Rabat à l’initiative de la présidence du ministère public. Il faut dire que cela fait des années que la réflexion sur l’instauration de ces peines a été enclenchée au Maroc. Comme l’a indiqué le ministre de la justice, ...]]>

Les peines alternatives ont été au centre d’un séminaire international organisé du 28 au 30 juin à Rabat à l’initiative de la présidence du ministère public.

Il faut dire que cela fait des années que la réflexion sur l’instauration de ces peines a été enclenchée au Maroc. Comme l’a indiqué le ministre de la justice, Abdellatif Ouahbi, la situation actuelle requiert l’adoption d’un système de peines alternatives au vu des données enregistrées au niveau de la population carcérale. Plus de 40% des détenus sont condamnés à moins de deux ans. Selon les statistiques de 2020, les peines prononcées pour deux ans et moins constituaient 44,97%, «ce qui affecte négativement la situation à l’intérieur des établissements pénitentiaires et limite les efforts et les mesures prises par l’administration dans la mise en oeuvre des programmes d’intégration, de réhabilitation et de rationalisation du budget d’accueil», a souligné le ministre de la justice. Ainsi, ces mesures judiciaires contribueraient à alléger le surpeuplement des prisons.

Aujourd’hui, force est de constater que la détention préventive constitue la source principale de la surpopulation des établissements pénitentiaires. Ce surpeuplement coûte cher à l’État, mais c’est aussi la dignité du détenu qui est bafouée dans une prison surpeuplée. Le rapport sur la situation des prisons au Maroc mené par le Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD) avait pointé du doigt le recours accru à la détention provisoire. Le taux des détenus prévenus est passé de 39% en 2019 à 45,2% en 2020. Avec une moyenne de 40% de détenus à titre préventif pour la période 2015-2019, la détention provisoire est une exception qui au Maroc tendrait, selon la DGAPR, à devenir la règle générale.

Ainsi des peines alternatives permettraient à l’État non seulement de faire des économies considérables mais surtout de contribuer à améliorer les conditions de vie en milieu carcéral. Le ministre de la justice estime que le projet de loi sur les peines alternatives est devenu un enjeu majeur . Ce dernier a fait savoir que le ministère compte accélérer la cadence de sa mise en oeuvre, en prônant une démarche capable de garantir sa réussite en concertation avec toutes les parties prenantes. Pour sa part, le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a souligné la nécessité de moderniser le système juridique, de garantir un procès équitable et d’adopter les peines alternatives, tout en s’inspirant des expériences réussies dans d’autres pays.

De son côté, le procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, El Hassan Daki, a indiqué que l’inclusion des peines alternatives dans les législations nationales et leur application optimale contribuera à atténuer l’impact négatif des peines d’emprisonnement de courte durée, en particulier la surpopulation carcérale. M. Daki a fait remarquer que « le choix d’alternatives pour les enfants s’impose car il nous place devant le défi de la réforme, la réhabilitation et de l’intégration sans recourir à la privation de la liberté et ce, en adoptant des mécanismes internationalement reconnus tels que la justice réparatrice, le système de commutation des peines et bien d’autres alternatives qui se sont avérées efficaces, telles que le travail d’intérêt public ou des mesures d’encadrement des mineurs».

Pour rappel, la capacité d’accueil globale des prisons a atteint plus de 169.000 mètres carrés en 2021, contre 120.780 mètres carrés en 2013, soit une augmentation de 40%. La superficie consacrée à chaque détenu est ainsi passée de 1.67 m² à 2 m². Quant au budget alloué à l’alimentation de chaque détenu, celui-ci est passé de 12 à 23 dirhams, soit une augmentation de 92%.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/2m%c2%b2-pour-chaque-detenu-les-peines-alternatives-pour-decongestionner-les-prisons/feed 0
Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 29 juin 2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-29-juin-2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-29-juin-2022#respond Wed, 29 Jun 2022 15:03:52 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411989

3604 nouveaux cas soit un cumul de 1.209 906 cas à ce jour. 2161 guérisons soit un cumul de 1.171 341 à ce jour. 3  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.107  à ce jour. Nombre de personnes vaccinées au 29 juin 2022 1ère dose : 24 856 182 2ème dose : 23 341 603  3ème dose : 6 551 009]]>

3604 nouveaux cas soit un cumul de 1.209 906 cas à ce jour.
2161 guérisons soit un cumul de 1.171 341 à ce jour.
3  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.107  à ce jour.

Nombre de personnes vaccinées au 29 juin 2022

1ère dose : 24 856 182

2ème dose : 23 341 603 

3ème dose : 6 551 009

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-29-juin-2022/feed 0
Les précisions de Chakib Benmoussa https://aujourdhui.ma/societe/les-precisions-de-chakib-benmoussa https://aujourdhui.ma/societe/les-precisions-de-chakib-benmoussa#respond Wed, 29 Jun 2022 12:50:16 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411960

hénomène préoccupant et coûteux au Maroc. Chaque année des milliers d’élèves quittent les bancs de l’école avant l’obtention d’un certificat d’études. Selon les chiffres dévoilés lundi par le ministre de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, près de 331.000 élèves quittent le système scolaire chaque année. Le ministre qui répondait à une ...]]>

hénomène préoccupant et coûteux au Maroc. Chaque année des milliers d’élèves quittent les bancs de l’école avant l’obtention d’un certificat d’études. Selon les chiffres dévoilés lundi par le ministre de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, près de 331.000 élèves quittent le système scolaire chaque année. Le ministre qui répondait à une question orale sur «la lutte contre l’abandon scolaire» à la Chambre des représentants a indiqué que le taux de déperdition scolaire au niveau national dans les trois cycles d’enseignement du secteur public a atteint 5,3%. Ce taux est plus important en milieu rural où il atteint 5,9%. Le ministre estime que ce phénomène constitue une réelle préoccupation en raison de ses répercussions négatives sur la situation des élèves décrocheurs et de son coût social et économique. Pour lutter contre l’abandon scolaire, le ministère de tutelle a pris plusieurs mesures importantes. Parmi celles-ci figurent la généralisation de l’enseignement préscolaire et l’élargissement de l’offre scolaire, en démocratisant notamment les écoles communales en milieu rural.

A ce sujet, le ministre a fait savoir que le système éducatif compte actuellement 226 écoles communales et ambitionne d’en créer 250, dont 150 dans le cadre du programme d’appui financé par la Banque européenne d’investissement et l’Union européenne. Il faut aussi signaler la poursuite de l’élargissement de la couverture des zones rurales en créant davantage d’établissements d’enseignement secondaire, en renforçant les services d’accompagnement social à travers l’initiative royale «1 million de cartables», en consolidant les services de transport scolaire et en élargissant la base des bénéficiaires du programme «Tayssir» des transferts monétaires conditionnels aux familles et la base des bénéficiaires des internats. Le ministère a aussi adopté une approche préventive en renforçant l’accompagnement des élèves en difficulté scolaire, aux côtés de l’organisation de campagnes de sensibilisation, notamment dans le cadre de l’opération «De l’enfant à l’enfant» et «Caravane de mobilisation sociale» pour réconcilier les décrocheurs avec l’école et les inscrire dans les établissements d’enseignement.

2,6 milliard DH pour la réhabilitation des écoles

La réhabilitation des écoles est l’une des grandes priorités du ministère. Chakib Benmoussa a fait état de la mobilisation de 2,6 milliards de dirhams destinés à la réhabilitation des établissements scolaires en 2022 et programmés dans le cadre des budgets des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF). Le ministre a assuré que son département accorde un intérêt particulier au chantier de réhabilitation des établissements scolaires et plus particulièrement dans le milieu rural et périurbain. Le ministre a relevé une augmentation du nombre des classes de l’ordre de 5.732 unités lors de l’année scolaire 2019-2020, ce qui fait passer leur nombre total aujourd’hui à 161.169 classes. Le ministre a fait savoir qu’il a été procédé à la réhabilitation de 1.452 classes basées en majorité dans le monde rural. A ceci s’ajoutent l’alimentation en eau potable ou l’installation de fontaines d’eau dans 1.168 établissements scolaires et la connexion au réseau électrique ou encore l’installation de panneaux photovoltaïques au profit de 839 écoles. Le ministre a aussi signalé la mise en place de locaux sanitaires dans 1.330 établissements scolaires et de murailles au niveau de 6.467 autres.
Le ministère poursuit le chantier de remplacement des classes préfabriquées, surtout celles contenant de l’amiante. Par ailleurs, évoquant le programme de réduction des disparités territoriales et sociales dans le monde rural, il a fait état de la réhabilitation de 1.402 établissements scolaires dont 1.151 totalement reconstruits depuis le lancement effectif de ce programme en 2017. Sur le registre de la matérialisation du programme «Awrach», le ministre a fait savoir que l’entretien et la maintenance des établissements scolaires sont désormais inscrits dans le cadre des chantiers généraux temporaires, en considération des besoins des établissements et selon les priorités. Ce dernier a annoncé le lancement d’un programme d’urgence de réhabilitation des établissements scolaires existants et des internats pour les années 2022 et 2023.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/les-precisions-de-chakib-benmoussa/feed 0
Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 28 juin 2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-28-juin-2022 https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-28-juin-2022#respond Tue, 28 Jun 2022 15:06:49 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411904

4009 nouveaux cas soit un cumul de 1.209 302 cas à ce jour. 1225 guérisons soit un cumul de 1.171 180 à ce jour. 3  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.104 à ce jour. Nombre de personnes vaccinées au 28 juin 2022 1ère dose : 24 855 212 2ème dose : 23 340 378  3ème dose : 6 546 104]]>

4009 nouveaux cas soit un cumul de 1.209 302 cas à ce jour.
1225 guérisons soit un cumul de 1.171 180 à ce jour.
3  nouveaux DÉCÈS donc un cumul de 16.104 à ce jour.

Nombre de personnes vaccinées au 28 juin 2022

1ère dose : 24 855 212

2ème dose : 23 340 378 

3ème dose : 6 546 104

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-maroc-la-situation-epidemiologique-au-28-juin-2022/feed 0
Les Bonbons du bonheur au chevet des enfants défavorisés d’Agadir et de sa région https://aujourdhui.ma/societe/les-bonbons-du-bonheur-au-chevet-des-enfants-defavorises-dagadir-et-de-sa-region https://aujourdhui.ma/societe/les-bonbons-du-bonheur-au-chevet-des-enfants-defavorises-dagadir-et-de-sa-region#respond Tue, 28 Jun 2022 11:33:13 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411881

Initiés par l’auteur Nissim Samuel Kakon Après la réussite de la première édition, les «Bonbons du Bonheur » ont fait leur retour à Agadir le dimanche dernier lors d’une journée entièrement dédiée aux enfants défavorisés d’Agadir et sa région. Près de 200 enfants de 5 à 12 ans ont été conviés à cet anniversaire géant ...]]>

Initiés par l’auteur Nissim Samuel Kakon

Après la réussite de la première édition, les «Bonbons du Bonheur » ont fait leur retour à Agadir le dimanche dernier lors d’une journée entièrement dédiée aux enfants défavorisés d’Agadir et sa région. Près de 200 enfants de 5 à 12 ans ont été conviés à cet anniversaire géant qui s’est déroulé au Complexe artisanal «Kasbat Souss» à Bensergao en présence d’acteurs de la société civile et des représentants des autorités locales. «La journée des enfants» a été lancée par Perla, la fille de Nissim Samuel Kakon, initiateur de l’évènement.

Après la distribution des tee-shirts «Les Bonbons du Bonheur», un petit-déjeuner copieux a été servi aux enfants qui ont ensuite visité le souk, spécialement décoré pour l’occasion, où les artisans leur ont expliqué leurs métiers respectifs. Cette visite a été suivie de nombreuses animations dont un spectacle de clown et de magicien, un stand de dessins faciaux et bien d’autres surprises. Après le déjeuner, servi également sur place, un DJ a assuré l’animation musicale durant l’après-midi.

Perla a cassé la piñata principale, annonçant la distribution des bonbons. Quatre autres piñatas ont été ouvertes pour le plus grand bonheur des petits invités. La journée s’est clôturée par la dégustation d’un grand gâteau au chocolat, surmonté de 200 bougies que les enfants ont soufflé collectivement. «J’espère que cet anniversaire géant incitera d’autres acteurs de la société civile à organiser des évènements similaires en faveur des enfants défavorisés à travers toutes les villes du Royaume. Cet événement sera organisé désormais chaque année pour au moins consacrer une journée au profit des enfants défavorisés.

Et je souhaite que toutes les autres villes du Maroc imitent la ville d’Agadir. Une série d’activités ont été concoctées spécialement pour ces enfants pour partir avec des bons souvenirs et les rendre heureux. Ils sont partis également avec un petit cadeau pour chacun d’entre eux», confie à ce propos Nissim Samuel Kakon l’initiateur de cette journée. Pour rappel, ce dernier est natif de la ville d’Essaouira. Il a quitté le Maroc en 1956 pour la France et a décidé d’y revenir en 2009, mu par le désir profond et irrépressible de renouer avec ses racines marocaines. Depuis son retour au bercail, cet entrepreneur multiplie les projets socio-culturels en faveur du développement et du rayonnement du Maroc à l’international.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/les-bonbons-du-bonheur-au-chevet-des-enfants-defavorises-dagadir-et-de-sa-region/feed 0
Fraude au baccalauréat: 573 personnes interpellées https://aujourdhui.ma/societe/fraude-au-baccalaureat-573-personnes-interpellees https://aujourdhui.ma/societe/fraude-au-baccalaureat-573-personnes-interpellees#respond Tue, 28 Jun 2022 11:28:37 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411879

Le dispositif anti-triche du ministère de l’éducation nationale n’a pas empêché les élèves de recourir à la fraude aux examens du baccalauréat. Cette année, 573 personnes ont été interpellées à l’échelle nationale, dont 468 soupçonnées d’avoir commis des actes de fraude. Pour le reste des personnes interpellées, elles sont soupçonnées d’être impliquées dans des affaires ...]]>

Le dispositif anti-triche du ministère de l’éducation nationale n’a pas empêché les élèves de recourir à la fraude aux examens du baccalauréat.

Cette année, 573 personnes ont été interpellées à l’échelle nationale, dont 468 soupçonnées d’avoir commis des actes de fraude. Pour le reste des personnes interpellées, elles sont soupçonnées d’être impliquées dans des affaires liées à la possession et à la commercialisation d’équipements informatiques utilisés à des fins de fraude scolaire et de diffusion sur internet de contenus numériques en lien avec ce sujet, indique, un communiqué de la Direction Générale de la sureté nationale ( DGSN). La même source précise que ces cas de fraude ont été enregistrés au niveau des préfectures de police de Casablanca (158 cas), Agadir (71), Rabat (38) et de Marrakech (36 cas).

Les mesures de veille informatique entreprises par les services de sûreté chargés de la lutte contre les crimes relatifs aux nouvelles technologies ont permis l’identification de 125 individus ayant créé des comptes sur les réseaux sociaux dans le but de faciliter la fraude, et l’interpellation de 54 suspects d’entre eux. Les autres mis en cause sont activement recherchés en vue de leur arrestation dans le cadre des investigations judiciaires menées au niveau national, explique la DGSN, qui fait état de l’interpellation de 51 personnes pour leur implication dans la possession et la commercialisation d’appareils sans fil utilisés dans des actes de fraude.

Toujours selon la même source, les opérations de fouilles effectuées dans le cadre de ces affaires ont permis la saisie de 121 téléphones portables, 182 appareils de communication sans fil, 143 écouteurs sans fil reliés à des appareils informatiques et de plusieurs tablettes, ordinateurs portables et appareils de connexion à internet. Rappelons que pour les élèves pris en flagrant délit de fraude, des sanctions disciplinaires sont prévues par la loi 02-13. Ces sanctions vont de l’octroi d’une note de zéro à l’annulation des notes de l’ensemble des matières de la session concernée, jusqu’à la privation de passer l’examen pendant deux années successives.

Ces sanctions concernent l’échange d’informations par écrit ou oralement entre les candidats à l’intérieur de l’espace où se déroule l’examen, la possession ou l’utilisation par le candidat d’appareils électroniques, de documents et de manuscrits non autorisés, et les cas de fraude basés sur des indices détectés par les correcteurs au cours de l’opération d’évaluation des prestations des candidats. Pour ce qui est des personnes qui diffusent les sujets d’examen, elles risquent très gros, à savoir la prison ferme. En effet, l’article 8 de la loi n° 02-13 relative à la répression de la fraude aux examens scolaires prévoit une peine de prison de 6 mois à 5 ans et une amende de 5.000 à 100.000 DH en cas de facilitation de la diffusion des sujets d’examen de manière individuelle ou dans le cadre de réseaux.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/fraude-au-baccalaureat-573-personnes-interpellees/feed 0
La circulation du virus au niveau rouge au Maroc https://aujourdhui.ma/societe/la-circulation-du-virus-au-niveau-rouge-au-maroc https://aujourdhui.ma/societe/la-circulation-du-virus-au-niveau-rouge-au-maroc#respond Tue, 28 Jun 2022 11:23:12 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=411876

Hausse des cas graves de covid et des décès durant les semaines prochaines Dans un commentaire sur la situation épidémiologique du Covid-19 à la date du 26 juin 2022 publié sur LinkedIn, le Dr Mouad Merabet, coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la santé a affirmé que le ...]]>

Hausse des cas graves de covid et des décès durant les semaines prochaines

Dans un commentaire sur la situation épidémiologique du Covid-19 à la date du 26 juin 2022 publié sur LinkedIn, le Dr Mouad Merabet, coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique au ministère de la santé a affirmé que le niveau actuel de transmission du Covid-19 est très élevé. Le Maroc est ainsi passé au niveau rouge de circulation virale. Selon le Dr Merabet, le Maroc fait face à la quatrième vague de transmission communautaire et la deuxième vague Omicron.

Ce dernier précise que «sauf surprise, le pic des nouvelles contaminations est probablement atteint à partir de cette semaine et continuera la semaine prochaine». Le Dr Merabet annonce une hausse des cas de Covidose grave et des décès durant les semaines prochaines. Il signale que la semaine du 20 au 26 juin 2022 correspond à la 7ème semaine consécutive d’augmentation des nouvelles contaminations et du taux de positivité et à la 5ème semaine de la deuxième vague omicron dominée par la circulation de plus en plus importante du sous-variant BA.5. «Comme l’était la première vague Omicron (1VO), la deuxième vague (2VO) est très rapide et probablement sera plus courte» affirme t -il.

Ce dernier rappelle que la 1 ère vague Omicron a duré 11 semaines. En termes de degré de circulation virale, il constate que les deux vagues sont pratiquement égales, malgré que la positivité globale montre une discrète réduction durant la vague actuelle en comparaison avec la vague précédente. A la date du 26 juin 2022, le taux de Reproduction Effectif (Rt) est de 1.16 ± 0,01, supérieur à 1 au niveau de toutes les régions. Pour le moment, la gravité et la létalité de Covid-19 sont réduites durant la 2VO en comparaison avec la même période de la 1VO. La proportion de Covidose grave et le ratio de létalité durant les 5 premières semaines de 1VO étaient respectivement de 1,2% et 0,2% et elles sont actuellement de 0,6% et 0,1%, note le Dr Merabet.

Ces deux indicateurs augmentent avec l’avancement de la vague. Concernant les cas de Covidose grave, le Dr Merabet relève que durant la semaine du 20 au 26 juin, 110 nouvelles admissions en réanimation et soins intensifs ont été enregitrées contre 34 sorties après amélioration clinique. Néanmoins la gravité et la létalité globales de la 2VO seront très probablement inférieures par rapport à ce qui a été enregistré durant la 1VO. «Gravité et létalité inférieures ne veut pas dire absence de gravité et de létalité. La gravite et la létalité auraient été beaucoup moins inferieures si on était à une bonne couverture vaccinale par la dose booster de la population vulnérable», conclut -il.

Le ministère de la santé et les experts insistent sur l’importance de la 3ème dose pour les personnes âgées de plus de 60 ans et les personnes souffrant de maladies chroniques. Ils sont encore 2 millions à ne pas avoir reçu la dose de rappel. Ces personnes vulnérables courent un très grand danger en refusant de se faire vacciner car elles risquent en cas d’infection de se retrouver en réanimation voire de décéder.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/la-circulation-du-virus-au-niveau-rouge-au-maroc/feed 0