Spécial – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Fri, 30 Sep 2022 12:04:17 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.9.4 https://aujourdhui.ma/wp-content/uploads/2016/02/favico.png Spécial – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma 32 32 PortNet booste la digitalisation du commerce extérieur https://aujourdhui.ma/economie/portnet-booste-la-digitalisation-du-commerce-exterieur https://aujourdhui.ma/economie/portnet-booste-la-digitalisation-du-commerce-exterieur#respond Sat, 01 Oct 2022 15:00:19 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419637

Rétrospective des dates clés Continuer à être une référence dans l’intégration de la chaîne d’approvisionnement et la stimulation du commerce international inclusif pour atteindre les objectifs mondiaux de développement durable. C’est la vision clairement affichée par PortNet qui depuis sa création en 2008 poursuit une stratégie ambitieuse d’accompagnement et d’accélération de la digitalisation de la ...]]>

Rétrospective des dates clés

Continuer à être une référence dans l’intégration de la chaîne d’approvisionnement et la stimulation du commerce international inclusif pour atteindre les objectifs mondiaux de développement durable. C’est la vision clairement affichée par PortNet qui depuis sa création en 2008 poursuit une stratégie ambitieuse d’accompagnement et d’accélération de la digitalisation de la chaîne logistique du commerce extérieur avec l’objectif d’améliorer le climat des affaires au profit des opérateurs économiques. Sa principale mission serait d’accélérer par l’innovation, l’utilisation de la technologie et l’intelligence communautaire la compétitivité du commerce extérieur et la logistique marocaine. Fruit d’un partenariat entre les acteurs de l’écosystème du commerce international, PortNet a donc été lancé il y a presque 14 ans maintenant par l’Agence nationale des ports. En capitalisant au fil du temps sur son expérience en matière d’implémentation de guichets uniques du commerce extérieur et de mise en place de systèmes portuaires communautaires. PortNet fait le pari de réussir le défi de la transformation de ce secteur d’activité qui constitue une composante incontournable de l’économie marocaine.

Opérationnel depuis 2011, suite au déploiement du projet pilote de dématérialisation des documents d’escale des navires au niveau du port de Casablanca, le guichet unique PortNet s’est imposé comme une alliance réussie de partenariat public-privé (PPP). En 2015, ce service a été marqué par la généralisation et le déploiement au niveau national de la gestion électronique des titres d’importation, suivi en 2016 par l’initialisation des travaux relatifs à l’échange des informations de pesage à l’export sur PortNet puis en 2017 le lancement de l’annonce électronique, via PortNet, des préavis d’arrivée des conteneurs destinés à l’export au port. L’année suivante, le portail d’informations logistiques et commerciales à l’international «Trade Sense» a été mis en service avec le lancement de la première solution communautaire de paiement multicanal.

Et ce n’est pas tout. PortNet a déployé en 2019 la souscription en ligne de ses services. Il a aussi lancé la gestion électronique des demandes d’agréments des équipements de télécommunications et a mis en œuvre un service de prise de rendez-vous électronique pour la sortie des conteneurs du port. Au cours de l’année 2020, PortNet s’est focalisé, entre autres, sur la gestion électronique des bons à délivrer maritimes et aériens ainsi que l’identification et la souscription en ligne aux services des parties prenantes. Cette même année a connu la mise en service de l’assistant virtuel «PortNet Bot».

Pour assurer la fluidité de ses solutions numériques, PortNet a continué sa stratégie avec la généralisation du paiement multicanal auprès de toute la communauté du commerce extérieur, à savoir les laboratoires, les bureaux de contrôle, les compagnies maritimes, les administrations publiques, les transitaires, ou encore les opérateurs de manutention. Il a également déployé la même année «Trade Direct», la plate-forme multi-banques dédiée à la gestion électronique des opérations bancaires et des flux financiers à l’international. De nouvelles administrations ont rejoint cet écosystème PortNet comme Amssnur, Laboratoires et centres d’analyse, Onicl, Sosipo ou encore Marsa Maroc. Au cours de l’année dernière PortNet a également lancé une plateforme de business intelligence baptisée «Portnet’s KPI». Pour PortNet, les objectifs sont d’accroître l’efficacité des chaînes logistiques des opérateurs économiques et des fournisseurs de services publics et privés. Pour ce service, il s’agit aussi d’offrir à la communauté en faisant partie un parcours 100% digital et une expérience client inédite.

Plus encore, les solutions de ce guichet unique sont conçues pour réduire l’incertitude liée aux délais et aux coûts logistiques et améliorer la gouvernance et la transparence dans les relations entreprises-administrations. Il est également question de renforcer la traçabilité des opérations et booster les capacités d’anticipation et de planification, à travers la bonne circulation des flux d’informations.
Dans ce schéma, PortNet travaille sur l’accélération du passage frontalier des marchandises à l’import et à l’export et la simplification des procédures et formalités d’entrée et de sortie des marchandises.

Généralisation du bon à délivrer électronique

Pour la digitalisation totale du passage portuaire des marchandises importées, l’Administration des douanes et impôts indirects et l’Agence nationale des ports avaient lancé en juillet 2022 la généralisation du Bon à délivrer (BAD) électronique pour l’enlèvement des marchandises dédouanées. «Ayant la même force probante que le BAD papier, le BAD électronique a été mis en service en 2020 par l’ADII pour digitaliser et simplifier l’accomplissement des formalités de dédouanement. A présent, le BAD électronique est généralisé à l’accomplissement des formalités d’enlèvement des marchandises dédouanées via la plate-forme PortNet, entre d’une part les agents maritimes consignataires de navires ou les freights forwarders et, d’autre part, les gestionnaires de terminaux», expliquait alors un communiqué des parties concernées. Il s’agit en effet d’une collaboration entre l’ADII, l’ANP, PortNet S.A. et les acteurs de la communauté portuaire.
Cette mesure permet d’assurer l’authentification et la traçabilité des échanges du BAD électronique et tient compte des règles et des contrôles à même de sécuriser et de simplifier les formalités d’enlèvement.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/portnet-booste-la-digitalisation-du-commerce-exterieur/feed 0
Guichets uniques du futur : Vers une accélération du déploiement en Afrique https://aujourdhui.ma/economie/guichets-uniques-du-futur-vers-une-acceleration-du-deploiement-en-afrique https://aujourdhui.ma/economie/guichets-uniques-du-futur-vers-une-acceleration-du-deploiement-en-afrique#respond Sat, 01 Oct 2022 14:10:08 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419619

La 8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques a clôturé ses travaux à Marrakech le 28 septembre 2022 après trois jours d’intenses débats autour de diverses thématiques ayant lien avec les guichets du futur. Organisée par Portnet SA, en partenariat avec l’Agence nationale des ports (ANP) et l’AACE, la rencontre a connu la ...]]>

La 8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques a clôturé ses travaux à Marrakech le 28 septembre 2022 après trois jours d’intenses débats autour de diverses thématiques ayant lien avec les guichets du futur.

Organisée par Portnet SA, en partenariat avec l’Agence nationale des ports (ANP) et l’AACE, la rencontre a connu la participation de plusieurs experts internationaux de divers horizons, de décideurs, de chefs d’entreprises et d’acteurs de l’écosystème du commerce international. A l’issue de ces échanges une série de recommandations a été émise par les experts et les professionnels qui ont pris part à cet évènement avec l’objectif d’en faire une feuille de route à suivre. Il en ressort essentiellement que l’accélération de la mise en œuvre des guichets uniques dans les pays africains requiert le renforcement des capacités des parties prenantes.

Renforcer les technologies existantes et garantir la cybersécurité
A travers une batterie de recommandations les participants ont également plaidé en faveur de la promotion de l’échange de données et de la transparence pour la réussite d’un guichet unique, estimant indispensable d’œuvrer pour le renforcement des technologies existantes afin de garantir la cybersécurité des données. De même, les participants ont, en outre, estimé nécessaire de renforcer les technologies existantes pour assurer la cybersécurité des données, de se conformer aux standards internationaux pour la protection des données et d’amélorer le rôle des guichets uniques dans l’accompagnement de la mise en œuvre des grandes reformes internationales en rapport avec la facilitation des échanges (ZLECAF, AFE/OMC, FAL/OMI). Ils ont aussi appelé à promouvoir les initiatives d’interopérabilité de l’alliance à travers la plate-forme AFTRA et d’encourager les pays à engager des révisions du cadre réglementaire pour une meilleure intégration du digital dans la chaîne logistique.

Les communautés économiques régionales ont un rôle à jouer
Les experts présents ont aussi plaidé en faveur du renforcement de l’engagement politique au niveau des communautés économiques régionales et l’Union Africaine (UA), de l’encouragement de la mise en place des guichets uniques régionaux, tout en incitant l’ensemble des parties prenantes dans le commerce extérieur à intégrer les plates-formes du guichet unique. Ils recommandent également d’encourager les guichets uniques à intégrer les technologies émergentes (AI, IOT, Blockchain, Big Data …) et d’adopter le partenariat et le partage des bonnes pratiques liées à la modernisation du commerce transfrontalier. Les conférenciers appellent dans leur recommandation les structures gouvernementales africaines à adhérer à l’Alliance africaine du commerce électronique (AACE) pour une mutualisation des efforts.

Par ailleurs, ils encouragent les pays disposant d’une façade maritime à intégrer dans leur guichet unique des processus visant à faciliter le transit de marchandises vers les pays de l’hinterland (pays enclavés). Lors de cette conférence, il était essentiellement question de sensibiliser à l’apport des guichets uniques dans l’amélioration de la compétitivité des entreprises et du climat des affaires, informer sur les progrès réalisés dans d’autres pays, notamment en Asie et en Afrique et plus particulièrement encourager la mise en place de guichets uniques régionaux dans le contexte africain. Les participants ont œuvré au partage d’informations et des expériences au niveau mondial. De même, ils ont mis en exergue les standards internationaux qui sous-tendent les guichets uniques et les échanges transfrontaliers de données.

Les débats et les échanges se sont focalisés sur la transformation digitale et l’utilisation des technologies pour un commerce international efficient, inclusif et durable, ainsi que la collaboration et l’interopérabilité régionale et internationale entre les guichets uniques. Les participants à cette conférence ont abordé d’autres thématiques comme le rôle de l’écosystème des guichets uniques dans la promotion et le développement du commerce intra-africain, ainsi que l’innovation et les technologies disruptives. Parallèlement, les participants ont assisté à des workshops et panels.
Les participants à cette conférence ont abordé d’autres thématiques comme le rôle de l’écosystème des guichets uniques dans la promotion et le développement du commerce intra-africain, ainsi que l’innovation et les technologies disruptives. La Conférence internationale sur les guichets uniques est un carrefour d’échanges sur le concept de guichet unique. Elle se tient une fois par an et vise à réunir les différentes régions du monde, avec des contributions venant de pays ayant une expérience en la matière, des pays désireux de monter leur projet de guichet unique, des organismes qui soutiennent la mise en place de guichets uniques et des experts internationaux.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/guichets-uniques-du-futur-vers-une-acceleration-du-deploiement-en-afrique/feed 0
«Smart Port Challenge 2022» : Tout savoir sur les innovations présentées https://aujourdhui.ma/economie/smart-port-challenge-2022-tout-savoir-sur-les-innovations-presentees https://aujourdhui.ma/economie/smart-port-challenge-2022-tout-savoir-sur-les-innovations-presentees#respond Sat, 01 Oct 2022 12:01:19 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419614

La deuxième édition réunit plus de 150 participants Ils étaient plus de 150 participants venus du monde entier à faire part de la deuxième édition du Hackathon «Smart Port Challenge 2022» qui a pris fin le mardi 27 septembre 2022. Organisé par l’Agence nationale des ports (ANP) et le Guichet unique national PortNet en partenariat ...]]>

La deuxième édition réunit plus de 150 participants

Ils étaient plus de 150 participants venus du monde entier à faire part de la deuxième édition du Hackathon «Smart Port Challenge 2022» qui a pris fin le mardi 27 septembre 2022. Organisé par l’Agence nationale des ports (ANP) et le Guichet unique national PortNet en partenariat avec l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges, le Hackathon portuaire dédié à l’innovation dans le secteur portuaire au Maroc a été ouvert à toute personne, start-up, entreprise, école ou université souhaitant proposer des solutions innovantes en réponse aux grands défis portuaires tout en créant des solutions créatives et adaptées aux besoins des clients des ports marocains. Au total, 46 équipes ont présenté lors de la phase finale de ce Hackathon des projets répondant aux challenges de ce concours international d’innovation 100% en ligne. Dans ce sens, quatre équipes gagnantes du Smart Port Challenge ont été annoncées. Les détails.

Et les lauréats sont…

Les équipes distinguées lors de ce concours ont apporté des solutions innovantes aux défis du secteur. Ainsi, en réponse au challenge de réduction des délais d’attente des navires en rade, l’équipe de Siliconesignale Technologies a proposé la solution Iport Smart Yards qui permet de lancer les modèles prédictifs sur la disponibilité des quais et par conséquent proposer aux navires en approche l’ajustement de leur vitesse et ainsi réduire aussi bien leur facture énergétique et leur temps d’attente en rade. Pour ce qui est du challenge de contrôle de niveau de pollution de l’air, de l’eau et des sédiments dans les ports, l’architecte-designer Abdessamad Elaichati a présenté la solution PORT-LAB system. Il s’agit d’un laboratoire mobile sous forme de conteneur qui embarque les dernières technologies de pointe pour le contrôle de la pollution dans les ports.

Concernant le challenge de fluidification des flux des camions, l’équipe de Siliconesignale Technologies a mis en œuvre la solution «iPort : Monitoring et planning des ressources portuaires intégrés». Cette solution digitale complète est pour le monitoring et la planification des ressources portuaires. Elle permet une optimisation du trafic afin de réduire la congestion du trafic camion au niveau du port de Casablanca. S’agissant du challenge de facilitation des processus du commerce, l’équipe de wabtech, une entreprise américaine a dévoilé Cargo Dwell & Optimization qui est une solution web-based basée sur l’intelligence artificielle et la data analytics. Elle consiste à améliorer les traitements des importations et des exportations conteneurisées afin de réduire l’incertitude du délai de séjour, améliorer la prédiction, la synchronisation entre les procédures administratives et la logistique portuaire et la traçabilité des opérations.

Rendez-vous en 2023

Au cours de la cérémonie de clôture, la directrice générale de l’Agence nationale des ports, Nadia Laraki, a félicité les participants et les gagnants de ce Hackathon unique en son genre sur le plan national et international dans le secteur des ports. Elle a aussi mis en avant l’ensemble des partenaires, sponsors et experts qui ont pris part à cet évènement. Ils sont étudiants, ingénieurs, start-up et entreprises venus du Maroc et de nombreux pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique à s’être intéressés à cette compétition de haut niveau. De même, 40 experts et scientifiques ont animé les différents ateliers, webinaires et conférences en ligne pour accompagner les participants tout au long du Hackathon.

A noter que les 40 experts, logisticiens et scientifiques du Maroc, de Suisse et de Suède qui composent le jury ont évalué et apprécié les projets proposés selon les 4 critères, à savoir : client centrique, orienté affaires et commerce, innovant et durable et à forte valeur ajoutée.

Pour rappel, la deuxième édition du Hackathon portuaire s’inscrit dans le cadre de la démarche «Smartport Innovation» initiée par l’ANP. Cette approche coordonnée et concertée du développement du secteur portuaire national vise à améliorer sa performance et constitue un cadre prospectif, global et cohérent de développement des ports. A l’issue de cette cérémonie, l’Agence nationale des ports a dévoilé que la prochaine édition des «Smart Port Challenge» aura lieu courant l’année 2023 en précisant que la communauté portuaire se réjouit de pouvoir bientôt mettre à l’essai certaines des idées innovantes issues de ce Hackathon dans les ports marocains.

«Open innovation» : PortNet fait de l’innovation un levier de transformation

Pour accélérer la transformation digitale de l’écosystème, PortNet mise sur l’innovation. Elle a d’ailleurs mis en place une plate-forme «Open Innovation» qui promeut et développe des solutions communautaires répondant aux problèmes transverses des différents acteurs. Dans ce sens, PortNet assure l’interopérabilité des solutions proposées. Se fondant sur des APIs en ligne aux standards du Web, les solutions sont compatibles avec tout type de système d’information. Ladite plate-forme se présente comme un levier de transformation apportant des avantages pour différents types d’acteurs (entreprises, universités, start-up et pouvoirs publics).

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/smart-port-challenge-2022-tout-savoir-sur-les-innovations-presentees/feed 0
Commerce transfrontalier : PortNet s’impose comme un acteur incontournable https://aujourdhui.ma/economie/commerce-transfrontalier-portnet-simpose-comme-un-acteur-incontournable https://aujourdhui.ma/economie/commerce-transfrontalier-portnet-simpose-comme-un-acteur-incontournable#respond Sat, 01 Oct 2022 10:57:41 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419610

8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques Le digital est au centre des nouveaux défis du commerce transfrontalier. C’est dans ce sens que s’est tenue à Marrakech, du 26 au 28 septembre 2022, la 8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques sous la thématique centrale «Les Guichets uniques du futur au ...]]>

8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques

Le digital est au centre des nouveaux défis du commerce transfrontalier. C’est dans ce sens que s’est tenue à Marrakech, du 26 au 28 septembre 2022, la 8ème édition de la Conférence internationale des guichets uniques sous la thématique centrale «Les Guichets uniques du futur au cœur de la transformation digitale et de la fluidification du commerce transfrontalier».

Organisée par PortNet SA, en partenariat avec l’ANP et l’AACE, cette conférence a réuni plusieurs experts internationaux de divers horizons, des décideurs, des chefs d’entreprises et des acteurs de l’écosystème du commerce international. Cette conférence a permis de poser les bases d’un nouvel élan pour la transformation digitale et la fluidification du commerce transfrontalier en Afrique et a été une occasion pour s’arrêter sur les grandes tendances du secteur visant ainsi à l’amélioration du climat des affaires africain. Transformation digitale, utilisation des technologies, interopérabilité régionale et internationale, Data, innovation & technologies, Trade finance & paiement électronique, ports intelligents… autant de sujets qui ont été abordés lors de cette rencontre internationale. Des sujets majeurs en raison du contexte post-Covid marqué par les perturbations des chaînes logistiques mondiales et une profonde transformation du commerce international.

De nouvelles pistes de croissance pour le commerce intra-africain

Lors de la séance d’ouverture de cette rencontre, Nizar Baraka, ministre de l’équipement et de l’eau, affirme d’emblée : «La digitalisation est un outil puissant de résilience et un levier indéniable de compétitivité économique. En effet, les pays qui ont le mieux résisté à cette crise sont ceux qui étaient en avance dans ce domaine». Il faut dire que le Maroc a réalisé des progrès significatifs en matière de transformation digitale. Doté de plus de 120 solutions communautaires 100% digitales apportant une réelle valeur ajoutée à plus de 59. 000 utilisateurs d’horizons différents, le Guichet Unique PortNet s’inscrit dans cet élan. «Avec une couverture intégrée de bout en bout de la chaîne logistique du commerce extérieur, PortNet offre aux différents acteurs concernés les outils nécessaires pour l’anticipation, la proactivité, la maîtrise des coûts et bien sûr la traçabilité. Sur le plan opérationnel, la mise en place du guichet unique s’est traduite par des gains substantiels en termes de qualité de service, notamment au niveau des ports qui font transiter 98% de nos échanges. Ainsi le délai de séjour des conteneurs par exemple a été ramené à moins de 7 jours».

Le ministre a également expliqué que plusieurs pays africains se sont inscrits dans la même dynamique de progrès avec des écosystèmes à rayonnement mondial mais, selon lui, «l’enjeu aujourd’hui est de capitaliser sur les expériences réussies au niveau de notre continent et d’accélérer la coordination continentale dans ce domaine pour explorer de nouveaux gisements de croissance à travers la fluidification des échanges intra-africains». Dans ce schéma, la digitalisation permettrait d’accélérer les projets de la Zlecaf qui ouvre de nouvelles perspectives pour doper le commerce intra-africain. Citant une étude réalisée par la Cnuced en 2021 sur les transports maritimes, il souligne que la Zone de libre-échange continentale africaine pourrait améliorer le commerce intra-africain jusqu’à 33% et réduire le déficit commercial de 51%.

Bien se positionner face aux nouveaux enjeux

Pour sa part Ryad Mezzour, ministre de l’industrie et du commerce, a planté le décor en décrivant les nouveaux paradigmes actuels du commerce mondial parlant, notamment, de «protectionnisme déguisé». «On est passé de la globalisation et la fluidification des échanges à une sorte de restriction de chaînes de valeurs géographiques», faisant allusion au «nearshoring» et au «friendshoring». Pour lui, la question est de savoir la manière de gérer la nouvelle donne du commerce international dans un contexte où le Maroc se positionne en tant que hub et en tant que pays qui a construit son économie pour être un trait d’union entre le Nord et le Sud et être un acteur majeur de co-développement Sud-Sud. Ryad Mezzour a mis en avant la nouvelle ère de la digitalisation, la maîtrise de données et des flux (dans la gestion transfrontalière) ainsi que l’intelligence artificielle. Ces éléments permettront de comprendre et analyser les nouvelles tendances pour mieux se positionner.
De son côté Ghita Mezzour, ministre déléguée chargée de la transition numérique et de la réforme administrative, a rappelé que «la digitalisation prend une place importante dans le nouveau modèle de développement» s’imposant ainsi comme une composante incontournable et prometteuse pour tous les secteurs d’activités. «PortNet fait partie des plus belles réalisations dans le domaine de la transition numérique au Maroc et sur le continent africain», indique la ministre notant par ailleurs l’engagement du gouvernement pour accompagner le virage numérique et coopérer avec les pays africains dans ce domaine. Pour sa part Nadia Laraki, directrice générale de l’ANP, a mis l’accent sur l’intérêt des systèmes communautaires à travers ce qu’ils peuvent apporter comme catalyseur surtout dans les contextes particuliers comme celui qu’a traversé le monde durant les deux années passées.

PortNet poursuit sa progression

PortNet a franchi plusieurs caps. Ce que la DG de l’ANP n’a pas manqué de faire remarquer : «Le guichet unique PortNet n’est plus ce qu’il était il y a 6 ans. Il a depuis considérablement évolué pour devenir quasi incontournable. PortNet a également gagné en maturité et a grandi au sein des autres guichets uniques des ports community system. Membre de l’alliance africaine du commerce électronique, PortNet a évolué en s’ouvrant sur les écosystèmes nationaux africains et internationaux». Par ailleurs, la crise pandémique a joué un rôle d’accélérateur pour la digitalisation des process du commerce extérieur. «Si aujourd’hui les ports marocains et africains affichent de belles performances et figurent parmi les champions mondiaux, je reste convaincue que dans ces exploits, le digital est un grand contributeur», argumente-t-elle. En termes d’innovation, l’ANP a adopté un nouveau modèle d’open innovation dont l’objectif serait de s’étendre à d’autres partenaires de pays africains. A noter qu’à l’issue de cette rencontre, un livre blanc comportant des recommandations sera adopté. Sur sa base se déclineront les actions à suivre durant les prochaines années pour le secteur. Quant au président de l’AACE, Amos Wangora, la société PortNet, qui représente l’un des guichets uniques les plus réussis et les plus performants aux niveaux continental et mondial, a toujours accompagné cette alliance africaine pour la réalisation de ses missions.

Dans ce sens, il a souligné que l’AACE, qui compte 19 membres, a beaucoup contribué à la promotion du commerce intra-africain, passant en revue certains programmes de cette organisation africaine visant à accompagner la transition numérique des pays du continent. Intervenant lors de cet évènement, le directeur général de PortNet, Youssef Ahouzi, a relevé que la tenue de cette conférence au Maroc témoigne des efforts consentis par PortNet SA, en vue de renforcer l’intégration régionale et internationale. Il est revenu sur les formalités et procédures des échanges commerciaux internationaux qui ont été positivement impactés par les innovations technologiques, assurant que les guichets uniques ont un rôle important dans la fluidification des économies nationales ainsi que le commerce mondial.

Selon les organisateurs de cet événement, la tenue de la 8ème Conférence internationale des guichets uniques à Marrakech, pour la deuxième fois après le succès de l’édition de 2016 dans la ville ocre, s’inscrit dans le cadre de l’engagement africain du Maroc pour l’émergence d’une économie africaine moderne, compétitive et prospère. La conférence, un carrefour d’échanges sur le concept de guichet unique, vise à réunir les différentes régions du monde, avec des contributions venant de pays ayant une expérience en la matière, des pays désireux de monter leur projet de guichet unique, des organismes qui soutiennent la mise en place de ces Guichets et des experts internationaux. A noter que la première édition de la Conférence internationale sur les guichets uniques a été organisée à Dakar en 2008 alors que la dernière s’est tenue en 2019 à Yaoundé au Cameroun.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/commerce-transfrontalier-portnet-simpose-comme-un-acteur-incontournable/feed 0
Youssef Ahouzi: «Nous avons pu jusqu’à présent dématérialiser plus de 120 services en ligne» https://aujourdhui.ma/economie/youssef-ahouzi-nous-avons-pu-jusqua-present-dematerialiser-plus-de-120-services-en-ligne https://aujourdhui.ma/economie/youssef-ahouzi-nous-avons-pu-jusqua-present-dematerialiser-plus-de-120-services-en-ligne#respond Sat, 01 Oct 2022 09:00:11 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419593

Entretien avec Youssef Ahouzi, directeur général de la société «PortNet» ALM : Comment se positionne PortNet sur le réseau communautaire africain des guichets uniques ? Youssef Ahouzi : PortNet S.A. en tant que membre fondateur, à travers «le guichet unique national des procédures du commerce extérieur, PortNet» de l’alliance africaine pour le commerce électronique, qui ...]]>

Entretien avec Youssef Ahouzi, directeur général de la société «PortNet»

PortNet est actuellement un acteur incontournable de l’écosystème du commerce extérieur. Comment se positionne PortNet sur le réseau communautaire africain des guichets uniques ? Quel rôle a joué la plate-forme dans la croissance du secteur portuaire et maritime au Maroc ? Comment PortNet participe au développement du commerce infra-africain ?… Autant de questions auxquelles Youssef Ahouzi a bien voulu répondre lors d’un entretien accordé à ALM.

ALM : Comment se positionne PortNet sur le réseau communautaire africain des guichets uniques ?
Youssef Ahouzi : PortNet S.A. en tant que membre fondateur, à travers «le guichet unique national des procédures du commerce extérieur, PortNet» de l’alliance africaine pour le commerce électronique, qui regroupe 22 membres de 18 pays africains, met au profit de l’écosystème du commerce extérieur africain et membres de l’alliance toute son expertise pour accélérer les échanges et ainsi le développement du commerce intra-africain. Plusieurs projets d’envergure ont vu le jour et d’autres sont en cours de développement. Nous pouvons citer par exemple la plate-forme digitale Africa E-Trade Hub «Aftra» dont l’objectif principal est de fournir un portail d’information commerciale centralisant les procédures d’importation, d’exportation et de transit des pays africains et une plate-forme d’échange de données et documents électroniques entre pays africains. Nous avons accueilli cette année plusieurs délégations, KentraDe, la délégation guinéenne, le comité de l’AACE et d’autres afin d’échanger autour des bonnes pratiques à mettre en œuvre pour accélérer la digitalisation des démarches à l’international et favoriser le développement économique du continent.

Dans quelle mesure PortNet a contribué à la croissance du secteur portuaire et maritime au Maroc au cours des dernières années ?
Comme vous le savez, PortNet a été initié en 2011 par l’Agence nationale des ports pour simplifier et dématérialiser les services portuaires. La gestion dématérialisée des escales des navires au port de Casablanca est le premier projet pilote qui a été déployé en 2011. En 2012, notre plate-forme a été généralisée à l’ensemble des ports gérés par l’Agence nationale des ports. Cette année a été marquée par l’introduction de la mise en œuvre effective de la stratégie de smart ports.
Nous continuons à travailler sans relâche avec l’écosystème portuaire pour intégrer l’ensemble de la chaîne logistique et du commerce extérieur. Plusieurs projets ont vu le jour, nous pouvons citer par exemple : la gestion électronique des attestations d’escale, la conférence portuaire, la demande d’accostage et d’attribution de poste, la déclaration des marchandises dangereuses et spéciales, l’avis d’arrivée des navires, le bon à délivrer…

Comment PortNet peut-il participer au développement du commerce infra-africain ?
PortNet S.A. en tant que membre fondateur, à travers «Le guichet unique national des procédures du commerce extérieur, PortNet» de l’Alliance africaine pour le commerce électronique, participe activement au développement du commerce intra-africain. Cette année, l’Alliance en partenariat avec la Banque africaine de développement a lancé la plate-forme Africa E-trade hub, un projet auquel nous avons pris part, de l’expression de besoin et spécifications jusqu’au transfert des compétences et lancement officiel de la plate-forme. Nous avons pu mettre à profit notre expertise dans le domaine pour fournir un portail d’information commerciale centralisant les procédures d’importation, d’exportation et de transit des pays africains et une plate-forme d’échange de données et documents électroniques entre pays africains. La conférence internationale a été aussi l’occasion d’échanger et de partager les bonnes pratiques avec nos partenaires pour pouvoir accélérer le développement du commerce intra africain. De même, plusieurs recommandations ont été faites suite aux différents sujets mis en exergue.

Vous avez mis en service plusieurs solutions numériques au cours des dernières années. En 2022, quel bilan faites-vous de ces réalisations ?
Grâce à l’implication de l’ensemble de nos partenaires, nous avons pu jusqu’à présent simplifier, dématérialiser et digitaliser plus de 120 services en ligne auprès d’un écosystème composé de plus de 68.000 usagers incluant : importateurs, exportateurs, banques, administrations, compagnies maritimes, transitaires, opérateurs de manutention, etc. Ceci a permis d’améliorer grandement la compétitivité des opérateurs économiques au vu des délais et coûts nettement moins importants.
Le délai de séjour des marchandises est passé de 21 jours à une moyenne de 7 jours, un véritable exploit. Ceci dit, nous travaillons sans cesse afin de mobiliser tous les acteurs du commerce international et de la logistique afin d’intégrer l’ensemble des démarches administratives nécessaires pour les opérations d’import/export et proposer à nos clients une expérience 100% digitale de bout en bout.

Au-delà des services régaliens, nous offrons aussi à nos clients des services à valeur ajoutée afin de les accompagner dans leur transformation digitale, je peux citer, par exemple, Trade Direct, une plate-forme d’échange des opérations de paiements et de Trade Finance, PortNet KPI’S, la plateforme décisionnelle communautaire, PortNet Pay pour le paiement intégré des factures des différentes prestations, Track&Trace, l’ERP Communautaire by PortNet, etc.
Actuellement nous travaillons avec nos partenaires sur plusieurs projets d’envergure qui ont pour objectifs ultimes la simplification et l’intégration de bout en bout des chaînes logistiques et commerciales, notamment la généralisation du paiement électronique auprès des laboratoires, agents maritimes, opérateurs de manutention.., la généralisation de la souscription conjointe auprès de l’ensemble des parties prenantes, des services digitaux pour la gestion électronique du passage portuaire, aéroportuaire et terrestre..

Quelles sont les mesures que vous avez prises pour sécuriser les échanges sur la plate-forme PortNet ?
PortNet S.A. a décroché cette année la certification de sécurité de l’Organisation internationale de normalisation, ISO 27001:2017, considérée comme la référence mondiale en matière de sécurité de l’information. Délivré par Certi Trust à l’issue d’un long processus d’évaluation mené par des experts indépendants, ce certificat est le résultat de plusieurs années de travail visant à garantir une meilleure efficacité du Système de management de la sécurité de l’information (SMSI).
La norme ISO/IEC 27001:2017 englobe l’ensemble des contrôles juridiques, physiques et techniques impliqués dans les processus de gestion des risques liés à l’information d’une organisation.

Quels sont les grands projets envisagés dans les années à venir ?
PortNet S.A. joue un rôle clé dans l’accompagnement de l’écosystème logistique et du commerce extérieur dans sa transformation digitale. Notre première priorité est de pouvoir simplifier et dématérialiser l’ensemble des démarches à l’international via le guichet unique PortNet et engager toutes les parties prenantes à la supply chain pour ainsi assurer une expérience 100% digitale aux opérateurs économiques au niveau de tous les points de commerce transfrontaliers maritimes, aériens et terrestres. Actuellement avec nos partenaires, au travers d’une démarche d’open innovation et orientée clients, nous travaillons sur des projets et des solutions à forte valeur ajoutée permettant le renforcement des capacités, le rehaussement de la maturité digitale des opérateurs économiques et ainsi l’accélération de la transformation digitale de notre écosystème.

Nous pouvons citer par exemple notre offre relative au déploiement de l’ERP communautaire, un outil de gestion métiers en vue de renforcer l’inclusion et la connectivité de l’ensemble de l’écosystème, Trade Direct, une plate-forme d’échange des opérations de paiements et de Trade Finance, PortNet KPI’S, la plate-forme décisionnelle communautaire, PortNet Pay pour le paiement intégré des factures des différentes prestations, Track&Trace, etc.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/youssef-ahouzi-nous-avons-pu-jusqua-present-dematerialiser-plus-de-120-services-en-ligne/feed 0
Paiement multicanal : Plus de 18.600 factures échangées via PortNet en mai 2022 https://aujourdhui.ma/economie/paiement-multicanal-plus-de-18-600-factures-echangees-via-portnet-en-mai-2022 https://aujourdhui.ma/economie/paiement-multicanal-plus-de-18-600-factures-echangees-via-portnet-en-mai-2022#respond Fri, 30 Sep 2022 20:00:16 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419626

Un écosystème favorable à la business intelligence PortNet continue d’élargir son écosystème favorisant ainsi la fluidification du commerce extérieur. Ayant pour mission l’anticipation de l’information et de l’action, la fluidification des procédures en intégrant des processus clairs et simples dans son système d’adhésion au guichet unique national, la mise en réseau des partenaires, PortNet agit ...]]>

Un écosystème favorable à la business intelligence

PortNet continue d’élargir son écosystème favorisant ainsi la fluidification du commerce extérieur. Ayant pour mission l’anticipation de l’information et de l’action, la fluidification des procédures en intégrant des processus clairs et simples dans son système d’adhésion au guichet unique national, la mise en réseau des partenaires, PortNet agit sur les leviers d’amélioration de la compétitivité portuaire et des opérateurs économiques du Maroc. A travers ses solutions digitales, la plateforme apporte une nouvelle dynamique aux échanges extérieurs. En témoignent les différents indicateurs enregistrés par la plate-forme. Performances de la plateforme, gestion électronique des escales maritimes, demandes de franchise douanière, paiement multicanal, gestion électronique du Bon à délivrer…Tour d’horizon des derniers indicateurs enregistrés par PortNet au mois de mai 2022.

Plus de 90% des clients sont des importateurs
Selon les statistiques du mois de mai 2022, la plate-forme compte plus de 60.767 clients et 70.408 utilisateurs. Au cinquième mois de l’année, ils sont 55.718 importateurs (+11% par rapport à la même période en 2021), 2.646 exportateurs (+32%), 1.619 transitaires (+7%), 359 freight forwarders (+16%), 76 opérateurs de manutention, 41 organismes de contrôle et 20 banques. On notera que les importateurs représentent 91,69% des clients. En ce qui concerne la gestion des escales maritimes, le nombre de manifestes déposés sur cette même période atteint 1.041 avec un délai moyen de dépôt de manifeste de -149,83 h. Le nombre de manifestes déposés par jour s’élève à 34.

Quant au taux de manifestes maritimes déposés dans les délais, il est de 31%. Par port, la réparation du nombre de manifestes maritimes dévoile une large avance pour le port de Casablanca (265 après 24h et 152 avant 24h), suivi du port de Jorf (125 après 24h et 60 avant 24h), puis du port de Nador (112 avant 24h et 21 après 24h). Concernant l’évolution du délai moyen de séjour des conteneurs au port de Casablanca, il s’avère que le nombre de conteneurs pointés s’élève à 20.315 et les conteneurs inspectés atteignent 899. Le délai moyen de séjour global est de 6,91 jours alors que le délai moyen des conteneurs avec contrôle atteint 7,30 jours (sans contrôle il est de 5,15 jours). Sur le volet du paiement multicanal, la plate-forme a enregistré durant le mois de mai 2022, 18.626 factures échangées contre 17.718 à la même date en 2021.

Plus de 43.900 bons à délivrer à fin mai
Le nombre de bons à délivrer (BAD) maritimes atteint 12.543 au mois de mai 2022 contre 1.856 à la même période en 2021. Le délai moyen de validation du BAD maritime est de 4,29 jours. Durant les cinq premiers mois de l’année, PortNet a par ailleurs enregistré 43.903 BAD. Le nombre de BAD aériens du seul mois de mai 2022 est de 1.715 contre 1.820 en mai 2021. En tonnes, l’évolution mensuelle du poids des marchandises maritimes enregistrés sur la plate-forme atteint 3.630 tonnes au mois de mai 2022 contre 379 à la même période durant l’année dernière.

657 demandes de franchises douanières en mai au port de Casablanca

Selon les indicateurs de PortNet, on compte à 657 le nombre de demandes de franchises douanières (DFD) (contre 518 au mois de mai 2021). Ils sont 230 demandeurs enregistrés au seul mois de mai. 15,07 % des demandes ont été refusées. En tonnes, l’évolution mensuelle du poids déclaré sur les DFD atteint 81.099 contre 113. 888 en mai 2021. Pour ce qui est de la répartition du nombre de demandes de franchises douanières, l’euros arrive en tête (82,50%), suivi du dollar américain
avec 16,13%.

Amélioration des délais au port de Casablanca

Si l’on prend le seul exemple du port de Casablanca en termes de délais en jours, entre le pointage et la confirmation du BAD, ce port enregistre un délai de 2,50 jours en mai 2022 contre 2,65 jours à la même date en 2021. 91% des Déclarations uniques marchandises (DUM) sont créées après l’arrivée des conteneurs au port. Le délai de délivrance de la mainlevée et de la sortie du conteneur est de 1,21 jour au mois de mai 2022 contre 1,40 jour durant le mois de mai 2021 (Marsa Maroc) et de 1,17 jour contre 1,36 jour en mai 2021 (Somaport). Le délai de séjour des conteneurs au port de Casablanca s’élève à 7,21 jours en mai 2022 contre 8,37 jours à la même période en 2021 (Marsa Maroc Casa). Pour Somaport, le délai de séjour des conteneurs au port de Casablanca est de 6,88 jours au mois de mai 2022 contre 8,43 jours en mai 2021.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/paiement-multicanal-plus-de-18-600-factures-echangees-via-portnet-en-mai-2022/feed 0
PortNet déploie des solutions numériques innovantes https://aujourdhui.ma/economie/portnet-deploie-des-solutions-numeriques-innovantes https://aujourdhui.ma/economie/portnet-deploie-des-solutions-numeriques-innovantes#respond Fri, 30 Sep 2022 17:26:31 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419586

Couvrant toute la chaîne logistique du commerce extérieur PortNet couvre l’intégralité de la chaîne logistique du commerce extérieur. Ce guichet compte 45.000 importateurs et exportateurs et plus de 1.500 déclarants transitaires. Il inclut plus de 20 banques, plus de 43 administrations et plus de 23 ports et aéroports. Il faut dire qu’à travers son portefeuille ...]]>

Couvrant toute la chaîne logistique du commerce extérieur

PortNet couvre l’intégralité de la chaîne logistique du commerce extérieur. Ce guichet compte 45.000 importateurs et exportateurs et plus de 1.500 déclarants transitaires. Il inclut plus de 20 banques, plus de 43 administrations et plus de 23 ports et aéroports. Il faut dire qu’à travers son portefeuille de services innovants abritant plus de 120 solutions communautaires 100% digitales, PortNet apporte une plus-value compétitive à plus de 55.000 utilisateurs d’horizons différents (administrations, institutions, entreprises). De par sa position de guichet unique du commerce extérieur marocain, PortNet S.A. espère faciliter et favoriser la connexion entre les acteurs de l’écosystème portuaire, logistique et du commerce international, et les innovateurs pour trouver les meilleures solutions aux diverses problématiques liées au secteur. L’objectif étant d’accélérer le virage digital de l’écosystème en se fondant sur l’intelligence communautaire et l’innovation. Partant de là, divers services ont été mis en place. Avec ses offres hébergement, trade sense, PortNet’s KPI ou encore Trade Direct, ce guichet unique assure toutes les étapes depuis l’identification et la souscription des parties prenantes en ligne jusqu’à l’enlèvement et la sortie de marchandises. Parallèlement, PortNet mobilise les conseillers de son Centre de relation client pour assister et répondre aux besoins tout au long du parcours sur le guichet unique. De plus, elle met à la disposition de ses utilisateurs une plate-forme de gestion des réclamations en ligne (reclamation.portnet.ma). A cela s’ajoute l’assistant virtuel PortNet Bot dont la mission est de répondre aux questions sur l’ensemble des services du guichet unique PortNet.

Tarde Sense, une plate-forme collaborative à forte valeur ajoutée

Pour enrichir son bouquet de services, PortNet avait élaboré une plate-forme baptisée «Trade Sense». Il s’agit d’une plate-forme collaborative qui donne accès à des informations à forte valeur ajoutée, englobant toutes les formalités et démarches logistiques accompagnant les opérations d’import-export. Elle permet de s’informer à l’avance sur les transactions, les tarifs, les règles et des normes de conformité requis pour réussir les différentes opérations. Cet espace contient des informations à destination des usagers sur les événements en cours et à venir et sur l’actualité liée au commerce international. Il est présenté comme étant un espace de partage de bonnes pratiques, d’expériences, d’échanges et d’entraide entre usagers. Trade Sense offre des outils d’aide à la décision. Il constitue un référentiel de fournisseurs de services de confiance et englobe des simulateurs de coûts par incoterm ainsi que des rapports sur les flux prévisionnels à l’import et à l’export. Il permet aux utilisateurs de développer leur business en ayant davantage connaissance sur les produits et les pays qui les intéressent à travers l’exploration des conventions signées par le Maroc, les flux d’importation-exportation.

Trade Direct assure les échanges des opérations de paiement

PortNet a développé une solution multi-banque et multi-utilisateur appelée «Trade Direct». Il s’agit d’une plate-forme d’échange des opérations de paiements et de Trade Finance (lettre de crédit, garanties, etc.), destinée aux entreprises et aux banques abonnées au guichet unique PortNet. TradeDirect donne un accès direct aux banques. Ainsi, pour les clients multi bancarisés, elle regroupe toutes les opérations bancaires en un point d’accès unique. Cette plate-forme présente plusieurs avantages. Elle est accessible 24H/7J et permet une gestion centralisée de plusieurs banques en un seul clic. Elle assure un traitement instantané des opérations à l’international. Enfin Trade Direct donne accès à un tableau de bord homogène, offrant une vue synthétique aux décideurs et dirigeants d’entreprises.
Par ailleurs, PortNet assure des formations pour une meilleure maîtrise du guichet unique ainsi que des programmes de formation sur mesure afin de répondre de façon spécifique et exclusive au contexte de chaque utilisateur. Ces formations sont proposées en plusieurs modes (digital, webinaire et hybride) permettant de garantir une montée en compétences métiers et une bonne maîtrise du parcours complet du guichet unique PortNet. Ces formations s’appuient sur des cas pratiques tirés d’expériences réelles, en privilégiant l’interactivité et la participation.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/portnet-deploie-des-solutions-numeriques-innovantes/feed 0
Dans un contexte mouvant: Les Guichets uniques face aux nouveaux enjeux du commerce mondial https://aujourdhui.ma/economie/dans-un-contexte-mouvant-les-guichets-uniques-face-aux-nouveaux-enjeux-du-commerce-mondial https://aujourdhui.ma/economie/dans-un-contexte-mouvant-les-guichets-uniques-face-aux-nouveaux-enjeux-du-commerce-mondial#respond Fri, 30 Sep 2022 13:30:19 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419576

Les récentes évolutions de la géopolitique mondiale et les deux années marquées par la pandémie de Covid-19 ont mis les chaînes d’approvisionnement et le commerce mondial sous tension. Cette période a démontré plus que jamais la nécessité d’adopter des solutions technologiques performantes facilitant la fluidité des échanges extérieurs. Etant un hub africain doté d’infrastructures performantes ...]]>

Les récentes évolutions de la géopolitique mondiale et les deux années marquées par la pandémie de Covid-19 ont mis les chaînes d’approvisionnement et le commerce mondial sous tension.

Cette période a démontré plus que jamais la nécessité d’adopter des solutions technologiques performantes facilitant la fluidité des échanges extérieurs. Etant un hub africain doté d’infrastructures performantes et d’une expérience dans les métiers de la logistique et de la connectivité le Maroc aspire à franchir un nouveau cap grâce à un nouveau modèle de développement. Parmi les objectifs de ce modèle figure l’ambition de faire du pays un leader régional dans des domaines d’avenir ciblés. «Attaché à son ouverture sur le monde, et confiant en ses capacités à consolider son rayonnement régional par l’excellence, le Maroc appuie son ambition par sa détermination à relever des paris d’avenir audacieux, qui ensemble feraient du Maroc un pôle économique et de savoir parmi les plus dynamiques et les plus attractifs de la région et du continent», indique le rapport du nouveau modèle de développement. Il s’agit de relever plusieurs paris dont celui de devenir une nation numérique, où le potentiel transformationnel des technologies numériques est pleinement mobilisé.

Dans ce schéma, le pays capitalise sur ses acquis. En effet, durant ces deux dernières décennies, plusieurs efforts ont été initiés, notamment dans l’amélioration du climat des affaires. Ainsi la mise en œuvre d’un guichet unique national des procédures du commerce extérieur PortNet en tant que plate-forme communautaire d’échange de données informatisées visant la dématérialisation de l’ensemble des formalités du commerce extérieur est une initiative à grande valeur ajoutée aussi bien pour les entités publiques que privées. Précurseur en Afrique, ce modèle d’intégration de la chaîne de commerce extérieur dont les résultats positifs sont palpables et ont été enregistrés dès le lancement de la plate-forme, représente actuellement à travers son architecture innovante et son accompagnement le guichet unique national qui permet la gestion des formalités du commerce extérieur dans tous ses aspects maritime, portuaire, terrestre, aérien, logistique et commercial. Il s’agit de ce fait d’un modèle d’intégration complète de la supply chain sur le continent. La plate-forme PortNet s’érige comme un outil institutionnel et technologique qui a fait ses preuves en matière de facilitation du commerce international faisant du cas marocain une expérience aboutie et réussie aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

C’est dans ce contexte que s’est tenue à Marrakech la 8ème Conférence internationale des guichets unique du 26 au 28 septembre sous la thématique «Les guichets uniques du futur au cœur de la transformation digitale et de la fluidification du commerce transfrontalier». Cette rencontre organisée par PortNet en partenariat avec l’Agence nationale des ports et l’Alliance africaine du commerce électronique (AACE) a abordé des sujets couvrant notamment la transformation digitale et l’utilisation des technologies pour un commerce international efficient, inclusif et durable, ainsi que la collaboration et l’interopérabilité régionale et internationale entre les guichets uniques. Il faut dire que l’Afrique enregistre d’année en année des taux de croissance à un rythme soutenu. Cette situation révèle un potentiel important et plein de promesses pour le continent. Une réalité qui n’attend qu’a être judicieusement mise en avant pour permettre au continent de réaliser les avancées dont aspire sa population.

Pour que l’Afrique se positionne réellement et définitivement comme un véritable pôle de l’économie mondiale, il est donc nécessaire d’engager certaines mesures innovantes et s’appuyer sur les expériences des uns et des autres pour construire un avenir commun. Cette conférence organisée par PortNet, l’ANP et l’Alliance africaine pour le commerce électronique (AACE) reflète cet esprit. Car, en effet, le commerce est devenu un véritable outil de développement et l’intégration régionale par le biais d’échanges commerciaux intra-africains dynamiques est un impératif.

De même, la mise en œuvre de solutions agiles et plus adaptées grâce aux nouvelles technologies constitue aujourd’hui un des piliers majeurs du développement. C’est dans ce cadre qu’Aujourd’hui Le Maroc consacre ce dossier spécial qui s’articule autour des principales thématiques traitées lors de cette rencontre internationale dont les enjeux et les défis qui caractérisent le commerce transfrontalier à l’ère actuelle.
A noter que la 8ème Conférence internationale des guichets uniques a rassemblé des experts venant des quatre coins du monde avec 1.400 participants, 100 intervenants internationaux et 50 délégations étrangères des cinq continents.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/dans-un-contexte-mouvant-les-guichets-uniques-face-aux-nouveaux-enjeux-du-commerce-mondial/feed 0
ADII : Généralisation du dédouanement par anticipation https://aujourdhui.ma/economie/adii-generalisation-du-dedouanement-par-anticipation https://aujourdhui.ma/economie/adii-generalisation-du-dedouanement-par-anticipation#respond Fri, 30 Sep 2022 11:07:45 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419613

En cas de diminution des taux entre la date d’enregistrement de la déclaration en détail par anticipation et celle de l’arrivée de la marchandise, le déclarant peut bénéficier, sur sa demande, de l’application du tarif le plus favorable. Afin de réduire le délai de dédouanement des marchandises importées, l’Administration des douanes avait récemment émis une ...]]>

En cas de diminution des taux entre la date d’enregistrement de la déclaration en détail par anticipation et celle de l’arrivée de la marchandise, le déclarant peut bénéficier, sur sa demande, de l’application du tarif le plus favorable.

Afin de réduire le délai de dédouanement des marchandises importées, l’Administration des douanes avait récemment émis une circulaire pour la généralisation du dédouanement par anticipation. Ce document définit les règles devant régir cette procédure dont voici les principales mesures. «La déclaration en détail peut être enregistrée sur le système Badr avant l’arrivée de la marchandise, sans autorisation préalable, à condition, pour les marchandises importées par voies maritime ou aérienne, de pré-apurer un lot d’une déclaration sommaire enregistrée», précise ladite circulaire précisant que pour ce type d’opérations, le déclarant doit cocher la case «par anticipation» prévue à cet effet sur le système Badr. Cette circulaire détaille les conséquences de l’enregistrement de la déclaration par anticipation relevant que celle-ci ne prend effet (avec toutes les conséquences attachées à l’enregistrement) qu’au jour de l’arrivée des marchandises. «En application de ce principe, les déclarations en détail enregistrées avant l’arrivée des marchandises et les suites engendrées par leur enregistrement, y compris la mainlevée, ne prennent effet qu’à partir de la date de l’arrivée des marchandises», indique ledit document. En termes de droits et taxes applicables, la circulaire indique sans préjudice des dispositions de l’article 13 du CDII, relatives à la clause transitoire, les droits et taxes à percevoir sur les marchandises importées déclarées par anticipation sont ceux en vigueur à la date d’arrivée desdites marchandises, qui correspond, pour les importations par voie maritime, à la date d’accostage du navire.

 

Attribution de la mainlevée

La mainlevée est automatiquement accordée sous réserve du paiement ou de la garantie des droits et taxes et/ou de l’accomplissement des formalités liées aux réglementations particulières (Circuit vert). Après contrôle documentaire et à défaut d’anomalie constatée, la mainlevée est octroyée sous réserve du paiement ou de la garantie des droits et taxes et/ou de l’accomplissement des formalités liées aux réglementations particulières. Pour ces deux modes de contrôle, l’opérateur peut procéder à l’enlèvement de la marchandise dès son arrivée, après la prise en charge des réserves émises, le cas échéant (Circuit orange), indique ladite circulaire. Par ailleurs, les formalités de contrôle documentaire, de la liquidation et de paiement ou garantie des droits et taxes sont effectuées en attente de l’arrivée de la marchandise pour l’accomplissement des formalités de visite physique et celles liées aux réglementations particulières (Circuit rouge). Selon la même source, à l’issue de cette opération, la mainlevée est attribuée sous réserve, le cas échéant, du paiement ou de la garantie des droits et taxes et/ou de l’accomplissement des formalités liées aux réglementations particulières. Le service gardera la latitude de re-sélecter les déclarations en question vers un circuit de contrôle plus renforcé. Pour réussir l’ensemble de ce dispositif, la douane invite les transporteurs maritimes et aériens à veiller au respect strict des délais réglementaires de dépôt des déclarations sommaires et à délivrer, le cas échéant, les bons à délivrer par anticipation. Elle précise également dans son document que le non-respect des délais fixés exposera les opérateurs défaillants aux suites contentieuses en vigueur.

Dispositif juridique

L’article 66 du code des douanes et impôts indirects (CDII) prévoit la possibilité de dépôt de la déclaration en détail avant l’arrivée de la marchandise, dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé des finances. Ainsi, pour favoriser cette démarche, les articles 49 et 57 du CDII, tels qu’amendés en 2012 et mis en application par arrêté du ministre de l’économie et des finances n°3414-12 du 12 octobre 2012 citent l’obligation de dépôt de la déclaration sommaire avant l’arrivée de la marchandise au bureau d’importation. Ladite circulaire précise que l’arrêté du ministre n° 1318-77 du 31 octobre 1977 a été amendé par arrêté de la ministre de l’économie et des finances n°1640-22 du 20 juin 2022 afin de permettre la généralisation de la déclaration en détail par anticipation sans autorisation.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/adii-generalisation-du-dedouanement-par-anticipation/feed 0
Laâyoune-Sakia El Hamra: Une région qui prend de l’ampleur https://aujourdhui.ma/actualite/laayoune-sakia-el-hamra-une-region-qui-prend-de-lampleur-2 https://aujourdhui.ma/actualite/laayoune-sakia-el-hamra-une-region-qui-prend-de-lampleur-2#respond Wed, 31 Aug 2022 13:00:51 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=416780

Chef-lieu des provinces du Sud, la ville de Laâyoune a connu depuis sa récupération un développement socioéconomique considérable à la faveur des projets qui y ont été réalisés par les pouvoirs publics afin d’améliorer les conditions de vie de la population locale. Le processus enclenché depuis cette date s’est consolidé davantage en novembre 2015 en ...]]>

Chef-lieu des provinces du Sud, la ville de Laâyoune a connu depuis sa récupération un développement socioéconomique considérable à la faveur des projets qui y ont été réalisés par les pouvoirs publics afin d’améliorer les conditions de vie de la population locale.

Le processus enclenché depuis cette date s’est consolidé davantage en novembre 2015 en passant à la vitesse supérieure depuis la visité royale effectuée à Laâyoune par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte et qui a été couronnée par le lancement du Nouveau modèle de développement des provinces du Sud et qui comprend une dizaine de projets structurants qui vont consolider la compétitivité de l’attractivité de cette région riche en atouts économiques majeurs. En effet, ce chantier stratégique avance aujourd’hui à un rythme soutenu, notamment le projet de la voie express Tiznit-Dakhla qui vise à aménager un axe routier avec de normes techniques de taille entre les provinces du Sud et les autres régions du Royaume, réduire le temps du transport et améliorer le confort et la sécurité routière, à même de faciliter le transport des marchandises entre les villes du Sud du Maroc et les grands centres de production et de distribution.

Et ce pour un coût total de 10 milliards DH. Ce projet comprend la réalisation d’un pont de 1.650 m pour le contournement de la ville de Laâyoune, considéré comme le plus grand du Maroc en Afrique, pour une enveloppe de 1,1 milliard de dirhams. Laâyoune sera également dotée d’un Centre hospitalier universitaire pour 1,2 milliard de dirhams et qui verra le jour dans les délais. Ce dernier évitera à la population locale de se déplacer vers les régions du Nord du Royaume pour se soigner.

L’établissement de troisième niveau, qui sera doté d’une capacité de 500 lits, sera un pôle médical qui servira la population des trois régions du Sud du Royaume. Ainsi que la première faculté de médecine au niveau des provinces du Sud (257 millions DH) et qui s’étend sur une superficie de 10 hectares, dont 22.900 m2 couverts, Ce modèle de développement qui prévoit aussi la réalisation d’un aménagement hydro-agricole sur une superficie de 1.000 ha dans la province de Boujdour, constitue un projet ambitieux et moderne contribuant indéniablement aux efforts de mise en valeur agricole des terres sahariennes dans les provinces du sud du Royaume. Le projet mobilise une enveloppe budgétaire d’environ 465 millions de dirhams avec l’objectif de promouvoir la production végétale et animale.

Ainsi les projets d’énergie renouvelable dans cette région du Royaume sont très prometteurs, dont les centrales solaires Noor Laâyoune (1) et Noor Boujdour (1) qui avaient été exploitées en 2018 avec une capacité totale de 100 mégawatts. Plusieurs champs de production d’énergie éolienne ont été lancés à Tarfaya (300 mégawatts), Foum El Oued (50 mégawatts), et Akhfennir (100 mégawatts). Et ce n’est pas fini. D’autres projets avec une capacité de 800 mégawatts sont dans le pipe.

A cela s’ajoute la construction d’un nouveau complexe industriel pour la production d’engrais (16,8 MMDH), ainsi que la construction d’une Technopole à Foum El Oued (2 MMDH) qui abrite l’Université multidisciplinaire Mohammed VI de Laâyoune, un lycée d’excellence et un centre de qualification des compétences.

]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/laayoune-sakia-el-hamra-une-region-qui-prend-de-lampleur-2/feed 0