Une – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Thu, 29 Oct 2020 15:25:22 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.1 Registre social unique : Où en est le projet actuellement ? https://aujourdhui.ma/societe/registre-social-unique-ou-en-est-le-projet-actuellement https://aujourdhui.ma/societe/registre-social-unique-ou-en-est-le-projet-actuellement#respond Thu, 29 Oct 2020 16:30:54 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359181

Le système de protection sociale au Maroc a été développé de manière fragmentée. Il est caractérisé par des chevauchements et des dysfonctionnements qui portent atteinte à son efficacité avec plus de 100 programmes de soutien et de protection sociale, allant des transferts universels (subvention farine, sucre et gaz butane) aux mécanismes de protection ciblant certaines ...]]>

Le système de protection sociale au Maroc a été développé de manière fragmentée.

Il est caractérisé par des chevauchements et des dysfonctionnements qui portent atteinte à son efficacité avec plus de 100 programmes de soutien et de protection sociale, allant des transferts universels (subvention farine, sucre et gaz butane) aux mécanismes de protection ciblant certaines catégories de population (RAMED, DAAM, Tayssir, aides scolaires…). Ces différents programmes ont montré de nombreuses lacunes dans la mesure où ils se caractérisent par un manque de synchronisation et de cohérence. Durant toutes ces années, ils n’ont pas réussi à cibler de manière efficace des catégories effectivement éligibles.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement travaille actuellement sur la mise en place d’un dispositif universel des ménages, plus équitable, plus efficace, plus efficient et plus intégré. Signalons que le dahir n 1-20-77 du 8 août 2020 portant promulgation de la loi n° 72-18 relative au dispositif de ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social et portant création de l’Agence nationale des registres a été publié au BO n° 6908 du 13 août 2020. En vertu de cette loi, le dispositif de ciblage universel des ménages repose sur trois piliers à mettre en place : le Registre social unifié, le Registre national de la population (RNP) et l’Agence nationale des registres (ANR).

Le RSU est en cours de développement pour une opérationnalisation à partir de 2022. Il s’appuiera sur la gateway gouvernementale pour les échanges de données avec son écosystème (administrations et institutions publiques, dont l’Agence du développement du digital), notamment pour la vérification des données socio-économiques déclarées pour le scoring. La mise en œuvre du RSU s’effectuera en premier lieu dans le site pilote dont le démarrage est prévu au niveau de la région de Rabat-Salé-Kénitra. La généralisation du RSU interviendra entre 2023 et 2025 dans l’ensemble des régions du Royaume. S’agissant de la formule de scoring, qui permettra l’identification des ménages éligibles aux différents programmes d’appui social et d’aides directes, le Haut-Commissariat au Plan (HCP), en partenariat avec la Banque mondiale, avait lancé en décembre 2019 une enquête-échantillon sur la consommation et les dépenses des ménages pour ajuster les coefficients de la formule de scoring sur un échantillon de 3.620 ménages. S’agissant des prochaines étapes, il est prévu au niveau du cadre juridique la promulgation de la loi n° 72-18 et sa publication au BO, la finalisation des textes réglementaires d’application de la loi et le suivi et la coordination des amendements des textes juridiques des programmes sociaux. Au niveau de la composante RNP, il est prévu de démarrer la mise en œuvre du SI-RNP et d’aménager et équiper les centres de service aux citoyens. Au niveau de la composante RSU, il est prévu de finaliser les travaux sur les impacts RSU sur les programmes sociaux pilotes et valider la formule de scoring et de suivre et coordonner les prérequis de l’interopérabilité entre le RSU et son écosystème (Agence de développement du digital, administrations…).

Au niveau du chantier ANR, la prochaine étape portera sur la création de l’Agence nationale des registres. Enfin, il est prévu de relancer l’appel d’offres pour l’élaboration de la stratégie de communication du dispositif d’identification et de ciblage RNP/RSU.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/registre-social-unique-ou-en-est-le-projet-actuellement/feed 0
Efficacité énergétique : L’AMEE consacre l’exemplarité de l’État https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-energetique-lamee-consacre-lexemplarite-de-letat https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-energetique-lamee-consacre-lexemplarite-de-letat#respond Thu, 29 Oct 2020 16:00:09 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359158

En scellant 3 conventions de partenariat avec deux institutions publiques L’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE) apporte son appui technique à deux organismes étatiques. L’Agence vient en effet de signer deux conventions de partenariat avec le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports et une avec la Trésorerie générale du Royaume, les ...]]>

En scellant 3 conventions de partenariat avec deux institutions publiques

L’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE) apporte son appui technique à deux organismes étatiques. L’Agence vient en effet de signer deux conventions de partenariat avec le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports et une avec la Trésorerie générale du Royaume, les accompagnant ainsi à intégrer des mesures d’efficacité énergétique dans leurs bâtiments. Ce partenariat permettra ainsi aux deux institutions de réaliser des économies d’énergie et de promouvoir la mobilité durable. Cette démarche qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’exemplarité de l’État permet aux signataires de se lancer dans une réelle politique d’efficacité énergétique à la fois sur le plan technologique et comportemental.

Elle s’inscrit, par ailleurs, dans le cadre des initiatives de réduction de leur empreinte carbone. «L’État doit montrer l’exemple et mettre en œuvre dans ses propres bâtiments et services les mesures de l’efficacité énergétique. L’opérationnalisation de l’efficacité énergétique est aujourd’hui un outil privilégié de bonne gouvernance et il est incontournable pour la réduction de la facture énergétique mais aussi des émissions de gaz à effet de serre. Ce genre d’initiative a pour finalité d’asseoir les fondements et les conditions favorables pour assurer la transition vers une économie verte et inclusive», explique à cet effet Said Mouline, directeur général de l’AMEE. Et de préciser que «cette convention matérialise l’engagement de l’Agence pour le déploiement de solutions d’efficacité énergétique dans les établissements publics, en accord avec les priorités nationales qui visent à faire de l’exemplarité de l’État un levier pour la mise en œuvre de la stratégie énergétique du Royaume».

Lesdites conventions sont axées essentiellement sur des actions permettant l’assistance aux partenaires dans la réalisation des diagnostics énergétiques des bâtiments mais également de la flotte des véhicules. Une assistance technique à la mise en œuvre des recommandations de ces diagnostics sera ensuite réalisée. En outre, l’AMEE assurera des sessions de formations et de sensibilisation des cadres concernés dans le domaine de l’efficacité énergétique particulièrement dans les secteurs du bâtiment durable et de l’éco-conduite. Il est à rappeler que les priorités du Plan de l’exemplarité de l’État à l’horizon 2021 portent, entre autres, sur l’encouragement et l’utilisation des énergies renouvelables et des technologies de la gestion rationnelle ou de l’efficacité énergétique, et ce à travers la réduction de la consommation d’énergie au kilowattheure de moins de 10% en 2020, et 20% de réduction en 2021. Ce plan propose également d’augmenter de 30% la part des voitures écologiques (hybrides ou électriques) du parc de l’État tout en réduisant la consommation de carburant d’environ 10% en 2020 et de moins de 15% en 2021.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-energetique-lamee-consacre-lexemplarite-de-letat/feed 0
Covid-19 : Le Maroc est le 2ème pays d’Afrique le plus contaminé https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-le-maroc-est-le-2eme-pays-dafrique-le-plus-contamine https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-le-maroc-est-le-2eme-pays-dafrique-le-plus-contamine#respond Thu, 29 Oct 2020 15:30:51 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359175

Le taux d’incidence hebdomadaire est passé de 51,7 à 64,2 pour 100.000 habitants Durant les deux dernières semaines, le taux d’incidence hebdomadaire au niveau national est passé de 51,7 à 64,2 pour 100.000 habitants. C’est ce qui ressort des dernières statistiques bimensuelles du ministère de la santé qui ont été présentées par le chef de ...]]>

Le taux d’incidence hebdomadaire est passé de 51,7 à 64,2 pour 100.000 habitants

Durant les deux dernières semaines, le taux d’incidence hebdomadaire au niveau national est passé de 51,7 à 64,2 pour 100.000 habitants. C’est ce qui ressort des dernières statistiques bimensuelles du ministère de la santé qui ont été présentées par le chef de division des maladies transmissibles, Abdelkrim Meziane Belfkih, à la Direction de l’épidémiologie et lutte contre les maladies. Six régions affichent un taux d’incidence de plus de 50 cas pour 100.000 habitants, à savoir Casablanca-Settat, l’Oriental, Rabat-Salé-Kénitra, Souss-Massa, Laâyoune-Sakia El Hamra, Dakhla-Oued Eddahab. Pour ce qui est des autres régions, il est à noter que Marrakech-Safi, Guelmim-Oued Noun, Darâa-Tafilalet et Beni Mellal-Khenifra restent stables à 20-50 cas pour 100.000 habitants. Seule la région de Fès-Meknès enregistre moins de 20 cas/100.000 habitants.

Selon le dernier bilan mensuel, le taux de reproduction de la Covid-19 au Maroc se stabilise autour de 1,08 et dépasse 1 dans dix régions. Le responsable a rappelé que le Maroc a enregistré “un chiffre record” des cas de contaminations dépassant les 4.000 en une seule journée et ce, trois fois successivement, ainsi que 73 cas de décès pour la première fois en 24 heures. Le nombre de cas de coronavirus enregistrés jusqu’au 26 octobre a atteint 199.745 cas, soit 550 cas en moyenne pour 100.000 habitants, tandis que celui des décès a grimpé pour atteindre 3.373 cas, soit un taux de létalité de 1,7%, a-t-il précisé, ajoutant que le taux de rémission avoisine 83,1% avec 165.922 personnes rétablies. S’agissant des décès, M. Meziane Belfkih a précisé que le taux de décès a augmenté d’environ 50% (de 499 pendant la première phase à 737 cas durant la troisième phase). En ce qui concerne l’évolution hebdomadaire du nombre de tests, le responsable a relevé que les chiffres et les indicateurs montrent que le Maroc continue à occuper la deuxième place en Afrique et la 31ème au niveau mondial, avec plus de 166.000 tests par semaine, soit une moyenne quotidienne de 23.700 tests. Le taux de positivité des tests fait apparaître une tendance à la hausse lors des deux dernières semaines en passant de 11% à 15,15%.

Le Maroc se classe 32ème à l’échelle planétaire et 2ème en Afrique du point de vue du nombre de contaminations. Le Royaume se positionne à la 36ème place mondialement et 3ème en Afrique pour ce qui est du nombre des décès. Il est aussi 31ème au niveau international et 2ème au plan continental en termes de nombre de tests.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/covid-19-le-maroc-est-le-2eme-pays-dafrique-le-plus-contamine/feed 0
Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l’art contemporain emporté par la Covid-19 https://aujourdhui.ma/actualite/mohamed-melehi-est-decede-mercredi-un-pionnier-de-lart-contemporain-emporte-par-la-covid-19 https://aujourdhui.ma/actualite/mohamed-melehi-est-decede-mercredi-un-pionnier-de-lart-contemporain-emporte-par-la-covid-19#respond Thu, 29 Oct 2020 15:25:22 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359186

Le Coronavirus s’est emparé de l’âme de l’artiste-peintre Mohamed Melihi. Admis récemment en réanimation intensive à l’Hôpital Ambroise Paré (près de Paris), il a succombé, mercredi, à la Covid-19 après l’avoir contracté lors d’un séjour dans une clinique parisienne pour y subir une intervention chirurgicale spécifique. Le destin en a voulu ainsi après 84 ans ...]]>

Le Coronavirus s’est emparé de l’âme de l’artiste-peintre Mohamed Melihi. Admis récemment en réanimation intensive à l’Hôpital Ambroise Paré (près de Paris), il a succombé, mercredi, à la Covid-19 après l’avoir contracté lors d’un séjour dans une clinique parisienne pour y subir une intervention chirurgicale spécifique. Le destin en a voulu ainsi après 84 ans pleins de vie et de passion pour l’art. Une disparition qui a endeuillé la scène artistique. « Le monde de l’art est triste. Melehi nous a quitté », s’exprime le président de la fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi, sur sa page officielle Facebook à propos de la disparition de l’artiste né en 1936 à Asilah. «Une grande perte, profonde tristesse», indique, de son côté, le designer marocain, Hicham Lahlou, sur son compte officiel en considérant le regretté comme «pionnier».

En tant que chef de file de la modernité marocaine et artiste cosmopolite, Mohamed Melihi a, à travers son œuvre, contribué à façonner l’esthétique des réseaux artistiques postcoloniaux et panarabes à travers ses expérimentations géométriques, la révolution culturelle opérée avec l’École de Casablanca mais aussi son travail de photographe, éditeur, designer, affichiste et muraliste. Ses créations artistiques ont fait l’objet de nombreuses expositions dans le monde entier et plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées.

Mieux encore, Mohamed Melihi s’impose depuis quelques temps comme étant le principal représentant encore vivant, à l’international, de l’art contemporain marocain. Considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne, Mohamed Melehi, également président de l’Association Marocaine Des Arts Plastiques (AMAP), n’a cessé de militer dans le domaine culturel et associatif, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger, pour défendre l’Art Moderne au Royaume.

A lui seul, son art a pu se frayer un chemin au niveau mondial malgré la conjoncture difficile de la Covid. En avril dernier, une œuvre du défunt a été adjugée à plus de 5 millions de dirhams. Un record qu’il a battu aux enchères de Sotheby’s de Londres consacrées à l’art moderne contemporain en Afrique et au Moyen-Orient. D’une valeur entre 692.625 et 818 557 dirhams, l’œuvre a été acquise virtuellement à 5 024 683 dirhams. Parmi 71 œuvres de 48 artistes mises aux enchères, une œuvre de Mohamed Melehi a remporté les plus grosses enchères de cette vente. Appelée « The Blacks », cette toile a été réalisée en 1963 à New York lorsque l’artiste marocain résidait dans cette ville américaine. Une œuvre d’une valeur ajoutée pour le palmarès grandiose de l’artiste défunt.

]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/mohamed-melehi-est-decede-mercredi-un-pionnier-de-lart-contemporain-emporte-par-la-covid-19/feed 0
Nouvelles technologies : Sony Moyen-Orient et Afrique lève le voile sur sa nouvelle gamme 2020 de téléviseurs https://aujourdhui.ma/high-tech/nouvelles-technologies-sony-moyen-orient-et-afrique-leve-le-voile-sur-sa-nouvelle-gamme-2020-de-televiseurs https://aujourdhui.ma/high-tech/nouvelles-technologies-sony-moyen-orient-et-afrique-leve-le-voile-sur-sa-nouvelle-gamme-2020-de-televiseurs#respond Thu, 29 Oct 2020 15:00:43 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359154

Sony Moyen-Orient et Afrique vient de dévoiler sa toute nouvelle gamme 2020 de téléviseurs. Les tout nouveaux téléviseurs LED 4K X95H, X90H, X75H et X80H sont équipés de Android 9 Pie, mais aussi du processeur d’images X1 développé par Sony. Cette nouvelle gamme se compose de téléviseurs de 49 pouces en 4K. Selon les responsables ...]]>

Sony Moyen-Orient et Afrique vient de dévoiler sa toute nouvelle gamme 2020 de téléviseurs.

Les tout nouveaux téléviseurs LED 4K X95H, X90H, X75H et X80H sont équipés de Android 9 Pie, mais aussi du processeur d’images X1 développé par Sony. Cette nouvelle gamme se compose de téléviseurs de 49 pouces en 4K. Selon les responsables de la marque, la nouvelle gamme de téléviseurs de Sony optimise radicalement l’expérience des consommateurs. La nouvelle génération de téléviseurs se définit par une expérience de visionnage complètement personnalisée, immersive et ultra-réaliste.

Sony a d’ailleurs tenu à ce que ces éléments soient placés au cœur du processus de développement de ces nouveaux téléviseurs. Le processeur d’images Sony X1 fournit une qualité d’image qui est à la fois ultime, claire et précise, permettant ainsi aux clients de bénéficier d’une expérience de visionnage «extraordinairement réaliste». Les nouveaux téléviseurs Sony donnent également accès à un mode Netflix parfaitement calibré. Le contenu Netflix est ainsi délivré en qualité studio et apporte une expérience de divertissement «extraordinairement immersive».

]]>
https://aujourdhui.ma/high-tech/nouvelles-technologies-sony-moyen-orient-et-afrique-leve-le-voile-sur-sa-nouvelle-gamme-2020-de-televiseurs/feed 0
L’AMMC sensibilise autour de l’accès au marché https://aujourdhui.ma/economie/lammc-sensibilise-autour-de-lacces-au-marche https://aujourdhui.ma/economie/lammc-sensibilise-autour-de-lacces-au-marche#respond Thu, 29 Oct 2020 14:00:06 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359152

Comment se forger une culture financière ? La culture financière reste inaccessible pour une grande partie de la population. En effet, gérer son propre argent et faire fructifier ses économies s’acquiert en améliorant ses connaissances dans la finance. Pour combler ce déficit l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) parie sur l’éducation financière, à travers ...]]>

Comment se forger une culture financière ?

La culture financière reste inaccessible pour une grande partie de la population. En effet, gérer son propre argent et faire fructifier ses économies s’acquiert en améliorant ses connaissances dans la finance. Pour combler ce déficit l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) parie sur l’éducation financière, à travers la mise en place de nouveaux canaux digitaux. Elle ambitionne de renforcer la culture financière auprès des citoyens pour les aider à gérer leur épargne et à mieux accéder aux financements via les marchés financiers.

Enjeux

«C’est un sujet important porteur d’enjeux stratégiques et que le Maroc place parmi ses grandes priorités. En effet, une stratégie nationale d’inclusion financière a été mise en place en 2018 et à laquelle l’AMMC prend part aux côtés du ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration, Bank Al-Maghrib et d’autres acteurs publics et privés. Sous l’impulsion des autorités marocaines, un chantier d’envergure mobilise aujourd’hui les acteurs de l’écosystème pour identifier et lever les obstacles à l’inclusion financière et offrir aux différents segments de la population des solutions innovantes et adaptées, et ce pour améliorer leur capacité financière et faciliter l’accès à un plus grand choix d’instruments», explique Nezha Hayat, présidente de l’AMMC, lors d’un webinaire organisé le 27 octobre 2020 dans le sillage de la 4ème édition de la semaine de la Word Investor Week (WIW). Cet événement intervient dans le cadre particulier de la crise sanitaire qui a mis sur le devant de la scène le rôle que pourrait jouer le digital dans l’inclusion financière. «Si la crise sanitaire que nous traversons est venue rappeler l’importance stratégique de ce sujet de société, elle a également révélé encore plus nettement les opportunités que peut offrir la finance numérique dans plusieurs domaines», relève Nezha Hayat, faisant référence au paiement mobile et au crowdfunding.

Le développement financier stimule la croissance économique

Prenant part à ce webinaire, Najat El Mekkaoui De Freitas, enseignante-chercheuse à l’Université Paris Dauphine, a axé son intervention sur l’impact positif de l’inclusion financière sur le développement et la croissance. Au Maroc, le taux d’inclusion reste assez faible puisque 28% des adultes détiennent un compte dans une institution financière (Findex 2017), observe l’experte. «Le Maroc a fait un certain nombre de progrès remarquables en matière d’inclusion financière mais n’a pas réussi à étendre le caractère inclusif de son système financier à certaines catégories de la population (les femmes, les jeunes et les populations vivant en milieu rural)», indique-t-elle.

La spécialiste a également rappelé les mesures qui ont été mises en place par le pays depuis 2013 pour améliorer l’inclusion financière. Suite à ces différentes politiques, il y a eu le développement de nouveaux produits et de nouveaux services (produits d’épargne de long terme, Mobicash pour le transfert d’argent et le paiement par téléphone mobile, portefeuilles mobiles), le développement de nouveau marché (marché à terme d’instruments financiers), développement de filiale bancaire (comme Al Barid Bank), et un nouveau cadre législatif régissant l’activité des banques participatives. Lors de son intervention la spécialiste explique par ailleurs que l’inclusion financière repose sur 3 piliers essentiels : l’accessibilité, la disponibilité et l’utilisation (pour les particuliers et les entreprises de produits et services financiers adaptés à leurs besoins).

«Sur le plan mondial, lorsque les taux d’inclusion financière sont calculés à partir de ces trois critères, nous observons que la région Maghreb et Moyen-Orient est l’une dans lesquelles les taux d’inclusion financière sont les plus faibles», précise-t-elle ajoutant que l’exclusion financière est associée à la pauvreté, au chômage et aux inégalités et touche essentiellement les ménages, les TPE et les PME. Environ 1,7 milliard d’individus et 200 millions d’entreprises dans le monde n’ont pas accès aux crédits et produits d’épargne, selon les statistiques de la Banque mondiale. L’accès à un grand nombre de produits financiers permet : un lissage de choc de cycle de vie (maladies ou baisse de revenus), la réduction des inégalités de revenus (l’accès aux crédits réduit l’inégalité de revenus), et favorise la participation au tissu productif.

Outils de financement

Pour sa part, Rajae Aboulaich, professeur à l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (Université Mohammed V), s’est arrêté sur les grands leviers actuels pour l’inclusion financière, à savoir : la Fintech, l’économie collaborative et la finance participative. «Il est clair qu’on assiste à un grand essor de l’économie financière grâce au développement du numérique», précise-t-elle. Durant ces dernières années le Maroc a connu certaines évolutions comme le m-wallet qui a été lancé en 2018 par Bank Al-Maghrib et l’ANRT.

Le démarrage effectif du marché du paiement mobile n’a eu lieu qu’en 2020 avec la mise en place aussi du groupement du paiement mobile. En termes de chiffres, le nombre de mobiles portefeuilles a atteint 922.575 (m-wallet) à fin juin 2020 contre 539.984 fin mars 2020. Il en ressort que le confinement et les mesures sanitaires ont boosté l’utilisation de ces moyens de paiement. Pour ce qui est de l’économie collaborative, le crowdfunding représente un potentiel considérable pour les startups, les TPE et les associations. Actuellement, le cadre légal pour la mise en place de ce type de financement est dans le circuit législatif. Par ailleurs, le financement collaboratif via les associations est assez développé dans le pays, fait remarquer Rajae Aboulaich.

Concernant le financement participatif, le Maroc dispose d’une palette d’offres pour les jeunes et les porteurs de projets tels que les produits Salam, Moucharaka, Istisnaa. «Au Maroc, la finance participative est très jeune, les banques participatives ont commencé par le mode de financement le plus simple et le plus sollicité par les clients «Al Mourabaha», explique l’experte ajoutant que l’offre de produits de financement est encore à l’état embryonnaire.

Promotion de l’éducation financière à travers la World Investor Week (WIW)

Pour la quatrième année consécutive, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) prend part à la World Investor Week (WIW), campagne internationale initiée par l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) pour la promotion de l’éducation financière du grand public. L’Autorité rejoint dans cette démarche plus de 90 régulateurs à travers la planète. Elle est célébrée chaque année durant les mois d’octobre et novembre. Notons que l’AMMC a récemment développé des outils digitaux (application mobile) destinés à l’amélioration de la culture financière auprès du grand public.

 

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/lammc-sensibilise-autour-de-lacces-au-marche/feed 0
Aïd Al Mawlid : Tanger sur le qui-vive https://aujourdhui.ma/societe/aid-al-mawlid-tanger-sur-le-qui-vive https://aujourdhui.ma/societe/aid-al-mawlid-tanger-sur-le-qui-vive#respond Thu, 29 Oct 2020 13:19:57 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359177

De nouvelles mesures appliquées après les dernières hausses de cas de Covid-19 A l’instar des autres villes voisines telles que Tétouan et M’diq, les autorités locales de Tanger ont décidé de durcir de nouveau les restrictions sanitaires pour éviter le rebond de contaminations à la Covid-19 pendant la période des fêtes de l’Aïd Al Mawlid. ...]]>

De nouvelles mesures appliquées après les dernières hausses de cas de Covid-19

A l’instar des autres villes voisines telles que Tétouan et M’diq, les autorités locales de Tanger ont décidé de durcir de nouveau les restrictions sanitaires pour éviter le rebond de contaminations à la Covid-19 pendant la période des fêtes de l’Aïd Al Mawlid. D’autant plus qu’après une accalmie de près de deux mois ayant permis de garder la situation sous contrôle, la capitale du Nord s’est positionnée, mardi 27 octobre, en tête des communes les plus touchées de la région, selon les données du ministère de la santé. Sur un total de 245 contaminations, ces mêmes 24 heures, dans le Nord, 88 cas positifs ont été enregistrés à Tanger contre 79 à Tétouan. Se relayant cette dernière semaine au sommet de classement en termes de cas d’infection, les deux villes ont été suivies par Al Hoceima (34 cas), M’diq-Fnideq (18 cas), Ouezzane (14 cas), Larache (7 cas) et Chefchaouen (5 cas). Avec les dernières hausses de contaminations à la Covid-19 enregistrées presque quotidiennement, la population tangéroise craint de voir le nombre de contaminations dépasser la barre des 100 cas positifs pouvant ainsi entraîner une grave situation épidémiologique sur le territoire urbain.

Haute surveillance et vigilance à partir de la veille de l’Aïd

Pour éviter la propagation de la pandémie dans ses quatre arrondissements, Tanger est placée à partir de la de la veille de l’Aïd Al Mawlid (mercredi 28 octobre) sous haute surveillance avec l’entrée en vigueur de nouvelles restrictions, prévues de durer jusqu’au 11 novembre. Ainsi, la fermeture des cafés et des commerces est fixée à 22 heures. Les représentants de ces différents types de commerces sont tenus de respecter les restrictions sanitaires en vigueur (distanciation physique, port du masque aussi bien pour le personnel que les clients, nettoyage et désinfection des lieux, …). A titre exemple et pour éviter de grands rassemblements sur les lieux, les matchs de football et les autres manifestations sportives ne sont pas autorisées à être diffusés dans les cafés. L’ouverture des souks et des marchés de proximité est limitée à 17 heures. Alors que celle des restaurants est fixée à 23 heures. Il a également été décidé le renforcement du contrôle à l’intérieur et à l’extérieur de la ville en vue d’y limiter les déplacements de la population en ce temps de crise sanitaire.

Sensibilisation dans les quatre arrondissements

Ces nouvelles restrictions sont accompagnées par le renforcement des opérations de sensibilisation à l’importance des mesures préventives et de sécurité pour contenir la pandémie sur le territoire urbain. Ces opérations de sensibilisation sont menées par les autorités locales en coordination avec les représentants de la société civile pour pouvoir éviter à Tanger de revivre le scénario de juillet avec des records de près de 430 cas positifs détectés ayant entraîné l’isolement de la ville pour éviter la propagation de l’épidémie dans les autres zones au Maroc. Ainsi, des éléments de la police, des forces de l’ordre, des Forces auxiliaires et des acteurs associatifs continuent de sillonner les quatre arrondissements de la ville. L’objectif principal de ces patrouilles est d’informer et sensibiliser la population sur la nécessité du port du masque de protection ainsi que le respect des gestes barrières et des règles d’hygiène en ce temps de crise sanitaire.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/aid-al-mawlid-tanger-sur-le-qui-vive/feed 0
Agriculture : Les prémices d’un bon cru s’annoncent https://aujourdhui.ma/economie/agriculture-les-premices-dun-bon-cru-sannoncent https://aujourdhui.ma/economie/agriculture-les-premices-dun-bon-cru-sannoncent#respond Thu, 29 Oct 2020 13:00:24 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359150

La tutelle table sur une hausse de production des différentes filières L’agriculture marocaine continue d’afficher une résilience. Les prévisions établies au titre de l’actuelle campagne démontrent la résistance du secteur à une conjoncture doublement difficile aussi bien sur le plan sanitaire que climatique. La récolte de cette année devrait s’inscrire en consolidation. L’ensemble des filières ...]]>

La tutelle table sur une hausse de production des différentes filières

L’agriculture marocaine continue d’afficher une résilience. Les prévisions établies au titre de l’actuelle campagne démontrent la résistance du secteur à une conjoncture doublement difficile aussi bien sur le plan sanitaire que climatique. La récolte de cette année devrait s’inscrire en consolidation. L’ensemble des filières verront leur production en amélioration par rapport à la campagne passée. Une confirmation faite par Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, lors de son oral, mardi 27 octobre, à la Chambre des conseillers. Les indicateurs dressés, lors de cette séance, confirment la bonne orientation du secteur et sa capacité d’adaptation aux aléas conjoncturels.

Et pour preuve : les agriculteurs ont réussi à maintenir la cadence de production en dépit du contexte difficile. «La valeur ajoutée de 4 filières agricoles, en l’occurrence les agrumes, les olives, le lait et l’aviculture correspond à celle de 33 millions de quintaux de céréales. Chaque année l’agriculture marocaine gagne, grâce à ces 4 filiales, un additionnel de 8 milliards de dirhams comparé à la situation avant l’entrée en vigueur du Plan Maroc Vert», indique le ministre. Ces acquis seront renforcés davantage dans le cadre du plan «Génération Green». La nouvelle feuille de route du secteur consolidera les attributs économiques et sociaux de l’agriculture marocaine. L’enjeu étant d’insuffler une nouvelle dynamique en termes de productivité, de compétitivité, de création d’emploi et d’amélioration des conditions des agriculteurs.

Plus de 1,6 million de quintaux de semences disponibles

A l’instar de chaque début de campagne, la tutelle n’a ménagé aucun effort pour garantir aux agriculteurs un bon déroulement de la saison agricole. Pour cette année, le ministère déclare avoir mobilisé 1,6 million de quintaux de semences au niveau de la société nationale Sonacos et 100.000 au niveau des opérateurs privés. Aziz Akhannouch a dans ce sens rappelé que l’État met en place un régime de commercialisation incitatif favorisant la collecte de la production nationale à des prix rémunérateurs au profit des producteurs. Le soutien de l’État va de 175 dirhams le quintal pour le blé tendre jusqu’à 325 dirhams le quintal pour l’orge. Le soutien pour le blé dur est de 200 dirhams le quintal. Il est à noter que le ministère a procédé au titre de la campagne précédente à la distribution de 6,2 millions de quintaux d’orge au profit d’un million d’éleveurs. A partir du mois prochain, la tutelle procédera à la programmation d’environ 1,3 million de quintaux supplémentaires sachant que 474.000 quintaux d’aliments composés ont été d’ores et déjà mis à la disposition des éleveurs de bétail.

Céréales d’automne : Près de 5 millions d’hectares programmés

En fonction de l’évolution des conditions climatiques, la tutelle procédera à la mise en œuvre d’un programme d’accroissement des céréales d’automne. La superficie concernée oscille entre 42.000 et 50.000 hectares. Il est à noter qu’une superficie d’environ 4,9 millions d’hectares de céréales d’automne est programmée, dont près de la moitié est réservée au blé tendre, contre 21% pour le blé dur et 33% pour l’orge. La superficie consacrée aux cultures fourragères s’élève pour sa part à 507.000 hectares. La superficie des cultures sucrières sera comprise entre 58.000 et 69.000 hectares et ce en fonction des disponibilités des eaux de barrages dans les régions. Pour ce qui est des légumes d’automne, la superficie qui leur a été consacrée est estimée à 105.000 hectares.

Un bon rendement des filières agricoles

Le département de l’agriculture s’attend dans ce sens à une reprise de la production des agrumes. Une dynamique tirée par la hausse de la production des nouvelles plantations introduites dans le cadre du Plan Maroc Vert. La performance attendue est estimée à 29%. De même, la production des olives devrait afficher une croissance à deux chiffres. La hausse prévue serait de 14% comparé à la campagne précédente. Se référant au ministre, cette prévision tient compte de l’impact positif des précipitations en avril et mai derniers. Les conditions climatiques auront également un impact positif sur la filière phoenicicole. Un record de production est attendu. Elle devrait ainsi croître de 4%. Un rendement également porté par le programme de plantation d’un 1 million de palmiers dattiers. Un dispositif qui démontre la pertinence de la diversification des productions qui se veut l’une des principales composantes du Plan Maroc Vert.

Les exportations des légumes sur un trend haussier

Les prévisions à l’export sont également prometteuses. Entre le 1er septembre au 21 octobre, le Maroc a exporté environ 15.600 tonnes d’agrumes. Les expéditions de légumes ont atteint sur la même période un volume de 82.902 tonnes, en amélioration de 24% par rapport à une année plus tôt. En termes de perspectives, le département de l’agriculture anticipe une hausse de 10% du volume des exportations des produits agroalimentaires comparé à la saison 2019-2020. La précédente campagne a permis au secteur de réaliser un chiffre d’affaires à l’export de 39,5 milliards de dirhams, en amélioration de 8% par rapport à 2018 et de 130% par rapport à 2010.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/agriculture-les-premices-dun-bon-cru-sannoncent/feed 0
Les éclaircissements de Abdelouafi Laftit https://aujourdhui.ma/societe/les-eclaircissements-de-abdelouafi-laftit https://aujourdhui.ma/societe/les-eclaircissements-de-abdelouafi-laftit#respond Thu, 29 Oct 2020 12:00:19 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359141

Vague de froid, événementiel, CRI, transferts de compétences et criminalité Les préparatifs pour faire face à la vague de froid et aux fortes intempéries dans les différentes régions du Maroc vont bon train. Un programme pluridisciplinaire a été finalisé portant ainsi sur une série d’actions pour être à la rescousse de pas moins de 1.753 ...]]>

Vague de froid, événementiel, CRI, transferts de compétences et criminalité

Les préparatifs pour faire face à la vague de froid et aux fortes intempéries dans les différentes régions du Maroc vont bon train. Un programme pluridisciplinaire a été finalisé portant ainsi sur une série d’actions pour être à la rescousse de pas moins de 1.753 douars relevant de 232 collectivités, soit une population d’environ 800.000 habitants répartie sur 27 provinces. Ce plan d’action porte sur l’approvisionnement en cas de fermeture de routes, la distribution de chauffages ainsi que sur les interventions par hélicoptère de la Gendarmerie royale et de la Santé publique et le soutien aux agriculteurs et éleveurs.

Ces détails ont été révélés par Abdelouafi Laftit, ministre de l’intérieur, lors d’une réponse à une question orale qui lui a été adressée mardi 27 octobre à la Chambre des conseillers. «Les interventions, destinées à faire face aux vagues de froid dans les domaines sanitaire, agricole et énergétique, sont renforcées par des actions sur le terrain des Forces armées royales», a-t-il précisé, annonçant par la même occasion l’élaboration d’un plan au profit des femmes enceintes dans les zones concernées. Le ministre de l’intérieur a également été interpellé quant à l’autorisation des manifestations culturelles dans ce contexte actuel. La réponse est claire : le redémarrage de cette branche d’activité n’est pas prévu dans l’immédiat. M. Laftit indique que ces activités ne seront pas autorisées sauf si l’on peut affirmer avec certitude qu’il n’y a pas de risques encourus de contamination, du fait que ces rassemblements représentent au niveau mondial les plus grands foyers de transmission de la Covid-19.

Interrogé sur le rôle des CRI et leur nouvelle réorganisation amorcée depuis le début de cette année. M. Laftit a souligné que la cadence de travail des ces centres a été ralentie par la pandémie. S’agissant du transfert de compétences propres des régions, le ministre a déclaré que le «processus sera effectif avant la fin de l’année en cours». Et de poursuivre que «le ministère œuvre de concert avec les associations des régions du Maroc en vue d’accompagner et de mener à bien ce transfert dans les meilleurs délais». S’agissant des programmes de développement régional, il a rappelé que sur un total de 12 programmes, 11 ont été approuvés à ce jour. La question de la violence et de la criminalité a également été soulevée. A ce propos, M. Laftit a annoncé l’arrestation de 220.000 individus au cours du premier semestre 2020, dont 12.000 mineurs. Le ministre indique par ailleurs que les éléments de la Gendarmerie royale ont déféré, durant la même période, 36.000 individus devant la justice, parmi eux 1.721 mineurs.
Des chiffres qui, selon le ministre, montrent le rôle joué par les services de sécurité dans la lutte contre la criminalité.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/les-eclaircissements-de-abdelouafi-laftit/feed 0
MCA-Morocco prolonge les dates de préparation des offres https://aujourdhui.ma/economie/mca-morocco-prolonge-les-dates-de-preparation-des-offres https://aujourdhui.ma/economie/mca-morocco-prolonge-les-dates-de-preparation-des-offres#respond Thu, 29 Oct 2020 11:30:15 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=359138

Aménagement et gestion de trois zones industrielles dans la région Casa-Settat De nouvelles dates sont annoncées par l’Agence MCA-Morocco pour l’appel à partenariat relatif à l’aménagement, le développement et la gestion de trois zones industrielles dans la Région Casablanca-Settat. Cette initiative répond à un modèle de partenariat public privé (PPP). Ainsi, suite aux demandes formulées ...]]>

Aménagement et gestion de trois zones industrielles dans la région Casa-Settat

De nouvelles dates sont annoncées par l’Agence MCA-Morocco pour l’appel à partenariat relatif à l’aménagement, le développement et la gestion de trois zones industrielles dans la Région Casablanca-Settat. Cette initiative répond à un modèle de partenariat public privé (PPP). Ainsi, suite aux demandes formulées par des candidats potentiels et compte tenu notamment des circonstances particulières liées à la pandémie «Covid-19» et de leur impact sur les conditions de préparation des offres, l’Agence MCA-Morocco précise que pour le projet de Bouznika, le délai de préparation des offres est prolongé de quatre semaines.

Le dépôt des offres est dorénavant prévu le jeudi 26 novembre 2020 à 12 heures. En ce qui concerne les projets de Lakhyayta et Had Soualem, et compte tenu de leur spécificité, les quatre semaines seront l’occasion d’engager un dialogue avec les partenaires privés potentiels. «Ce dialogue visera une mise en perspective des opportunités d’adaptation du dossier d’appel d’offres pour qu’il soit au plus près des besoins des industriels», explique l’agence MCA-Morocco ajoutant qu’à la fin de ces 4 semaines de concertation, celle-ci décidera de la suite à donner aux propositions collectées, aussi bien en termes de délais de dépôt des offres que des ajustements à apporter aux projets pour répondre aux recommandations et propositions émises par les différents candidats potentiels rencontrés.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/mca-morocco-prolonge-les-dates-de-preparation-des-offres/feed 0