Une – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma Les articles du journal et toute l'actualité en continu Thu, 06 Oct 2022 16:59:16 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.9.4 https://aujourdhui.ma/wp-content/uploads/2016/02/favico.png Une – Aujourd'hui le Maroc https://aujourdhui.ma 32 32 Approbation en conseil de gouvernement d’un projet de décret portant ouverture de crédits supplémentaires au profit du budget général https://aujourdhui.ma/actualite/approbation-en-conseil-de-gouvernement-dun-projet-de-decret-portant-ouverture-de-credits-supplementaires-au-profit-du-budget-general https://aujourdhui.ma/actualite/approbation-en-conseil-de-gouvernement-dun-projet-de-decret-portant-ouverture-de-credits-supplementaires-au-profit-du-budget-general#respond Thu, 06 Oct 2022 16:59:16 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420138

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a approuvé le projet de décret n° 2.22.780 portant ouverture de crédits supplémentaires au profit du budget général, présenté par le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa. Ce projet intervient en vertu du contexte international turbulent marqué par les ...]]>

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a approuvé le projet de décret n° 2.22.780 portant ouverture de crédits supplémentaires au profit du budget général, présenté par le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaa.

Ce projet intervient en vertu du contexte international turbulent marqué par les répercussions persistantes de la pandémie et la hausse des prix, et compte tenu de la nécessité de prendre les mesures urgentes qui s’imposent pour faire face à cette conjoncture et limiter son impact sur les établissements publics, a indiqué le ministre délégué chargé des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Et de souligner qu’en application des dispositions de l’article 60 de la loi organique relative à la loi de finances, le gouvernement a décidé d’ouvrir des crédits supplémentaires d’un montant de 12 milliards de dirhams (MMDH).

Par ailleurs, M. Baitas a fait part de la décision de reporter le projet de décret n° 2.22.191 relatif aux services de la navigation aérienne, en vue de sa soumission à un conseil de gouvernement ultérieur.

]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/approbation-en-conseil-de-gouvernement-dun-projet-de-decret-portant-ouverture-de-credits-supplementaires-au-profit-du-budget-general/feed 0
Abderrahim Atmoun participe au Forum business en Pologne https://aujourdhui.ma/economie/abderrahim-atmoun-participe-au-forum-business-en-pologne https://aujourdhui.ma/economie/abderrahim-atmoun-participe-au-forum-business-en-pologne#respond Thu, 06 Oct 2022 15:22:32 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420116

L’ambassadeur a rencontré également le ministre polonais de l’agriculture et du développement rural L’ambassadeur du Royaume du Maroc en Pologne Abderrahim Atmoun a participé au Forum business du PAIH (Agence de développement et d’investissement en Pologne), tenu à Varsovie le 5 octobre 2022. En marge de ce Forum, une rencontre a été organisée entre le ...]]>

L’ambassadeur a rencontré également le ministre polonais de l’agriculture et du développement rural

L’ambassadeur du Royaume du Maroc en Pologne Abderrahim Atmoun a participé au Forum business du PAIH (Agence de développement et d’investissement en Pologne), tenu à Varsovie le 5 octobre 2022. En marge de ce Forum, une rencontre a été organisée entre le vice-président du PAIH Zdzislaw Sokal et le corps diplomatique africain accrédité en Pologne à l’initiative de l’ambassadeur, doyen du corps diplomatique africain. Lors de cette rencontre les responsables polonais ont réitéré l’intérêt croissant des entreprises polonaises envers le marché africain.

Cette rencontre a précédé le panel dédié au marché africain. Une présentation sur le marché marocain a été également déroulée à cette occasion. Par ailleurs, l’ambassadeur du Royaume en Pologne et Henryk Kowalczyk, ministre de l’Agriculture et du développement rural, ont eu une rencontre, le 4 octobre, à l’occasion de la réception annuelle de l’administration agricole et du secteur agricolo-alimentaire.

Atmoun a rencontré également M. Ryszard Bartosik, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’agriculture et du développement rural.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/abderrahim-atmoun-participe-au-forum-business-en-pologne/feed 0
Vidéo / Un nouveau siège de Glovo à Casablanca pour cibler l’Afrique https://aujourdhui.ma/videos/video-un-nouveau-siege-de-glovo-a-casablanca-pour-cibler-lafrique https://aujourdhui.ma/videos/video-un-nouveau-siege-de-glovo-a-casablanca-pour-cibler-lafrique#respond Thu, 06 Oct 2022 14:19:09 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420111

Glovo s’implante davantage au Maroc. Une forte installation qui coïncide avec le 4ème anniversaire de sa présence dans le Royaume que l’entreprise fête comme il se doit en présence du ministre de l’industrie et du commerce, Ryad Mezzour. Lors de cette célébration, cette structure, chapeautée par Oscar Pierre, a procédé à l’inauguration d’un nouveau siège ...]]>

Glovo s’implante davantage au Maroc. Une forte installation qui coïncide avec le 4ème anniversaire de sa présence dans le Royaume que l’entreprise fête comme il se doit en présence du ministre de l’industrie et du commerce, Ryad Mezzour.

Lors de cette célébration, cette structure, chapeautée par Oscar Pierre, a procédé à l’inauguration d’un nouveau siège à Casablanca. L’objectif étant, tel que le détaille l’entreprise de servir de hub régional pour offrir des services intégrés et superviser les opérations de Glovo en Afrique francophone, notamment la Tunisie et la Côte d’Ivoire.
A cette occasion, le ministre indique: «Ce projet illustre clairement l’attractivité du Royaume pour le secteur du e-commerce et pose le premier jalon de notre accord de partenariat signé en juin 2022». De son côté, le PDG et cofondateur de Glovo révèle: «Le du nouveau siège permettra en outre la mise en œuvre de nos engagements pour soutenir l’écosystème local, notamment dans le cadre de notre partenariat conclu avec le ministère qui a pour objectif d’accompagner la digitalisation du commerce de proximité notamment à travers le référencement de nouveaux commerçants au niveau de la plateforme et la création d’emploi à horizon 2025 ».
Depuis le lancement de ses activités en 2018, l’entreprise a, tel qu’elle le rappelle, compte actuellement pas moins de 6500 partenaires à travers le Royaume, dont 96% sont des PME locales.
Reportage : Chafik Arich
]]>
https://aujourdhui.ma/videos/video-un-nouveau-siege-de-glovo-a-casablanca-pour-cibler-lafrique/feed 0
Efficacité et sécurité hydriques : Les politiques publiques au cœur d’un symposium dédié à l’eau https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-et-securite-hydriques-les-politiques-publiques-au-coeur-dun-symposium-dedie-a-leau https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-et-securite-hydriques-les-politiques-publiques-au-coeur-dun-symposium-dedie-a-leau#respond Thu, 06 Oct 2022 10:30:33 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420069

La région de Casablanca-Settat reste fortement touchée par ce fléau, et ce compte tenu de sa densité et de sa particularité agricole. Le déficit hydrique dans ce territoire devrait en effet atteindre les 330 millions de mètres cubes d’ici 2025. L’efficacité et la sécurité hydriques ont été au cœur d’un symposium dédié à l’eau et ...]]>

La région de Casablanca-Settat reste fortement touchée par ce fléau, et ce compte tenu de sa densité et de sa particularité agricole. Le déficit hydrique dans ce territoire devrait en effet atteindre les 330 millions de mètres cubes d’ici 2025.

L’efficacité et la sécurité hydriques ont été au cœur d’un symposium dédié à l’eau et dont les travaux se sont déroulés mercredi 5 octobre à Casablanca. Cette rencontre a été une occasion pour discuter de la problématique de l’eau dans un contexte marqué par une forte sécheresse. L’idée étant d’échanger autour des politiques publiques engagées dans ce sens, de la gouvernance ainsi que du contrôle de cette ressource. «C’est une problématique importante. Elle va perdurer et devenir de plus en plus grave dans le futur. Il est très important qu’on puisse nous prémunir et prendre toutes les mesures qui s’imposent pour nous inscrire dans le cadre du plan national de l’eau. Il est aussi essentiel que les citoyens dans leur quotidien puissent également changer de comportement car, pour pouvoir faire face à cette situation, il est très important que tout le monde se mobilise et on y arrivera grâce à l’appui de tous», relève-t-on de Nizar Baraka, ministre de l’équipement et de l’eau. Le Maroc fait en effet partie des pays les plus exposés au stress hydrique. Il arrive 23ème sur un total de 165 pays.

Malgré les actions proactives engagées depuis des décennies au Maroc, le Royaume fait face, aujourd’hui, à de grands défis liés à l’eau. Une situation amplifiée par la vague de sécheresse qui s’est installée depuis 4 ans et qui atteint cette année un pic considérable. «Nous sommes dans une situation particulièrement critique puisque nous sommes à un niveau d’apport en eau par habitant qui tourne autour de 600 m3 par an, voire 500 m3 par an ce qui montre que nous sommes vers une tendance baissière qui doit être prise en compte au niveau des politiques publiques», assure le ministre. Et d’ajouter que «les niveaux de rétention des barrages restent très limités. La baisse d’apport en eau dépasse les 80% tandis que celle de la nappe phréatique est estimée à 6 mètres contre une moyenne de 3 mètres». Lors de son intervention, Nizar Baraka a passé en revue les principales actions engagées au niveau gouvernemental pour répondre aux enjeux de la protection et de l’efficacité hydriques. Le ministre a dans ce sens annoncé le démarrage imminent du transfert d’eau du bassin de Sebou vers le bassin du Bouregreg au niveau du barrage de Sidi Mohamed Ben Abdellah.

Ce projet intégré dans le cadre du programme 2020-2027 tend en effet à alimenter la ville de Rabat et éventuellement la ville de Casablanca après la connexion qui a été faite entre les pôles nord et sud de la métropole.
En effet, la région de Casablanca-Settat reste fortement touchée par ce fléau, et ce compte tenu de sa densité et de sa particularité agricole.
Le déficit hydrique dans ce territoire devrait en effet atteindre les 330 millions de mètres cubes d’ici 2025. «Il y a urgence à agir face à ce déficit. Si rien n’est fait, il atteindrait les 417 millions mètres cubes d’ici 2030», fait savoir Abdellatif Maazouz, président de la région Casablanca-Settat. Et d’assurer que «cette problématique est sérieusement prise en charge aux niveaux central, communal et provincial. Tous les moyens sont mobilisés pour y faire face, il ne faut tout de même pas être dépassé par la vitesse des évènements. La sécheresse prend de l’ampleur, d’où l’urgence d’accélérer ces programmes et les mettre en œuvre».

Du côté de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, son directeur général, Abderrahim El Hafidi, a indiqué lors de ce symposium que le modèle appliqué a atteint ses limites, notamment en matière de dépendance aux paramètres externes, en l’occurrence le changement climatique. «Nous sommes dans une variabilité immaîtrisable et dans un manque de visibilité qui nous poussent à nous interroger sur l’efficacité du modèle actuel et sur sa possibilité d’assurer un équilibre entre l’offre et la demande», indique le responsable. M. Hafidi a affirmé que l’Office œuvre en concertation avec le ministère de tutelle pour élaborer une réflexion qui sera soumise prochainement au gouvernement pour améliorer l’indépendance à cette variabilité et garantir la disponibilité de l’eau.
Il est à rappeler que le Maroc a mis sur les rails depuis 2020 un plan national de l’eau. Cette feuille de route a pour finalité de faire face à la raréfaction des ressources en eau d’ici 2050. Ce dispositif est fondé autour de trois piliers.

Citons dans ce sens la gestion de la demande en eau et la valorisation de cette ressource, le développement de l’offre et la préservation des ressources en eau, du milieu naturel et l’adaptation aux changements climatiques.

 

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/efficacite-et-securite-hydriques-les-politiques-publiques-au-coeur-dun-symposium-dedie-a-leau/feed 0
Le RNI soutient la baisse de l’IR https://aujourdhui.ma/politique/le-rni-soutient-la-baisse-de-lir https://aujourdhui.ma/politique/le-rni-soutient-la-baisse-de-lir#respond Thu, 06 Oct 2022 10:10:56 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420038

Une bonne entame pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens, selon le Bureau politique Le gouvernement a soumis un certain nombre de lois importantes au Parlement, telles que le projet de loi-cadre relatif à la charte d’investissement et le projet de la loi sur la réforme du système de santé. Le Bureau politique du Rassemblement ...]]>

Une bonne entame pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens, selon le Bureau politique

Le gouvernement a soumis un certain nombre de lois importantes au Parlement, telles que le projet de loi-cadre relatif à la charte d’investissement et le projet de la loi sur la réforme du système de santé.

Le Bureau politique du Rassemblement national des indépendants vient de tenir sa réunion, sous la direction du président du parti, Aziz Akhannouch. Au début de ses travaux, le Bureau politique a salué la diplomatie active menée par Sa Majesté le Roi, qui a permis de consolider le leadership du Royaume dans divers dossiers et à tous les niveaux et de renforcer la position stratégique que joue notre pays dans des domaines majeurs, comme la lutte contre le terrorisme et le renforcement de la sécurité et de la paix internationales ainsi que l’engagement dans les questions d’éducation et de développement.
Le Bureau politique s’est également félicité de la participation fructueuse de la délégation marocaine, conduite par le chef de gouvernement à la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, où elle a réussi à faire entendre la voix du Maroc sur un ensemble de questions et de défis dans le monde, comme le changement climatique, le stress hydrique, les enjeux de sécurité alimentaire et la transition énergétique. La même source a salué les efforts de la délégation en ce qui concerne la cause nationale, appelant toutes les forces vives à la mobilisation et la vigilance pour faire face aux ennemis de l’intégrité territoriale.

Interagissant avec le lancement d’un nouveau round de dialogue social entre le gouvernement et les partenaires sociaux, le Bureau politique a salué la démarche participative du gouvernement sur des réformes majeures telles que le dossier des retraites, le code du travail, la loi sur les syndicats et la loi sur le droit de grève. La direction du parti a également estimé que ce round constitue une opportunité pour discuter des questions d’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens, d’autant plus qu’il coïncide avec la préparation du projet de loi de Finances pour l’année 2023, soulignant que l’offre du gouvernement concernant la réduction de l’impôt sur le revenu constituera l’une des principales pistes pour renforcer le pouvoir d’achat des citoyens.
Le Bureau politique a été unanime concernant le rendement du gouvernement tout au long d’une année complète, caractérisée par le calme et la sobriété sans céder aux surenchères. Ils ont également estimé que le gouvernement et le Parlement ont consacré tous leurs efforts à jeter les bases nécessaires pour faire face aux crises d’une part, et préparer la concrétisation des engagements contenus dans le programme gouvernemental d’autre part.

S’agissant de la rentrée politique et parlementaire, le Bureau politique a estimé que ladite rentrée devrait se concentrer principalement sur les questions qui préoccupent les Marocains, d’autant plus que le gouvernement a soumis un certain nombre de lois importantes au Parlement, telles que le projet de loi-cadre relatif à la charte d’investissement et le projet de la loi sur la réforme du système de santé. Concernant la majorité gouvernementale, le RNI salue vivement l’engagement de l’ensemble des partis formant la majorité pour assurer la cohésion et l’harmonie gouvernementales.

Sur le plan organisationnel, le Bureau politique s’est félicité des résultats de l’Université d’été des jeunes dans sa quatrième session, dans la ville d’Agadir, avec la participation de plus de 5 000 jeunes femmes et hommes, traduisant une forte implication dans le débat au sujet d’un ensemble de questions d’actualité, comme l’Etat social, l’éducation, l’emploi, la protection sociale et l’amazigh. Une réussite qui consacre l’Université d’été à la jeunesse rniste comme le plus grand forum de jeunes dans le Royaume, tant par le nombre de participants que par l’encadrement.
Dans le même contexte, les membres du bureau ont salué la dynamique créée par le parti, grâce notamment aux organisations parallèles, notant le grand travail réalisé par la Fédération nationale des femmes du RNI. Enfin et conformément au statut du parti, et après avis du Bureau politique, il a été décidé de nommer Mustafa Almissouri comme coordonnateur de la circonscription parlementaire de Ghafsay dans la province de Taounate.

]]>
https://aujourdhui.ma/politique/le-rni-soutient-la-baisse-de-lir/feed 0
Conseil du gouvernement de ce jour – Les liens pour suivre en direct le point de presse du porte-parole à partir de 13h00 https://aujourdhui.ma/actualite/conseil-du-gouvernement-de-ce-jour-les-liens-pour-suivre-en-direct-le-point-de-presse-du-porte-parole-a-partir-de-13h00-2 https://aujourdhui.ma/actualite/conseil-du-gouvernement-de-ce-jour-les-liens-pour-suivre-en-direct-le-point-de-presse-du-porte-parole-a-partir-de-13h00-2#respond Thu, 06 Oct 2022 09:38:11 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420034

https://web.facebook.com/PPODGM   https://www.youtube.com/channel/UCvAxPpwj0k3Q6oPz-miDd7Q/featured  ]]>

https://web.facebook.com/PPODGM

 

https://www.youtube.com/channel/UCvAxPpwj0k3Q6oPz-miDd7Q/featured

 

]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/conseil-du-gouvernement-de-ce-jour-les-liens-pour-suivre-en-direct-le-point-de-presse-du-porte-parole-a-partir-de-13h00-2/feed 0
Tanger : Une station de dessalement de l’eau de mer en projet https://aujourdhui.ma/economie/tanger-une-station-de-dessalement-de-leau-de-mer-en-projet https://aujourdhui.ma/economie/tanger-une-station-de-dessalement-de-leau-de-mer-en-projet#respond Thu, 06 Oct 2022 09:14:37 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420025

Pour faire face à la baisse des réserves hydriques, aggravée par le retard des pluies Avec la baisse des réserves hydriques, aggravée par le retard des pluies, Tanger et sa région sont menacés d’une pénurie d’eau. A cet effet, la ville du détroit se prépare pour se lancer dans un nouveau projet de station de ...]]>

Pour faire face à la baisse des réserves hydriques, aggravée par le retard des pluies

Avec la baisse des réserves hydriques, aggravée par le retard des pluies, Tanger et sa région sont menacés d’une pénurie d’eau. A cet effet, la ville du détroit se prépare pour se lancer dans un nouveau projet de station de dessalement de l’eau de mer afin de pouvoir faire face à ce stress hydrique. Comme première étape de ce projet, quelque 22 millions de dirhams seront mobilisés pour assurer le financement des études de ce projet, et ce dans le cadre d’une convention de partenariat dont les dispositions viennent d’être approuvées, lundi 3 octobre, lors de la session ordinaire du conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CR-TTA) au titre du mois d’octobre 2022.

Dans les détails et comme il a été souligné lors de cette session, ce projet de dessalement de l’eau de mer rentre dans le cadre des mesures visant à lutter contre la rareté de l’eau dont souffre la région. L’objectif de cette convention de partenariat liant le CR-TTA au ministère de l’intérieur, l’Agence du bassin hydraulique du Loukkoss, le ministère de l’équipement et de l’eau et la wilaya de la région de TTA est de renforcer et de sécuriser l’alimentation en eau potable et industrielle à Tanger et sa région. Il jouera ainsi en faveur du système d’approvisionnement de la ville du détroit et les zones avoisinantes et leur adaptation au changement climatique.

Ayant déjà participé à plusieurs réunions pour discuter de la problématique des ressources en eau et l’émission de plusieurs recommandations à ce sujet, toutes les parties prenantes signataires auront pour mission de travailler ensemble en vue d’assurer la bonne marche de toutes les étapes à commencer par celles relatives aux études jusqu’à la livraison de ce chantier prévue en 2015. Ce partenariat permet la réalisation des études techniques et celles en environnement marin pour la réalisation de ce projet. Elles seront suivies d’autres études d’évaluation précédant la création de la future station, et ce conformément à la loi n° 86-12 relative aux contrats de partenariat public-privé.
Notons que dans ce même contexte, cette session ordinaire a connu l’examen et l’approbation de projet de convention pour la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des terrains du golf et des espaces verts dans les communes de Tanger, Asilah et Gzenaya (dans sa troisième tranche).

En plus de ces deux points approuvés, cette assemblée a été marquée par l’adoption du budget de la région (953,3 millions de dirhams) au titre de l’année 2023, permettant de contribuer au développement durable dans ses dimensions économique, sociale, culturelle et environnementale. Les conseillers ont également procédé lors de cette session à l’approbation d’autres projets de conventions de partenariat, dont celles pour la gestion de la Maison du développement durable à Tanger ainsi que la réhabilitation et le soutien des zones touchées par les incendies de forêt survenus pendant la précédente estivale sur le territoire régional.

]]>
https://aujourdhui.ma/economie/tanger-une-station-de-dessalement-de-leau-de-mer-en-projet/feed 0
Autoproduction de l’électricité : Le Maroc accélère https://aujourdhui.ma/actualite/autoproduction-de-lelectricite-le-maroc-accelere https://aujourdhui.ma/actualite/autoproduction-de-lelectricite-le-maroc-accelere#respond Thu, 06 Oct 2022 09:01:40 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420019

Projet de loi au Parlement, cartographie pour l’investissement privé… La future loi permettra aux investisseurs de produire de l’électricité pour l’autoconsommation avec la mise en place de systèmes réglementant l’autoproduction dans le cas de l’interconnexion avec les réseaux électriques. C’est probablement le premier projet de loi qui sera examiné après l’ouverture du Parlement. Il s’agit ...]]>

Projet de loi au Parlement, cartographie pour l’investissement privé…

La future loi permettra aux investisseurs de produire de l’électricité pour l’autoconsommation avec la mise en place de systèmes réglementant l’autoproduction dans le cas de l’interconnexion avec les réseaux électriques.

C’est probablement le premier projet de loi qui sera examiné après l’ouverture du Parlement. Il s’agit du projet de loi 82.21 relatif à l’autoproduction d’électricité. Un texte très attendu puisque les responsables veulent ouvrir la voie devant tous les investisseurs pour produire de l’électricité. Dans ce sens, une sous-commission parlementaire doit examiner le 18 octobre ledit texte. Il s’agit d’une décision prise par les parlementaires afin d’approfondir le débat et explorer toutes les pistes au sujet de ce chantier stratégique. En effet, la future loi permettra aux investisseurs de produire de l’électricité pour l’autoconsommation avec la mise en place de systèmes réglementant l’autoproduction dans le cas de l’interconnexion avec les réseaux électriques, à savoir le système de déclaration, le système de raccordement et le système d’autorisation.

Le but est de permettre, selon la tutelle, à toute personne physique ou morale de devenir autoproductrice. Toutefois, des voix se sont élevées parmi les professionnels du secteur pour introduire des amendements à la première mouture dans le but d’encourager plus d’investisseurs à effectuer le pas. C’est la raison pour laquelle la commission parlementaire permanente chargée des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants a créé une sous-commission. La réunion de cette dernière sera ainsi très attendue puisque les responsables veulent aller plus vite dans ce chantier. C’est d’autant plus vrai qu’un pas important vient d’être effectué il y a quelques jours avec l’entrée en vigueur d’une décision du ministère de la transition énergétique et du développement durable. Ce dernier vient de spécifier les nouvelles zones pour recevoir les sites de développement de projets de production électrique à base de l’énergie solaire.

Concrètement, la nouvelle répartition couvre la majeure partie du territoire national. La publication de cette cartographie intervient en application de la loi en vigueur prévoyant que les zones destinées à abriter des projets de développement de centrales pour la production d’électricité à partir des sources d’énergie solaire font l’objet de cartes topographiques à l’échelle 1/100000. Dans les détails, la nouvelle cartographie qui vient d’être publiée au Bulletin officiel englobe les régions du Nord ainsi que la côte méditerranéenne. Le zoning en question inclut une bonne partie du littoral atlantique, le Centre-Nord et le Centre-Sud, l’Oriental et les régions du Sud-Est du Royaume ainsi que l’ensemble du Sahara marocain.

Sur ce plan, les provinces marocaines du Sud sont appelées à jouer un rôle important sur ce chantier. Et pour cause. Le Sahara marocain ainsi que les provinces du Sud-Est offrent un potentiel énorme en matière d’énergie solaire, ce qui représente un atout majeur pour les investisseurs privés. Ces zones pourraient ainsi capter une partie considérable des futurs investissements dans les années à venir.

ANRE

Abdellatif Bardach, président de l’ANRE

La puissance installée en énergie électrique a augmenté de 116 mégawatts (MW) en 2021. Les propos émanaient de Abdellatif Bardach, président de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE), lors de sa présentation en juillet dernier du rapport annuel de l’ANRE devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement. «Cette hausse est la résultante de l’adoption d’autres sources d’énergies renouvelables telles que le parc éolien de Oualidia (36 MW) et les centrales solaires de Zagora et de Missour (40×2 MW)», avait-il expliqué. Et de rappeler que «l’année 2021 a également été marquée par le redémarrage d’une partie de la centrale thermique de Kénitra (75×3 MW)».

Concernant la production d’électricité, le responsable a relevé que les centrales électriques fonctionnant au charbon prévalent toujours puisqu’elles réalisent 67,6% de la production totale, à laquelle vient s’ajouter la production à base de diesel (2,6%) et de gaz (8,3%), soulignant qu’en 2021, la part de l’énergie thermique a dépassé 78% de la production globale. Par ailleurs, la part des énergies renouvelables s’est élevée à 19,5% du mix électrique, fait savoir le responsable qui affirme que les importations via les lignes d’interconnexion entre le Maroc et l’Espagne ont contribué à hauteur de 1,6% de l’énergie injectée.

Énergie

La Chambre des représentants avait adopté à l’unanimité, en mai dernier, le projet de loi 40-19 modifiant et complétant la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables et la loi 48-15 relative à la régulation du secteur de l’électricité et à la création de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité. Ce texte de loi ambitionne l’amélioration du climat des affaires, le renforcement de la transparence et la simplification de l’accès aux informations relatives aux opportunités d’investissement.

Ce cadre législatif a pour objectif de simplifier les procédures d’autorisation, de renforcer l’attractivité du secteur des énergies renouvelables pour les investisseurs nationaux privés et internationaux, ainsi que de sauvegarder les équilibres économiques et sociaux des acteurs publics du secteur de l’électricité. Il s’agit aussi de consolider l’intégration industrielle et de contribuer à l’émergence d’un tissu entrepreneurial et industriel national dans le domaine des technologies des énergies renouvelables.

]]>
https://aujourdhui.ma/actualite/autoproduction-de-lelectricite-le-maroc-accelere/feed 0
A travers des activités ludiques et diversifiées : L’écosystème aéronautique sensibilise les jeunes aux métiers du futur https://aujourdhui.ma/societe/a-travers-des-activites-ludiques-et-diversifiees-lecosysteme-aeronautique-sensibilise-les-jeunes-aux-metiers-du-futur https://aujourdhui.ma/societe/a-travers-des-activites-ludiques-et-diversifiees-lecosysteme-aeronautique-sensibilise-les-jeunes-aux-metiers-du-futur#respond Thu, 06 Oct 2022 08:00:54 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=419996

Le ministère de l’industrie et du commerce a organisé, mercredi à l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA) de Nouaceur, une journée de sensibilisation en faveur des jeunes élèves de la province dédiée à la découverte des métiers du futur dans le secteur de l’aérien. Initiée en partenariat avec la province de Nouaceur qui abrite la ...]]>

Le ministère de l’industrie et du commerce a organisé, mercredi à l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA) de Nouaceur, une journée de sensibilisation en faveur des jeunes élèves de la province dédiée à la découverte des métiers du futur dans le secteur de l’aérien.

Initiée en partenariat avec la province de Nouaceur qui abrite la plate-forme nationale de l’industrie aéronautique, le constructeur Boeing, le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas), l’ambassade des États-Unis au Maroc ainsi que l’ONG Anais, cette initiative vise à familiariser une soixantaine de jeunes avec les sciences de l’aérien, à travers des activités ludiques et diversifiées.

Intervenant dans une allocution vidéo diffusée à cette occasion, le ministre de l’industrie et du commerce, Ryad Mezzour, a souligné que le rayonnement à l’international de l’écosystème aéronautique marocain est aujourd’hui une réalité sous la conduite éclairée de SM le Roi, ajoutant que ses perspectives de développement ne cessent de s’accroître et les défis qu’il doit relever sont nombreux. Il s’agit tout particulièrement de réussir notre transition vers l’industrie 4.0 et notre positionnement sur des procédés complexes à forte valeur ajoutée. Dans cette marche vers l’excellence, l’élément humain reste l’un des piliers incontournables et le maillon fort dans le développement de l’industrie locale et nationale, a-t-il affirmé, notant que «cette initiative publique-privée est gagnante pour l’avenir de nos jeunes, de notre industrie et de nos territoires».

Pour sa part, le président du Gimas, Karim Cheikh, a expliqué qu’en partenariat avec l’Etat, le Groupement met l’accent sur les technologies avancées de l’Industrie 4.0, sur l’innovation, la R&D et la formation du capital humain et les jeunes de notre pays.

Il est donc impératif de nous impliquer dans le système d’Éducation-Formation pour assurer l’accès égal et équitable à l’école et à l’université pour tous nos enfants, mais également de leur garantir le droit à un enseignement de qualité, doté d’une forte attractivité et adapté aux besoins du marché de l’emploi.

]]>
https://aujourdhui.ma/societe/a-travers-des-activites-ludiques-et-diversifiees-lecosysteme-aeronautique-sensibilise-les-jeunes-aux-metiers-du-futur/feed 0
Impact https://aujourdhui.ma/editorial/impact https://aujourdhui.ma/editorial/impact#respond Thu, 06 Oct 2022 07:30:56 +0000 https://aujourdhui.ma/?p=420006

Les mesures prises par le gouvernement n’ont pas tardé à donner leurs fruits. Ainsi, l’agence de notation internationale S&P Global Ratings a confirmé la note du Maroc à «BB+» avec une perspective stable. Cette confirmation est le résultat de la politique menée ces derniers mois. Une agence internationale connue comme S&P prend en considération plusieurs ...]]>

Les mesures prises par le gouvernement n’ont pas tardé à donner leurs fruits. Ainsi, l’agence de notation internationale S&P Global Ratings a confirmé la note du Maroc à «BB+» avec une perspective stable.

Cette confirmation est le résultat de la politique menée ces derniers mois. Une agence internationale connue comme S&P prend en considération plusieurs facteurs, principalement la mise en œuvre d’un programme de réformes structurelles, avec un objectif affiché d’atteindre une croissance économique plus inclusive et une réduction progressive des déficits budgétaire et du compte courant. Cet effort n’a pas empêché l’Exécutif de lutter contre l’inflation importée.

Des mécanismes comme la suspension des droits de douane sur le blé ; le soutien aux professionnels du secteur du transport routier ; le plan d’urgence du secteur agricole ; ou encore l’ouverture de crédits supplémentaires pour couvrir les charges de compensation, ont été très efficaces pour le contrôle des prix. Ces données montrent comment le Maroc a réussi à préserver le pouvoir d’achat des citoyens tout en menant des chantiers importants de réformes, ainsi que le projet royal concernant la généralisation de la protection sociale.

L’impact des mesures gouvernementales est énorme au cours de cette année 2022 marquée par des tensions géopolitiques, la sortie de deux années difficiles de la crise sanitaire et la hausse des cours à l’international. Une situation de bon augure pour l’année 2023.

]]>
https://aujourdhui.ma/editorial/impact/feed 0