2021 sera verte

2021 sera verte

«Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements»
Charles Darwin

Les fêtes ne sont plus. Mais la consommation bat son plein.
Si les valeurs humaines des fêtes de fin d’année ne sont plus au rendez-vous, les subterfuges liés à la lactation régressive infantilisante sont en étalage croissant. Chacun ses biberons ! Du chocolat au foie gras, en passant par le champagne ou la pastilla selon les courants socio-économiques ou les niches d’appartenance qu’on s’octroie. Des niches en perpétuelle mouvance. Une mouvance au gré de l’économie mondiale et ses sillons d’enrichissement possible au vu des crises qui s’annoncent. Des crises prévues, connues, réfléchies, préparées et attendues avec bien entendu d’autres projections pour croître.
2021 nous renvoie au fameux Mad Max et ce ne sont que les prémices d’un effondrement qui s’annonce rude. L’autarcie régionale serait une solution selon les classologues les plus modérés. Chacun son lopin de terre. Une source d’eau entre voisins. Un chef de tribu responsable entre voisins. Un partage des tâches lutécien : le voisin forgeron ou médecin pour un voisin à la main verte chef du village… et il faudra de la cervoise pour tous. Cependant, si on y voit clair, l’alcool ne fait pas l’unanimité et creuse des fossés socio-économiques. Il y a plus vert et comestible. Moins coûtant et plus enivrant. Un opium qui fait l’unanimité sociale et religieuse et qui unifie les peuples religieusement dans un même nuage vert. Contrairement à l’alcool.
Le cannabis. Sous toutes ses formes du joint au bonbon, en passant par de la fine pâtisserie.
Le déclin étant programmé en bonne fin de cycle de 26000 ans, autant le passer dans les vapes.
Ces vapes-là vont nous coûter notre santé. Pas seulement organique puisque fumer devient obsolète. On mange le cannabis de 13 à 83 ans et ce n’est pas mal vu. Un innocent gâteau ou un bon burger qui fait doublement planer. On plane par le gras et le sucre et quand vous y rajoutez du cannabis, bonjour les dégâts !!
Un être humain pensant déconnecté pour donner naissance à un être humain non pensant connecté qu’on voit déjà. Ce sont les deux tribus qui nous attendent. Les êtres humains pensants déconnectés et le maître assommant est le cannabis sous toutes ses formes et les êtres humains non pensants déconnectés. Pas besoin d’histoire. Pas besoin d’art. Pas besoin de connaissance. Pas besoin d’élaboration. Pas d’idéaux. Pas de rêves. Pas de projection. Un horizon pour tous. Un rêve à la carte. Vissé à votre fauteuil, le monde vient à vous. Planer ses réalisations est encore mieux que les réaliser.
Agrémenter le sucre et le gras de cannabis est une chose.
Allons plus loin. Rajoutez à la donne les écrans et les jeux vidéos. Pas besoin de cognition. On éteint les fonctions inutiles de notre cerveau avec les générations futures et avec un peu de chance on exploitera notre reptilien seulement.
Nous n’avons d’ailleurs pas besoin de plus que notre reptilien pour la survie de l’espèce. Et nous serons reptiliens.
L’avenir est reptilien. Le plaisir immédiat et les besoins primaires.
Une redéfinition technologique de l’homme. Le plaisir devient besoin et l’aliénation est la seule issue. L’irresponsabilité collective pour un désengagement total. C’est plus rassurant. La course technologique arrive à son terme et une nouvelle préhistoire nous attend.
Bienvenue en 2021.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *