22 propositions concrètes pour changer notre quotidien !

22 propositions concrètes  pour changer notre quotidien !

Avec les jeunes militants associatifs de différentes villes du Maroc et de jeunes MRE nous poursuivons notre travail de réflexion autour du «Maroc d’après».

Ce samedi à l’initiative de l’association des jeunes «109» à Casa, s’est tenue la 1ère d’une nouvelle forme d’activités autour de ce thème «Glissa autour de l’arbre» qui permet aux jeunes de se retrouver de façon informelle afin de faire part de leurs idées et propositions et d’en débattre entre eux…
Je voudrais ici vous retracer – dans le désordre- quelques-unes des idées fortes portées par ces jeunes et qui sous-tendent les discussions de «Glissa autour de l’arbre», appelées à se multiplier tout l’été à travers le pays, les partis politiques pourraient s’en inspirer et nous donner ainsi (et tout particulièrement à la jeunesse) des raisons concrètes d’aller voter.
– Commuer les peines d’emprisonnement des jeunes ayant commis un acte de «petite» délinquance en peines de travaux d’intérêt général.
– Revoir le code pénal pour intégrer des sanctions contre les propos racistes.

– Que les étrangers vivant au Maroc et y payant leurs impôts locaux puissent voter aux élections locales et participer ainsi pleinement à la vie de la cité.
– Création d’une aide mensuelle conditionnelle à l’engagement des familles dans la scolarisation de leurs enfants, inspirée du modèle brésilien « bolsa famila ».
– Création de classes pré- élémentaires (classes maternelles) dans les quartiers populaires.
– Evaluer régulièrement la qualité de l’enseignement avec des pratiques de recyclage pour les enseignants (et bien sûr lutter contre l’absentéisme du personnel enseignant).
– Donner le statut de stage à toute activité para-universitaire organisée par les étudiants.
– Instaurer une filière «sport-étude» dans le cursus scolaire, Intégrer l’éducation sexuelle au programme scolaire.
– Création d’une sorte de «contrat social» entre «Entreprises- ONG- Jeunes»
– Encourager les échanges et activités inter- confessionnels dans les collèges et lycées, que les élèves bénéficient d’une culture religieuse de base concernant les principales religions.
– Exiger des collectivités locales un budget dédié à la culture pour les jeunes (livre -biblio itinérantes-, spectacle vivant -danse, théâtre, audiovisuel, musique/ et des communes un
vrai budget et de vrais postes pour animer les quartiers.
– Mettre à disposition les locaux scolaires (préaux, cours, terrains de sport …) au profit des associations de jeunes, notamment lors des week-end et des vacances scolaires.
En contrepartie les associations devront se charger de la propreté des lieux et faire bénéficier les élèves de l’établissement des activités péri-scolaires.
– Instaurer une carte de transport à tarif très réduit pour les jeunes militant au sein d’une association, pratiquant un sport ou effectuant un stage.
– Que dans chaque nouveau quartier construit soit prévu un espace culturel commun équipé de tables et muni de dictionnaires, livres… où un animateur pourrait assurer l’aide aux devoirs ou/et les conseils d’orientation.
– Installer dans les quartiers des équipes d’animateurs, d’éducateurs, de médiateurs.
– Simplifier la vie des personnes en situation de handicap : par l’installation des feux sonores pour les personnes non voyantes et malvoyantes; par des bus accessibles aux personnes à mobilité réduite ou mettre à leur disposition des minis-bus aménagés.

– Exiger d’une entreprise lorsqu’elle s’installe dans une province, une ville ou un quartier, qu’elle embauche un pourcentage de jeunes de cette province, cette ville ou ce quartier (discrimination positive).
– Ajouter aux fonctions de l’Anapec un volet «Préparation à l’emploi» : afin que la jeunesse marocaine puisse avoir des repères communs, partage un espace et des interlocuteurs communs, soit reçue sans différence de traitement, pour qu’elle ait un relais administratif qui ne soit pas synonyme de tracas.
– Réformer le service public et l’administration : L’obtention des documents administratifs et l’accomplissement de toutes les démarches doivent être facilités. Le système doit être repensé dans son ensemble, l’accès via Internet pour les demandes/retraits de document doit être généralisé.

– Instaurer un système d’attente par « numéros » dans les différentes administrations.
– Limiter et contrôler les «avantages en nature» dans la fonction publique (voiture de service, bons d’essence, logement de fonction, chauffeur…) et veiller que ceux ci soient strictement utilisés dans le cadre du travail et des missions qui y sont liées.
– Que les services publics et l’administration introduisent le service client et pour cela fonctionnent comme de véritables entreprises, en introduisant la notion de service et la notion de rentabilité.

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *