6000 participants, 130 intervenants, 70 heures

6000 participants, 130 intervenants, 70 heures

Ces chiffres  résument de façon quantifiable le bilan d’étape du Café Politis qui célébrait, jeudi 30 mai, son deuxième anniversaire. Né dans le contexte du «Printemps arabe», le Café Politis a choisi, quant à lui, une démarche participative.

Les membres de l’association Marocains Pluriels à l’origine du Café Politis tels Younes Boumehdi, DG de Hit Radio, Driss Jaydane auteur, Hassan Harrat, Salim Jebari jeunes MRE rentrés au pays ou encore moi-même avons choisi de privilégier le débat, le dialogue, l’échange ; de faciliter l’expression de la jeunesse ; d’ouvrir les voies de l’engagement sur le long terme et surtout d’inscrire les jeunes marocain(e)s dans une démarche participative… afin non pas de brandir des slogans mais de mettre en pratique ces slogans, à l’inverse du 20 Février qui a pratiqué la revendication sans jamais proposer – Bien sûr certains ont cherché à discréditer l’initiative, mais la grande majorité des jeunes s’est saisie de l’opportunité qui s’offrait et 2 ans plus tard le Café Politis est toujours là, et bien là !

Mieux, il a gagné ses galons en fidélisant un public nombreux -majoritairement  jeune- en abordant des questions  telles les «grossesses non désirées», «l’identité marocaine»,  «la place de la femme dans la société», «la citoyenneté»; en faisant tomber nombre de (faux) tabous ; en réussissant à réunir Imam, Rabin et prêtre devant un public de 450 personnes pour un passionnant dialogue de 4 heures et en prouvant sur le terrain son indépendance et sa liberté de parole.
Le succès tient dans la diversité de son public, toutes générations, confessions, origines sociales confondues, il réside également dans le fait que les jeunes se sont approprié le Café Politis devenu leur lieu de rencontre, leur rendez-vous mensuel où ils pourront dialoguer sans protocole, sans censure aussi bien avec Karim Ghellab, Nabil Benabdellah que Aicha Chenna, le docteur Chraibi, Bigg, Nour Eddine Lakhmari, ou encore Sanaa El Aji ou Latefa Ahrrare…

Ces citoyen(ne)s, ces jeunes et les leaders d’opinions, les politiques… se sont «apprivoisés» mutuellement au sein de cette agora, ils savent qu’ils peuvent y échanger, s’y «confronter» dans le respect le plus total.

Enfin -et c’est essentiel- les participants ont pu se rendre compte que leur voix «portait» qu’elle était prise en compte, que leurs propositions comptaient, et nombre d’entre eux peuvent témoigner que leurs projets ont pu se réaliser après des engagements pris lors de Cafés Politis.

Si Marocains Pluriels peut se féliciter de répondre concrètement à l’un de ses objectifs c’est par l’émergence de ces jeunes, ces nouveaux visages, futurs tribuns, leaders potentiels…je voudrais en citer quelques uns, retenez leurs noms, demain ils seront «aux leviers» parce qu’ils auront su s’affirmer, s’impliquer, retrousser leurs manches, parce qu’ils auront oser faire le pari de l’engagement positif et avoir confiance en leur pays et …en eux-mêmes. Bravo donc à Narjis Aliane, Mouad Chaoui, Mehdi El Bayad, Ali Lefriyekh, Rajae Hammadi, Imad Azmy, Anas Bougataya, Hiba Wakrim, Oussama El Bakkali, Islam Hamdoune…et tant d’autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *