A dire vrai : En attendant une éclaircie…

A dire vrai : En  attendant une  éclaircie…

Au lieu de vous livrer ma chronique hebdomadaire habituelle, je vous invite à faire une pause, effectuer un retour sur la condition du chroniqueur, découvrir un des aspects de son exercice, et dévoiler les sentiments qui l’agitent à la veille de se fendre d’un article.

J’ai cherché la définition qui caractériserait le plus fidèlement cette activité, telle que je l’exerce depuis un certain temps déjà. La formulation que l’on trouve le plus souvent est « Article d’un journal consacré à un domaine particulier de l’actualité». Celle qui me semble s’approcher davantage de notre propos est «Rubrique de presse écrite ou audiovisuelle d’un journaliste sur des thèmes divers». N’étant pas journaliste, j’opterai pour «Regard d’un observateur sur des thèmes divers de son monde». Ce dernier énoncé me convient mieux.

Or, un regard est foncièrement subjectif. Nous voyons le monde avec nos lunettes, nos œillères. Nous l’appréhendons avec nos peurs, nos appréhensions. Nous le décrivons avec nos mots, nos phrases. Nous lui transférons nos attentes, nos espérances. Prisonnier de sa condition humaine, le chroniqueur analyse, commente, renvoie un angle de vision, forcément à partir de ses convictions, de ses a priori. Il est enclin à se pencher sur ce qui le préoccupe, quand bien même il s’efforcerait d’anticiper les sujets qu’il pense répondre davantage aux attentes de son lectorat. Autant de facteurs qui conditionnent le choix des thèmes qu’il aborde, des sujets qu’il traite.

Censé puiser dans ses observations du monde extérieur, il succombera bien des fois à l’envie de fouiller dans les émotions qui le traversent pour les traduire en chroniques, dans l’espoir que celles-ci, par la magie de l’écrit, arriveraient à se dépouiller de leur origine personnelle, toucheraient le plus grand nombre, et rejoindraient le champ de la pensée universelle.
Cette approche ne manque pas de difficultés. Selon qu’il vive une phase d’euphorie ou qu’il connaisse des moments difficiles, son écrit diffusera une forte foi dans la vie, ou communiquera une vague désillusion devant les aléas du quotidien. Ces deux émanations ne sont pas forcément reçues de la même manière par ses lecteurs.

S’il réussit à échapper à l’emprise de son vécu et à balayer le monde de son regard, le chroniqueur devra discriminer entre l’immédiat local et la lame de fond lointaine. Pour intéresser le plus grand nombre, il devra dans le premier cas conférer un intérêt universel au phénomène de proximité, et dans le deuxième cas révéler les implications d’événements éloignés sur le quotidien de son lecteur.

Pour comprendre le désarroi du chroniqueur, voyons ce qui se passe en ce mois d’août 2014.
Comment peut-il choisir entre la déchirure de la séparation personnelle qui le torture, en espérant se faire l’écho des milliers qui connaissent cette même épreuve chaque jour, et les turbulences qui tiraillent la région de la Mer Noire et menacent la paix dans le monde ?

Comment prétexter une chronique qui plaiderait le rapprochement à l’ouest de peuples voisins, alors qu’à l’est des populations entières sont replongées dans les obscures déchirures du Moyen Âge ?

Comment commettre un texte qui, une fois n’est pas coutume, dériderait le lecteur par sa légèreté, alors que Gaza vit chaque jour sous un déluge de feu, que chaque famille dans cette étroite bande de terre a perdu au moins un enfant ? Comment recourir au ton léger en voyant un monde, d’habitude prompt à dénoncer la perte de chaque vie humaine, devenir tétanisé lorsque cela survient en Palestine, comme si le droit international s’était arrêté aux portes de cette contrée ?

Comment agencer une chronique qui établirait le rapport entre les espérances soulevées par le Printemps arabe et l’ébahissement des populations qui, après avoir tant vibré à la tombée des inamovibles dictateurs, découvrent un beau matin des batteries de missiles sol-air déployées dans leurs cités, et autour des infrastructures vitales du pays ?

Comment choisir entre se faire l’écho des préoccupations officielles au plus haut niveau de l’État  face au fossé qui ne cesse de s’élargir entre riches et pauvres, et tenter de comprendre la perception biaisée du mot Islam par les populations occidentales, devenues promptes à voir un terroriste en puissance dans chaque musulman, et peu enclines à voir en lui un être par essence paisible, mû par l’amour du bien, animé par le don de soi ?

Comment décider de consacrer des mots à l’émotion suscitée par la mort absurde du jeune footballeur camerounais, Albert Ebossé, ou réserver ses phrases à l’inquiétude nourrie par la déliquescence d’États du Moyen-Orient et la montée de nébuleuses affublées des vocables de «djihadistes» et «islamiques», des mots qui défigurent une des grandes religions monothéistes de l’amour et de la paix ?

Devant un monde devenu de moins en moins lisible, le chroniqueur ne peut que ranger momentanément sa plume, taire ses sentiments, fermer sa radio, éteindre sa télé et… attendre une éclaircie dans le ciel incertain de ce début de siècle, pour honorer son rendez-vous hebdomadaire avec ses lecteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *