Chroniques

A dire vrai… La démocratie… revisitée sur les bords du Nil

Je suis ravi de revoir mon ami Dr Houssein à Athènes. Deux raisons à cela. D’abord, nous travaillons ensemble, avec d’autres experts, sur comment faire évoluer les économies méditerranéennes vers des modèles de production et de consommation durables. Ensuite, il est égyptien. Et ce qui se passe en Égypte est préoccupant. Je lis les journaux, défriche les éditoriaux, écoute les radios, suis les débats télévisés. Pourtant, je n’arrive toujours pas à me faire une religion sur les remous qui secouent ce pays.

– Houssein, je vais enfin comprendre ce qui se passe chez toi. J’ai deux questions à te poser.

– Vas-y, je t’écoute, dit mon ami avec un sourire avenant.

– Tu vois, comme tout le monde, je suis scotché à ce qui se passe chez toi. Après tout, l’Égypte n’est pas n’importe quel pays. Vous avez hérité d’une grande civilisation. Vous êtes riches de savants, d’artistes, d’écrivains, de poètes, d’une histoire fabuleuse. Bref, ce qui se passe dans ton pays finit par impacter forcément les autres dans la région, tu es bien d’accord ?
Houssein a un sourire embarrassé. Il attend où je veux en venir.

– Ce qui me frappe, ce sont ces vingt millions d’Egyptiens qui, un an après avoir élu Morsi, occupent place Tahrir depuis le 30 juin dernier et demandent son départ. Peu importe ce qu’ils lui reprochent. Ce qui me fascine c’est que l’Égypte a inauguré un paradigme de la démocratie sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Pour la première fois, un peuple n’attend pas le terme du mandat légal au président élu ! Il se lève comme un seul homme et demande son départ bien avant !  

– Juste, réagit Houssein. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

– Non malheureusement ! Ce n’est pas ce qui s’est passé ! L’armée est intervenue ! Ça a tout gâché ! Tu n’enlèveras de la tête de personne que c’est un coup d’État. Le changement se fait par les urnes. Quand bien même l’armée aurait éloigné le spectre du passage sous la coupe des religieux.
Mon ami se met à rire de mon désappointement.

– Rassure-toi, fait-il. C’est le peuple qui a démis Morsi. L’armée n’y est pour rien. Que lui reprochons-nous ? Ce n’est pas tant d’avoir voulu appliquer la charia. Il ne l’a d’ailleurs pas fait. La situation économique est certes épouvantable. Mais qui peut faire mieux ! En fait, avec ses Frères, Morsi a voulu saturer les rouages de l’État. Il a indisposé le peuple par son autoritarisme et son incompétence. Au lieu d’un chef d’État, nous avions un chef de parti. Résultat, il a suscité le rejet unanime de sa personne. Dans les manifestations il y avait certes des laïcs et des libéraux, mais aussi beaucoup d’islamistes, et bien des femmes. Même le parti salafiste Al-Nour est descendu dans la rue.
Houssein s’assure que je suis toujours ses explications et poursuit :

– Plus étonnant ! Nous n’avons pas attendu le 30 juin pour solliciter l’armée. Ça fait six mois qu’on lui demande de dégommer Morsi. Les militaires ont refusé. Ils ne voulaient prendre parti pour aucun. Morsi demanda ensuite à la police d’intervenir. Elle a refusé. Puis il demanda à l’armée. Elle préféra là encore rester neutre. Morsi utilisa alors les milices. Se sentant menacé, il se prépara à l’escalade. Il voulut faire de Sissi ce qu’il avait fait de Tantaoui. Le remplacer par des généraux plus dociles. Sissi a compris cela.
Je note tout ce que me dit Houssein.

– Et contrairement à ce qu’on pense, la manif du 30 juin à la place Tahrir n’était nullement contre Morsi ! C’était un appel du peuple à Sissi pour qu’il intervienne avant qu’il ne soit trop tard. Car ou lui ou Morsi ! Et le peuple avait besoin de Sissi pour le débarrasser de Morsi.

– Tu racontes ça comme si l’Égypte était un vase clos, comme s’il n’y a pas d’influences externes.

– Bien sûr, les pressions ne manquent pas, rétorque Houssein. Les Occidentaux, les Monarchies du Golfe, l’Iran, chacun pousse ses pions comme il peut. Mais au final, c’est une affaire entre le peuple, la police et l’armée. Ils se sont tous ligués pour la même cause.
Je soupire et dis :

– Je veux bien te croire, mais… difficile de faire admettre ça aux gens. En dehors des urnes, ça reste un coup d’État, donc anti-démocratique.

– Tiens donc, réagit mon ami ! Quand le peuple a rejeté Moubarak, c’était bien avec l’aide de l’armée, n’est-ce pas ? Bizarre que personne n’ait trouvé que c’était anti-démocratique ! Pourtant, Moubarak a été légalement élu ! Et pas rien qu’une fois ! À moins que l’on dénie au peuple égyptien le droit d’innover, d’exercer la démocratie directe, de renvoyer directement ses présidents quand il le juge nécessaire ! Je comprends que ça inquiète…
_ … ? ? ?

Articles similaires

Chroniques

Malgré tout, Macron reste silencieux sur le Maghreb

Tant qu’Emmanuel Macron n’a pas indiqué la nature des choix qu’il compte...

Chroniques

Cet irréfléchi besoin de s’immiscer dans la vie des autres

Nous sommes là face à une réalité qui ne souffre aucune argumentation....

Chroniques

La déception, l’ennemie jurée de l’espoir !

Une vie passée à craindre et épier une issue dont personne ne...

Chroniques

La double contrainte de la guerre de Gaza

Les différences de positions actuelles peuvent sembler importantes, mais la pression exercée...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux