Chroniques

À Essaouira, André m’a dit…

Si vous n’avez jamais assisté au Festival de Gnaouas d’Essaouira, vous ne pourrez pas imaginer ce que peut ressentir un privilégié comme moi et comme les centaines de milliers de passionnés de la musique authentique qui accourent tous les ans de tous les coins du Maroc et de toute la planète pour vivre, durant 3 à 4 jours, nuits comprises, en parfaite osmose.

Je pense qu’il n’y a pas un festival au Monde où toute la ville vit par et pour le festival et où le petit peuple peut côtoyer et tutoyer les personnalités les plus illustres d’ici et d’ailleurs. Cette année, par exemple, n’importe qui parmi nous pouvait saluer, entre autres, Leila Chahid, Sophie Bessis ou même Bush (pas l’ex-président républicain, mais le smart et démocrate ambassadeur des USA au Maroc) et bien d’autres.

Tout ce beau monde était à la fois heureux et ému de pouvoir vivre une expérience aussi belle et aussi intense. Quand j’en ai parlé à André, il m’a répliqué : «Ça c’est Essaouira». Je lui ai aussitôt rétorqué: «Pourquoi ne pas cloner Essaouira ?». Et savez-vous ce qu’il m’a répondu? «Tu sais, il y a pas plein d’Essaouira au Maroc».  Sacré André ! Comment ? André qui ? Devinez…

A demain

Articles similaires

Chroniques

L’innocent est toujours coupable

Tenir dans la posture du spectateur qui n’est même pas invité au...

Chroniques

Ce fameux premier pas, si terrorisant et pourtant si nécessaire !

Le changement ! C’est exactement ça qui fait de notre premier pas une...

Chroniques

Relations Maroc-France : Vers l’ouverture d’une nouvelle page ?

Au fond, les deux pays tiennent à la très forte relation d’amitié...

Chroniques

Et si le sport était bien plus que du sport ?

Des stars du foot ont compris à quel point leur charisme et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus