«Aimer les gens…»

«Aimer les gens…»

Les «galons» de l’engagement associatif se gagnent sans conteste sur le terrain, au contact de nos compatriotes, dans la réalisation concrète d’actions, là où l’on donne tout ce que l’on porte en soi.


Si l’on triche, si l’on est animé d’arrières-pensées, si l’on poursuit d’autres objectifs que celui qui est de contribuer au mieux-vivre de nos concitoyens, d’aider au développement de notre pays, de faire progresser notre société, alors l’osmose ne se fait pas, le courant ne passe pas et c’est l’échec assuré.
La population sait très vite faire le tri entre ceux qui servent une cause et ceux qui se servent d’une cause.
Être sur le terrain n’est faisable que si l’on «aime les gens»…
Il faut soutenir tous ces jeunes qui choisissent cette voie difficile, prenante mais tellement valorisante.
Ce vendredi j’étais aux côtés des jeunes de MOGAjeunes d’Essaouira pour mener une action qui réunit tout ce qui fait la beauté de l’engagement: l’empathie, l’éducation, le vivre-ensemble, la jeunesse
Depuis 3 ans maintenant nous suivons l’école primaire de Douar Ait Daoud et tout(e)s ses petit(e)s élèves qui sont devenus nos petits filleuls : au bout de ces trois années nous avons réussi à aménager les salles de classe, à offrir des fournitures de qualité, à habiller chaudement ces gosses, à contribuer à leurs sourires, à «soulager» leurs familles et à aider leurs enseignants -remarquables- dans leur noble tâche…

Notre prochaine action vise à offrir une citerne à leur école pour qu’enfin ces enfants aient de l’eau potable à disposition. Pour moi l’engagement doit être constructif, positif, destiné au plus grand nombre et ne peut servir d’autres agendas que ceux destinés au mieux-vivre de notre population dans son ensemble, il ne peut épouser d’autres objectifs visant à diviser, à affaiblir. Une incompréhension majeure me taraude : je m’estime humaniste, et en même temps patriote, je n’y vois aucun paradoxe. Je préfère le mot patriote au mot nationaliste d’ailleurs…par contre je n’arrive vraiment pas à comprendre certains nihilistes qui saisissent toute occasion pour taper sur le pays, qui se réjouissent ouvertement du mal que les adversaires de notre Nation cherchent à nous faire, allant jusqu’à reprendre ou soutenir les pires thèses de nos ennemis.

Bien évidemment on peut être en désaccord avec les choix, les options, les décisions de notre pays, c’est un droit, c’est un choix, mais pourquoi cela doit-il impliquer de s’allier avec ceux qui ne veulent que notre perte…En choisissant cette voie, ceux-là se délégitiment eux-mêmes.
Leur cause n’est plus celle du pays, n’est plus patriote puisqu’elle rejoint celle de nos ennemis les plus acharnés: leur jeu est d’ailleurs un marché de dupes où l’on se demande quelle partie instrumentalise l’autre.
D’ailleurs bien souvent ceux qui sont dans cette démarche, le sont par dépit, par rancune, par déception d’ambitions personnelles non satisfaites. Mais fermons la parenthèse car le propos est de mettre en avant ceux qui militent de façon désintéressée, de façon volontaire, loin des Unes des médias étrangers et qui sont les forces vives de ce pays, j’ai la chance d’être parmi eux, d’être à leurs côtés et je connais leur valeur.

Nous pouvons être fiers de cette jeunesse qui vit dans des conditions peu faciles, mais qui aime son pays, son Roi, ses Compatriotes et s’engage sans rien demander en retour.
Il y a quelques jours les jeunes militants associatifs de terrain que je baptise les «Choj3ans» (les valeureux) ont lancé une initiative : l’un d’entre eux, Moussa Laarif, a confectionné un très beau pin’s représentant la carte du Maroc stylisée -dans son intégrité- et tous ces jeunes militants ont entrepris de le porter et de l’offrir à d’autres engagés, à des jeunes «anonymes» et eux aussi valeureux, à celles et ceux qui les soutiennent… le succès a été immédiat et des stars, des citoyen(ne)s en nombre sont fiers de l’arborer à leur tour.
J’ai pu mesurer concrètement le succès de cette initiative, lorsque des jeunes dans la rue ont commencé à m’arrêter, ne souhaitant qu’une chose: porter eux aussi ce petit pin’s devenu ainsi une sorte d’emblème.
Le vrai succès est populaire…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *