Chroniques

Carnet de voyage au pays des Tsars (4) : Un monde en train de se reconfigurer

Mercredi 19 mars 2014, la journée. Je me réveille avec des maux de tête. J’ai du mal à réaliser où je suis, perturbé par le décalage horaire, l’enchaînement rapide des événements, la difficulté de comprendre ce qui se passe, et le désarroi devant les nouvelles incertitudes qui planent sur un monde déjà si difficile à appréhender.

Je finis par prendre conscience que je séjourne à Moscou depuis trois jours. Trois jours durant lesquels l’Histoire n’arrête pas de bégayer sous mes yeux. Ou de se réécrire peut-être, nous renvoyant à des événements déjà vécus un siècle avant ? Trois jours durant lesquels j’étais balancé entre un Global Entrepreneurship Congress qui plaide pour un monde meilleur sous l’impulsion de start-up novatrices qui changeraient nos modes de vie, et une Place Rouge qui fête la renaissance de l’Empire russe, au grand dam d’occidentaux qui parlent d’annexion d’un territoire, de retour aux pratiques de temps révolus, de violations du droit international inacceptables au XXIème siècle.

Dehors, la neige a tapissé Moscou de blanc. De ma fenêtre j’aperçois le bâtiment majestueux du théâtre Bolchoï. Je décide de braver le froid et la neige et d’oublier mes angoisses en rejoignant le Congrès à cinq minutes de marche. En cours de chemin, je jette un regard sur la Place Rouge. Elle est vide à cette heure-ci. Les barrières et les portiques de sécurité de la veille ont disparu, et les alentours rendus aux touristes.

Je m’engouffre dans la galerie commerciale adjacente pour échapper au froid. Elle ressemble à toutes les galeries commerciales du monde. Toutes les enseignes internationales sont présentes. À l’intérieur, on peut facilement s’imaginer être à Sydney, Kuala Lumpur, Paris ou Toronto. À deux pas du tombeau de Lénine !

Au Congrès, je m’abreuve de discours et d’exposés sur les start-up créatives, d’écosystèmes vibrants, d’un monde meilleur, de passion d’entreprendre, d’efforts collectifs pour le bien de tous…, Rien n’y fait. Les idées continuent de s’entrechoquer dans ma tête. Des décisions majeures sont en train de façonner l’avenir de l’humanité, dans le secret du palais du Kremlin adjacent. Dans quel sens vont-elles impacter le monde futur ? Nul ne sait.

13 heures. L’heure du déjeuner. Au restaurant du Congrès, je fais la connaissance de Haik, un arménien, et d’une jeune fille moldave. Leurs pays, aujourd’hui souverains, ont connu ou subi l’influence russe à un moment ou un autre de leur histoire. Comment vivent-ils ce qui se passe en Crimée ? Se sentent-ils sur la liste des pays qui, pour une raison ou une autre, sont dans le collimateur de la Russie des nouveaux Tsars ? Autant de questions que j’ai posées en rafale à mes voisins de table.

– Ce qui se passe en Crimée est une annexion, me dit Haik tout de go, tout en me montrant une carte de la région sur sa tablette. Les Russes y ont dépêché leurs agents qui ont tout orchestré. Nous sentons leur pression. Nous-mêmes avons été un empire qu’on a dépecé au cours de l’histoire. Mais nous ne laisserons pas faire cette fois-ci. Pas question de nous enlever le peu de territoire qui nous reste.

La jeune fille est du même avis. Elle redoute ce qui est en train d’arriver à l’Ukraine, comme punie pour avoir choisi de voguer avec l’Union européenne, tout comme doivent le redouter les républiques voisines de la Russie, qui peinent à s’imposer, à imposer le respect de leur souveraineté, à s’assumer politiquement et à se prendre en charge économiquement par elles-mêmes, sans avoir à choisir entre l’est et l’ouest, et qui ne peuvent trouver le salut que dans l’alignement forcé sur l’un ou l’autre bloc. Mes deux voisins de table conviennent que Poutine ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Il ne comprendra que le langage de la fermeté. Serions-nous revenus aux années trente du XXème siècle ?

Édifié sur les sentiments des peuples de la région, je retourne aux travaux du Congrès et y plonge pour le reste de l’après-midi, fermement décidé à noyer mon anxiété dans l’euphorie des passionnés des start-up et de l’innovation entrepreneuriale.
Fin d’après-midi. Retour à l’hôtel sous la neige qui continue de tomber. Je suis mélancolique. Mes amis Nigel et Sharleene n’ont plus donné signe de vie. Ils ont probablement déjà quitté Moscou. Cela s’ajoute à ma tristesse. La journée n’est toutefois pas finie. Nous sommes invités à un dîner de gala au Musée historique d’État. Je n’aime pas les mondanités. Je décide cependant d’y aller. J’y apprendrais peut-être des choses sur un monde qui est en train de se reconfigurer sous mes yeux.

En attendant, une question me turlupine l’esprit depuis que j’ai posé le pied à Moscou. À en croire la presse occidentale, Poutine serait l’artisan de ce qui est qualifié d’expansion territoriale, de violation des règles de la communauté internationale, de non-respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale d’un pays voisin. Pourtant, la liesse populaire à laquelle j’ai assisté hier mardi sur la Place Rouge m’incite à penser autrement. Je soupçonne une forte osmose des russes avec le locataire du Kremlin, qui ne fait que répondre aux aspirations d’un peuple (ou de plusieurs peuples) à la gloire de l’éternel empire des Tsars. Mais comment en être sûr? J’ai discuté avec des gens des républiques environnantes de la Russie. Ils m’ont fait part de leur inquiétude. Je n’ai malheureusement pas eu la chance d’entendre des Russes. Ceux que j’ai rencontrés au Congrès ou ailleurs, chaleureux par ailleurs, ont observé le mutisme sur ce sujet. Partagent-ils l’enthousiasme de la foule qui a manifesté sa joie sur la Place Rouge? Sont-ils réservés sur la politique de Poutine, mais n’osent pas s’en ouvrir en public ?
Aurais-je la chance avant mon départ de connaître les sentiments véritables de l’homme de la rue du pays des Tsars ?

 À suivre

Articles similaires

Chroniques

Il y a des limites au désespoir, il n’y a pas de limites à l’espérance

À l’heure où chacun est sommé de faire bloc avec les siens,...

Chroniques

Paix au Proche-Orient, la solution est américaine!

Si Israël veut éradiquer le Hamas, cette opération pourrait prendre une dizaine...

Chroniques

Ce monde a besoin de gens sérieux

Ce qui nous frappe et qui s’abat sur nous est souvent une...

Chroniques

Quelque chose de marocain !

Il y a un an aujourd’hui, le monde est tombé fou dingue...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux