Ces entrepreneurs post-Covid

Ces entrepreneurs post-Covid

Chaque manager doit se positionner en posture de leader et s’interroger sur les opportunités d’évolution qu’il peut offrir à ses collaborateurs et les encourager à exceller dans leur activité.

Par El moustaid Mustapha*

S’il y a des leçons à retenir de cette crise mondiale Covid-19 ayant bouleversé le monde entier, c ‘est la résistance du Maroc en pleine crise et sa capacité à relever le défi dans de nombreux domaines considérés hier comme des projets inaccessibles. Parmi ces exploits, la digitalisation rapide de l’administration, le dévouement et dépassement du système de santé public du Royaume pour offrir à tous un service de qualité, une production qui dépasse 10 millions d’unités des masques par jour, à vendre et à exporter suite à une très forte demande européenne, la conception d’une Comité de veille économique pour discuter et prendre les mesures nécessaires pour atténuer les impacts économiques et sociaux de la pandémie ; création d’un Fonds Covid-19 pour faire bénéficier la population exerçant dans l’informel d’un soutien financier aussi bien que des mesures pour accompagner et soutenir les entreprises en difficultés.

Nul doute que le Maroc, le plus occidentalisé des pays émergents d’Afrique, possède des opportunités économiques, que sa population jeune est un atout majeur, que son territoire offre encore de sérieuses potentialités et de fait, car le Maroc se trouve à un carrefour, le croisement d’affluences et d’influences entre l’Afrique et l’Europe.
Selon Abdelmalek Alaoui, président de l’Institut marocain d’intelligence stratégique (IMIS), le Maroc après la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) peut devenir un «hub» industriel qui constitue un «plan B» à la Chine pour l’Europe et l’Amérique.
Cependant, il est temps de concrétiser ce rêve de la promotion de l’industrie locale par une politique d’import-substitution, comme le soulignent les dirigeants de grands cabinets de consulting comme Valyans, Mazars ou McKinsey.

A cet effet, le ministre de l’économie et de l’industrie Moulay Hafid Elalamy n’a cessé de soulever le défi dans sa déclaration aux médias comme suit :
«J’ai un problème avec ce que nous importons. J’ai découvert par exemple que nous importons des lits d’hôpitaux, des tables d’écoliers…, ce n’est pas normal. Cela fait longtemps que j’appelle les entrepreneurs marocains à s’investir dans l’industrie, que les opportunités ne manquaient pas. On est fatigués d’entendre le discours défaitiste qui dit qu’il n’y a rien à faire au Maroc. Les opportunités sont là. Nous allons le démontrer à travers cette banque de projets. C’est l’objectif que j’ai fixé à mes équipes. Les gens doivent désormais se réveiller et travailler. Il y a encore beaucoup à faire au Maroc».

Reste la question : quel genre d’ entrepreneurs post-Covid nous faut-il pour intégrer le bien social et la contribution à la durabilité des écosystèmes de la planète avec la génération de revenus financiers qui rémunèrent raisonnablement la prise de risque et l’implication des parties prenantes ?
Les entrepreneurs post-Covid veulent créer une entreprise qui soit à la fois réussie et porteuse de sens ; combinant l’ambition avec la contribution et la mission et le désir de développement et d’accomplissement. Ils cherchent également à attirer et collaborer avec d’autres personnes qui partagent la même vision, mission et ambition ; en d’autres termes, être un entrepreneur post-Covid implique de contribuer à créer un monde auquel les gens veulent appartenir. Des recherches réalisées par des experts américains ‘’Dilts Strategy Group’’ sur le thème ‘’Entrepreneurs Nouvelle Génération, et la modélisation des facteurs de succès’’, recommandent cinq engagements clés pour la réussite de cette nouvelle génération d’entrepreneurs :

1) Contribuer à la société  et à l’environnement

En se posant toujours la question : comment vais-je contribuer par mon activité à l’économie de l’énergie et à la propreté de l’environnement ?
Dans ce sens des initiatives anticipatives ont déjà vu le jour grâce à la vigilance, la clairvoyance et la bonne gouvernance de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, en lançant des projets dans le solaire, la transition énergétique, la modernisation de l’agriculture, le Plan Maroc Vert, la COP22, les nouveaux métiers du Maroc, l’audace numérique, l’ingénierie sociale, etc.

2 ) Bâtir une entreprise ou une carrière qui réussit durablement

Nous avons un énorme marché à construire et des opportunités pour l’innovation à long terme ; donc il nous faut des individus qui sont capables d’utiliser pleinement leurs aptitudes, ainsi que de découvrir et mettre en œuvre des ressources dont ils n’avaient pas encore pris conscience.
L’entrepreneur devient un véritable leader qui se met ‘’dans les chaussures’’ des membres de l’équipe ou des employés, en comprenant leurs besoins et désirs, leurs motivations et leurs savoir-faire. Il inspire, coache, élargit, partage et débloque les capacités de l’équipe à cultiver son savoir-faire pour atteindre un but commun.
Dans les entreprises et les organisations, l’intelligence collective est liée à la capacité des membres d’une équipe à penser et agir de façon alignée et coordonnée ; de la même façon que l’hydrogène et l’oxygène se combinent pour former la troisième entité qui est l’eau, l’intelligence collective transforme les individus séparés en un groupe cohérent et crée une équipe dans laquelle le tout est plus grand que la somme des parties.

3) Contribuer au bien-être émotionnel et physique, le sien et celui des autres

Chaque manager doit se positionner en posture de leader et s’interroger sur les opportunités d’évolution qu’il peut offrir à ses collaborateurs et les encourager à exceller dans leur activité ; une des clés majeures pour atteindre cet objectif est de faire de l’intelligence émotionnelle un style de management sollicité dans nos vies professionnelles, pour mieux communiquer, se montrer plus persuasif avec les autres, mieux comprendre et gérer leurs émotions et leurs motivations, travailler plus étroitement et plus efficacement avec les membres de leur équipe. Ces compétences, qui conditionnent un travail d’équipe, une collaboration efficace, sont des compétences clés du leadership.
De même il est du devoir national pour chaque citoyen de porter le Maroc dans son âme ; c’est dans ce sens qu’il faut que le Marocain soit fier de qui il est, de son histoire, de ses traditions, de ses héritages, de son passé pour être fier de son futur. Cette fierté qui s’incarne dans le quotidien des citoyens lorsqu’ils ont découvert en ce temps de crise le soutien de l’Etat qui leur assure la dignité pour se nourrir, s’éduquer, se loger, travailler et se soigner en toute sécurité.

4) Partager des visions et des ressources avec une communauté de pairs, provoquer de nouvelles possibilités

En partageant nos connaissances et nos idées avec d’autres, nous pouvons faire une différence et réussir ensemble. La modélisation des compétences et des talents permet aux salariés de connaître les attentes et les besoins en compétence de l’entreprise, de pouvoir s’auto-évaluer, de repérer leurs points forts et leurs axes de progrès et d’identifier les différentes voies de développement dans leur métier ou au sein de l’entreprise.
Une performance exceptionnelle peut être décrite en tant que fonction à deux dimensions fondamentales : la conscience (savoir) et la compétence (faire). II est possible de connaître ou de comprendre une activité, mais d’être incapable de la réaliser (incompétence consciente). II est également possible d’être capable de bien faire une activité particulière, mais de ne pas savoir comment on la fait (compétence inconsciente). La maîtrise et surtout la reproduction d’une compétence implique aussi bien la capacité de «faire ce que l’on sait» que celle de «savoir ce que l’on fait».
L’un des buts de la modélisation est d’extraire et d’identifier les compétences inconscientes des collaborateurs et de les amener à la conscience afin de mieux les comprendre, de les accroître et de les transférer.

5) Se développer personnelle-ment et spirituellement

Cette nouvelle génération d’entrepreneurs peut prospérer en tant que des hommes d’affaires et parrains de familles en même temps ; et ceci se traduit par la création de la richesse et la contribution en même temps à l’édifice d’un Etat providence, qui aurait les moyens d’assurer une couverture sociale à 100%, le plein emploi, la vie pas chère et la gratuite totale des services publics. Ce sont en général les critères de l’entreprise citoyenne qui se préoccupe des dimensions sociales avec la prise en considération des conséquences de son activité envers l’ensemble de ses partenaires, qu’il s’agisse de ses salariés, fournisseurs, actionnaires ou encore de ses clients. Diverses contraintes sont prises en compte dans le cadre de l’entreprise citoyenne. Il s’agit dans tous les cas des contraintes de l’environnement, de l’écologie, du développement durable notamment. Pour cela, il faut définir le sens de la mission de l’entreprise citoyenne qui clarifie sa raison d’être, ses stratégies et son comportement, ainsi chacun des collaborateurs doit se poser les questions : Pourquoi notre entreprise existe ? Pourquoi on se lève chaque matin pour partir au travail ? Quelle est notre mission ?
Devenir un pays émergent et leader dans le monde, nos entreprises et nos organisations sont invitées aujourd’hui à faire partager au sein de leur équipe une mission et une vision communes en commençant dès maintenant à concrétiser cette ferme volonté de «devenir des entreprises innovantes capables de relever le défi de la concurrence mondiale en visant l’excellence et la performance».
Cette réflexion sous forme de proposition est le fruit d’un ardent amour pour ce pays, en voulant porter une pierre à l’édification d’un autre Maroc ; et manifester cet amour peut parfois solliciter de mettre le doigt là où ça fait mal, mais l’intention est positive, non conditionnée par aucun compromis ou intérêt.

* Coach, conseiller en communication et qualité

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *